auteur
Troglodyt

Du même auteur

> article suivant

Retour vers le footoir [1]

> article précédent

De la chance au tirage

Nasri, mis à l'index

Tribune – La non-sélection de Samir Nasri en équipe de France ne semble même plus faire débat. Pourtant, en quoi a-t-il mérité cette suspension implicite?

Partager

 

Texte initalement posté sur le fil "Toujours Bleus" du Forum.

 

Je suis surpris par l’évidence avec laquelle Samir Nasri semble évincé. Que lui est-il reproché? De ne pas rentrer dans le projet politico-sociétal que nous ambitionnons pour l’équipe de France de football? De ne pas avoir un niveau footballistique qui lui permette de prétendre à une sélection?

 


L'étendard de la France

Samir Nasri paie sans doute l’image que certains ont de lui. C’est-à-dire celle du joueur de 25 ans qui tend son doigt et lance quelques insultes à des journalistes. Qui a souffert de cela? Les journalistes en question? C’est une infraction, ils n’ont qu’à porter plainte! L’image de l’équipe de France de football? Qu’est-ce, l’image de l’équipe de France de football? Le miroir de la nation, le visage commun dont nous devrions être fiers car il porterait le masque de la solidarité, de l’humanité et de la force que certains politiques ne réussissent pas à insuffler au sein de la société? Si c’est cela l’équipe de France, pourquoi ne pas sélectionner, alors, ceux qui le méritent vraiment, c’est-à-dire toi lecteur des Cahiers du football qui sait boire une bière le cul dans l’herbe avec un adversaire après un match de Ligue des Cahiers, Arnaud Le Lan qui roule en AX (sous réserve que ce ne soit pas un diesel), Sylvain Kastendeuch qui n’a jamais pris de carton rouge, Éric Sikora qui a le mérite de n’avoir jamais eu l’opportunité d’un transfert, et le footballeur amateur qui dépense 10% de son SMIC en billet pour un France-Roumanie et en maillot officiel? Ils n’ont sans doute pas le niveau pour jouer des matches de football de niveau international...

 

 


Sujets de Téléfoot : octobre 2011, juin 2012.

 

 

Si cette considération importe peu, alors l’équipe de France de football a perdu son objet; à moins que son objet soit devenu celui que d’aucuns veulent lui assigner aujourd’hui – être l’étendard d’une France qui doute de ses valeurs. Dans ce cas, il faut que nous nous remettions en question, parce que l’équipe de France de football, d’un point de vue politique, n’est pas grand-chose d’autre que l’image que ceux qui la dirigent veulent lui faire porter, c’est-à-dire l’image qui, dans leur esprit, est attendue par les soixante-cinq millions de sélectionneurs que nous sommes.

 

 


Ancien sauveur

Que font les Samir Nasri à l’équipe de France de football? Ils n’en respecteraient pas le maillot? Défaisons-nous immédiatement de l’image du maillot à respecter: ce maillot est depuis suffisamment longtemps assez moche pour enlever à quiconque l’envie de le respecter. Ils y viendraient sans envie ni énergie? C’est une idée qui a du mal à se justifier à considérer les motivations attribuées à ces joueurs: s’ils ne sont intéressés que par l’argent, leur futur transfert, les boîtes de nuit parisiennes et les prostituées, justement, l’équipe de France de football a les moyens de leur apporter tout cela.

 

Samir Nasri craque face aux journalistes. Cela fait partie de son métier de savoir se contenir et répondre aux questions que nous-mêmes parfois jugeons débiles. Mais, indépendamment de la manière d’exprimer le sentiment qu’il a pu ressentir, c’est presque sain de se sentir libéré par un but marqué sous un maillot dans lequel la presse le présente comme médiocre, ou de se sentir énervé par une défaite éliminatoire. C’est un joueur qui vit sous les feux de la presse sportive depuis plus de quinze ans, présenté tour à tour comme le nouveau savon de Marseille, le sauveur de l’identité du club le plus médiatisé de France, le nouveau Zidane, voire le sauveur de l’équipe de France de football, donc de la France. Bref, suffisamment pour en avoir marre, ne serait-ce que de voir l’exercice de son métier commenté par des gens qui ne comprennent pas toujours grand-chose au football mais qui sont en revanche très réactifs pour signaler avec quelle fille il a joué au tennis ou combien lui a coûté sa dernière voiture.

 

Il faudrait surtout nous poser la question de notre responsabilité à tous (la FFF, les clubs de football, les journalistes, les supporteurs) sur la manière dont sont préparés – ou non – ces gamins à devenir ce qu’ils sont devenus (riches, célèbres, médiatisés) et surtout ce que nous aimerions qu’ils deviennent (les parangons des vertus de la République indivisible, laïque, démocratique, sociale et victorieuse).

 

 


Samir Nasri, international

S’agissant des qualités de footballeur de Samir Nasri, et pour revenir brièvement sur l’Euro, comment a-t-il pu, d’un point de vue purement footballistique, canaliser autant de reproches? Ce joueur est placé meneur de jeu d’une équipe dont le milieu de terrain n’a connu aucune stabilité tactique pendant deux ans, meneur de jeu d’une équipe dont la défense comme la récupération ont une qualité de relance très limitée, et surtout meneur de jeu d’une équipe dont l’organisation tactique ne lui permettait pas de remplir le rôle que d’aucuns lui auraient assigné.

 

Que savons nous, d’ailleurs, du rôle dans lequel l’avait installé Laurent Blanc? Sur les trois matches qu’il a joués, la composition et l’organisation des cinq milieux de terrain changent trois fois. Contre l’Angleterre, il repique trop dans l’axe et abandonne son aile – comment ne pas être aspiré par ce vide dans l’axe? Contre l’Ukraine, l’euphorie collective lui permettra de s’en tirer avec les seuls habituels reproches sur son inefficacité. Contre la Suède, il ne se noie pas plus que les autres mais conserve trop le ballon dans une équipe dont le principal défaut depuis six années est peut-être l’absence de mobilité des attaquants.

 

Il n’est pas honnêtement soutenable qu’un joueur comme Samir Nasri ne puisse rien apporter à l’équipe de France de football. Ses qualités reconnues – la conservation du ballon, la vision de jeu, la qualité de la transmission, la lucidité technique – en font l’un des meilleurs joueurs à son poste. Cela alors qu’à vingt-cinq ans, il est loin d’avoir acquis sa pleine maturité. S’il n’a pas donné la pleine mesure de son talent en équipe de France de football ces dernières années, le fait qu’aucun joueur n’ait été à son meilleur niveau en sélection durant les six dernières années doit conduire à interroger autre chose qu’une somme de faillites individuelles. Les joueurs ont-ils été mis en condition pour exprimer leurs pleines capacités, que ce soit par le sélectionneur, par la FFF, par les journalistes et par nous supporteurs? L’intérêt est pourtant d’exploiter au mieux leurs capacités individuelles dans un collectif. Or, c’est une chose qui semble n’avoir jamais été faite avec aucun de nos milieux de terrain depuis bien longtemps, si ce n’est peut-être avec Franck Ribéry maintenant qu’il est positionné à gauche. Samir Nasri a été trimballé à droite, au centre seul avec deux récupérateurs derrière lui, au centre à deux avec un récupérateur derrière lui… Sans jamais être fixé, ni personnellement, ni dans un collectif.

 

Samir Nasri n’est peut-être pas indispensable à l’équipe de France de football, encore moins à la France. Mais qu’il est peut-être un peu précipité, voire injuste, de le condamner définitivement. Surtout pour se contenter de proposer des alternatives individuelles, sans interroger, encore une fois, ce qui fait défaut dans cette sélection, et dans son environnement, depuis trop longtemps.
 

Partager

> sur le même thème

La minute à ne pas perdre

> du même auteur

Le football dans un fauteuil

> Dossier

Les Bleus

Les Bleus


Jérôme Latta
2019-05-22

Les absents donnent toujours tort (au sélectionneur)

Une Balle dans le pied – Si une liste des 23 suscitera toujours d’inévitables controverses, peut-être faut-il arrêter de croire que l’équipe de France est une méritocratie.

 


Philippe Rodier
2019-03-25

Antoine Griezmann, le triomphe de l’intelligence

C’est une vielle tradition française: pour remporter une grande compétition internationale, il faut d’abord un homme providentiel. En 2016, il s’agissait d’Antoine Griezmann, alors nouvelle coqueluche du public français. Qu’en est-il aujourd’hui?


2018-11-21

Sans peine mais pas sans péno

 L'équipe de France a dominé l'Uruguay dans un match agréable où elle s'est retrouvée, un peu tard. • l'édito • la nalyse • les gars


>> tous les épisodes du thème "Les Bleus"

Le forum

Le Ch'ti forum

aujourd'hui à 17h21 - Espinas : Renato Sanches était la révélation de 2015/2016 et sa précocité notamment physique l'a... >>


Au tour du ballon ovale

aujourd'hui à 17h21 - M.Meuble : Galthié lui fera gentillement annoncer sa retraite internationale après la coupe du Monde. Il lui... >>


Parties de campagne, bières, et football...

aujourd'hui à 16h29 - JauneLierre : Si je me fie à l'intitulé de ce fil, il faut prévoir une "troisième mi-temps", disons un... >>


CDF sound system

aujourd'hui à 16h25 - JauneLierre : Hydresec22/08/2019 à 23h19C'est si difficile que ça de s'inspirer de ce qui fonctionne ailleurs,... >>


Premier League et foot anglais

aujourd'hui à 16h04 - Tonton Danijel : Vu le calendrier de Chelsea avec la Ligue des Champions qui arrive, les deux attaquants vont... >>


I Havre a dream

aujourd'hui à 16h02 - Breizhilien : Votre Kadewere là, qui marche sur l'eau en ce début de saison (point de vue stat, je ne l'ai pas... >>


Foot et politique

aujourd'hui à 14h06 - Tricky : Vu que l’enterrement de ladite cause est devenu le totem du reste, on peut difficilement leur en... >>


Bréviaire

aujourd'hui à 13h35 - Tonton Danijel : RavioEscroc-bar"Un guerrier colombien comme nouvelle piste ?" (footballclubdemarseille.fr) >>


Scapulaire conditionné

aujourd'hui à 12h55 - Yul rit cramé : En effet, il est blessé, raison de plus pour les plier.Merci Gouff, tu as toujours su me redonner... >>


Qui veut gagner des quignons ?

aujourd'hui à 12h43 - Danishos Dynamitos : Bravo c’est bien ça: ce sont les meilleurs buteurs de l’Euro à 5 butsGriezmann les a battu... >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)