auteur
Jérôme Latta

 

Chef d'espadrilles.


Du même auteur

> article suivant

Club ou "institution" ?

> article précédent

Dans les filets #3

> article précédent

Le Replay, saison 2: épisode 5

Le football sur tapis vert

Annonçant une manne financière aussi considérable que les risques de corruption, "l'ouverture" du marché des paris sportifs en ligne ne va faire que des gagnants... sauf les parieurs, évidemment.
Partager
Adoptée par l'Assemblée nationale après un long processus législatif  (lire "2010, année de la licence"), la loi qui libéralise les paris sportifs et met fin aux monopoles publics pourrait providentiellement entrer en vigueur le 1er ou le 10 juin, juste avant une Coupe du monde qui va servir de rampe de lancement à un phénomène dont l'on va constater la mise sur orbite dès la prochaine saison de Ligue 1....
Les trois poids-lourds européens d'Internet Bwin, Betclic et Unibet et des dizaines de challengers vont donc disputer à la Française des jeux et au PMU (1) les parts d'un marché des paris sportifs en pleine croissance, qui atteindrait 1,6 milliards d'euros en 2015 pour près de quatre millions de joueurs. Première priorité: faire fonctionner très vite l'Autorité de régulation des jeux en ligne (Arjel), qui délivrera les agréments après étude des candidatures d'une cinquantaine d'opérateurs.


"Assécher" les paris illégaux
Sans trop insister sur la rente qu'encaissera l'État au passage (2), la majorité a souligné sa volonté, avec cette "ouverture maîtrisée", d'encadrer un secteur qui draine déjà des millions de parieurs français vers des sites de fait illégaux, en "asséchant" ce marché gris. L'encadrement réside en particulier dans la limitation des types de jeux autorisés (3). Les opérateurs privés, globalement satisfaits, ont regretté un cahier des charges techniques assez lourd (4), ainsi que le taux de retour aux joueurs, plafonné à 85% en raison de prélèvements plus importants (7,5% des mises) que dans la moyenne européenne. Ils craignent que les parieurs continuent de parier illégalement "à l'étranger"...
Le PS, qui a porté un recours devant le Conseil constitutionnel, a dénoncé un "cadeau aux amis du Fouquet's" (5) et un texte qui dérégule plus qu'il n'encadre. Mais la bataille d'amendements menée par les socialistes est restée vaine, et l'inertie de leurs homologues de la majorité a permis de respecter un calendrier très tendu.

paris_sportifs2.jpg


Ce n'est plus du sport, mais c'est encore de l'argent
Pour les médias spécialisés, il s'agit là d'un afflux de ressources publicitaires majeures (6), bienvenu dans un contexte économique alarmant mais qui aura des conséquences éditoriales lourdes, que l'on mesure déjà avec la multiplication des contenus liés aux pronostics: les opérateurs sont à la recherche de partenariats leur permettant de bénéficier d'une marque médiatique déjà établie, et d'accéder à son audience ou son lectorat. Il est à craindre que de nombreux supports poussent un peu loin l'adaptation à cette demande en consacrant une large part de leurs contenus à un domaine qui ne ressortit plus de très près à "l'information".
Le groupe Amaury est prêt à lancer sa plateforme sajoo.fr au travers d'une société commune avec Bwin (7), et compte bien profiter des synergies avec ses titres. "Sajoo est un relais de croissance. L'objectif est d'en faire le quatrième pilier du groupe après ASO, Le Parisien / Aujourd'hui en France et L'Équipe", a confié aux Échos Christophe Blot, directeur délégué.


Double jackpot pour les clubs
"Nous en avons assez d'être sous la pression permanente de quelques intérêt particuliers, ceux de M. Aulas et de ses amis, qui voudraient légiférer à notre place", a déclaré le groupe PS lors de l'examen de la loi, tandis que le député Gaëtan Gorce demandait ce qui avait été entrepris pour que le président lyonnais "soit sanctionné pour incitation à parier sur des sites illégaux" (cités par Renaud Lecadre dans Libération). Même si les enjeux dépassent largement la courbe de l'action OL Groupe, le fait est que le dispositif est doublement rémunérateur pour les clubs. Ils vont d'abord pouvoir bénéficier des opérateurs en tant que sponsors, la croisade vestimentaire de Jean-Michel Aulas trouvant là sa victorieuse conclusion – retardée mais providentielle pour des clubs français qui peinent à valoriser leurs maillots. Ils percevront aussi les droits d'exploitation versés par les sociétés de paris dans des conditions qui restent à négocier, en ce qui concerne le football, entre ceux-ci et la Ligue. De bonnes discussions en perspective, surtout lorsqu'il s'agira, ensuite, de répartir ce nouveau pactole entre les clubs.


L'odeur du book
Frédéric Thiriez le claironne: "Le risque de fraude sera réduit au minimum". Ce qui revient à reconnaître le risque, et à n'offrir que des promesses quant à son ampleur. Car la fraude et la corruption vont de pair avec les paris sportifs: "Plus l'offre de paris est importante, plus les risques de matches truqués augmentent", concluait le rapporteur de la loi lui-même, Jean-François Lamour, en septembre dernier. L'ancien ministre est cité par lemonde.fr, dont l'article donne aussi la parole au consultant Christian Kalb: "On peut parier sur n'importe quoi, sur les divisions amateurs, beaucoup plus faciles à corrompre, et sur n'importe quel geste de jeu" (8).
La porte ne s'ouvre donc pas qu'aux industriels du pari qui ont pignon sur rue, mais aussi aux innombrables organisations criminelles, dont beaucoup sont basées en Asie, qui parasitent le système à distance (lire "La corruption pour les nuls"). La vaste affaire de corruption révélée fin 2009 dans une douzaine de championnats européens démontre la réalité des dangers. Aussi ne peut-on parler que de "garde-fous" et... parier sur leur efficacité en sachant qu'elle sera de toute façon relative.


"Une part de rêve"
Les psychologues, eux, s'inquiètent du développement massif et prévisible de nouvelles addictions au jeu: les pratiques en ligne impliquent une consommation à domicile, avec de l'argent dématérialisé, et l'impossibilité d'empêcher les joueurs compulsifs ou les mineurs de participer... Le nombre des "accros" aux jeux de hasard est déjà estimé entre 500.000 et 900.000 en France, et ce ne sont pas les prétentions à un "jeu responsable", dans un contexte de concurrence publicitaire et commerciale acharnée, qui vont le faire diminuer. La libéralisation aura aussi des conséquences sanitaires considérables.

Les jeux d'argent n'offrent que le hasard à leurs clients, et réservent la certitude des profits à ses organisateurs. "Il s'agit d'assurer une part de rêve" aux Français, a déclaré le nouveau ministre du Budget François Baroin, qui a défendu le projet au Parlement. La nature du rêve vendu aux citoyens s'en trouve dévoilée: une illusion livrée aux marchands. Cette industrie-là et celle du football étaient faites pour se rencontrer.


(1) Le PMU, pour se diversifier, va proposer des offres "sport" en collaboration avec des sociétés britanniques, et vient de conclure un partenariat avec la FFF.
(2) Les opérateurs étant domiciliés en dehors de la France, ils ne paieront toutefois que des taxes, pas d'impôts.
(3) L'Arjel délivrera des licences de cinq ans renouvelables, pour trois catégories de jeux: sport, paris hippiques et poker – excluant notamment les autres jeux de casino et les loteries.
(4) Il prévoit un système informatique accessible à l'Arjel et un coffre-fort électronique conservant la trace de toutes les transactions.
(5) Martin Bouygues, François Pinault, Stéphane Courbit, Patrick Le Lay, Vincent Bolloré, Alexandre Balkany (fils de Patrick) ou Dominique Desseigne, considérés comme des proches ou des soutiens de Nicolas Sarkozy, ont des intérêts économiques (quand ce ne sont pas des conflits d'intérêts) auxquels bénéficiera cette libéralisation.
(6) Du moins durant la période initiale de forte concurrence: le marché publicitaire dégonflera lorsque des opérateurs dominants se seront dégagés.
(7) Le concurrent Betclic, qui appartient au groupe Mangas Gaming de Stéphane Courbit, s'est allié à Europe1, Sportingbet au Monde – pour ne prendre que ces exemples.
(8) L'Arjel prévoit d'interdire les paris sur des faits de jeu anodins qui prêtent plus le flanc aux manipulations.
Partager

> Dossier

Le bizness

Le bizness


Jérôme Latta
2020-05-30

Était-ce une "connerie" d'arrêter les compétitions en France ?

Minichro – On peut défendre la reprise des championnats sans se mentir sur ses motivations, ni conclure que la non-reprise était un mauvais choix. 


Jérôme Latta
2020-03-30

Un plan d’urgence ne suffira pas, il faut un New Deal pour le football

Menacée d’effondrement économique, l’industrie du football n’a le choix qu’entre une réforme profonde et une aggravation de ses déséquilibres.


Jérôme Latta
2020-01-08

Le PSG vaut un milliard (prix à débattre)

Minichro – Forbes estime que la valeur du PSG a progressé de 992% pour atteindre le milliard, des supporters s'en félicitent. Mais qu'est-ce que cela signifie? 


>> tous les épisodes du thème "Le bizness"

Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)