auteur
Clément Jumeau

Du même auteur

> article suivant

Perte sèche

> article précédent

Chronique de l'entre-deux

Les Pays-Bas au sommet

Les Hollandais ont sorti un match époustouflant face à de bien pâles Yougoslaves. Littéralement transcendée par l’événement, l’équipe de Rijkaard a fait taire tous ceux qui doutaient encore de sa puissance de frappe (au sens propre), comme avant elle la formation championne du monde d’Aimé Jacquet.
Partager
Les Hollandais ont sorti un match époustouflant face à de bien pâles Yougoslaves. Littéralement transcendée par l’événement, l’équipe de Rijkaard a fait taire tous ceux qui doutaient encore de sa puissance de frappe (au sens propre), comme avant elle la formation championne du monde d’Aimé Jacquet.
Commençant le tournoi sur un rythme un peu mou, l’on pouvait craindre que les Hollandais rejoignent très rapidement le Panthéon des favoris qui n’assument pas. Leur montée en puissance est aujourd’hui bien plus nette que lorsqu’ils ont rencontré la France. De ce match, il était difficile de tirer un enseignement notable, la France ayant envoyé au front une équipe B de talent, mais dont les joueurs n’avaient jamais pratiqué ensemble à un si haut niveau. Difficile à priori du moins. Car la prestation de Kluivert and co face aux Yougoslaves est indéniablement le fruit d’une confiance nouvelle, probablement née de la victoire face aux Champions du Monde.
Ils paraissent aujourd’hui imbattables les Bataves, leur plan de jeu a pris forme et leur volonté d’aller de l’avant, quoi qu’il arrive, tout en gardant une assise défensive ultra organisée, pourrait faire taire un bus entier de Cruyff.
Certes, on pourra toujours dire que les Yougoslaves n’ont pas joué à leur niveau. C’est sûr, mais c’est bien à cause de Hollandais à la forme physique incroyable, capables de parcourir de long en large le terrain sans s’arrêter, en gardant la lucidité nécessaire pour construire et marquer, pour dégoûter et assommer n’importe quel adversaire.
Rien ne manquait dans cette équipe. La ressemblance quasi parfaite avec un futur vainqueur de tournoi était flagrante. A ce niveau de jeu, il faudra du courage à l’Italie pour oser les défier. A moins que les transalpins refusent le jeu et se contentent de défendre, en comptant comme d’habitude sur les coups de pattes de Inzaghi ou Totti. Mais l’on pourra vérifier dès jeudi prochain.
Quoi qu’il en soit, c’est un gros pavé dans la mare des bookmakers que viennent de lancer les joueurs oranges. Enfin…
Partager
>> aucune réaction

L'Euro 2000


Pierre Martini
2012-06-23

L'heure bleue

À la fois délice et supplice, les moments qui précèdent un match de phase finale permettent d'imaginer la victoire. Même s'il s'agit d'affronter l'Espagne.


Jamel Attal
2000-07-05

L'Italie est de retour

Qui attendait l'équipe italienne en finale et surtout à ce niveau? Car si nous avons pu ironiser à loisir sur son retour au catenaccio traditionnel, il faut bien lui reconnaître un excellent match à Rotterdam, qu'elle a d'ailleurs presque gagné. Les tifosi pourront se consoler un peu en considérant le parcours exceptionnel de leur équipe.


Pierre Martini
2000-07-04

Une statue pour Emil Kostadinov

En définitive, la frappe invraisemblable de l'attaquant bulgare en novembre 93 fut le big bang de la sélection tricolore, à l'origine de toutes ses victoires actuelles. Les voies du football sont impénétrables, mais le chemin des Bleus a semblé ensuite tout tracé…


>> tous les épisodes du thème "L'Euro 2000"

Sur le fil

Hey @TwitterFrance, rends le @LiberoLyon. Bring back the @LiberoLyon. Traer de vuelta el @LiberoLyon. Riduci il… https://t.co/gNcuuBv3lV

RT @JulienMomont: Pour mieux connaître le jeu de Frenkie de Jong, extrait du Tacti'call réalisé en décembre : jeu de passes, cassage de li…

RT @lademivolee: Passer 1 mois sous le soleil de la Réunion et revenir sous la neige c'est déprimant. Mais voilà une petite consolation mad…

Les Cahiers sur Twitter