auteur
La rédaction

Du même auteur

> article précédent

Retourné contre son camp

Andrés, Andrés, la force du fruit

Matchbox – Grâce notamment à un grand Andrés Iniesta, le FC Barcelone n'a pas permis au PSG d'espérer un exploit. Il aurait de toute façon fallu que le club parisien fasse bien plus. La nalyseLe match en gifsLes observationsVu du forumLes titres

Partager

 

Cette fois, le débat sur la pertinence du mot "exploit" n'aura pas lieu. Car le Paris Saint-Germain n'a pas démenti l'issue écrite à l'avance de ce match retour: son élimination face à plus fort que lui. La qualité des Barcelonais, ainsi que l'incapacité des Parisiens à imposer un rapport de force moins confortable aux Catalans qu'à l'aller, s'en partagent la cause. Ce qu'il restait des rêves nés à Londres s'est vite évaporé dans la nuit barcelonaise, un échec qui souligne cruellement que l'impression de franchissement d'un cap laissée à Stamford Bridge n'était finalement peut-être qu'un leurre.

 

La nalyse

 

Christophe Kuchly – Lors du match aller, Barcelone avait donné l’impression de contrôler, jouant à sa main face à une équipe parisienne ne cherchant pas trop à savoir ce que son adversaire avait dans le ventre. Une semaine plus tard? Rien n’a changé. Voir les Catalans concéder quatre ou cinq très nettes occasions de but face à un Valence ultra agressif samedi aurait pu donner des idées à Laurent Blanc. Visiblement non, le pressing relativement haut des premières minutes étant rapidement abandonné, l’intensité absente et le Barça facile. Est-ce que cette équipe, avec les absents que l’on connaît, est si inférieure aux Valencians qu’elle est incapable de réussir à récupérer haut pendant des séquences de plus de deux minutes?

 

 

 

 

À la décharge des Parisiens, la prestation catalane est l’une des plus abouties de la saison dans l’expression collective, avec des joueurs maîtrisant toutes les composantes du jeu: pressing très ciblé pour récupérer le ballon au bon endroit et au bon moment, possession sans erreurs techniques, percées au coeur du jeu… et efficacité. En même temps, quand on laisse Iniesta traverser le terrain et servir Neymar en profondeur puis qu’on refuse de marquer le Brésilien, pourtant l’un des deux seuls éléments offensifs dans la surface, sur un centre, on s’expose à des déconvenues. Tout ça, rappelons-le, alors que les Catalans n’avaient rien à gagner à marquer des buts... hormis assurer définitivement une qualification largement en bonne voie au coup d’envoi.

 

Aux premières loges, les Parisiens et leur 4-4-2 en losange ont pu admirer toutes les qualités de leur adversaire sans jamais rien faire pour mettre en valeur ses défauts. Car oui, même avec sa grosse équipe et un trio Rakitic-Busquets-Iniesta parfait dans sa justesse et sa complémentarité, le Barça en a. Malheureusement, aucun pressing cohérent n’a été mis en place pour les révéler, rendant aussi belles que vaines les nombreuses tentatives de Verratti de sauver les meubles dans sa position de sentinelle. En jouant de la sorte, le PSG a exposé ses individualités: un bon point pour l’Italien, un très mauvais pour ses compères Matuidi et Cabaye – au niveau intrinsèque quelques tons en dessous de leurs adversaires directs –, mais aussi pour Pastore, meneur de jeu d’une équipe incapable de mener une attaque.

 

Après ce match, on est partagé entre deux sentiments. L’admiration pour des Barcelonais qui, quand ils jouent de la sorte, sont de toute façon très compliqués à battre (et Messi est resté relativement calme). Et un regret, énorme: ne pas avoir vu Paris tenter quelque chose. Parce qu’on n’est même pas dans une défaite honorable, celle qui s’analyse aux micros par des “On n’est pas si loin”. On est dans une démonstration qui va au-delà du score, un 5-1 finalement bien gentil.

 

 

 

 

Chelsea, qui préfère le gagne-petit au jeu, n’exploite jamais toutes ses qualités au nom de la solidité. Sur un aller-retour, le moindre détail peut ainsi les faire battre une équipe meilleure ou perdre contre une moins bonne. Après l’exploit londonien, on avait supposé que battre le leader du championnat anglais rapprochait Paris des grands. Face à un adversaire vivant par le jeu, on ne peut pas se cacher. Et même si les blessures sont un bon moyen de relativiser, la démonstration est faite: il reste encore une bonne marche.

 

 

 

Le match en gifs

 

Quand Iniesta s’envole entre les joueurs parisiens

 

 

Quand Busquets vient te chasser au pressing.

 

 

Quand le Barça fait une prise à deux.

 

 

Quand tu essaies de prendre la balle à Marco Verratti.

 

 

Quand tu veux combiner avec Van der Wiel.

 

 

 

 

Les observations en vrac

 

Le PSG, voyant que Séville et Valence ont fait trembler Barcelone en pressant très haut, décide de rester dans son camp. La patte du sorcier Blanc.

 

Au moins, il ne devrait pas y avoir de contrecoup physique d’avoir couru partout pour récupérer le ballon.

 

Dire qu’à l’époque, certains se demandaient pourquoi Barcelone poussait Yaya Touré dehors pour ne garder que Sergio Busquets.

 

Plus Yohan Cabaye joue, plus il fragilise son statut de titulaire en équipe de France. C’est pas si mal, le banc, finalement.

 

La meilleure occasion parisienne du match est un deux contre un où Ibrahimovic choisit d’ignorer Pastore.

 

 

 

Vu du forum

 

=>> PCarnehan – 21h07
Iniesta qui transperce le beau losange de Laurent Blanc. La prochaine fois, au milieu, on fera une ronde. Au moins on accompagnera l'artiste.

 

=>> Gouffran direct – 21h15
Quand je vois le PSG contre le Barça, j'ai l'impression de voir la plupart des équipes de L1 contre le PSG.

 

=>> Mevatlav Ekraspeck – 21h15
Sur mon streaming, quand le Barça a le ballon, on dirait que je joue à Space Invaders sur tablette.

 

=>> Tetsuo Shima – 21h37
Là, on a l'impression d'avoir Pancrate et Reinaldo devant et une défense Talal / Sammy Traoré.

 

=>> ParisHilton – 22h02
Verratti qui tire. c'est vraiment n'importe quoi ce match.

 

=>> Jean-Luc Skywalker – 22h48
Vu ce que prend Cavani, j'ai subitement envie de le défendre comme un Pastore de 2013.

 

 

 

Les titres auxquels vous avez échappé

 

Sirigu et les Bêtes Sauvages
Marqui and Maxwell
Le Seigneur Mascherano
Incroyable Catalan

 

Partager

> sur le même thème

Vata 1990, la main du Diable

Le foot français


Antoine Zéo
2019-11-06

« Kylian, ce n'est clairement pas le Bondynois type »

L'AS Bondy après Mbappé, c'est l'objet du feuilleton de notre revue. Extrait précieux: l'entretien avec Ilyes Ramdani, entraîneur et journaliste. 


Jérôme Latta
2019-09-13

La Ligue 1 a-t-elle sa place dans le "Big 5" ?

Une Balle dans le pied – Que diable fait le championnat de France dans le "Big 5 européen? Examinons la légitimité de cette appellation contestée, qui a pourtant la faveur des économistes du sport.


Rabbi Jacob
2019-07-24

Drôle d'endroit pour des rencontres

Retomber en Ligue 2, c'est retrouver de vieilles connaissances de comptoir dont on s'était assez bien passé, mais avec lesquelles on n'est finalement pas si malheureux de frayer à nouveau. 


>> tous les épisodes du thème "Le foot français"


Le forum

Gerland à la détente

aujourd'hui à 17h38 - syle : Qui ne ferait pas marrer l'Europe à ce stade de la compétition.Vous sortez des poules en LDC, je... >>


Foot et politique

aujourd'hui à 17h37 - Redalert : Sinon, pour (re) trouver le consensus communautaire, Greta Thunberg nommée personnalité de... >>


Le fil dont vous êtes le héros

aujourd'hui à 17h29 - Kireg : Merci CouleurdisgracieuseLierre ! >>


Lost horizons

aujourd'hui à 17h21 - suppdebastille : Et tu apprendras au moins 1 mot en langue fon "yovo", quoique je ne sais pas si tu es "yovo". >>


Bréviaire

aujourd'hui à 17h19 - JauneLierre : Audi, hé !"A 4 devant, c'est pas évident" (lequipe.fr) >>


Scapulaire conditionné

aujourd'hui à 16h15 - Mallardeaufraiche : Après avoir finalement cédé suite aux 27 minutes de grand n'importe quoi au bord de la pelouse... >>


Messages de service

aujourd'hui à 15h51 - AKK, rends tes sets : Surtout qu'il est bien connu qu'un match à huis-clos et un match avec supporters c'est du... >>


Dans le haut du panier

aujourd'hui à 15h46 - Lucho Gonzealaise : Tu parles sûrement de la fin de match entre Miami et Chicago et au contraire, j'ai trouvé Butler... >>


Histoire Football Club

aujourd'hui à 15h24 - Milan de solitude : Danishos Dynamitosaujourd'hui à 10h42Normal, c'est le nom de ma chaîne YT :pTiens, le résumé du... >>


Y a pas que le foot à Auteuil !

aujourd'hui à 14h37 - theviking : Sue Oddoaujourd'hui à 12h08Un article sur Marca. Un joueur espagnol Oriol Roca raconte qu'il a eu... >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)