auteur
Richard N

 

Pionnier du foot sur le Web avec Kick'n'Rush, historien pour les Cahiers et Footichiste pour son compte.


Du même auteur

> déconnerie

Prendre à contrepet

> article suivant

Une papinade pour une finale

> article suivant

Revue de stress #144

> article précédent

Ultramarines solitude

> article précédent

Revue de stress #139

N’Doye 2008, quand Carquefou tomba l’OM

Un jour un but – En marquant le seul but de son équipe face à l’OM le 18 mars 2008, Idrissa N'Doye signe l’un des exploits les plus retentissants de l’histoire de la Coupe du France.

Partager

 

Sébastien Le Paih reçoit au milieu du terrain un ballon qu’il contrôle de la poitrine. D’un extérieur du pied droit, il l’expédie droit devant. Idrissa N'Doye échappe aux défenseurs marseillais qui tentaient de le mettre hors-jeu. L’attaquant sénégalais suit des yeux la trajectoire aérienne du ballon et parvient à s’en emparer juste avant que Cédric Carrasso n’intervienne. Le gardien phocéen s’est en effet hasardé à une sortie hors surface, mais il est éliminé par le contrôle de l’attaquant de Carquefou. La cage est alors grande ouverte et, sans même entrer dans la surface de réparation, N’Doye frappe de l’intérieur du droit. On craint un instant que la trajectoire incurvée finisse à côté, mais le ballon entre bien dans la cage.

 

 

Fou comme Carquefou

C’est une explosion de joie qui secoue les tribunes de la Beaujoire. L’USJA Carquefou n’a mis que sept minutes pour marquer contre l’Olympique de Marseille. À l’excitation de l’événement qui a précédé le coup d’envoi vient immédiatement celle d’un exploit qui prendrait vraiment forme. Pas le temps de laisser la raison prendre le dessus, le match démarre sur un coup de folie qui imprimera toute la soirée.

 

 

Un moment de bonheur qui vient à point dans un stade de la Beaujoire qui en manquait singulièrement. Le FC Nantes, maître des lieux, se morfond depuis quelques mois dans les combats douteux de la deuxième division. Ce 18 mars 2008, le club de Carquefou, quatorzième de CFA 2, sort donc le foot de Loire-Atlantique de sa léthargie. Son histoire avec la Coupe de France se résumait jusqu’alors et dans le meilleur des cas à des 32e de finale jamais franchis.

 

En 2008 donc, le club de la région nantaise se fraye un passage jusqu’en huitième de finale, après avoir notamment sorti Nancy, troisième de Ligue 1, au tour précédent. Et Papa Idrissa N’Doye, déjà, avait fait la différence en entrant dans le dernier quart d’heure pour secouer la lourde défense nancéienne et amener les deux buts de son équipe en prolongations (2-1).

 

 

Tradition de la Coupe

Face à l’OM, quatrième de Ligue 1, Carquefou vit un rêve éveillé. Sur le terrain, onze amateurs en blanc face à onze professionnels en orange, deux mondes qui se confrontent dans la pure tradition de la Coupe de France: des dégagements loin devant face aux combinaisons récitées à l'entraînement, un marquage d'homme à homme face à un placement de tableau noir. L’équipe marseillaise a plus de 83 minutes pour rétablir la situation. Il lui manque certes Mamadou Niang et Mathieu Valbuena mais elle peut compter sur Samir Nasri et Djibril Cissé pour surclasser un adversaire qui compte en tout quelques trois matches en Ligue 1, ceux disputés par son capitaine Sébastien Le Paih avec le FC Nantes au tout début de sa carrière.

 

 

Mais les hommes d’Eric Gerets ne sont pas dans un bon soir. Leurs offensives sont brouillonnes et les attaquants se heurtent à un gardien de but en état de grâce, Alban Joinel, impérial sur chaque ballon aérien. Les minutes s’égrènent alors très vite pour l’OM, et lentement pour le public nantais. Lorsque monsieur Ennjimi siffle la fin, Carquefou signe un exploit invraisemblable et N'Doye imprime son nom dans l’histoire du foot.

 

 

De l’OM au PSG

Pour les quarts de finale, le tirage au sort proposera à Carquefou un autre cador de la Ligue 1, le Paris Saint-Germain. Nouvelle effervescence au stade de la Beaujoire, où l’USJA tiendra tête à l’équipe C du club de la capitale. Paul Le Guen a en effet aligné une équipe de réservistes, mais il devra quand même faire entrer sa vedette Pedro Miguel Pauleta pour faire la différence en fin de match (1-0).

 

Carquefou vit aujourd’hui avec le souvenir de ces moments exceptionnels. Personne n’a oublié le nom de Papa Idrissa N'Doye. Le buteur sénégalais était arrivé un peu par hasard à Carquefou en 2006 après quelques périples en Albanie et au Portugal. Quinze mois après son exploit contre l’OM, il tentera de nouveau une aventure rocambolesque en rejoignant le MFK Ružomberok, en première division slovaque. Il n’y restera que trois mois, avant de revenir en Loire-Atlantique. Il fera finalement les beaux jours des Voltigeurs de Châteaubriant, à quelques kilomètres du stade de la Beaujoire où il a laissé une marque indélébile.

 

Partager

Un jour, un but


Christophe Zemmour
2018-02-27

Zidane 1998, un droit de velours

Un jour, un but – Il y a vingt ans, Zinédine Zidane enchante le Stade Vélodrome sur un concerto pour pied droit. On est en février et, quelques mois plus tard, la France gagnera le Mondial.


Richard N
2017-05-16

Houchen 1987, le soleil de Coventry

Un jour, un but – Le 16 mai 1987, sous le soleil de Wembley, l'Anglais Keith Houchen inscrit d'une tête plongeante acrobatique un but qui lance le club de Coventry vers le seul grand titre de son histoire, la FA Cup.


Richard N
2017-03-16

Fairclough 1977, supersub strikes again

Un jour un but – Le 16 mars 1977, un remplaçant aux cheveux roux stoppe l'épopée de l'AS Saint-Étienne et lance celle du FC Liverpool.


>> tous les épisodes de la série "Un jour, un but"

Sur le fil

La Revue de Stress remet des décorations à tous ses lecteurs. https://t.co/84pMZuTM1H https://t.co/cYpIB5J47G

Le Classement en relief de la D1 féminine fait peur. Le point sur la lutte pour le maintien: https://t.co/sILET4ChNC https://t.co/AN4B05TVM7

RT @footballskiFR: En déclenchant, depuis le Maroc, en juillet 1936, un putsch entraînant l’Espagne dans une guerre fratricide entre camps…

Les Cahiers sur Twitter

Le forum

Paris est magique

aujourd'hui à 11h02 - PCarnehan : Je n'y croyais pas avant le 7-1 de dimanche mais, là, avec 103 buts marqués et notre moyenne de... >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 10h46 - LYon Indomptable : Va savoir,A 5-0 à la 60ème, on verra peut-être enfin le pauvre Diakh entrer. Car si nous sommes... >>


Feuilles de match et feuilles de maîtres

aujourd'hui à 10h42 - Raspou : Ah, les Chroniques de la haine ordinaire, c'était le rendez-vous quotidien immanquable, on... >>


Dans le haut du panier

aujourd'hui à 10h37 - Özil paradisiaque : Je me suis fait la remarque en découvrant le résultat qu'il ne devait pas rester grand monde en... >>


LdC : La Ligue des Cahiers

aujourd'hui à 10h36 - JeanBen : Open Barbares >>


Coupe de France

aujourd'hui à 10h01 - Lucho Gonzealaise : L'uniformisation des sponsors en Coupe de France a quand même un avantage, elle nous a évité de... >>


Foot et politique

aujourd'hui à 10h00 - Edji : (en réponse au dernier post de Hyoga, et en plein accord avec Roger, donc) >>


CDF sound system

aujourd'hui à 09h40 - Dan Lédan : Et je relance d'un Rocky Erikson (Two headed Dogs par exemple mais le reste est barré aussi) sans... >>


Scapulaire conditionné

aujourd'hui à 09h10 - Mallardeaufraiche : Fais comme moi @Liquido : entame un régime "Comme J'aime" en revisionnant, via le tube, des matchs... >>


Le Palet des Glaces

aujourd'hui à 05h09 - Gouffran direct : Ha ha! Quand j'ai vu la suite des choses j'y ai aussi pensé.Sinon les Caps se sont bien rattrapés... >>


Les brèves

Sans Pellegrino

"Southampton : Pellegrino limogé." (lequipe.fr)

PAOK-47

"Grèce : un président de club armé sur le terrain." (libé.fr)
Avec des crampons de 9 mm.

Les sept samovars

"Sept supporters à Moscou." (lequipe.fr)

L'Astori continue

"Le contrat de Davide Astori a bien été prolongé par la Fiorentina, malgré son décès." (lequipe.fr)

L'abeille cool

“LOSC : Maia reste confiant.” (madeinfoot.com)