auteur
Gilles Juan

 

Footballeur du dimanche et philosophe de comptoir. @Gilles_Juan


Du même auteur

> article suivant

Sunderland, la lose en série

> article suivant

De vieilles connaissances

> article précédent

Parade de la neige

> article précédent

Le Stade rennais et au-delà

Merci Paris

En défiant les probabilités avec une deuxième élimination, le PSG s'est fait du mal, mais il a fait du bien au football.  

Partager

 

On m'accusera d'être anti PSG pour écrire un truc comme ça, mais c'est faux et ce n'est pas la question: je pense sincèrement qu'il faut remercier Paris. Le remercier d'avoir servi une cause plus noble que le football français: le football tout court.

 

À l'ère où le goût bien légitime pour la statistique se fourvoie (coucou Geoffroy Garétier) trop souvent dans l'idée que les chiffres puissent être "prédictifs", le PSG n'a pas fait que déjouer les pronostics, il a contrarié pour toujours le plus assuré d'entre eux, une deuxième fois, dans un nouveau cas de figure plus certain encore que l'autre (retour à domicile).

 

 

 

 


Tout est (presque) possible

Quelle œuvre de pédagogie! On ne peut pas mieux expliquer que 100% de réussite dans le passé (à se qualifier après un 4-0 ou un 0-2 à l'aller en Ligue des champions [1]) ne signifie pas 100% de chance de réussite à l'avenir. En prime, le PSG a ridiculisé Pierre Ménès qui avait insulté, dans une vidéo méprisante et sponsorisée, les "blaireaux de France" qui parlaient remontada. Merci.

 

Épistémologie mise à part, on doit observer que le PSG (pas le Barça ou Manchester, non, le PSG), grâce à la qualité de son effectif, aux promesses de son jeu lors des matches aller, à l'envie qu'il a d'aller au bout, et à la crédibilité de la perspective, a su donner le plus grand retentissement à son désastre. Et servir de modèle. Ainsi, une chose a définitivement changé. Une chose amorcée il y a deux ans, conclue cette semaine. L'idée que tout est possible.

 

Surtout entre clubs aux budgets équivalents, bien sûr. Mais l'idée que rien n'est jamais joué dans le football quand les équipes jouent dans la même cour – ce poncif éculé, cet argument pour défendre la singularité de ce sport – a regagné sa consistance et sa noblesse. Si seulement davantage d'équipes pouvaient jouer dans la même cour… Combien chaque match retour serait palpitant!

 

 


La loi du détail

Oh bien sûr, il y en a eu d'autres, auparavant, des remontadas. Mais en ayant connu les deux nuances du pire, et de manière si rapprochée, alors qu'il pouvait être le vainqueur final du tournoi, le PSG a fait passer les renversements du statut d'exception à celui de possibilité. Le PSG est l'allégorie de cette éventualité, il a porté à son plus haut niveau de crédibilité l'idée qu'une qualification se joue en 180 minutes. Toutes les équipes vont pouvoir y croire.

 

Par les circonstances du match retour, il a même réussi à redonner du sens à la plus fade des répliques, la plus creuse des remarques, la plus facile des analyses – et pourtant, la plus essentielle, la plus vraie, la plus caractéristique du sport de haut niveau, ainsi que le PSG, et lui seul, l'a rappelé: un match, ça se joue à des détails.

 

Bien sûr, on n'oublie pas que Manchester a miraculeusement bénéficié des détails, et obtenu plus de buts que d'occasions créées, mais comme la dernière doit tout à la VAR et rien à l'esprit du match en particulier ni du jeu en général, on se prend même à rêver plus grand: et si l'on devait remercier aussi le PSG d'avoir contribué à la fin de la VAR?

 

[1] Si on ne se contente pas de la Ligue des champions et que l'on va chercher l'ensemble des doubles confrontations dans toutes les Coupes d'Europe depuis 1980, c'est arrivé 11 fois sur 377 précédents: Manchester avait 3% de "chances" de qualification.

 

Partager

> sur le même thème

Le Stade rennais et au-delà

> du même auteur

Qui vole un neuf

Les coupes européennes


inamoto et Kireg
2019-03-11

Le Stade rennais et au-delà

Pas d'épopée européenne sans ses conteurs. Récit à deux voix de déplacements et d'emportements à Séville et Rennes… en attendant Londres.


Christophe Kuchly
2019-03-07

Par leurs démons plus que par les Devils

Le PSG est retombé dans son propre piège en concédant une défaite invraisemblable, contre un adversaire qui a à peine cherché à gagner. Comment les Parisiens ont-ils fait?

 


Parkduprince
2018-11-22

Indice UEFA : la fin de l'ascenseur social

Le quota de places européennes de la France est-il mis en danger par les mauvaises performances de cette saison? Et bien pas vraiment, la dernière réforme rendant un statu quo général quasiment inévitable.


>> tous les épisodes du thème "Les coupes européennes"

Sur le fil

Cette image a beaucoup circulé. La "superligue" est un serpent de mer depuis vingt ans, mais il se rapproche de la… https://t.co/tNtS3cJLbv

RT @chroniquebleue: Le championnat d'Europe est-il plus difficile à gagner que la Coupe du monde ? En novembre 2015, j'avais étudié la ques…

RT @Horsjeu: Notre éditorialiste maison Frantz-chri-chri en a un peu ras-le-bol des compétitions édulcorées et sacrifiées à l'argent. Et vo…

Les Cahiers sur Twitter

Le forum

L2, National, CFA... le championnat des petits

aujourd'hui à 22h46 - Mevatlav Ekraspeck : Vous rêviez de revoir Le Mans et Laval en D2, avec des belles ambiances de Le Basser ou du... >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 22h43 - Cris CoOL : Pendant ce temps, Memphis a égalé en une minute de jeu avec les Pays-Bas son total de but en... >>


Foot et politique

aujourd'hui à 22h41 - Koller et Thil : Par décision politique, j'entends sur la politique énergétique : soit arrêt du nucléaire et... >>


Au tour du ballon ovale

aujourd'hui à 22h33 - CELTIC BHOY : Ah ! La filière pouillonnaise du RCV, un gage de réussite. >>


La Ligue des champions

aujourd'hui à 22h28 - Mevatlav Ekraspeck : Une ligue fermée...Immonde projet. Transformer les championnats en ligue de développement au... >>


Paris est magique

aujourd'hui à 22h25 - suppdebastille : "The book of negroes" (bizarrement traduit par "Aminata" en Français) du canadien Lawrence... >>


Dans le haut du panier

aujourd'hui à 22h10 - Mevatlav Ekraspeck : kellyaujourd'hui à 16h28Il faut aussi dire que c'était vilain comme tout Philly. On passe la... >>


LdC : La Ligue des Cahiers

aujourd'hui à 22h08 - Marius T : Il est bien là le problème les villages de l’agglo se retrouvent mieux dotés que la ville plus... >>


Lost horizons

aujourd'hui à 21h42 - José-Mickaël : À mon avis ce n'est pas un bon plan de vouloir aller de Verdun aux sites à pieds : on n'aura plus... >>


Etoiles et toiles

aujourd'hui à 21h26 - J'ai remis tout l'allant : Personne n'a testé U s ? Si oui, c'est aussi jouissif que Cet Out ou bien ? >>


Les brèves

De Nuremberg à Pôle Emploi

"Nuremberg vire son entraîneur." (lequipe.fr)

Faut pas des Koné

"Boxing Day en L1, Koné dit non." (maxifoot.fr)

Abstinence

"Fuchs absent trois mois." (lequipe.fr)

Doc Gynéco en public

"Les oreilles écartées par ses gants noirs, Mario Balotelli a ouvert ses écoutilles face aux tribunes de Gaston-Gérard." (lequipe.fr)

Flammengo

"Brésil : incendie meurtrier au centre de formation de football de Flamengo." (rfi.fr)