auteur
Mark Sanderson

> article suivant

Revue de stress #171

> article précédent

Revue de stress #137

Le vestiaire doit-il garder ses secrets ?

When Saturday Comes – La Premier League n'a jamais eu de Charles Biétry pour envoyer des caméras dans les vestiaires. Mais elle s'interroge sur la possibilité d'ouvrir plus grand leurs portes. 

Partager

Extrait du numéro 372 de When Saturday Comes. Titre original : "Behind closed doors", traduction La Menace Chantôme

 

* * *

 

Depuis sa rupture du ligament croisé antérieur en début de saison, Benjamin Mendy s’est tourné vers les médias sociaux pour soutenir son équipe en ligne, offrant par la même occasion quelques images révélatrices des coulisses du club au grand public. Ainsi a-t-on pu entendre plusieurs joueurs chanter "Park the bus, Man United!" dans sa vidéo du vestiaire de Manchester City, après une victoire acquise 4 à 1 face à Tottenham le 16 décembre dernier.

 

Ce refrain moqueur faisait référence à l’approche défensive adoptée par l’autre club mancunien lors d’un derby pourtant disputé six jours plus tôt à Old Trafford. Et bien que la rencontre se fut soldée par une 14e victoire consécutive en Premier League pour les hommes de Pep Guardiola, l’exploit sportif passa partiellement au second plan lorsque José Mourinho, venu se plaindre de célébrations jugées trop bruyantes et "irrespectueuses" de la part des joueurs de City, se retrouva aspergé par le contenu d’une bouteille de lait. 

 

Défense du secret 

Ces deux incidents expliquent en partie pourquoi de nombreux observateurs estiment que certaines choses devraient rester dans le domaine du privé dans le monde du football. "Ce qui se passe dans le vestiaire doit rester dans le vestiaire", déclarait ainsi Tony Pullis en 2009. Le manager de Stoke City était alors accusé d’avoir asséné un coup de tête à son attaquant James Beattie dans le cadre d’une querelle née de sa volonté d’annuler les célébrations de Noël du club après une défaite 2 à 0 contre Arsenal.

 

L’information avait donc filtré dans les médias, avec en outre quelques détails salaces, comme le fait que Pullis, fraîchement sorti de la douche, aurait été nu au moment des faits. Fort heureusement, il n’existe aucun enregistrement de cette scène. En revanche, la vidéo de Mendy fut largement exploitée par les médias grand public.

 

Cette diffusion non autorisée de contenu aura certainement provoqué des remous au sein du service communication du club, et il y a fort à parier que l’incident resurgira dans la presse à l’approche du prochain derby de Manchester.

 

Pourtant, Mendy n’a eu aucune excuse à formuler, contrairement à Ruud Gullit après sa séquence vidéo en apparence inoffensive publiée sur Twitter en 2017: celle-ci montrait l’essentiel des joueurs de l’équipe nationale des Pays-Bas le nez sur leurs smartphones, dans le vestiaire, après une victoire contre la Bulgarie lors d’un match de qualification pour la prochaine Coupe du monde. 

 

"La présence d’une caméra à cet endroit me semble pour le moins étrange", commenta le sélectionneur Dick Advocaat après que le clip lui ait été montré sur une télévision. Son scepticisme laissa place à l’indignation lorsqu’il découvrit que l’auteur était son propre assistant. Aux Pays-Bas, plusieurs voix s’élevèrent afin de réclamer la démission de Gullit pour avoir violé le secret du vestiaire, mais le sélectionneur se contenta de simples excuses.

 


photo cc Jonathan Palombo

 

 

Augmenter l'ouverture

Pour Simon Green, directeur de BT Sport, la Premier League devrait désormais autoriser les caméras dans ce cénacle, comme c’est le cas dans les autres sports. "Nous nesommes pas là pour prendre des gens au piège, mais pour raconter de belles histoires", expliquait-il l’été dernier.

 

Liverpool s’est essayé à cet exercice dans le documentaire Being: Liverpool diffusé en 2012 sur Channel 5, qui comportait des causeries du manager de l’époque, Brendan Rodgers. L’ancien joueur Mark Lawrenson se déclara peu convaincu par la mièvrerie d’un film qui, selon lui, aurait pu faire Bill Shankly se retourner dans sa tombe. Pourtant, compte tenu de l'extravagance bien connue du manager le plus célèbre du club, il n’est pas difficile de l’imaginer en champion de la divulgation des coulisses et des médias sociaux s’il était encore en poste.

 

Ce documentaire sur Liverpool ayant été filmé lors d’une tournée de présaison en Amérique du Nord, la réalisation prêta peu d’attention aux résultats, ce qui priva l’œuvre de profondeur et de toute valeur. Tout l’inverse des nombreux documents filmés sur le vif dans les années 1990 par les clubs de Leyton Orient, Peterborough, Sunderland et Swindon Town, ainsi que Manchester United et l’équipe nationale d’Angleterre.

 

"Le vestiaire est notre jardin secret. Ce qui s’y passe ne regarde que nous", affirmait lui aussi Dave Bassett (qui a pourtant figuré dans un documentaire sur les coulisses de Sheffield United en 1990). Il faut cependant comprendre qu’il cherchait avant tout à expliquer la nature de ce qu’est un vestiaire: un espace confiné où des problèmes importants doivent être traités dans un délai limité. En clair, un lieu qui se prête mal à une exposition brute à un public élargi.

 

Ces documentaires cherchaient à raconter une histoire. Mais aujourd’hui, l’objectif est de convertir un public mondial en consommateurs. Manchester City et la Juventus ont ainsi ouvert leurs portes au tournage de séries documentaires sur leur saison dans le but de les rendre disponibles, respectivement, sur Amazon Prime et Netflix (lire "Netflix tombe dans le jeu de la Juve").

 

Cette tendance pourrait aider les diffuseurs à profiter d’un accès élargi et à rallonger les interviews pendant les matches, comme l’explique Simon Green: "L’idéal serait de pouvoir obtenir vingt secondes d’entretien avec José Mourinho à la mi-temps. Ce serait probablement le moment le plus intéressant du match". Pour l’avenir du football, et en tant que spectateurs, espérons qu’il ne s’agit pas de l’expression exacte de sa pensée.

 

 

Soignez votre anglais et votre culture foot:
abonnez-vous à When Saturday Comes.

 

 

Partager
>> aucune réaction

> sur le même thème

Netflix tombe dans le jeu de la Juve

When Saturday Comes


Geoff Pearson
2019-01-30

Supporters : la police britannique mise sur le dialogue et la prévention

When Saturday Comes – Les violences baissent au Royaume-Uni, mais les moyens aussi. Les forces de l'ordre expérimentent avec succès des méthodes qui privilégient une gestion intelligente. 


Simon Hart
2019-01-03

Away to Hell

When Saturday Comes – Les controverses sur les maillots hérétiques ne datent pas d'hier, mais le phénomène a pris des proportions extrêmes en Premier League. 


Jon Spurling
2018-12-06

Des supporters aux abonnés absents

When Saturday Comes – En laissant des sièges vides dans des stades de Premier League affichant "complet", les abonnés à la saison exercent leur droit de boycotter certains matches, mais d’autres ne peuvent en profiter.


>> tous les épisodes de la série "When Saturday Comes"

Sur le fil

RT @banquetteNE: Aujourd’hui, c’est la 3e table ronde des 11 de légende. Elle est consacrée à l’@OM_Officiel pour le plus grand bonheur d’@…

RT @johanncrochet: Le problème de la Serie A n'est pas la Juve mais le niveau des autres "gros" ! Pour @Eurosport_FR 👇 https://t.co/NektPE…

RT @ASSEmemories: ASSE-Kiev, Blokhine contre Lopez: les 30 secondes qui changèrent le destin de l'AS Saint-Étienne 🕑⚽️ (Extrait du DVD "L'é…

Les Cahiers sur Twitter

Les brèves

Bjeurk

"Un maillot collector contre l'Islande." (lequipe.fr)

Décision de Lacour Martial

"La justice refuse le prénom Griezmann Mbappé." (lequipe.fr)

Gastrique Bertrand

"Comment le PSG a digéré ses éliminations." (lequipe.fr)

Flop chef

“L1-Gourvennec : ‘On n’a pas mis les ingrédients’.” (l’équipe.fr)

Ravons plus grand

“De l’ecstasy dans le drapeau du PSG.” (ouest-france.fr)