auteur
Jérôme Latta

 

Chef d'espadrilles.


Du même auteur

Moins de foot, plus cher

Partagée entre Canal et Orange, la Ligue 1 va frustrer ses amateurs tout en leur faisant les poches.
Partager
Le week-end du 9 août, le championnat de France français retrouve les terrains... et les écrans. Pour les footballeurs, les pelouses n'auront pas changé, exception faite de celles des promus. Pour les spectateurs, il faudra s'habituer aux nouveaux horaires:  6 matches à 19 heures et un à 21 heures le samedi, 2 matches à 17 heures et un à 21 heures le dimanche (1).
Les téléspectateurs, eux, vont découvrir le nouveau paysage audiovisuel dont a enfanté l'attribution des droits télé pour la période 2008/2011, et qui sera donc le leur pour trois saisons. Non sans dégâts: il faudra choisir entre s'asseoir sur sa frustration ou mettre la main au portefeuille.


orange_foot2.jpgPas de quartier pour Orange
La grande nouveauté, ce sera évidemment l'apparition de la chaîne Orange Foot, l'opérateur de téléphonie ayant acquis, pour 203 millions d'euros par saison, le droit de retransmettre le "grand match" du samedi, à commencer par le premier choix de 21 heures. Cette offre ne sera accessible qu'aux abonnés de l'offre "triple play" d'Orange (téléphone, Internet, télévision), via ADSL ou satellite, contre 6 euros mensuels – qui s'ajouteront aux 29,90 euros d'abonnement + 3 euros de location de la Livebox.
Inaccessible via la TNT, Orange sera disponible par satellite dans les zones où le débit ADSL n'est pas suffisant, moyennant l'installation éventuelle d'une parabole et la location ou l'achat d'un décodeur spécifique (2).

Dans la bataille, Canal+ s'est arrogé le "grand match" du dimanche soir et la priorité pour en désigner l'affiche (3). La chaîne cryptée a aussi conservé un semblant d'exclusivité, puisqu'elle diffusera l'intégralité des matches: en direct et en paiement à la séance via Foot+ pour les huit matches hors les deux affiches, et en différé à partir de minuit pour les matches Premium (dont celui du samedi soir diffusé par Orange).


Dépenser plus pour voir moins
Pour avoir accès à tous les matches, ou plus simplement pour avoir la possibilité de regarder les deux "grands matches" du samedi et du dimanche soir, il faudra s'abonner à la fois à Canal+ et à Orange (en y ajoutant le prix de Foot+). Un abonné C+ qui payait 30 euros pour voir trois matches n'en verra plus qu'un, et devra en remettre 36 dans la corbeille pour avoir le droit de voir l'autre affiche du week-end chez Orange...
Sauf à payer sensiblement plus cher, il y aura donc moins de matches disponibles pour la plupart des téléspectateurs. Ce ne sera pas forcément un mal, la vraie vie étant ailleurs, mais en réalité et en moyenne, l'ensemble des amateurs de football déboursera plus d'argent... tout en voyant moins de foot.

La bonne opération financière (668 millions annuels) réalisée par la Ligue en cassant l'exclusivité de Canal+ et en ouvrant la porte à Orange en tant que diffuseur a failli avoir une conséquence plus marquante: la disparition de toute image de la Ligue 1 disponible sur les réseaux hertziens gratuits, puisque même le magazine du dimanche (Téléfoot puis France 2 Foot la saison dernière) avait été acquis par Canal. Avivé par les protestations de France Télévisions (qui souhaitait récupérer, via une nouvelle loi, un accès aux images), les mobilisations des associations de téléspectateurs et l'inquiétude du CSA, le débat sur "la privatisation du foot français" et le droit à l'information a finalement poussé Canal+ à proposer en clair le magazine du dimanche (4).


orange_foot1.jpg


Moins populaire
Le saucissonnage de la Ligue 1, s'il constitue une réussite sur le strict plan économique pour les clubs de Ligue 1, aura pourtant des effets difficilement mesurables. Déjà, certains présidents se sont aperçus avec retard que l'exposition du championnat serait très réduite par rapport aux saisons précédentes. Non seulement il n'y a plus que deux affiches au lieu de trois, mais de surcroît, la première diffusée par Orange va toucher un nombre famélique de téléspectateurs, l'offre démarrant à peine et n'offrant pas la garantie de conquérir des audiences aussi larges que celles de Canal (déjà restreintes à 5,3 millions d'abonnés). La chaîne va d'ailleurs – comme TPS avant la fusion – mettre en valeur la Premier League sur son antenne du samedi après-midi...

Le retour à la concurrence aura aussi pour effet d'instaurer une logique purement commerciale pour le choix des matches. "Nous serons un peu moins 'démocrates'. Nous choisirons à chaque fois la meilleure affiche possible", confiait récemment Cyril Linette à L'Équipe. Cela signifie que certains "petits" clubs pourraient ne plus jamais être diffusés, au profit des plus médiatiques (5)... Or, la répartition des droits télé entre les clubs est en partie calculée sur le nombre de diffusions. On comprend quel effet de levier va se mettre en place, consistant à faire aller toujours plus d'argent aux mêmes formations.


La vente à la découpe du championnat de France creuse ainsi l'écart entre l'industrie du football et ses consommateurs. Elle résulte d'une vision à court terme, dont les conséquences ont peut-être été très mal mesurées par ceux qui vont croire en profiter: à l'arrivée, le danger est tout simplement de dévaluer le produit en le rendant moins populaire. Ce risque-là a-t-il été calculé?



(1) La première journée, pour laquelle tous les matches seront disputés le samedi à 21 heures, sera diffusée en multiplex par Canal+ (hors le match d'Orange Foot du samedi soir). Il en ira de même pour les 20e, 37e et 38e journée. Par ailleurs, lors des 2e et 3e journées, les matches du dimanche après-midi auront lieu à 16 heures au lieu de 17.
(2) Orange dispose aussi de l'exclusivité de la diffusion sur téléphones mobiles, sur lesquels huit rencontres seront disponibles (hors les deux grands matches du samedi soir et du dimanche soir). L'opérateur commercialisera en vidéo à la demande (VOD) un magazine hebdomadaire disponible à partir de dimanche minuit.
(3) Lots "Premium 1 et 2" de l'appel d'offres (les 10 plus belles affiches plus les 28 autres matches du dimanche soir). Canal+ s'est ainsi d'ores et déjà réservé toutes les confrontations entre l'OM et l'OL, ainsi qu'entre l'OM et le PSG. De son côté, Orange aura la priorité pour désigner 10 matches du samedi soir.
(4) Diffusé de 19h40 à 20h40 et animé par Hervé Mathoux et Nathalie Ianetta à partir du 31 août, "Canal Football Club" sera selon Cyril Linette – nouveau directeur des sports – "un grand show familial (...) un peu à l'italienne, avec un grand décor et un public de 300 personnes". Il comportera, outre les résumés des rencontres du samedi et du dimanche, "des débats, un module de divertissement, un journal people" (Le Parisien).
(5) Même si une règle empêche chaque opérateur de diffuser plus de 19 fois la même équipe en prime time.
Partager

> sur le même thème

C1 : une réforme pour presque rien

> Dossier

Le bizness

Le bizness


Jérôme Latta
2020-10-14

Le "fiasco" de Mediapro était-il annoncé?

Minichro – La Ligue 1 est menacée de "faillite" par le défaut de paiement de Mediapro. Tout le monde l'avait vu venir, mais a oublié de le dire. 


Richard Coudrais
2020-08-30

Le foot d’après, c’est maintenant

C'en est fini du football suranné datant de l’Angleterre victorienne. Aujourd’hui, les dernières barrières ont sauté avec les mesures sanitaires: le football de papa est aboli. 


Jérôme Latta
2020-08-27

Le football européen vend ses actions à l'étranger

Une Balle dans le pied – Les trois quarts des clubs de Premier League sont détenus par des capitaux étrangers, et le reste de l'Europe suit le mouvement, dont la France.


>> tous les épisodes du thème "Le bizness"

Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)