auteur
Richard N

 

Pionnier du foot sur le Web avec Kick'n'Rush, historien pour les Cahiers et Footichiste pour son compte.


Du même auteur

> article suivant

Fautes ! (de langage)

Les larmes de Garuda

Conclue hier, la finale de l'AFF Suzuki Cup a généré un enthousiasme extraordinaire des Indonésiens pour leur équipe nationale. Un élan brisé par le réalisme malaisien...
Partager
Le soufflé est retombé beaucoup plus vite qu’il n’était monté. Le football indonésien avait à portée de main les ingrédients pour faire basculer le pays dans l’ivresse: une finale contre le voisin honni, un match retour à domicile et un handicap suffisamment lourd à rattraper pour susciter des envies d’épopée. Mais les joueurs de “Garuda”, surnom de l’équipe nationale indonésienne, ont échoué. Une fois de plus.

L'Indonésie qui affronte la Malaisie en finale de l’AFF Suzuki Cup, cela vaut bien, en terme d'intensité, un Allemagne-Pays Bas, un Grèce-Turquie ou un bon vieux Égypte-Algérie. Un match tendu d’avance entre équipes nationales voisines, où les polémiques sportives entrent en résonance avec les tensions politiques qui opposent les deux pays.
L'Indonésie, 136e nation au classement FIFA, est un pays où le ballon rond est évoqué avec passion et érudition. L’étranger y est accueilli à bras ouverts, on lui montre son maillot du Barça ou de Liverpool, on pose fièrement à ses cotés pour une photo souvenir, puis on évoque avec lui les exploits de Klose, de Messi ou Iker Casillas. On évoque la Ligue des champions, les grands clubs anglais, ainsi que les sélections dont la plupart des rencontres sont diffusées et suivies sur les télévisions locales.
Mais lorsque l’étranger demande, par hasard, ce qu’il en est du foot local, l’enthousiasme du passionné se fane, son visage devient triste, ses yeux partent dans le vague. Le foot, ici? Bof… Nous avons 240 millions d’habitants, et on n’est pas foutu d’en trouver onze pour taper correctement dans un ballon.

garuda_cup_1.jpg


Nationalisme et primes de victoire

Apprendre en cette fin d’année que l’archipel s’enthousiasme pour Garuda, son équipe de foot, a donc de quoi interloquer. La Suzuki Cup, c'est en fait la Coupe des nations d'Asie du Sud-Est (ASEAN), une épreuve internationale née il y a une quinzaine d’année sous le nom de Tiger Cup. C’est la seule épreuve à la mesure de l’Indonésie et ses proches voisins, la seule qu’elle pourrait remporter un jour. L’archipel a d’ailleurs abrité quelques matches de poules du premier tour de cette édition 2010, en même temps que le Vietnam. Les demi-finales et la finale se jouent par matches aller-retour, dans le pays de chacun des adversaires.

L'équipe Indonésienne, entraînée par Alfred Riedl – un autrichien qui aurait notamment évolué une saison au FC Metz – a réalisé dans l’épreuve un parcours sans faute: quatre victoires sur quatre matches, dont un 5-1 en match d'ouverture contre... la Malaisie. Pour cette qualification, les joueurs ont reçu une prime de 210.000 euros, payée cash par un sponsor un peu spécial: M. Aburizal Bakri, businessman, milliardaire et homme politique très en vue, qui a de surcroît affrété un de ses jets privés pour emmener l’équipe à Kuala Lumpur.
Les tensions frontalières entre Indonésie et Malaisie sont suffisantes pour réveiller l’esprit nationaliste et faire de cette finale un événement. Le Jakarta Post, principal quotidien du pays, a bien fait monter la sauce en rapportant qu’au moins deux millions d'Indonésiens, installés plus ou moins légalement en Malaisie, convergeaient vers le Bukit Jalil National Stadium, antre du match aller.

garuda_cup_2.jpg


Attaques laser

Cette finale aller, jouée le Boxing day devant 80.000 spectateurs, se déroula bien sûr dans une ambiance étouffante. La partie a même été arrêtée, juste avant l'heure de jeu, par l’arbitre japonais Toma Masaaki, après que les joueurs indonésiens se sont plaint d'être aveuglés par des rayons lumineux, projetés des tribunes par des spectateurs munis de stylo lasers. On n’arrête pas le progrès. Markus Horison, le gardien de but indonésien, fatigué de se faire chatouiller la rétine sur chaque coup franc, a dit son fait à l'arbitre. Celui-ci a dû arrêter la partie, s'entretenir avec le capitaine malaisien Safiq Bin Rahim, puis évacuer la pelouse tandis que le speaker annonçait que le match reprendrait lorsque tout le monde aurait rangé son stylo.

Ce n'est pas la première fois qu’une affaire de lasers vient perturber des footballeurs à Kuala Lumpur. L'équipe du Vietnam, battue 2-0 en demi-finales dans ce même stade, s'était plaint du traitement un peu spécial réservé aux adversaires. Malaise chez les Malais, l’affaire remonte en haut lieu jusqu’au ministre des Sports Ahmad Shabery Cheek qui présente aussitôt ses plus plates excuses: “Je suis en colère contre ces supporters malaisiens qui ne respectent pas l'esprit du sport”. Une déclaration qui n’apaise en rien la colère de la fédé indonésienne, bien décidée à porter plainte. Il est vrai que coté indonésien, on espérait bien, secrètement bien sûr, faire annuler la rencontre. Lorsque le match avait repris, après six minutes d'interruption, l'équipe indonésienne avait en effet encaissé trois buts quasiment coup sur coup et fini le match avec un sérieux 3-0 à remonter.

garuda_cup_3.jpg

Le match retour au Gelora Bung Karno Stadium de Jakarta a suscité un élan d’enthousiasme considérable. Des écrans géants ont été installés sur les grandes places de la future ex-capitale, ainsi que dans d’autres grandes villes de l’archipel. Les Indonésiens obtiennent un penalty après un quart d’heure, mais le tir de la star locale Firman Utina est stoppé par le gardien malaisien. En début de seconde période, le terrible Modh Safee, deux buts au match aller, douche pour de bon l’enthousiasme local en ouvrant le score. C’en est fini des espoirs des Indonésiens, qui parviendront à inscrire deux buts dans les vingt dernières minutes – sans ébranler vraiment les certitudes malaisiennes.

Ce n’est pas cette fois encore que le foot indonésien laissera une trace dans l’histoire de son pays. Il ne manque pas grand-chose, pourtant, pour que les habitants s’enthousiasment à l’évocation de leur équipe nationale. Un jour, peut-être…


Sources : courrierinternational.com, thejakartapost.com, affsuzukicup.com
Partager

> du même auteur

Les footballeuses de Preston

Le football d'ailleurs


Ilf-Eddine alias Raspou
2019-04-06

L'USMA, le chant de l'Algérie

Les ultras algériens sont au cœur du soulèvement actuel. Comme ceux de l'USMA, aussi musiciens que supporters, dont les chansons sont reprises par tout un peuple. 


Guillaume Balout
2018-10-09

C’était la Serbie-et-Monténégro

Avant d’être un match de Ligue des nations, Serbie-Monténégro désignait la dernière mutation de la Yougoslavie de 2003 à 2006. Entre règlements de compte mafieux, matches arrangés et autodestruction, le foot serbo-monténégrin marquait aussi le crépuscule d’une génération maudite.


Jérémy Lison
2018-07-05

Pendant ce temps-là, l’Eire de rien

Juin 2018. Tandis que les passionnés de foot avaient les yeux rivés vers la Russie pour suivre la Coupe du monde, en Irlande, on jouait la 22e journée d’Aitricity League.


>> tous les épisodes du thème "Le football d'ailleurs"

Le forum

Gerland à la détente

aujourd'hui à 17h16 - environ bâillonné : Votre punk de président écoute trop les Clash : Rudy can't fail !!! >>


Messages de service

aujourd'hui à 17h09 - Cure d'azote : Je ne peux que faire mon mea culpa : je fais partie des (nombreux j'en suis sûr) lecteurs qui... >>


Manette football club

aujourd'hui à 16h59 - sehwag : Jeanroucasaujourd'hui à 15h15Je l'ai si tu veux que je te la prête pour faire l'extension. J'ai... >>


Toujours Bleus

aujourd'hui à 16h54 - Citron Merengue : Nicordioaujourd'hui à 16h40Émotions positives : trezeguet 2000, wiltord 2000, France argentine... >>


Café : "Au petit Marseillais"

aujourd'hui à 16h52 - Sidney le grand Govou : Promis je me mets en boule dans un coin et je ne bougerai pas. >>


Paris est magique

aujourd'hui à 16h41 - Portnaouac : Dites, c'est pas pour déranger hein mais si, parmi vous, il y en a qui ont encore des stocks de... >>


Foot et politique

aujourd'hui à 16h36 - Sergent Louis Garcia : je pense également que Pelosi lance la procédure d'impeachment pour les 2 raisons, aucune raison... >>


Au tour du ballon ovale

aujourd'hui à 16h08 - Mevatlav Ekraspeck : Tu t’infuses le stade Français en ce moment... Viens faire un câlin... Ça ira mieux. >>


Bréviaire

aujourd'hui à 15h59 - De Gaulle Volant : Les foux de la rampe"Cette rampe d'accès dans le stade de football de Milan rend fous les... >>


Le fil éclectique

aujourd'hui à 14h36 - Utaka Souley : Juste un (petit) commentaire là-dessus. La visio-conférence, c'est exigeant en termes de bande... >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)