auteur
Claude quand j'sais pas

Embarquement immédiat à Casablanca

Récit – De toutes les manières de se convertir au football. Être plongé dans la folie d'une qualification marocaine à la Coupe du monde n'est pas la pire. 

Partager

 

Texte d'inscription au forum. Rappel: il n'est pas besoin d'en faire autant pour obtenir le sésame.


* * *

 

Enfant, je suivais le foot avec un intérêt fluctuant au gré des victoires, des matches et des compétitions. Et puis, alors adolescent, un match m’a fait basculer du côté des vrais fans de ballon rond.

 

Il s’agit du match Maroc-Zambie, qualificatif pour la Coupe du monde 1994, le 10 octobre 93. Volontairement, pour ne pas "abîmer" mes souvenirs de l’époque, j'ai renoncé à revoir des images de ce match, préférant garder en mémoire mes impressions d’alors.

 

J’habite à l’époque au Maroc, dont l’équipe nationale, après un parcours historique lors du Mondial 86, échoue à se qualifier pour l’édition 90. En octobre 93, au moment d’aborder cet ultime match de la phase de qualifications, les Lions de l’Atlas sont à une marche de la World Cup 94: une victoire validerait leur billet pour la phase finale, un nul ou une défaite les éliminerait.

 

 

 


Unique sujet de conversation

Le contexte est particulier et contribue à l'ambiance particulière qui entoure ce match. La Zambie a vu son équipe nationale décimée dans un tragique accident d’avion pendant la phase de qualification, suscitant une émotion bien légitime à travers le monde et au sein de la FIFA, qui a dû adapter le calendrier pour permettre aux Chipolopolos de se reconstruire.

 

L’entraîneur de l’équipe marocaine [Abdelkhalek Louzani] a été licencié peu de temps avant ce match, pour des raisons toujours restées obscures, malgré son formidable travail qui a permis à la sélection nationale de jouer sa qualification lors de cet ultime match.

 

La ferveur populaire, dans ce pays fan de foot, encore sous l’émotion du Mondial 86 (avec une accession historique aux huitièmes de finale, grande première pour une équipe africaine), est énorme. Les journaux, radios, télévisions, tournent en boucle autour de ce match, qui devient l’unique sujet de conversation pendant les semaines qui précèdent l’événement.

 

Et puis, c’est le grand jour. Dans mon souvenir, il fait un grand soleil ce jour-là, l’unique chaîne de télévision nationale ouvre ses programmes sur le match, avec des premières images du stade, et de la foule immense qui se presse dès 9 heures du matin pour prendre d’assaut les meilleures places.

 


Atmosphère irrespirable

À midi, le stade est plein comme un œuf, les estimations officieuses parlent de 100.000 spectateurs dans une enceinte prévue pour 80.000, l’ambiance est électrique, et les heures s’égrènent lentement.

 

Le match est tendu, âpre, électrique tant l’enjeu est grand pour les deux équipes. Un jeune Franco-marocain, inconnu jusque-là, fait ses grands débuts avec la sélection marocaine. Il s’agit de Mustapha Hadji, future star de l’équipe et du continent, qui s’illustre par des gestes de grande classe, dont un tir lobé qui échoue de peu à dernière minute de la première mi-temps.

 

Le score est de 0-0 à la pause, je sors de chez moi pendant la pause, et échange quelques mots avec les différents voisins. On y croit, mais le gardien adverse est dans un grand jour, les Marocains sont fébriles et n’arrivent pas à concrétiser leurs occasions.

 

L’atmosphère devient irrespirable durant la deuxième mi-temps. On peut sentir la pression du stade à travers l’écran: grondements, applaudissements, cris de rage ponctuent les actions qui se succèdent, sans que ce but salvateur soit marqué pour autant.

 


Dans le tourbillon

Et soudain, en début de deuxième mi-temps, la délivrance: un coup franc rapidement joué par le Maroc dans sa moitié de terrain, une remontée de balle ultrarapide à une touche, pour trouver le latéral gauche qui a pris l’espace. Son centre est parfait, et trouve l’attaquant de pointe [Abdeslam Laghrissi], parfaitement démarqué, dont la tête plongeante croisée ne laisse aucune chance au goal zambien.

 

 

 


Le stade, la ville, le pays hurlent leur joie, féroce, bestiale, évacuant une pression qui devenait insoutenable.

 

[lire aussi : Laghrissi 1994, le billet pour l'Amérique]

 

Il faut maintenant tenir, les Zambiens se font de plus en plus pressants, un contact a lieu dans la surface de réparation marocaine, l’attaquant zambien s’écroule. L’arbitre hésite peut-être une demi-seconde à siffler un penalty, mais le grondement des 100.000 spectateurs l’en dissuade immédiatement.

 

Le coup de sifflet final plonge le pays dans une liesse indescriptible, les rues sont envahies, les coups de klaxon retentissent tard dans la nuit, le peuple marocain communie dans une ambiance folle. Et moi, jeune ado pris dans ce tourbillon surréaliste, je bascule définitivement du côté obscur des passionnés de foot.

  

Partager

> sur le même thème

La double vie du Bohemka

Le football d'ailleurs


2020-01-07

« Quand nous protestons, nous sommes vulnérables »

Sous la pression, l'Iran a autorisé les femmes à assister à un match de la sélection, mais ce n'est qu'un début pour les militantes. Entretien avec une porte-parole de la campagne Open Stadiums. 


Maxime Arnan
2020-01-06

Au Brésil, Red Bull se donne des ailes

Quatrième "filiale" de la marque dans l'élite mondiale, le Red Bull Bragantino met en œuvre, dans un football brésilien en crise, une méthode économique et sportive éprouvée… et prédatrice. 


Richard N
2019-10-28

La double vie du Bohemka

Il y a dix ans, nous avions raconté la genèse du derby le plus kafkaïen de l’histoire du foot… Bohemians Prague-Bohemians Prague. L'histoire méritait une suite. 


>> tous les épisodes du thème "Le football d'ailleurs"

Le forum

Les jaunes, héros zen

aujourd'hui à 00h45 - Yul rit cramé : Oui, merci, même si on ne sait pas trop quoi en faire de ces points.Mon questionnement sur les... >>


CDF sound system

aujourd'hui à 00h37 - cachaco : Petit rappel en slalomant entre les albums de 2019: les titres des équipes 1970, 1975 et 1979... >>


Premier League et foot anglais

aujourd'hui à 00h22 - Gilles et jeune : Merci M'sieur. Tu écris admirablement bien. Accroche toi ! Le PSG voudra mettre fin à votre... >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 00h03 - Hyoga : Les jambes en l'air et des petites stimulations.Je ne suis pas certain d'avoir la bonne image en... >>


Tout en haut du Nou Camp

26/01/2020 à 23h57 - Biocentrix : Oui, et toujours beaucoup dans les half-spaces. Il faut seulement que Grizou fasse des courses en... >>


Oranje, Ô desespoir !

26/01/2020 à 23h52 - Kikifaitlatouche : Bel article en effet. Un hommage à son très grand talent.Et c'est à ces moments qu'on voit que... >>


Marinette et ses copines

26/01/2020 à 23h16 - CHR$ : Pour la 14e journée de D1, c'était facile, les 6 premiers recevaient les 6 derniers. Et donc la... >>


Paris est magique

26/01/2020 à 23h15 - PCarnehan : suppdebastilleaujourd'hui à 22h54Les maillots lillois floqués en chinois c'est pour le nouvel an... >>


Dans le haut du panier

26/01/2020 à 23h13 - Pier Feuil Scifo : Kobe était mon Jordan, j'ai grandis avec lui au basket. Là c'est... je sens que ça va mettre... >>


Le fil prono

26/01/2020 à 22h56 - Westham : COTY SUPERBOWL49ers@ChiefsMVP?A 0,5 près, combien de yards par portées pour Raheem... >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)