auteur
Alexandre Foatelli

> article suivant

Revue de stress #163

> article précédent

Les caresses de Coutinho

> article précédent

2010, Casillas des as

Moi, meilleur joueur de la Coupe du monde

Ils sont neuf à avoir obtenu le Ballon d’Or Adidas au terme d’une Coupe du monde. En attendant de connaître l’identité du dixième lauréat en juillet prochain, penchons-nous sur les caractéristiques de ses prédécesseurs.

Partager

 

Énième distinction individuelle dans un sport collectif, le Ballon d’Or Adidas (à ne pas confondre avec le Ballon d’Or France Football) récompense le meilleur joueur de chaque Coupe du monde. Depuis sa création en 1982, neuf joueurs ont reçu cet honneur. Mais comme son grand frère, ce trophée suscite parfois la polémique.

 

 

Légitimité et subjectivité

Le 13 juillet 2014, Lionel Messi recevait sa récompense sans avoir le cœur à la célébrer. Rien d’étonnant lorsque l’on vient de perdre une finale de Coupe du monde… Dès le lendemain, médias et réseaux sociaux s’interrogent: comment se fait-il que l’Argentin ait été désigné alors que plusieurs de ses adversaires en finale semblaient le mériter tout autant (Thomas Müller, Toni Kroos ou Philipp Lahm) et sont champions du monde? Le meilleur joueur du tournoi peut-il être celui qui est passé à côté de sa finale?

 

(Cliquez sur les images pour les agrandir)

 

 

De quoi nourrir l’idée que le Ballon d’Or Adidas serait décerné avant le coup d’envoi, ce dont la FIFA se défend. Le Groupe d’étude technique (TSG), composé d’anciens coaches et internationaux des différents continents, a officiellement jusqu’à la fin de la finale pour se décider. Gérard Houllier, membre du TSG en 2014, avait justifié le choix de Lionel Messi en rappelant que le Groupe visionne tous les matches et regarde les performances sur l’ensemble de la compétition. Mais l’ancien entraîneur de Liverpool et de Lyon mettait en avant des critères beaucoup plus subjectifs que les performances pures: "L'analyse prend aussi en compte le fait qu'il était capitaine d'une équipe soudée. Une formation qui a bien joué ensemble. Chose qu'on n'avait plus vue depuis longtemps en Argentine. En demi-finales, contre les Pays-Bas, il marque son penalty en tant que premier tireur."

 

 

Voilà pourquoi les débats ne pourront jamais être tranchés. Dès l’instant où les critères d’attribution incluent une dimension subjective (a-t-il été un bon capitaine, marquer son tir au but en premier est-il plus important que le dernier tireur?), il ne pourra y avoir un consensus évident. Le Ballon d’Or Adidas pourrait se résumer à choisir, parmi les champions du monde, celui qui a marqué le plus et fait le plus de passes décisives. Mais cela le rendrait redondant avec le Soulier d’Or qui récompense déjà le meilleur buteur, et laisserait encore moins de chance qu’ils n’en ont aux joueurs défensifs. Adidas suscite parfois la polémique.

 

 

Qui es-tu, lauréat du Ballon d’Or Adidas ?

Dans huit cas sur neuf, le meilleur joueur de la Coupe du monde occupe un poste offensif. La seule exception eut lieu en 2002 lorsque que le gardien de but allemand Oliver Kahn fut préféré à l’avant-centre brésilien Ronaldo. Pourtant, c’est bien son dauphin qui avait remporté le duel de la finale en marquant le doublé de la victoire et le Soulier d’Or par la même occasion. Trois d’entre eux ont remporté la finale, la dernière fois en 1994, quatre étaient finalistes malheureux et deux absents de la finale mais meilleurs buteurs de la compétition (Diego Forlan était à égalité avec trois joueurs en 2010).

 

 

 

Sur l’ensemble du palmarès, le Ballon d’Or Adidas est revenu à des joueurs relativement expérimentés. En moyenne, les lauréats étaient âgés de 27 ans et jouissaient déjà d’une carrière internationale solide (48 sélections et 18 buts en moyenne). La plupart ont été (Rossi en 1982, Schillaci en 1990) ou ont compté parmi les meilleurs buteurs de la compétition. Zinédine Zidane, primé en 2006, est le seul joueur de champ lauréat à avoir marqué moins de quatre buts.

 

 

1990-2002, une décennie particulière

Durant cette période, les lauréats affichaient un passé international moins conséquent en nombre de sélections (29 en moyenne). Seul Oliver Kahn en comptait plus de 40. L’attaquant italien Salvatore Schillaci n’avait joué qu’un match de préparation avec la Squadra Azzura, juste avant de disputer le Mondial 1990 à domicile. En 1998, Ronaldo est distingué à seulement 21 ans, âge en dessous duquel il aurait pu prétendre au titre de meilleur jeune joueur.

 

Plus encore que l’âge ou le vécu international, les quatre lauréats de cette décennie ont un point commun : leur histoire avec la Coupe du monde était vierge. Bien que la plupart d’entre eux avaient fait partie des sélectionnés lors des éditions précédentes, Romario est le seul qui avait disputé un match de phase finale avant de participer au tournoi dont il sera sacré meilleur joueur. Ceci tranche avec les autres gagnants du Ballon d’Or Adidas, qui avaient derrière eux cinq matches et deux buts en Coupe de monde en moyenne avant d’être primés.

 

La tendance à des profils expérimentés s’est accentuée sur les dernières éditions. Les trois derniers lauréats (Zidane en 2006, Forlan en 2010 et Messi en 2014) avaient en moyenne 29 ans et comptaient 83 sélections et 30 buts avant le début du tournoi. Depuis 2002, leur palmarès avant leur distinction est aussi devenu plus conséquent: ils avaient déjà remporté une quinzaine de titres au moins, à l’exception notable de Diego Forlan (quatre titres). Sur les neufs lauréats, quatre avaient déjà joué plusieurs matches de Coupe du monde lors des éditions précédentes.

 

 

 

 

 

L’avant et l’après

En comparant les statistiques des neuf lauréats sur la saison précédent la Coupe du monde et celle qui la suit, il n’y a pas d’évolution marquée. En moyenne, tous ont disputé une quarantaine de matches toutes compétitions confondues avant et après le Mondial et marqué une vingtaine de but. Mais en regardant les situations individuelles, trois cas de figures ressortent. D’abord, mettons de côté deux joueurs à part: Paolo Rossi, suspendu jusqu’au mois d’avril 1982 suite à l’affaire du Totonero, et Zinédine Zidane, qui a pris sa retraite à l’issue du Mondial 2006.

 

Coup de boost

Diego Maradona, Oliver Kahn et Lionel Messi ont parfaitement géré la saison suivant leur titre de Ballon d’Or Adidas. S’ils sortaient tous les trois d’une saison aboutie sur le plan statistique, ils n’avaient pas remporté de titre majeur juste avant d’entamer la Coupe du monde (Lionel Messi avait remporté la Supercoupe d’Espagne en août 2013). En revanche, ils ont enrichi sensiblement leur palmarès dans la foulée: le doublé coupe-championnat national pour Diego Maradona avec Naples (saison 1986/87) et Oliver Kahn avec le Bayern Munich (saison 2002/03), et le triplé avec la Ligue des Champions pour Leo Messi et le FC Barcelone (saison 2014/15).

 

Coup de mou

À l’inverse, certains lauréats ont connu des saisons post-Coupe du monde plus compliquées. Salvatore Schillaci, Ronaldo et Diego Forlan ont moins joué, moins marqué et n’ont gagné aucun titre majeur juste après avoir brillé en Coupe du monde (Forlan venait de remporter la Ligue Europa avec l’Atletico Madrid en 2010, et n’a gagné que la Supercoupe d’Europe au début de la saison 2010/11). Ronaldo enchaîne les blessures, jusqu’à sa première rupture du tendon rotulien en novembre 1999.

 

Coup de tête (non, pas celui de Zizou en 2006)

La saison 1993/94 de Romario fut couronné de succès: tout juste arrivé au FC Barcelone en provenance du PSV Eindhoven, l’attaquant brésilien inscrit 32 buts, dont 30 dans un championnat qu’il remporte. Si son début de saison 1994/95 est un peu plus poussif, il inscrit néanmoins 7 buts en 18 matches, gagne la Supercoupe d’Espagne et décroche le titre de meilleur joueur de l’année décerné par les sélectionneurs nationaux. Alors que tout lui réussit, Romario choisit de retourner au Brésil en janvier 1995, suite à la dégradation de ses rapports avec son entraîneur Johan Cruyff. Malgré (ou grâce à?) ce départ inattendu, Romario a gardé un rendement similaire avant et après la Coupe du monde 1994.

 

 

 

 

Et maintenant, à qui le tour?

Quand il est question de récompense individuelle dans le football sur ces dix dernières années, on pense forcément à Lionel Messi et Cristiano Ronaldo. Mais aucun joueur n’a réussi à conserver son Ballon d’Or Adidas. Quant à Cristiano Ronaldo il devra être capable de mener le Portugal au plus haut, ce qui n’est plus le cas en Coupe du monde depuis la demi-finale de 2006. Bien qu’il soit le seul joueur portugais dont le profil correspond à celui des lauréats, un profil atypique pourrait émerger de sa sélection. En regardant les équipes favorites à la victoire finale, on peut identifier, selon le profil défini, des candidats potentiels au titre de meilleur joueur du Mondial en Russie.

 

Allemagne

Julian Draxler (élu meilleur joueur de la Coupe des Confédérations 2017), 25 ans, 35 sélections pour 5 buts, 1 match pour 0 but en Coupe du monde, 41 matches (25 comme titulaire) pour 4 buts cette saison, 7 titres remportés.

 

Argentine

Ángel Di María, 31 ans, 92 sélections pour 19 buts, 10 matches pour 1 but en Coupe du monde, 38 matches pour 19 buts cette saison, 14 titres remportés.

 

Belgique

Eden Hazard, 27 ans, 77 sélections pour 20 buts, 5 matches pour 0 but en Coupe du monde, 47 matches pour 16 buts cette saison, 6 titres remportés.

 

Brésil

Neymar, 26 ans (au départ de la compétition), 83 sélections pour 53 buts, 5 matches pour 4 buts en Coupe du monde, 28 matches pour 27 buts cette saison (au 7 mai 2018), 15 titres remportés.

 

Espagne

David Silva, 32 ans, 99 sélections pour 29 buts, 5 matches pour 0 but en Coupe du monde, 39 matches pour 10 buts cette saison, 10 titres remportés.

 

France

Antoine Griezmann, 28 ans, 49 sélections pour 19 buts, 5 matches pour 0 but en Coupe du monde, 39 matches pour 25 buts cette saison, 1 titre remporté.

 

Portugal

Bernardo Silva, 23 ans, 21 sélections pour 2 buts, 0 match pour 0 but en Coupe du monde, 50 matches (26 comme titulaire) pour 8 buts cette saison, 4 titres remportés.

 

Uruguay

Edinson Cavani, 31 ans, 93 sélections pour 38 buts, 10 matches pour 2 buts en Coupe du monde, 43 matches pour 36 buts cette saison, 18 titres remportés.

 

Partager

> sur le même thème

Les Bleus, la magie et l’attente

Le jeu, les joueurs, les entraîneurs


Christophe Zemmour & Richard N
2019-02-14

Banks 1970, l'arrêt du siècle

Un jour, une parade – Le 7 juin 1970, à Guadalajara, le roi Pelé marque un but que le gardien anglais Gordon Banks annule d'un réflexe extraordinaire. L'histoire a retenu qu'il s'agit du plus bel arrêt de tous les temps.


Christophe Kuchly
2019-02-04

Le journal du jeu #10 : les failles mancuniennes et le renouveau du Bayer

Et toujours aucun match nul pour Tottenham... • United: des victoires et des problèmes • Leverkusen: changement de cap


Christophe Kuchly
2019-01-29

Le journal du jeu #9 : Atalanta et Séville, défenses à trois et attaquants adroits

Une édition aussi longue que la visite médicale de Paredes. • Atalanta-Roma: un nul, deux approches • Séville: vive la polyvalence!


>> tous les épisodes du thème "Le jeu, les joueurs, les entraîneurs"

Sur le fil

RT @Horsjeu: Ça va vous en boucher un coin, mais le replay du Radjo Horsjeu d'hier avec @jeromelatta des @cahiersdufoot est déjà en ligne s…

RT @johanncrochet: Depuis plusieurs jours, @vbachelier est en Argentine, récolte des témoignages, écrit des bons papiers et relate les obsè…

RT @RemiBelot: Top interview. https://t.co/FVgF0z14CC

Les Cahiers sur Twitter

Le forum

Dans le haut du panier

aujourd'hui à 03h36 - la menace Chantôme : J'ai un peu honte parce que je ne connaissais pas le vainqueur du concours à 3 points. Mais... >>


Café : "Au petit Marseillais"

aujourd'hui à 01h21 - Flo Riant Sans Son : Lucho Gonzealaise16/02/2019 à 17h52_____Il me semble que Balotelli a toujours plutôt bien réussi... >>


Feuilles de match et feuilles de maîtres

aujourd'hui à 01h11 - Tricky : Ah mille fois oui, et la beauté nostalgique ne vieillit pas. Testé et approuvé sur une... >>


Foot et politique

aujourd'hui à 00h23 - cachaco : Pascal Amateuraujourd'hui à 19h04Le « féminicide » c'est le fait de tuer que des femmes ? Une... >>


Etoiles et toiles

16/02/2019 à 23h41 - Utaka Souley : @Danishos Dynamitosaujourd'hui à 17h21Tu as aussi la chute de Gaston à la fin de la Belle et la... >>


Le fil de butte avec ses potes en croco

16/02/2019 à 23h41 - FPZ : Si vous voulez notre jardinier...Quelle pelouse dégueulasse on se traîne ! >>


LA GAZETTE : Les gestes / Les antigestes

16/02/2019 à 23h07 - et alors : Antigeste :- Le tacle qui vaut pénalty d'un Christophe Jallet en retard sur Angelo Fulgini, au... >>


Go Mouest !

16/02/2019 à 23h01 - McManaman : Ah justement, je n'avais pas vu Angers jouer depuis un moment, je voulais demander des nouvelles de... >>


Gerland à la détente

16/02/2019 à 22h49 - LYon Indomptable : L'unique. >>


CDF sound system

16/02/2019 à 22h44 - Hydresec : Ah, les tchous tchous de Moskow Diskow... Ça vaut 9 points chez moi. >>


Les brèves

Kamil Gros beef cuit

"Près de 800 kg de viande avariée polonaise découverts dans neuf entreprises en France." (lemonde.fr)

Henrique : arrhes, sinon rien

"Les mauvais comptes de Henrique." (lequipe.fr)

Et mer...

"Le mercato inachevé du PSG." (lemonde.fr)

Marquer son époque (une fois sur dix)

"Jean-Michel Aulas rêve d'Olivier Giroud" (lequipe.fr)

Carence Seedorf

"Lille pense à Leroy Fer (Swansea)." (lequipe.fr)