auteur
La rédaction

Du même auteur

> déconnerie

France-Italie: le film

> article précédent

Exploit individuel en cécifoot

> article précédent

La Ligue 1 version Game of Thrones

Les prix NBA de la Ligue 1 : le vote

La conception américaine des trophées de fin de saison est différente de celle dont on a l'habitude ici. On est allé voir du côté du basket-ball et de la NBA, populaire en ces lieux et pour qui c'est la période, et décliné ses distinctions à la Ligue 1. Mesloub, Payet, Lemar et les autres attendent désormais vos votes.

Partager

 

Outre-Atlantique, les play-off NBA ont commencé, et avec eux la remise des prix annuels. Lou Williams, arrière des Raptors de Toronto, a été élu sixième homme de l’année. Kawhi Leonard, des San Antonio Spurs, a lui été sacré joueur défensif de l’année. Le reste des vainqueurs n’a pas encore été révélé. Les pro-Stephen Curry et les pro-James Harden, favoris pour le titre de MVP (“Most Valuable Player”), s’écharpent toujours dans la défense de leur poulain.

 

Appliquer les récompenses NBA au football peut paraître curieux mais leur spécificité offre un autre regard sur le ballon rond. Les Américains remettent par exemple le prix du meilleur défenseur de l’année et celui du “Most Improved Player”, le joueur qui a le plus progressé d’une saison à l’autre, une façon de promouvoir des joueurs qui ont changé de statut sans forcément devenir des stars. On déplore souvent l’absence de footballeurs défensifs dans le classement du Ballon d’Or. La NBA a ses contre-mesures pour éviter de snober ceux qui brillent sans le cuir. En empruntant ses prix, on s’est dit qu’on pourrait montrer la Ligue 1 sous un nouvel angle. Tout en ayant conscience, bien entendu, des biais qu'implique l'attribution de récompenses individuelles dans un sport collectif (celles-ci étant d'ailleurs pour se faire plaisir et mettre les joueurs qui nous ont marqué en valeur – on ne va pas en faire un fil rouge pendant deux mois). 

 

Remarque dictatoriale: le vote, qui se terminera dimanche 3 mai à 23h59 heure de Vesoul, sera pondéré par un jury interne à la rédaction des Cahiers du football (oui, il y a une rédaction des Cahiers du football). Après le vote des deux corps électoraux, chaque joueur recevra de cinq à un point en fonction de ce classement. Les points seront additionnés, et en cas d'égalité, celui qui aura reçu le plus de votes du public primera. Cette méthode évitera au passage que les lobbys de supporters influent trop sur le vote. Merci de votre compréhension. Vous pouvez évidemment nous insulter en commentaire si nos choix ne vous conviennent pas. 

 

 

 

Most valuable player

 

Aux États-Unis, le prix de MVP est en rédéfinition permanente, constamment débattu. Certains sont en faveur de la méthode “best player on the best team”, d’autres mettent en avant les joueurs qui ont eu le plus à faire, parfois pas aidés par des coéquipiers plutôt moyens. Selon ce second camp, c’est le joueur qui a le plus changé le destin de sa franchise qui devrait l’emporter.

 

Un argument compréhensible mais pas forcément transposable au football, où un seul joueur ne peut pas autant influer sur le sort de son équipe. C’est logique: le basket se dispute à cinq contre cinq, le football à onze contre onze. Si on imagine bien que Lionel Messi pourrait transformer n’importe quelle équipe, combien sont-ils à pouvoir en dire de même ?

 

 

 

 

Rassembler tous les votants autour de la même vision est impossible. C’est bien là la particularité de cette récompense, qu’on ne peut résumer au prix de “meilleur joueur du championnat”. Traduit, “Most Valuable Player” signifie d’ailleurs “joueur le plus précieux”. Alors, qui a été le joueur le plus précieux pour son équipe en Ligue 1 cette saison?

 

Dimitri Payet a été le noyau créatif de l’OM, Marco Verratti le baromètre du PSG et Javier Pastore son vrai meneur de jeu. À l’OL, les noms étaient évidents. Lyon, comme Liverpool la saison passée, est porté par un duo d’attaque dans une forme exceptionnelle. À eux deux, Nabil Fékir et Alexandre Lacazette comptent trente-huit buts et quatorze passes décisives en Ligue 1 cette saison. Reste à départager ces cinq hommes-là.

 

 

 

 

 

Most improved player

 

Peut-être la récompense NBA la plus américaine. Tandis que les autres ont plus ou moins leurs équivalents en Europe, celle-ci est unique. Elle consacre le joueur qui a le plus travaillé, celui qui a fait le plus grand saut de qualité, celui qui, littéralement, a le plus “progressé”.

 

En général, les plus grandes évolutions se font au début d'une carrière. En NBA, néanmoins, ce prix est parfois attribué à des joueurs dans la force de l’âge. En 2008, il a été remis à Hedo Turkoglu. Le Turc avait alors vingt-huit ans et disputait sa huitième saison dans la ligue majeure de basket-ball américaine. Cette année, le favori est Jimmy Butler, qui fêtera ses vingt-six ans en septembre.

 

Parce que les joueurs de football commencent généralement plus tôt leur carrière professionnelle, ils ont tendance à atteindre leur apogée plus tôt. Le développement des joueurs NBA est plus tardif. Pourtant, cette saison, des hommes déjà bien adultes ont surpris: Claudio Beauvue à Guingamp par exemple (quatorze buts, trois passes décisives), ou Max-Alain Gradel à Saint-Étienne (douze buts, deux passes décisives).

 

Trois autres plus jeunes ont répondu aux attentes placées en eux: Jordan Ayew s'est éveillé à Lorient (onze buts, six passes décisives), Diego Rolan à Bordeaux (onze buts et une offrande) ainsi que Yannick Carrasco sur le Rocher. Le Belge est l'homme fort de Monaco cette saison, après un exercice 2013/2014 compliqué, durant lequel il avait progressivement rejoint le banc alors que James Rodriguez prenait le pouvoir. Ses cinq buts et huit passes décisives ont propulsé les Munegus sur le podium après un début de championnat au ralenti. 

 

 

 

 

 

Joueur défensif de l’année

 

Dans le basket, il n’y a pas de séparation aussi nette entre attaquants et défenseurs. Certains attaquent mieux qu’ils ne défendent et inversement, mais tous participent plus ou moins aux deux phases de jeu. C’est moins vrai dans le football, où les entraîneurs donnent parfois des consignes terriblement restrictives. On se souvient de Florent Malouda, expliquant l’interdiction de se porter vers l’avant qu’il avait reçue de Raymond Domenech.

 

Sur le rectangle vert, certains peuvent se permettre de défendre un peu moins parce que d’autres le font à leur place. Ces sacrifiés ne montent pas sur le podium de Ballon d’Or, ne sont pas élus meilleur joueur de l’année. Même dans les onze de prestige, on les oublie au milieu pour mieux aligner trois ou quatre garçons au profil offensif, comme si on jouait à Pro Evolution Soccer dans les années 2000, quand Cristiano Ronaldo devenait le meilleur latéral droit du monde (alors que dans la réalité, il n’a jamais défendu).

 

 

 

 

Ces garants de l’équilibre méritent bien une récompense faite pour eux et juste pour eux. Entre Jérémy Toulalan, meilleur joueur défensif d’une équipe brillante défensivement, Loïc Perrin (bis), Jordan Amavi, collectionneur d’interceptions (1er en Ligue 1) et de tacles (4e), l’immortel Vitorino Hilton et le soldat Marquinhos, la Ligue 1 et sa passion de “l’équipe bien en place” est parfaite pour ce prix.

 

 

 

 

 

Rookie de l’année

 

Voilà un prix qui a demandé une certaine adaptation. En NBA, il récompense les joueurs dont c’est la première saison dans la ligue, quel que soit leur âge. Mais appliqué au football, il fait moins sens. En 2012-2013, Zlatan Ibrahimovic, débarqué en Ligue 1, l’aurait remporté. Le Suédois n’avait pourtant ni la tête ni le CV d’un rookie.

 

On a donc dû transformer cette récompense, en la limitant aux joueurs dont c’est la première saison dans une division d’élite. C’est à peu près sa signification outre-Atlantique, pour des joueurs qui viennent soit d’université, soit de l’étranger et découvrent le meilleur championnat du monde.

 

Cinq noms se sont dégagés. La plupart sont jeunes, mais un fait exception: Walid Mesloub, bientôt trente ans. N’Golo Kanté (4,9 tacles / match, meilleure marque d’Europe) dispute sa première saison en Ligue 1 mais il a “déjà” vingt-quatre ans. Adrien Thomasson et Bernardo Silva avaient passé moins de quatre-vingt-dix minutes sur un terrain de première division avant cette saison (on triche un tout petit peu). Quant à Rony Lopes, malheureusement victime de blessures, il a montré de belles choses pour ses débuts chez les professionnels.

 

 

 

 

 

Sixième homme de l’année

 

Pourquoi n’y a-t-on jamais pensé avant? Peut-être parce que les remplaçants ne sont pas aussi importants au football qu’au basket, règles obligent. Au basket, on rentre, on ressort, on rentre à nouveau, c’est assez pornographique. Le sixième homme de l’année est celui qui s’y prend le mieux.

 

 

 

 

Dans le football, les plus doués dans ce domaine sont attaquants, forcément. On n’a pas encore vu un défenseur être un game changer régulier en débarquant sur le terrain. Souleymane Camara est lui habitué à ce rôle (un but et deux passes décisives après entrée en jeu depuis le début du championnat). Il a remplacé un partenaire à vingt-six reprises, de loin le record en Ligue 1 cette saison. Il est accompagné par des jeunes: Anthony Martial, Clinton Njie, Thomas Lemar et Michy Batshuayi. À eux quatre, ils sont moins vieux que Pierre Bellemare. Extraordinaire.

 

Souvent entré en fin de match avant de chiper la place de titulaire de Dimitar Berbatov, Martial a servi le jeu de contre de Monaco face à des organismes fatigués. Il a d’ailleurs égalisé contre le PSG et l’ASSE. Njie, jamais au ralenti, a inscrit un but et donné trois passes décisives après être sorti du banc. Lemar, entré en jeu seize fois, a aidé Caen à battre Marseille et Nantes à l’extérieur. Et puis il y a Batshuayi, auteur de six buts (!) après avoir rejoint ses coéquipiers en cours de match. L’esprit d’Ole Gunnar Solskjaer était un peu sur la Canebière cette saison.

 

 

 

 

Partager

> déconnerie

Arbitre enc...

> sur le même thème

OM-PSG : les gars

Le championnat de France


Jérôme Latta
2019-09-13

La Ligue 1 a-t-elle sa place dans le "Big 5" ?

Une Balle dans le pied – Que diable fait le championnat de France dans le "Big 5 européen? Examinons la légitimité de cette appellation contestée, qui a pourtant la faveur des économistes du sport.


Richard N
2019-05-31

Platini à Nantes, le rêve de Lagardère

En 1979, le nom de Michel Platini est discrètement évoqué dans les couloirs du Football Club de Nantes. Rien ne s'oppose à un transfert, sinon la frilosité des dirigeants. Le club nantais a-t-il raté un rendez-vous avec son histoire?


Richard N & Christophe Zemmour
2019-05-29

Feindouno 1999, la proie du doute

Un jour, un but – Le 29 mai 1999 au Parc des Princes, les Girondins de Bordeaux conquièrent leur cinquième titre de champion grâce à un but de leur tout jeune espoir, Pascal Feindouno.


>> tous les épisodes du thème "Le championnat de France"


Le forum

Scapulaire conditionné

aujourd'hui à 03h12 - Gouffran direct : Otavio qui a prolongé son contrat. Youpi.Yul, si on gagne on est 3èmes et on talonne les sardines... >>


Messages de service

aujourd'hui à 02h20 - Hyoga : PCarnehanaujourd'hui à 00h44Ah, marrant. On est passé du compteur journalier en J- à celui,... >>


In barry we trust

aujourd'hui à 01h25 - leo : LSU (2) est en train de fracasser Georgia (4) dans la finale de la SEC !Les Buckeyes (1) vont... >>


Paris est magique

aujourd'hui à 01h09 - Classico : Etre décisif dans la zone de vérité c'est critique pour gagner des matchs, à l'arrache si... >>


Dans le haut du panier

aujourd'hui à 01h04 - Lucho Gonzealaise : D'autant plus que Lebron a sûrement réalisé des assists menant plus souvent à des 3 pts que... >>


En rouge et noir !

aujourd'hui à 00h58 - rougénoir : Oui d'accord avec tes remarques RedalertMaisous ne pourrons pas gagner tous nos matchs avec ce... >>


Tu sais ce qu'il te dit Casimir ?!

aujourd'hui à 00h06 - Redalert : Comment va Oukidja ? >>


Le fil de butte avec ses potes en croco

07/12/2019 à 23h49 - Mama, Rama & Papa Yade : Merci pour ces trolls CHR$, c’est flatteur pour un fil qui n’en reçoit que trop peu. >>


Gerland à la détente

07/12/2019 à 23h47 - Charterhouse11 : Runaujourd'hui à 19h58Oui, pourquoi on en reprendrait si ca marche ?Le petit Caqueret, il... >>


Premier League et foot anglais

07/12/2019 à 21h52 - leo : Anglachelaujourd'hui à 18h37Tandis que Son a inscrit ce qui sera sans doute le but de la... >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)