auteur
Alex Anderson

> article suivant

Revue de stress #116

Le football écossais préfère les gros

When Saturday Comes – L'Écosse et les joueurs en surpoids : une histoire d'amour qui ne date pas d'hier, a priori incompatible avec les exigences du foot moderne. Mais la Scottish Premier League reste un asile pour eux.

Partager


Extrait du numéro 339 de
When Saturday Comes. Titre original : "Chewing the Fat", traduction Toto le zéro.

 

* * *

Lors d'un numéro de Sportsound sur Radio Scotland en février, Josh Magennis, l'attaquant de Kilmarnock, a répondu à des tweets concernant l'érudit milieu de terrain de son équipe Alexei Eremenko. Alors que l'un des messages lui demandait si l'international finlandais d'origine russe "suivait au moins un entrainement", le studio s'esclaffa d'un air entendu, Emerenko étant effectivement en surpoids.

 

L'Écosse a une relation complexe avec les joueurs trop gros, de même qu'avec les boissons ou la nourriture trop grasse – une situation encore plus confuse depuis Noël: en février, un rapport de l'Office for National Statistics concluait que la consommation d'alcool était en baisse chez les jeunes Britanniques; quelques semaines auparavant, les médias sociaux avaient estimé qu'Ally McCoist, une pinte à la main lors d'un match de rugby, paraissait avoir dix ans de moins que lorsqu'il fut manager des Rangers, poste qu'il venait de quitter récemment.

 

 

 

"Fat Eddie Murphy"

Bien que le pays affiche le taux d'obésité le plus élevé et l'espérance de vie la plus faible du Royaume-Uni, sa Fédération de football cherche à assouplir la législation sur la consommation d'alcool dans les stades. Lors de la rencontre de championnat contre Motherwell, St Mirren a ouvert une fanzone en dehors du stade. S'il y avait de la musique et des Playstations, les principales attractions ont bel et bien été la bière et les hamburgers.

 

Les faits de jeu sur le terrain semblent eux aussi vouloir semer le trouble. Ainsi, Christian Nadé, le buteur Français des Raith Rovers, baptisé "Fat Eddie Murphy" par les fans des Rangers lors d'un match de Coupe en février dernier, a marqué le but vainqueur dans la foulée. Genero Zeefuik, à peine arrivé en janvier aux Hearts of Midlothians, était moqué par le commentateur radio Allan Preston, pour lequel ses shorts étaient de taille XXL, ce qui n'a pas empêché le Hollandais de marquer huit buts lors de ses sept premières titularisations, dont un triplé en trois minutes contre Cowdenbeath.

 

En mars, la une des tabloïds montrait le capitaine du Celtic et de l'Écosse Scott Brown affalé avec son casse-croûte sur le trottoir après une soirée à Edimbourg. Quatre jours plus tard, il menait pourtant son club à la victoire en finale de la Coupe de la Ligue.

 

 

Génies grassouillets

Déjà en surpoids lorsqu'il a rejoint Kilmarnock en janvier 2014, Alexei Emerenko n'a pas maigri depuis. En janvier dernier, lors de la réception d'Inverness, avec un score à 1-1 à 20 minutes de la fin et en supériorité numérique, son remplacement semblait logique. Toutefois, le stade de Rugby Park, échaudé par le remplacement du meneur de jeu, explosa lorsque Inverness marqua le but vainqueur. Allan Johnson, le manager, démissionna début février.

 

Le "Killie Pie", au Rugby Park, est régulièrement désigné le meilleur en-cas du championnat d'Écosse, et ce à juste titre. Si l'abus de cette spécialité peut troubler les sympathies des supporteurs de Kilmarnock, les Écossais semblent indubitablement apprécier les génies grassouillets. Le séjour alcoolisé de Georges Best à Hibernian est resté dans les annales, même si son club avait finit par être relégué. Inversement, le spectaculaire retour au foyer de Graeme Souness, obsédé par la condition physique, ne restera un bon souvenir que pour les fans des Rangers.

 

L'héritage établi par Graeme Souness n'était pas consolidé deux décennies plus tard, lorsque Paul le Guen prit place sur le banc. L'ex-Parisien, qui avait profité de ses vacances pour participer au Marathon des sables, une course de près de 250 km d'une semaine dans le désert marocain, courut le semi-marathon de Glasgow pour s'acclimater à l'Écosse. Aux Rangers, il fit savoir au capitaine Barry Ferguson que son goût pour les Monster Munch aux oignons était néfaste sur le plan nutritionnel. Le Guen ne resta que cinq mois au club.

 

 

Hédonisme celte

Légende du Real Madrid et de la Hongrie, Ferenc Puskas possédait la bedaine la plus célèbre du ballon rond. Unique buteur lors d'une rencontre de Coupe d'Europe contre les Rangers en 1963, il fut invité à une soirée privée dans le quartier de Drumchapel à Glasgow par Jim Baxter, illustre milieu de terrain des Rangers dont la panse houblonnée débordait de son maillot et dont la carrière s'arrêtera à trente ans. Puskas, lui, ne raccrochera les crampons qu'à quarante.

 

Ce qui nous rend, nous Écossais, obsédés par le football tend également à encourager un hédonisme typiquement celte. La licence apporte une forme de répit à une mentalité de classe laborieuse soumise à la culpabilité catholique, la rectitude presbytérienne et un climat exécrable. Une empathie naturelle envers les joueurs rondelets se mêle à une détestation de ceux qui prennent trop leur travail à la légère. Charlie Adam, qui deviendra incontournable en Premier League, était moqué aux Rangers pour son gabarit franchement ordinaire.

 

Joueur de l'année élu par les joueurs et par les journalistes, Kris Commons présente également des bourrelets uniquement visibles avec les maillots de football modernes. Pourtant, il failli quitter le Celtic en février, malgré des buts cruciaux et spectaculaires durant la période des transferts. Les normes physiques imposées par Ronny Deila, le manager scandinave du club, ont permis à l'effectif de perdre 50 kg au total.

 

 

La pizza frite et la gloire

Kris Commons n'aurait trouvé aucune grâce auprès de John Collins, l'assistant de Deila et ancien milieu de terrain de l'Écosse et de Monaco, lorsque celui-ci prit les rennes d'Hibernian FC en 2006. En effet, la légende veut qu'il se soit présenté aux joueurs en se déshabillant avant d'exiger qu'ils aient la même musculature que lui. Véridique ou non, la popularité de l'anecdote illustre la méfiance de l'Écosse pour les gens en bonne santé, surtout ceux qui sont parvenus à allier une condition physique parfaite et une vie à Monte-Carlo.

 

Signe d'un changement positif, l'arrivée au Celtic des milieux de Dundee United Gary Mackay Steven et Stuart Armstrong lors de la période des transferts. Le premier, cheveux blonds et allure émaciée, a l'air sous-alimenté, tandis que le compte Twitter du second propose des images de viande maigre et de plats de pâtes, ainsi que ses amis regardant Made in Chelsea – l'émission de téléréalité dans laquelle tout repose sur l'apparence physique. Tous deux ont marqué en moins d'une demi-heure lors de leur premier match à Partick Thistle, Armstrong réussit encore un but et une passe décisive contre l'Inter lors d'une rencontre étouffante en Europa League.

 

Ni l'un ni l'autre ne furent autorisés à jouer en Coupe de la Ligue, soulevée par leur nouveau capitaine Scott Brown. Rares furent les fans à s'émouvoir lorsque ce dernier, athlète professionnel marié, fut photographié ivre dans des clubs de striptease, mais tout le monde a remarqué que son plat à emporter favori était la pizza frite. Un avant-goût de la gloire à la portée de tous les Écossais.

 

Soignez votre anglais et votre culture foot: abonnez-vous à When Saturday Comes.

 

 

Partager

When Saturday Comes


Neil Andrews
2017-07-23

Pelouse interdite

When Saturday Comes – Dans une Angleterre encore hantée par le hooliganisme, l'envahissement du terrain de Wembley par les supporters de Millwall a fait polémique. Ce vieux rituel est-il devenu inacceptable? 


Si Hawkins
2017-06-27

La Grande-Bretagne, pas un grand pays de foosball

When Saturday Comes – Une Coupe du monde, de grands tournois: le baby-foot, c'est une discipline sérieuse en plus d'une culture populaire en Europe continentale ou aux États-Unis. Qui peine à s'implanter en Grande-Bretagne. 


James Corbett
2017-06-05

Le musée de la FIFA, ultime échec de Sepp Blatter

When Saturday Comes – Projet ruineux de l'ère Blatter, ouvert l'an dernier à Zurich, le "FIFA World Football Museum" chante la gloire de la confédération dans des salles vides. 


>> tous les épisodes de la série "When Saturday Comes"

Sur le fil

RT @Slatefr: Football: à qui profite le stream? https://t.co/JBnwe0smOf

RT @20minutesSport: Lyon: Comment certains supporters de l'OL, «nostalgiques de Gerland», s'intéressent au LOU Rugby https://t.co/WYo5vp73o…

RT @A_N_Supporters: Retrouvez notre vidéo qui accompagne la parution de ce Livret : https://t.co/Svn6VAR9OS

Les Cahiers sur Twitter

Les brèves

Un transfert nommé désir

"Marlon prêté à Nice pour deux saisons." (goal.com)

Chaude piste

“PSG : ça brûle pour Mbappé !” (footlegende.fr)

Papic fait de la résistance

"Mamic s'est fait tirer dessus." (lequipe.fr)

Bouffer la feuille

"Un club de foot est passé au régime végétalien." (lessentiel.lu)

Bukkake

"Nice douché par Troyes." (lequipe.fr)