auteur
Gilles Juan

 

Footballeur du dimanche et philosophe de comptoir. @Gilles_Juan


Du même auteur

> article suivant

Ode à la deuxième division

> article précédent

La combinaison de la toupie magique

Hommage aux victimes de feintes de corps

Éloge des attaquants au pressing, qui prennent des petits ponts ou des feintes de corps tel Alessandrini, parce qu’ils se donnent une chance de prendre un ballon décisif.

Partager

 

Ah elle vous a fait rire la feinte de Lucas sur Alessandrini, hein? Le Brésilien fait mine de jouer le ballon mais passe à côté, le Marseillais paraît hors sujet en suivant le corps de l’adversaire plutôt que le ballon qui n’a pas bougé. Et chacun se gausse, un peu par condescendance (car comment peut-on à ce point se faire prendre?), un peu parce qu’un corps qui agit mécaniquement plutôt que de manière fluide est toujours un peu drôle (tel le mec qui chute en grimpant les escaliers quatre à quatre). Mais vous avez tort de rire.

 

 

 


Forcing vs pressing

Il y a deux types de feintes, ou plutôt, deux types de joueurs feintés. Il y a le joueur feinté lorsqu’il défendait, et le joueur feinté lorsqu’il allait au pressing. Dès lors, feinter l’un ou l’autre ne relève alors pas du même art. Dans un premier cas on force la décision, dans l’autre on assure simplement. Et dans ce second cas, il n’y a en réalité que peu de mérite.

 

Un attaquant au pressing n’est pas là pour "ne pas se faire dribbler", il est là pour prendre le ballon en tentant le tout pour le tout. Le but du mec au pressing est d’être non pas plus habile, mais plus prompt que l’adversaire. Rien d’autre. Pour ce faire, il s’agit généralement d’anticiper, de prendre le risque à la fois de se tromper, et à la fois d’être "ridicule", puisqu’en allant franco dans une direction on risque d’être franchement à côté de la plaque si l’adversaire va simplement dans l’autre.

 

Feinter quelqu’un qui est là pour ne pas se faire dribbler (tel le défenseur placé), qui est sur ses gardes, joue en reculant, se contenterait volontiers que le ballon sorte en touche ou soit envoyé en retrait, c’est autre chose que de feinter un mec qui vous fonce dessus. C’est pour ça que Verratti est un excellent 6, mais ne serait pas nécessairement un bon 10: il est suffisamment vif et technique pour faire le crochet habile et efficace, mais éliminerait-il un défenseur qui l’attend et à qui on a appris à "ne pas se jeter"? Laurent Blanc a sorti Verratti qui venait de faire une relance pourrie, interceptée côté gauche: pressé mais trop gourmand, l'Italien aurait peut-être fini par perdre un ballon dangereux, comme d’autres avant lui pressés par Gignac.

 


Éloge du pressing

Peut-être aussi que Verratti n’aurait perdu aucun ballon, car il sait exploiter toute la surface d’un "petit périmètre" pour s’engager dans toutes les directions disponibles, et peut-être que Lucas est un génie de la feinte – mais il est autrement plus méritant en percussion qu’en réaction face à celui qui tente sa chance au pressing, aussi mince soit-elle.

 

Tout le mérite des joueurs au pressing est de faire passer l’objectif d’une intervention décisive avant l’orgueil mal placé du poste tenu ou de l’honneur sauf. Il faut beaucoup d’énergie et beaucoup de spontanéité pour aller au pressing; il faut surtout avoir la force de ne pas appréhender le dribble. Il faut préférer la chance minime de prendre, peut-être, un ballon sur vingt courses, au fait de n’avoir pris aucun ballon mais de n’avoir été dribblé aucune fois.

 

Pastore, qui a connu dans ce classiqueau le "ridicule" similaire du petit pont, n’a pas pris un petit pont "alors que" il aurait pu prendre le ballon, mais bel et bien "parce que" il aurait pu prendre le ballon: il faut un grand geste (course vive, jambes écartés pour couvrir deux zones, anticipation soudaine, ou équivalent) pour prendre le ballon à un joueur dans son camp retranché. Tant pis si ce grand geste ouvre grand la porte à la feinte.

 


À qui le mérite?

Pour résumer: le geste qui donne une chance de prendre le ballon au pressing est le même que celui qui peut être facilement feinté. Le geste opportuniste de l’attaquant est aussi celui qui fait basculer dans le ridicule, pour peu qu’un Imbula, un Lucas, un Verratti ait le coup d’œil et la technique. Mais en termes de performance, le grand pont de Tevez sur le dernier défenseur, c’est quand même autre chose que le petit pont d’Imbula.

 

C’est la même chose lorsqu’on admire des gardiens qui feintent l’attaquant qui voulait contrer le dégagement: on félicite le gardien, sous prétexte qu’il a brillé au détriment de l’attaquant. On a sans doute raison de l’applaudir, mais il est temps de rendre justice à cet attaquant malheureux, qui a le mérite supérieur d’avoir joué sa chance à fond. De temps en temps un gardien ou un défenseur se fait prendre et c’est but. Plus souvent, c’est feinte de corps ou contre-pied, et cela n'a rien de si ridicule.

 

Il n’y a rien de plus logique et probable que la feinte de Lucas sur Alessandrini. Lucas n’a fait que sentir le coup – ce n’est pas rien, c’est brillant, c’est fin, c’est un temps d’avance conservé. Mais le plus méritant sur ce coup-là, c’est Alessandrini, qui a tout fait pour rattraper son temps de retard, alors même qu’il n’avait qu’une infime chance.

 


 

Partager

> du même auteur

Club ou "institution" ?

Le jeu, les joueurs, les entraîneurs


Jérôme Latta
2020-08-06

Anelka, trop bien compris

Une Balle dans le pied - Le documentaire de Netflix Anelka, l’incompris est un autoportrait trop complaisant pour ne pas passer à côté de son sujet. 


Jérôme Latta
2020-07-29

Revoir Guadalajara

Une Balle dans le pied – Qu’est-ce qui fait le mythe d’un match comme France-Brésil 1986, faut-il sortir de la légende du football une rencontre qui y est entrée, que peut-il en rester ?

 


Christophe Zemmour
2020-06-30

Totti 2000, le grand numéro

[rétro Euro 2000 • 4/5] Il y a vingt ans, le jeune Francesco Totti réalisait son meilleur tournoi sous le maillot de la sélection italienne. 


>> tous les épisodes du thème "Le jeu, les joueurs, les entraîneurs"

Le forum

Aimons la Science

aujourd'hui à 11h49 - matthias : Edjiaujourd'hui à 11h24Je trouve cette étude/animation absolument parfaite... >>


Foot et politique

aujourd'hui à 11h45 - OLpeth : La politique de fermeture de lits continue-t-elle en France, bien que Véran ait dit qu'il fallait... >>


Café : "Au petit Marseillais"

aujourd'hui à 11h44 - Lyon n'aime Messi : Ouais mais on a un record d'Europe a battre avant, c'est beaucoup de pression sur nos épaules. >>


Qui veut gagner des quignons ?

aujourd'hui à 11h43 - Milan de solitude : Pas roumain ni géorgien. Qualifié pour la C3. >>


Le fil éclectique

aujourd'hui à 11h04 - L'amour Durix : Ah oui, et le CITE, komensamarche ? >>


Le fil dont vous êtes le héros

aujourd'hui à 10h51 - Cris CoOL : C'est le retour du tournoi des Candignols ?J'ai mis à profit la période post confinement pour... >>


Ligue Europe, la coupe de l'UEFA

aujourd'hui à 10h35 - Tricky : (Pas le meilleur exemple Vion, vu qu’il a déjà été non conservé par un club de bas de... >>


CdF Omnisport

aujourd'hui à 10h08 - kollop : Ok merci de ta réponse. Et si ces activités ont lieu dans une école, ouverte du coup, je... >>


Manette football club

aujourd'hui à 09h56 - Lucho Gonzealaise : Contacte-les magnus, j'ai un pote qui a aussi fait la précommande avec retrait en magasin, il a pu... >>


Futebol lusitano

aujourd'hui à 09h12 - Le génie se meurt ? Ah mais l'mage rit : J'ai pas pu voir les matchs hier mais on peut quand même se réjouir, en coupe d'Europe les clubs... >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)