auteur
Richard N

 

Pionnier du foot sur le Web avec Kick'n'Rush, historien pour les Cahiers et Footichiste pour son compte.


Du même auteur

> article précédent

LOSC 2013/14 : la fiche pratique

Loko 1994, une fin d’été à Nantes

Un jour, un but – Le 19 août 1994, il y a dix-neuf ans jour pour jour, les joueurs du FC Nantes inventent un but de comédie musicale tout en couleur et en légèreté.

Partager


La trajectoire est légère comme un soir d'été. Touche pour les Jaunes que joue rapidement Cauet. Il donne à Loko, qui contrôle de la poitrine et l’envoie vers Pedros d’un retourné. Cela se passe sur l’aile droite, au coin de la surface de réparation. Le ballon déjà ne touche plus le sol. Reynald Pedros s'envole – au sens propre – et caresse la balle de l'intérieur de son pied gauche. Dans l'arrière-garde parisienne, les deux-trois défenseurs de faction voient le ballon voler au-dessus de leurs têtes et courent dans tous les sens.
 


La rugissement de la Beaujoire

La balle parvient jusqu'à Patrice Loko, lancé seul dans de la surface. L'attaquant nantais n'a plus qu'à contrôler, dribbler le gardien et ouvrir le score. Mais ce serait trop simple, un peu trop cartésien pour parachever un tel moment de magie. L'instant commande de tenter autre chose: par exemple reprendre ce ballon de plein fouet, histoire d'inscrire un but encore plus beau. Au risque, peut-être, de tout gâcher, d'envoyer le ballon dans les nuages. Mais Loko sait qu'il ne risque rien. Le ballon est entré dans un tel enchaînement qu’il ne peut finir ailleurs qu’au fond des filets.
 

Alors Loko frappe la balle, comme elle vient, de l'extérieur du pied droit. La trajectoire sublime, partie de cette touche de Cauet, illuminée par le pied gauche de Pedros et parachevée par l’extérieur de Loko, se termine dans la lucarne parisienne. "C’est fa-bu-leux", s’exclame le commentateur TV. Le stade de la Beaujoire rugit de plaisir tandis que les joueurs nantais se congratulent. Bernard Lama, le gardien parisien, n'a plus qu'à aller chercher au fond de sa cage un ballon enfin rendu aux lois de l'attraction terrestre. C'était au cœur du mois d'août 1994. Le vendredi 19, une belle soirée d'été, rafraîchie par une averse dans l’après-midi. Nantes-PSG, cinquième journée du championnat de France. Score final : 1-0, but de Loko à la 18e minute.
 

"Un but venu d’ailleurs" titrera L'Équipe le lendemain. Venu d’ailleurs, vraiment? Certes, le coté aérien de l’action n’est pas courant sur les bords de l’Erdre. Mais cela reste un but profondément nantais en ce qu'il associe vitesse d’exécution et inspiration collective. Avant les arabesques de Pedros et Loko, il faut rembobiner l’action jusqu’au ballon que le défenseur parisien Francis Llacer met en touche. Où l’on voit Benoit Cauet se précipiter, attraper le ballon en plein vol et l’envoyer vers Loko. On voit aussi le bras de Pedros qui indique la marche à suivre à Cauet.
 

 


 


Certifié "à la nantaise"

Il y a quelque chose de minutieusement préparé dans cette action. Quelques principes que les joueurs respectent à la lettre, et qu’ils magnifient avec l’inspiration du moment. C’est dans ce sens que l’action peut être certifiée du label "Jeu à la nantaise". L’expression est encore très pertinente à l’époque. Le FC Nantes, toujours à sec financièrement, retrouve les sommets du foot français avec des joueurs de son cru, qu’il a modelé lui-même en leur inculquant l’intelligence collective et la science du déplacement. Ces joueurs sont lancés ensemble dans le grand bain en 1992, quand l’équipe doit compenser le départ de ses gros salaires. Trois ans plus tard, ils s’imposent avec un brin d’insolence sur tous les terrains du championnat de France et alignent une impressionnante série de trente-trois rencontres sans en perdre une seule.
 

Jean-Claude Suaudeau est le maître d’œuvre de ce FC Nantes fin de siècle. Le coach nantais a pérennisé les conceptions de José Arribas, le mythique entraîneur des années soixante. Coco, c’est son surnom, avait touché une forme de plénitude en 1983 lorsqu’il conduisit le FCN des Bossis, Touré et Halilhodži? au titre de champion. Une décennie plus tard, il a su adapter ses principes au caractère explosif de la nouvelle génération, celle de Pedros, Loko, Karembeu et Ouédec. Il sacrifie la possession du ballon, chère aux champions de 1983, pour pratiquer plus volontiers la contre-attaque. Lorsque le PSG perd le ballon sur un corner, il est immédiatement envoyé loin devant par Christian Karembeu. Cela ressemble à n’importe quoi, mais le dégagement du défenseur nantais trouve Reynald Pedros en position idéale. Francis Llacer parviendra à interrompre l’attaque en mettant en touche. Une touche que jouera rapidement Cauet…
 

Le ballet de Loko et Pedros, la touche rapide de Cauet, le dégagement de Karembeu, c’est l’expression du football de Suaudeau: un jeu faussement naïf, des couleurs chatoyantes, un ballon qui chante au milieu d'une chorégraphie joyeuse et légère. Jean-Claude Suaudeau, dit Coco de Nantes, c'est un peu Jacques Demy, un autre illustre nantais dont le jeu suscita autant d’enchantements que de critiques.
 

Ce 14 août 1994, où Loko marqua son but lumineux face au PSG, Jean-Claude Suaudeau s'est levé de son banc et a plongé dans les bras ouverts de son adjoint. Rarement l'a-t-on vu manifester autant de joie.

 

Partager

> sur le même thème

Mourinho est-il encore spécial?

Un jour, un but


Christophe Zemmour
2018-07-14

Petit 1998, millénaire nuit

Un jour, un but – Au bout de la Coupe du monde 1998, Emmanuel Petit traverse tout le terrain pour inscrire le dernier but de la compétition. Le millième de l’histoire d’une équipe de France qui décroche alors sa première étoile.


Richard N et Christophe Zemmour
2018-07-12

Zidane 1998, double Z au SDF

Un jour, un but – Le 12 juillet 1998 au stade de France, Zinédine Zidane marque deux fois le même but et assomme le Brésil. Le jour de gloire est arrivé.


Richard N
2018-07-10

Thuram 1998, buteur dubitatif

Un jour, deux buts – Le 8 juillet 1998 au stade de France, des Bleus en difficulté face à la Croatie en demi-finale de leur Coupe du monde se découvrent un buteur inattendu...


>> tous les épisodes de la série "Un jour, un but"

Sur le fil

La Gazette de la L1, son Championnat à l’envers, son vertigineux Classement en relief - https://t.co/4V8ksdyVcS https://t.co/0rVwogAAJg

Certaines sélections ont bien de la chance de ne pas avoir été le jouet des délires graphiques de leurs équipementi… https://t.co/LYGB4uokYZ

Les Cahiers sur Twitter

Le forum

La Ligue des champions

aujourd'hui à 03h10 - Pavarrois : Pascal sort de ce pseudo ! (Excellent au passage) >>


Dans le haut du panier

aujourd'hui à 02h47 - Tricky : Mesdames, messieurs, Jimmy Buckets Butler (après avoir dormi trois quart temps)C’est sympa de... >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 00h34 - impoli gone : Match assez frustrant au Formidable.1ère mi-temps maitrisée, avec beaucoup d'impact et un gros... >>


Feuilles de match et feuilles de maîtres

aujourd'hui à 00h28 - OK Choucroute! : Bon, comme je vais faire dodo, je vous donne le prénom : Klaus. Klaus Mann, donc. >>


Etoiles et toiles

aujourd'hui à 00h15 - M le Mendy : Vient de sortir la bande annonce de "Once Upon a time in Hollywood" le prochain Tarantino sur... >>


Foot et politique

aujourd'hui à 00h06 - Delamontagne est Belle : suppdebastille20/03/2019 à 23h32Oui j'imagine tout à fait c'est cool d'être dans l'opposition,... >>


Le Palet des Glaces

20/03/2019 à 23h53 - Gouffran direct : Mauvais karma pour Amiens. Bien fait pour eux. >>


L'empire d'essence

20/03/2019 à 23h45 - Run : Voila, j'ai fini. Dans l'ensemble les acteurs se montrent sous un visage tout a fait positif... >>


Paris est magique

20/03/2019 à 23h26 - cocobeloeil : Sinon, Bala ne vous demande jamais des pronos concernant le PSG ?Chez nous on l'a malheureusement... >>


Café : "Au petit Marseillais"

20/03/2019 à 23h22 - Super Hérault : Nicordioaujourd'hui à 20h32Je ne suis qu’amour pourtant.Perry Cox et Jordan Sullivan donc, dans... >>


Les brèves

De Nuremberg à Pôle Emploi

"Nuremberg vire son entraîneur." (lequipe.fr)

Faut pas des Koné

"Boxing Day en L1, Koné dit non." (maxifoot.fr)

Abstinence

"Fuchs absent trois mois." (lequipe.fr)

Doc Gynéco en public

"Les oreilles écartées par ses gants noirs, Mario Balotelli a ouvert ses écoutilles face aux tribunes de Gaston-Gérard." (lequipe.fr)

Flammengo

"Brésil : incendie meurtrier au centre de formation de football de Flamengo." (rfi.fr)