auteur
Sylvain Zorzin

 

Incapable d’admettre qu’il a donné vie à Pierre Minus, il fuit l’opprobre en publiant de vraies histoires pour les vrais enfants dans les magazines Pomme d’api, Les Belles Histoires, Tralalire et Mes Premiers J’aime Lire.


Du même auteur

> article suivant

Les caresses de Coutinho

Le foot étranger n'a pas d'avenir :
les Pays-Bas

PAYS-BAS [matchtriste] n.m.pl. Fruit incessant d’un malentendu géographique, les Pays-Bas sont souvent confondus avec la Hollande, qui n’est qu’une simple province néerlandaise ; plus rarement avec Pays-Haut, qui a inventé les Schtroumpfs.

Partager


PAYS-BAS [matchtriste] n.m.pl. Fruit incessant d’un malentendu géographique, les Pays-Bas sont souvent confondus avec la Hollande, qui n’est qu’une simple province néerlandaise ; plus rarement avec Pays-Haut, qui a inventé les Schtroumpfs.


Vainqueurs de l’Euro 1988 sous l’impulsion de Marco van Basten, Frank Rijkaard et Ruud Gullit, finalistes de la Coupe du monde en 1974, 1978 et 2010, les Pays-Bas ont connu quelques moments de gloire au cours de ces quarante dernières années. Comme Dave et Desireless, quoi. À noter que presque à chaque fois, l’équipe a échoué en finale du Mondial contre le pays organisateur, ce qui peut expliquer son ralliement à la campagne "Coupe du monde 2026, j’ai la Soudan du Sud attitude".


Parmi les autres grands joueurs de l’histoire du football néerlandais, on peut citer sans se tromper Johan Cruyff, Pierre van Hooijdonk, Roy Makaay ou encore Bennie Wijnstekers. Évidemment, quand on dit "sans se tromper", ce n’est pas pour montrer qu’on connaît personnellement Bertrand Renard. C’est surtout pour souligner la relative qualité de la sélection nationale depuis sa création.

L’équipe des Pays-Bas détient toutefois un triste record en Coupe du monde: en effet, le quart de finale l’opposant au Portugal en 2006 se solde par la distribution de seize cartons jaunes et quatre cartons rouges. La sélection oranje ("batave" en néerlandais) laissait dans les mémoires des traces aussi profondes que les crampons de Boulahrouz dans la cuisse de Cristiano Ronaldo. On se souvient d’ailleurs que ce dernier, blessé, avait dû céder sa place au bout de vingt minutes. En larmes, il s’effondrait sur le banc sans même rechercher un penalty.

Dernière grande compétition disputée par les Néerlandais, l’Euro 2012 se révèle désastreux, puisqu’ils encaissent trois défaites en autant de matchs. Pis, on a longtemps cru que la photographie "L’équipe des Pays-Bas vue du ciel", prise par Yann Arthus-Bertrand, était une diapo utilisée en dermatologie.

À la lumière de la plupart de ces réflexions, on peut donc raisonnablement penser que le foot néerlandais n’a aucun avenir, car on ne dit pas hollandais, sauf si c’est la province, bordel.

 

Partager

Le foot étranger n'a pas d'avenir


Sylvain Zorzin
2014-06-26

Le foot étranger n'a pas d'avenir : les États-Unis

ÉTATS-UNIS [mothersoccer] n.f. Les États-Unis promeuvent les droits de l’homme en enfermant des prisonniers à Guantánamo. Chez nous, des types en orange qui matraquent une cage, c’est les joueurs de Lorient qui essaient de marquer un but.


Sylvain Zorzin
2014-06-24

Le foot étranger n'a pas d'avenir : la Grèce

GRECE [hellas!] n.f. Pays gorgé d’histoire, de philosophie et d’ouzo, la Grèce est considérée comme le berceau de la civilisation européenne. Il était donc inévitable que la sélection grecque balbutie son football, les tireurs de coup franc s’élançant trop près du mur.


Sylvain Zorzin
2014-06-22

Le foot étranger n'a pas d'avenir : la Corée du Sud

CORÉE DU SUD [southpark], n.f. Alors que la Chine a inventé la poudre au XIVe siècle, la Corée est le pays d’Asie qui a créé le principe du ballon prisonnier. Depuis la séparation de 1948, le Sud a conservé le ballon et le Nord garde les prisonniers.


>> tous les épisodes de la série "Le foot étranger n'a pas d'avenir"

Sur le fil

Cruel Sommer.

RT @CoupFrancMLS: @cahiersdufoot Astuce (pour les supporters en tribune) qui marche : compter tout haut les secondes. Je l'ai vu faire dans…

Les Cahiers sur Twitter