auteur
Jamel Attal

Du même auteur

Lemerre et les médias: rupture de faisceau

Il ne fallait pas sous-estimer la capacité de Roger Lemerre à aller au bout de ses humeurs: la rupture avec les médias va durer quelque temps encore. Les Cahiers ne sont pas scandalisés et l'équipe de France n'est pas en danger…
Partager
Les commentateurs soulignent le paradoxe d'un clash advenu alors que d'une part les choix du sélectionneur ne souffrent pas de réelle contestation, d'autre part que la situation en France semble idyllique en comparaison de l'Angleterre, l'Espagne ou l'Allemagne, où la sélection est soumise à une pression démesurée…
Il faut d'abord tenir compte qu'en agissant de la sorte, Lemerre se place délibérément et publiquement aux côtés du "groupe des 12" qui refusent également tout contact avec la presse, parmi lesquels figurent de nombreux titulaires et champions du monde. On a raison d'évoquer les séquelles du Mondial 98 et il faudrait se rappeler très précisément le contexte d'il y a deux ans pour comprendre qu'une telle rancœur puisse durer ainsi.
Mais au-delà de cet habile geste de solidarité du sélectionneur envers ses joueurs, il y a de toute façon un intérêt à élever un rempart autour d'un groupe lors d'une phase finale, tant les sollicitations et surtout les polémiques injectées de l'extérieur peuvent nuire. On voit bien que ces joueurs ont la volonté et la capacité de gérer les tensions en interne. Quelle curiosité justifierait d'aller au-delà? Si l'harmonie peut à ce seul prix continuer de régner chez les 22, nous ferons bien volontiers le sacrifice de quelques interviews…
Alors ensuite, peu importe que l'environnement soit bien moins conflictuel en France, si les champions du monde peuvent d'offrir le luxe d'un relatif isolement médiatique, qu'ils en profitent, car on ne voit pas trop les dangers de cette rupture. Au contraire Lemerre cherche-t-il peut-être à transmettre au groupe le surcroît d'une motivation qui avait été bénéfique en Coupe du monde.
Enfin, pendant cette période de "grève", les pages des journaux et les écrans de télé n'ont pas semblé manquer d'interviews des internationaux, et L'Equipe a même publié un entretien avec… Didier Deschamps! Le blocus est donc très relatif et les journalistes ne sont pas aux abois.

Certains lecteurs nous ont écrit pour stigmatiser le caractère intouchable de l'équipe de France et assimiler "l'intérêt supérieur du football français" avec une raison d'Etat qui empêcherait toute critique. Ce journalisme de béni-oui-oui est parfaitement incarné par l'indigence des journalistes de télévision, qui font bien attention à ne se fâcher avec personne. On ne va évidemment pas dire le contraire ici, mais les soit disant critiques émises contre le sélectionneur nous ont semblé sans véritable objet et souvent animées d'intentions pas très claires (voir par exemple la pseudo polémique sur la liste des 22, Cahiers 34 et 35). Avouons aussi que les relations conflictuelles d'Aimé Jacquet ou Roger Lemerre avec "une certaine presse" sont plutôt pour nous réjouir, et qu'en la matière nous conservons délibérément notre côté "supporters des Bleus", mauvaise foi comprise. D'autre part, on peut regretter que cette virulence et ces exigences critiques soient si fortes pour la sélection nationale, et beaucoup moins pour d'autres sujets d'investigation, plus sensibles et nettement plus intéressants…

En fait, les notions de droit à l'information et de liberté de la presse méritent mieux que de s'appliquer aux petits secrets de l'équipe de France ou aux déclarations des footballeurs, dont l'importance devrait être un peu relativisée. Et honnêtement, si (par exemple et au hasard) nous contestions à Djorkaeff sa place de titulaire, nous n'irions pas questionner le sélectionneur ou les joueurs à ce sujet, et nous ne nous étonnerions pas que Youri refuse de nous parler! Rien n'empêche de discuter, de débattre et de s'exprimer en toute liberté. Où est donc la censure que certains sont proches d'évoquer?

Partager
>> aucune réaction

Les Bleus


Jérôme Latta
2019-05-22

Les absents donnent toujours tort (au sélectionneur)

Une Balle dans le pied – Si une liste des 23 suscitera toujours d’inévitables controverses, peut-être faut-il arrêter de croire que l’équipe de France est une méritocratie.

 


Philippe Rodier
2019-03-25

Antoine Griezmann, le triomphe de l’intelligence

C’est une vielle tradition française: pour remporter une grande compétition internationale, il faut d’abord un homme providentiel. En 2016, il s’agissait d’Antoine Griezmann, alors nouvelle coqueluche du public français. Qu’en est-il aujourd’hui?


2018-11-21

Sans peine mais pas sans péno

 L'équipe de France a dominé l'Uruguay dans un match agréable où elle s'est retrouvée, un peu tard. • l'édito • la nalyse • les gars


>> tous les épisodes du thème "Les Bleus"


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)