auteur
Pierre Barthélemy

Pierre Barthélemy est avocat au Barreau de Paris, spécialiste de droit public et conseil de certains supporters parisiens. @Pierre_B_y


Du même auteur

> article suivant

Revue de stress #168

> article suivant

Sunderland, la lose en série

> article précédent

Revue de Stress #60

« Le Parc, c’était mieux avant » ?

10 lieux communs mis en examen. Ambiance, Ultras, Lynx, touristes, Qatar, associations, etc. : qu'en est-il vraiment du public du PSG et de son évolution, six ans après le Plan Leproux? 

Partager

 

Dans les années 1990 et 2000, le Parc des Princes a toujours fait l’unanimité. Doté d’une architecture et d’une acoustique uniques, il était l’une des références en Europe et les joueurs adverses appréciaient tout autant qu’ils redoutaient d’en fouler la pelouse. Depuis le "Plan Leproux", le Parc des Princes résonne moins fort. Au point d’être désormais la risée des uns, le désespoir des autres. Alors, le Parc, était-ce vraiment mieux avant ? Réponse aux dix lieux communs les plus entendus.

 

 

 


1. « Sans Plan Leproux, pas de sécurité »

Dans les années 2000, sur fond d’opposition politique, la tension entre les deux tribunes populaires du Parc des Princes a dépassé les bornes. Jusqu’au décès d’un supporter parisien en 2010. Face à l’irréparable et à l’inacceptable, il fallait réagir brutalement et fermement. Le "Plan Leproux" était nécessaire : fin des abonnements en virage (13.000 supporters concernés), fin des associations de supporters dans le stade, instauration du placement aléatoire, interdiction des achats collectifs de billets…

 

Mais nécessité n’exige pas pérennité. Ce plan devait être provisoire. Offrir du temps. Celui de l’enquête judiciaire. Pour réorganiser les tribunes. Pour fixer un nouveau cadre. Pour mettre les choses à plat entre parties prenantes (pouvoirs publics, clubs et supporters). Pour permettre le retour serein des milliers de supporters victimes d’abord du comportement d’une minorité, ensuite du "Plan Leproux". Pendant un an, personne n’a remis en cause son caractère provisoire. Avec des résultats sportifs décevants et sans ses associations de supporters, le Parc des Princes sonnait creux (29.000 supporters en moyenne). Des négociations, notamment en présence d’Alain Cayzac, ont pris forme, difficilement.

 

Mais à l’été 2011, un gros investisseur prend le contrôle du club et attire les stars. L’affluence remonte à 42.000 supporters. L’équipe sécurité du club, qui a montré son incapacité à gérer le Parc avant 2010, y voit l’occasion de se simplifier la vie. L’équipe commerciale du club y voit l’occasion d’augmenter le prix des places et de développer un marketing agressif sans le contre-pouvoir des associations (prix en virage, respect des marqueurs identitaires du club : maillot, logo…). Les années passent et la sécurité n’est plus qu’un prétexte. D’abord outil de sécurisation indispensable, le "Plan Leproux" est devenu un outil d’épuration sociale et commerciale.

 

 


2. « Le Plan Leproux, c’est le Qatar »

Le Plan Leproux est intervenu un an avant le rachat du club. Par conséquent, beaucoup y ont vu un pré-requis, une sorte de commande devant permettre le rachat. Certains ont même oublié ce décalage d’une année entre l’instauration du plan et l’arrivée des Qataris. À tort, dans l’imaginaire collectif, ce plan, ses discriminations et sa mise en œuvre parfois illégale sont imputés aux Qataris. Pourtant cela semble ne relever que du fantasme.

 

Le Plan Leproux est surtout l’œuvre des dirigeants français du PSG et des pouvoirs publics. Il intervient un an après la création de la Division nationale de lutte contre le hooliganisme (DNLH) en pleine candidature de la France pour l’obtention de l’Euro 2016. Il est piloté par un directeur de la sécurité du PSG en place lors des incidents et toujours en place aujourd’hui. Des acteurs qui ont échoué en matière de sécurité et qui préfèrent se réfugier derrière des mesures collectives punitives. À défaut de savoir gérer, à défaut d’analyser ses responsabilités passées, on désigne un responsable unique et on lui interdit de revenir. Même en méconnaissant la loi. Même en adaptant la loi.

 

Les acquéreurs qataris sont, fort probablement, captifs. Captifs du discours de l’équipe sécurité du PSG qui leur promet la guerre si les associations de supporters reviennent. Captifs des pratiques de la DNLH tendant à assimiler les associations de supporters à des hooligans. Quand on achète une entreprise à l’étranger, on écoute ce qu'expliquent les dirigeants en place et les autorités locales. Quand elles annoncent qu’elles ont la solution pour éviter la guerre, on leur fait confiance. Preuve en est l’opposition entre le discours de Nasser Al-Khelaïfi dans Le Figaro jugeant son public trop calme et le discours de la DNLH assimilant les associations de supporters à des vecteurs de violence.

 

 


3. « C’est la faute des supporters »

C’est l’argument favori de certains ignorants et béni-oui-oui. Il se fonde sur une réalité. Certaines associations de supporters ont leur part de responsabilité. Parce qu’elles ont participé à la montée des tensions. Parce qu’elles n’ont pas toujours su faire pression sur les éléments perturbateurs. Mais cet argument est bien trop simpliste. Les virages étaient constitués de 13.000 supporters : des membres d’associations, des indépendants et des lambdas. Tout sauf une masse homogène. Tout sauf un même monstre à plusieurs têtes: il est aberrant de mettre tout le monde dans le même sac pour justifier des sanctions collectives. D’une part, la majorité de ces supporters subissait elle-même la montée des tensions entre deux groupes minoritaires. D’autre part, ces supporters lambdas isolés ou ces associations de supporters n’ont aucun pouvoir: ni celui d’enquêter, ni celui d’évacuer quelqu’un par la force, ni celui d’interdire l’accès au stade.

 

Et c’est bien là le cœur du sujet. La responsabilité est collective. Les pouvoirs publics connaissaient le problème. Entre agents infiltrés et dispositif de surveillance dernier cri, ils savaient très bien qui était qui. Avec la création de la DNLH en 2009, notamment focalisée sur le PSG, ils disposaient des ressources humaines et techniques pour écarter les fauteurs de troubles. Manifestement, ils n’ont pas fait assez. En tout cas, le décès d’un supporter cristallise leur échec. On se demande encore comment des groupes de supporters de Boulogne ont pu se retrouver devant Auteuil quand on sait que même un enfant seul avait du mal à franchir les barrages policiers menant d’un côté à l’autre du stade. Le club a aussi sa part de responsabilité. Que ce soit par faiblesse, par défaillance ou par incompétence, il n’a jamais agi efficacement contre cette montée des tensions. Sans tomber dans les théories selon lesquelles il aurait essayé de renforcer les uns pour affaiblir les autres, il est indéniable qu’il a échoué.

 

La responsabilité est très largement partagée. Or, si l’on a mis les associations de supporters dehors, la direction de la sécurité du PSG et la direction de la DNLH sont toujours en place. Sans autocritique. C’est tellement plus simple de faire porter le chapeau à cette sombre chimère des "supporters" que d’analyser ses propres défaillances.

 

 


4. « On peut enfin se rendre au Parc en famille »

Il faut le reconnaître : le climat autour du Parc des Princes est plus aseptisé. Autour du stade, les policiers sont moins nombreux qu’en 2010. Dans le stade, les rugissements des virages ont laissé place à quelques chants isolés ou clameurs éphémères. Mais il est bien caricatural de prétendre que le Parc des Princes était une zone de non-droit où il n’était pas possible de venir en famille avant 2010.

 

L’auteur de ces lignes a commencé à fréquenter le Parc à dix ans. Il s’est abonné avec un ami à l’âge de quinze ans dans les années 2000 en quart de virage (G bleu) et n’a jamais senti la pression ou le danger. Il y a eu des soirées avec des échauffourées autour du stade : jets d’objets, emplois de grenades lacrymogènes par les forces de l’ordre, mouvements de foule. Des incidents condamnables mais rares, facilement évitables et souvent imputables à des comportements isolés entraînant des mouvements de foule. Il existait effectivement quelques endroits particuliers dans le stade où certaines personnes souhaitaient occuper l’espace pour se regrouper (notamment autour des noyaux des associations de supporters dans les virages). Mais n’importe quel enfant et n’importe quelle famille pouvaient paisiblement se rendre au stade, surtout en tribunes latérales.

 

Aujourd’hui, il n’est pas acquis qu’il soit plus facile de se rendre au stade en famille ou avec ses enfants. C’est la conséquence d’une politique tarifaire inflationniste. Quand on peine à payer son propre abonnement, on n’emmène plus ses enfants au stade. Surtout si, avec des tribunes désormais très ternes, il n’est plus aussi intéressant de préférer le stade à son abonnement télévisuel.

 

 


5. « Avant, ça chantait pendant 90 minutes »

Dans les années 1990 et les années 2000, le Parc des Princes a connu des ambiances stratosphériques. Parfois pendant 90 minutes comme contre le Steaua Bucarest en 1997. Notamment porté par son acoustique et par des associations de supporters respectées dans toute l’Europe, le Parc s’est construit une des plus belles ambiances d’Europe occidentale. Dans chaque virage, les noyaux associatifs ont presque toujours assuré les chants pendant 90 minutes. Parfois suivis par l’ensemble des virages. Parfois même par tout le Parc. La comparaison avec le Parc des Princes depuis le Plan Leproux est violente et brise le cœur.

 

Il faut reconnaître à ce Parc des Princes "d’avant" qu’il comptait des qualités totalement disparues depuis 2010. Les piliers des tribunes ne choisissaient pas leurs matches selon l’identité de l’adversaire ou la météo. Ces mêmes piliers n’ont jamais lâché leur équipe dans la difficulté. Si l’ambiance déclinait quand le PSG végétait dans le ventre mou, elle était souvent fantastique dans la difficulté. Lorsque le PSG jouait le maintien contre Saint-Étienne en 2008, le Parc était en fusion. Du but de Jérémy Clément aux adieux de Pauleta, l’ambiance n’avait rien à envier à celle d’un match du PSG en quart ou en demi-finale de Ligue des champions.

 

 

Cependant, il ne faut pas non plus idéaliser l’ambiance "d’avant". Aujourd’hui, notre imaginaire se nourrit de ces souvenirs mais aussi des sélections des meilleures ambiances sur des sites comme YouTube. Le contraste avec le Parc des Princes actuel ne fait que renforcer cet imaginaire. Mais, nécessairement, on oublie les moments où le Parc grondait ou sonnait creux. On oublie les grèves ou les chants comme "Une équipe à Paris". Ce n’est pas injurier le Parc des Princes "d’avant" que de rappeler que lui aussi a parfois manqué de ferveur.

 

 


6. « Paris, c’est nous »

Mis dehors par le Plan Leproux, certains supporters ont commencé à entonner "Paris, c’est nous" et à se qualifier de "supporters historiques". Est-ce qu’ils sont Paris ? Indéniablement. Est-ce que ceux qui ont passé vingt ans à ne vivre que pour leur club en préparant les tifos la semaine, en chantant pendant 90 minutes le week-end et en parcourant des dizaines de milliers de kilomètres dans l’année sont des "historiques" ? Assurément. Leurs tifos, leurs fresques dans les coursives, les bandes sonores des rencontres du PSG parlent pour eux. Ils ont une histoire et une légitimité qui font qu’ils sont Paris.

 

Mais "Paris, ce n’est pas que vous", doit-on leur rétorquer. Il n’y a pas une manière unique de vivre son supportérisme et d’aimer son club. Certains peuvent aimer leur club depuis un autre continent et ne pouvoir participer à cette vie des tribunes. Ils sont aussi Paris. Certains préfèrent s’abonner à côté des associations de supporters et participer ponctuellement aux chants. Ils sont aussi Paris. Certains préfèrent s’abonner en tribune latérale et rester assis pour profiter du spectacle sur le terrain et dans les virages. Ils sont aussi Paris. Certains n’ont pas les moyens de s’abonner mais vibrent de tout leurs corps derrière leur téléviseur ou leur poste de radio. Ils sont aussi Paris. Certains n’ont commencé à aimer le PSG qu’après un titre de champion, l’arrivée d’une star ou un match mythique. Ils sont aussi Paris.

 

Ceux qui ont sacrifié leur temps et leurs revenus pour façonner les heures de gloire du PSG et du Parc des Princes sont admirables. Ils ont irréductiblement leur place dans les travées du Parc. Mais ils ne sont pas plus légitimes que d’autres à soutenir le PSG ou à se rendre au Parc.

 

 


7. « Désormais, il n’y a que des Lynx et des touristes »

Avec l’arrivée des stars et la domination outrageante du PSG, le Parc des Princes a fait le plein d’abonnés. Entre le Plan Leproux et l’arrivée de QSI, l’affluence moyenne était de 29.000. Elle est montée à 42.000 à l’été 2011. Elle s’élève désormais à plus de 46.000 pour une capacité de 48.000: autrement dit, la zone visiteurs mise à part, le Parc des Princes fait le plein. Pourtant, dans le même temps, l’ambiance n’est pas à la hauteur des résultats. Il n’est pas rare d’entendre des sifflets à la mi-temps quand il y a 0-0 ou de voir le stade se vider à la 85e minute. Pire, en hiver ou contre les "petites" équipes, les tribunes sont clairsemées et les offres de revente sur Viagogo sont légion.

 

De ce constat, certains considèrent que les abonnés actuels qui n’étaient pas au Parc des Princes avant l’arrivée de QSI sont soit des "Lynx" (du nom de la mascotte alors lancée par le club), soit des "touristes". Ce constat n’est que très partiellement exact. En réalité, une grande partie des abonnés actuels sont des abonnés de longue date. De nombreux "anciens" fréquentent toujours ou de nouveau le Parc des Princes.

 

Si le stade n’a plus la ferveur d’antan, ce n’est pas à cause de ceux qui se trouvent aujourd’hui en tribune. Des spectateurs, des touristes ou des opportunistes, il y en a toujours eu. La raison est double. D’une part, le club a illégalement écarté ceux qui ont l’expérience, le savoir-faire et l’envie d’animer les tribunes. D’autre part, le club a privé les abonnés actuels des moyens de le faire : interdiction du matériel, placement aléatoire, interdiction des regroupements, renouvellement perpétuel des personnes avec la revente Viagogo… À cela s’ajoutent des tarifs prohibitifs en parcage visiteur (entre 40 et 50 euros la place): sans l’émulation des supporters adverses, la motivation pour gagner le match des tribunes s’estompe. De tout ça, sous la contrainte de l’agacement des joueurs et des moqueries médiatiques, le club semble avoir pris conscience. En effet, l’an prochain les abonnés verront la majeure partie de ces restrictions disparaître.

 

 


8. « Le club n’a pas besoin des Ultras »

Pour certains journalistes ou certains responsables du PSG, les Ultras, c’est fini. Ils considèrent que le club n’en a pas besoin. Et en veulent pour preuve les succès sportifs actuels du PSG, la hausse des recettes de billetterie et le présumé "retour des enfants" au Parc des Princes. À cet égard, il est certain qu’un PSG qui accumule tant de titres n’a pas besoin d’Ultras pour remplir son stade et les caisses.

 

Mais penser que le spectacle se limite à la pelouse, c’est ne rien entendre au football. Gamin, l’auteur de ces lignes préférait se rendre au Parc que regarder la rencontre à la télévision parce que le spectacle était aussi en tribune, parfois surtout en tribune. Parce que les posters dans sa chambre étaient autant des tifos des Supras et des Boulogne Boys que Rai ou Ronaldinho. Le football est une communion où la ferveur collective et l’ambiance d’un stade sont fondatrices.

 

Au PSG, les joueurs et le Président Al-Khelaïfi ne le conçoivent pas différemment et ne s’en cachent plus. Entre critique d’un public parisien endormi et admiration des ambiances entendues à Geoffroy-Guichard ou au Vélodrome, les joueurs l’affirment: ils ont besoin des Ultras. C’est dans cet esprit que l’équipe commerciale du PSG s’est lancée dans une entreprise désespérée, aussi artificielle que pathétique: copier les us et coutumes des Ultras, sans les Ultras, sans authenticité. Le prestataire Mediadrop pour taper sur les tambours, l’instauration du chant "Ô Ville Lumière" en hymne avec affichage des paroles sur les écrans, la confection de tifos ou de voiles auprès de prestataires externes, la distribution de mégaphones en virage, la tentative de vol du slogan "Ici c’est Paris" des Supras… Cuisant échec, illustré notamment par ce tifo totalement raté parce que les supporters ont préféré sortir leur téléphone et prendre des photos que soulever leur morceau du tifo…

 

 


9. « Les contestataires cherchent la bagarre »

C’est le sempiternel joker de certains dirigeants du PSG, interrogés sur leur refus de voir revenir les associations de supporters : "Ce sont des gens violents", "Ce sont des gens qui importent leurs règles", "Derrière leurs têtes d’affiche respectables se cachent des gens incontrôlables". On peut bien croire que les craintes de ces dirigeants sont légitimes. On peut encore croire qu’ils ont peur que leurs défaillances du passé reviennent en plein jour. Mais ces arguments sont aussi fallacieux qu’erronés.

 

Et les six années de contestation de supporters le démontrent. S’ils n’étaient motivés que par la bagarre, ils seraient revenus au Parc des Princes sans ne rien revendiquer et auraient causé des troubles. Cela fait six années qu’ils persistent dans leurs convictions, celles d’un supportérisme populaire et associatif, celles d’un noyau de supporters dédié à l’animation des virages. Six années que leurs droits sont violés, que ces dirigeants leur imputent tous les maux, que ces dirigeants les font parfois expulser avec violence (par exemple lors de PSG-Glasgow), que ces dirigeants collaborent avec certains représentants des forces de l’ordre pour faire sanctionner des chants revendicatifs de liberté… Des heures passées, dans le froid, bloqués illégalement devant le stade, subissant provocations des forces de l’ordre et remarques méprisantes de salariés ou prestataires du PSG. Combien d’incidents? Aucun. Combien de bagarres? Aucune. Qui peut résister à six années de mesures vexatoires et de privation de passion s’il n’est motivé que par la bagarre? Qui peut résister si longtemps sans être mû par une force intérieure, celle de défendre des convictions de justice et un idéal du supportérisme?

 

Bien au contraire, tout dans le comportement de certains dirigeants du PSG ou des pouvoirs publics est fait pour provoquer des dérapages : mesures vexatoires, interdictions injustifiées d’accès au stade après des déplacements de milliers de kilomètres, interdictions illégales d’accéder même aux matchs de l’équipe féminine ou de Gambardella dans des stades vides… Rejet du dialogue au risque de décourager les personnes intelligentes et dans une démarche constructive. Rejet du dialogue au risque de renforcer ceux qui préféreraient une contestation plus vindicative ou belliqueuse. Plus personne n’est dupe. Et les nombreux médias qui, entre 2011 et 2015, ont changé leur fusil d'épaule sur les associations de supporters en témoignent.

 

 

 

 


10. « Pas de grand club sans grand public »

Sur les réseaux sociaux, sur des stickers ou dans des clips de rap, c’est presque devenu un slogan. La grandeur d’un club serait dépendante de son public. Pourtant un sondage sur les plus grands clubs du monde placerait probablement le Real Madrid et le FC Barcelone sur le podium. Deux clubs qui ont une identité forte, un imposant palmarès et une incroyable longévité au plus haut niveau. En revanche, un sondage sur les plus grandes ambiances de football ne ferait figurer aucun de ces deux clubs dans le Top 30 mondial. Difficile donc de prétendre qu’un club ne peut conquérir le monde sans grande ambiance. Et ce n’est pas le public exigeant et versatile du Santiago-Bernabeu que l’on peut qualifier de référence.

 

Mais il est une autre réalité. Celles des clubs incapables de rester au sommet avec constance. Des clubs qui ont connu des heures de gloire sportive mais aussi de longues traversées du désert. Pour autant, tout le monde les considère comme des grands clubs: Liverpool, Dortmund, le Celtic, l’Ajax mais aussi les clubs d’Amérique du Sud, du Maghreb ou des Balkans… Pourquoi? Parce qu’ils ont une identité et une histoire dont les supporters sont les garants. Surtout, parce que même en plein désert, leur public et leur ambiance restent des références. Et au Parc des Princes, c’est quelque chose que l’on a toujours admiré: "Welcome to the legendary fans", telle fut la banderole d’accueil de Liverpool au Parc des Princes en 1997. Quand le club de Dortmund a failli sombrer, il a pu compter sur ce socle que forment ses supporters.

 

Si, un jour, QSI quitte le PSG et que celui-ci retrouve peu à peu le ventre-mou de Ligue 1, sans ses stars, sans Coupe d’Europe, que restera-t-il? Son public. Sauf à ce que certains de ses dirigeants actuels et les pouvoirs publics aient réussi à l’éradiquer entre-temps. Ce public qui est pourtant le seul capable de porter le souvenir, dans trente ans, des exploits actuels des Zlatan, Verratti ou Thiago Silva.

 

Partager

> déconnerie

Tabloïd, numéro 5

> sur le même thème

Minority Support

Les stades et les supporters


Geoff Pearson
2019-01-30

Supporters : la police britannique mise sur le dialogue et la prévention

When Saturday Comes – Les violences baissent au Royaume-Uni, mais les moyens aussi. Les forces de l'ordre expérimentent avec succès des méthodes qui privilégient une gestion intelligente. 


Jon Spurling
2018-12-06

Des supporters aux abonnés absents

When Saturday Comes – En laissant des sièges vides dans des stades de Premier League affichant "complet", les abonnés à la saison exercent leur droit de boycotter certains matches, mais d’autres ne peuvent en profiter.


Pierre Barthélemy
2018-09-25

Interdictions de déplacement : l’impasse

Les incidents de OL-OM démontrent le caractère abusif et inefficace des interdictions de déplacement des supporters: un détournement de la législation, liberticide et qui crée bien plus de problèmes qu'il n'en règle.


>> tous les épisodes du thème "Les stades et les supporters"

Sur le fil

RT @lefollclement: Pour Vice, j'ai suivi durant une journée un supporter soumis à une interdiction administrative de stade. https://t.co/3E…

RT @Eurosport_FR: Le casse-tête des Bleus : comment contourner un bloc regroupé ? Analyse signée @CKuchly #MOLFRA https://t.co/uhH5KiGBEu

RT @ArriereCuisine: Un article polémique sur un sport méconnu : https://t.co/TxWGnHfrXb Par @arbleiz56 , notre expert #lefoot https://t.co/…

Les Cahiers sur Twitter

Les brèves

De Nuremberg à Pôle Emploi

"Nuremberg vire son entraîneur." (lequipe.fr)

Faut pas des Koné

"Boxing Day en L1, Koné dit non." (maxifoot.fr)

Abstinence

"Fuchs absent trois mois." (lequipe.fr)

Doc Gynéco en public

"Les oreilles écartées par ses gants noirs, Mario Balotelli a ouvert ses écoutilles face aux tribunes de Gaston-Gérard." (lequipe.fr)

Flammengo

"Brésil : incendie meurtrier au centre de formation de football de Flamengo." (rfi.fr)