auteur
Charly Moriceau

> article suivant

Drôle de fair-play

> article suivant

Sous la Coupe de Memphis

> article précédent

Pelé 1969, en plein dans le mille

> article précédent

PSG-QTA : FPF UEFA WTF ?

Morgan Schneiderlin, le Saint patron

L'excellente saison des Saints de Southampton doit beaucoup à un joueur qui déchaîne les passions en Angleterre, mais brille par son absence médiatique en France.

Partager


Nombreux sont les jeunes Français à avoir tenté de conquérir l’Angleterre de façon précoce – un peu trop, pour beaucoup. Anthony Le Tallec, Florent Sinama-Pongolle ou Dany N'Guessan, pour ne citer qu’eux, n’ont jamais réussi à s’imposer et ont tous fini soit par rentrer au pays, soit par s’enterrer dans les divisions inférieures. Morgan Schneiderlin est pourtant parvenu, lentement mais sûrement, à conjurer le sort.
 

 

Morgan Schneiderlin Southampton FC


The Great Escape

Formé à Strasbourg, le milieu alsacien n’a le temps de disputer qu’une poignée de matches de première division avant que le Racing ne sombre en Ligue 2. Les déboires financiers commencent et le club doit vendre. Contrairement à son coéquipier de l’époque, Kévin Gameiro, Morgan Schneiderlin tourne le dos à la France et tente l’aventure de l’autre côté de la Manche. Il n’a alors que dix-huit ans il et s’apprête à découvrir les charmes de la South Coast et de la deuxième division anglaise à Southampton.
 

En Angleterre, le milieu français s’impose immédiatement dans l’entrejeu des Saints. Malheureusement, son arrivée coïncide avec le début du naufrage financier de Southampton. Sanctionnés d'une pénalité de dix points, les Saints sont relégués en League One, la troisième division anglaise. Malgré ses bonnes performances, Morgan Schneiderlin s’enfonce dans les profondeurs de la Football League et sa carrière semble suivre les traces de ceux qui ont tenté l’aventure avant lui.
 

Mais là où cette relégation aurait pu être le début d’une chute dans l’anonymat pour le milieu de terrain, elle devient, pour lui comme pour son club, le début de l’ascension. En League One, Southampton réussit à conserver les piliers de son effectif, dont l'Alsacien fait désormais partie. Adam Lallana et Rickie Lambert sont déjà là quand le club décroche facilement la montée en Championship (deuxième division) à l’issue de la saison 2010/11.
 


Un début d’ascension en duo, avant l'ère Pochettino

Le premier tournant de la carrière de Morgan Schneiderlin à Southampton intervient lors de cette fameuse montée. Southampton recrute le milieu anglais Jack Cork en provenance de Chelsea. La mayonnaise prend immédiatement. Le Français récupère, l’Anglais oriente le jeu, les Saints étouffent tous leurs adversaires et trustent la première place du classement durant les trois quarts de la saison. Promus tardivement après une baisse de rythme en fin de saison, ils partent à l’assaut de l'élite avec une ossature qui ne bougera quasiment plus. En Premier League, la doublette Cork-Schneiderlin ne fléchit pas au milieu. Elle s’impose même comme l’une des meilleures du championnat. Schneiderlin, lui, se met à être décisif au score. Buteur contre Manchester United, il se découvre petit à petit un penchant pour l’attaque qui sera au fondement du deuxième tournant de sa carrière, après le licenciement de l’entraîneur Nigel Adkins en janvier.

 

Morgan Schneiderlin poste Southampton

 

L’arrivée de Mauricio Pochettino à la tête de Southampton marque le dernier palier de son ascension. Durant l’ère Adkins, l’Alsacien se positionnait comme une sentinelle, voire comme un meneur de jeu en retrait après l’arrivée de Jack Cork. Pochettino voit davantage en lui. Il lui explique qu’il est capable d’élargir encore son registre de jeu et en fait le joueur-clé de son milieu de terrain. Dès lors, le Français se positionne légèrement plus haut que son acolyte Cork, remplacé dans le onze de départ par Victor Wanyama à l’été 2013. Transformé en milieu dit "box-to-box", Schneiderlin devient l’homme à tout faire des Saints. Récupération, compensation des montées des arrières latéraux et orientation du jeu, il accompagne la constante progression de Southampton. À la fin de saison 2012/13, il est élu "joueur de l’année" par ses coéquipiers et les supporters, et ses statistiques le font figurer parmi les meilleurs tacleurs d’Europe.
 


Oublié des Bleus

Fin août, alors que Pogba, Matuidi et Cabaye sont suspendus et que Morgan continue sur sa lancée avec Southampton, Didier Deschamps lui préfère Josuha Guilavogui et Geoffrey Kondogbia. Pire, le milieu sotonian concèdera même, dans une excellente interview à Kick Off, n’avoir jamais reçu de pré-convocation de la part de la Fédération – ce qui porte à se demander s'il est seulement observé par le staff des Bleus.
 

Schneiderlin a pourtant fait partie de toutes les sélections de jeunes et il bénéficie d’une notoriété telle en Angleterre que nombreux sont ceux qui souhaiteraient le voir intégrer la sélection anglaise. Trois de ses coéquipiers (Lallana, Lambert et Rodriguez) ont déjà été appelés par Roy Hodgson et il ne fait aucun doute que le milieu des Saints y aurait également eu droit s’il en avait émis le souhait. L’Alsacien, par ses cinq ans passés en Angleterre, est en effet en droit d’obtenir un passeport anglais s’il le désire. "Spiderman", comme le surnomment les supporters des Saints, a de quoi séduire chez les Three Lions, où la pénurie de milieux défensifs se fait sentir. Alors, manque de visibilité de son club ou simple méconnaissance du foot étranger en France? Newcastle, moins bien classé la saison dernière que Southampton, fournit pourtant plusieurs internationaux à l’équipe de France...
 

En attendant, l’ancien joueur du Racing le sait, il a deux options: partir jouer dans un plus grand club, ou mener Southampton aux sommets. Son choix semble être fait. Sous contrat jusqu’en 2017, Morgan explique, dans la même interview, vouloir "hisser Southampton dans les plus hautes places de Premier League". Après douze journées de Premier League, les Saints sont 5e à deux points de la deuxième place. À ce rythme, il risque d’être difficile de le snober beaucoup plus longtemps.

 

Partager

> déconnerie

The Bernard Mendy Facts

Le jeu, les joueurs, les entraîneurs


Christophe Kuchly
2018-11-13

Le journal du jeu #3 : vivre avec le ballon

Antonio Mohamed a été viré du Celta mais ses tenues vestimentaires ne seront jamais oubliées. • Betis: la prime au jeu • Dortmund: vitesse et structure • City: éloge de la stabilité


Christophe Kuchly
2018-11-06

Le journal du jeu #2 : centres et milieux récupérateurs

Il ne sera pas question de Coupe de la Ligue cette semaine. • Real: retour vers le futur • Arsenal: la patte Emery • Lille: l'impuissance de l'entrejeu


Christophe Kuchly
2018-10-29

Le journal du jeu #1 : pressing et Clasico

Chaque semaine de football offre son lot d'enseignements: tour d'horizon de téléspectateur. • OL: presser les défenses à trois • PSG: Mbappé, dernier défenseur • Real: Lopetegui mort sans ses idées


>> tous les épisodes du thème "Le jeu, les joueurs, les entraîneurs"

Sur le fil

RT @PierreGodon: Le tour du monde des billets avec vue du terrain obstruée (certains sont vendus très cher) https://t.co/xqYJFNs2vg

Il ne fallait pas croire qu’un match de foot féminin échapperait au plan pipe sur les patrons de Canal+ en tribune.

RT @DamienDole: N'empêche, je veux bien entendre tous les trolls que vous voulez sur la nouvelle tifoseria parisienne et le @Co_Ultras_Pari…

Les Cahiers sur Twitter

Les brèves

Chapecoense 2

"Foot - L1 : Inattendu sommet." (lequipe.fr)

Futur taulier

"Neymar risque jusqu'à 6 ans de prison." (ouest-france.fr)

Ruddy Bukkake

"Arbitrage : ‘J'en ai pris plein la tronche’." (lequipe.fr)

Droit au mur

“OM : Une attaque sans tête.” (lequipe.fr)

Mou Walk

"Le car de MU encore bloqué, Mourinho finit à pied." (lequipe.fr)