auteur
Sylvain Zorzin

 

Incapable d’admettre qu’il a donné vie à Pierre Minus, il fuit l’opprobre en publiant de vraies histoires pour les vrais enfants dans les magazines Pomme d’api, Les Belles Histoires, Tralalire et Mes Premiers J’aime Lire.


Du même auteur

> article suivant

Sans peine mais pas sans péno

> article précédent

De vilaine manière

Le foot étranger n'a pas d'avenir: l'Eire

EIRE [r] n.f. Autant il paraît difficile de faire des jeux de mots avec "Kirghizistan" ou "Ossétie du Sud", autant l’Eire se prête à mille piètres aphorismes. Ce serait faire injure aux milliers de footballeurs irlandais que d’en rajouter ici, ainsi qu’aux hommes en noir généreux qui avancent l’arbitre à l’Eire.

 

Partager

EIRE [r] n.f. Autant il paraît difficile de faire des jeux de mots avec "Kirghizistan" ou "Ossétie du Sud", autant l’Eire se prête à mille piètres aphorismes. Ce serait faire injure aux milliers de footballeurs irlandais que d’en rajouter ici, ainsi qu’aux hommes en noir généreux qui avancent l’arbitre à l’Eire.

footet_irlande.jpgProvince insignifiante que l’on appelle parfois "Écosse" ou "pays de Galles" sans même faire exprès, l’Irlande a beaucoup souffert. Notamment, les Irlandais ont vécu l’une des pires famines de ces derniers siècles. Ainsi, en 1848, on peut légitimement penser que les premiers footballeurs jouèrent vraiment comme des morts de faim. Quant au premier match officiel disputé en 1926, il se solde par une défaite, "se solder" devant être pris ici dans son sens premier, tellement on avait envie de brader des joueurs aussi pathétiques. C’est simple, c’est à cette époque qu’on invente le proverbe: "L’Irlande comprend vingt-six comtés, avec notre équipe on pourrait faire du fromage de chèvres".

L’accession à la phase de barrage de la Coupe du monde 2010 doit donc être saluée comme un exploit. Entraînée, au cours des dernières années, par des Irlandais médiocres vers le fond du classement Fifa, l’Eire n’aurait toutefois pas réussi une telle performance si elle n’avait nommé à sa tête Giovanni Trapattoni.

Surnommé "Trap" par Allah et les supporters français, Giovanni Trapattoni possède un palmarès impressionnant. Une étude statistique laisse même à penser qu’il possèderait plus de titres que les secrétaires de rédaction de L’Équipe. Joueur de grand talent dans les années soixante, il s’est également distingué en tant qu’entraîneur, remportant les championnats italien, allemand, portugais. En 2007, il devient même champion d’Autriche avec le Red Bull Salzburg, un job alimentaire mais qui ne l’empêchera pas pour autant de dormir.

Parmi les rares joueurs qui ont acquis une notoriété de ce côté de la Manche, citons Tony Cascarino, qu’on a pu voir évoluer à l’OM, ou encore Roy Keane, que Guy Roux n’avait néanmoins pas retenu dans son équipe. On pouvait pourtant s’attendre à ce qu’une union Roux-Keane fonctionne parfaitement: cela constitue quand même 92% des mariages en Irlande!

Quelques artistes ont tenté de relever le niveau pas folichon d’un pays globalement inculte. On peut ainsi évoquer James Joyce, dont le célèbre Finnegans Wake serait comme un discours de Pape Diouf traduit en gaélique par Luis Fernandez, ou encore U2, qui fut longtemps un projet libéral fondé sur le modèle de la Coupe du monde U20.

À la lumière de la plupart de ces réflexions, on peut donc raisonnablement penser que le foot conditionné n’avait aucun avenir.

 

Partager

Le foot étranger n'a pas d'avenir


Sylvain Zorzin
2014-06-26

Le foot étranger n'a pas d'avenir : les États-Unis

ÉTATS-UNIS [mothersoccer] n.f. Les États-Unis promeuvent les droits de l’homme en enfermant des prisonniers à Guantánamo. Chez nous, des types en orange qui matraquent une cage, c’est les joueurs de Lorient qui essaient de marquer un but.


Sylvain Zorzin
2014-06-24

Le foot étranger n'a pas d'avenir : la Grèce

GRECE [hellas!] n.f. Pays gorgé d’histoire, de philosophie et d’ouzo, la Grèce est considérée comme le berceau de la civilisation européenne. Il était donc inévitable que la sélection grecque balbutie son football, les tireurs de coup franc s’élançant trop près du mur.


Sylvain Zorzin
2014-06-22

Le foot étranger n'a pas d'avenir : la Corée du Sud

CORÉE DU SUD [southpark], n.f. Alors que la Chine a inventé la poudre au XIVe siècle, la Corée est le pays d’Asie qui a créé le principe du ballon prisonnier. Depuis la séparation de 1948, le Sud a conservé le ballon et le Nord garde les prisonniers.


>> tous les épisodes de la série "Le foot étranger n'a pas d'avenir"

Sur le fil

RT @cahiersdufoot: Sans peine mais pas sans péno". Le compte-rendu de #FRAURU est livré avec la nalyse de @CKuchly - https://t.co/nLhHyNQXd…

RT @ma2thieud: Si les #audiences TV des #Bleus ont été très bonnes pendant la #CoupeDuMonde, pas sûr que la #LigueDesNations ait eu les eff…

Petits virements, petits arrangements: comment l’AS Monaco s’est assuré des soutiens au sein du football français - https://t.co/yrqSKaGPcR

Les Cahiers sur Twitter