> article précédent

Le coeur battu

> article précédent

Footballeurs nets d'impôts

Le Feuilleton de la L1, épisode XXXII

Buvons le calice jusqu'à l'hallali avec ce championnat de France bucolique comme un stade balayé par les rafales de vent.
Partager
À une dizaine de minutes de la fin du match contre Nantes, les Lyonnais étaient en position de s'incliner pour la troisième fois seulement de la saison, et de laisser un ultime espoir à leurs poursuivants de les rattraper avant la fin du mois de mai. Pierre-Alain Frau s'est néanmoins chargé d'assurer le gain d'un point qui permet finalement à son équipe de creuser encore l'écart sur l'OM, qui s'est incliné dans les dernières secondes face à des Strasbourgeois décidément en verve. Les Lillois pourront encore récupérer deux points au champion en titre en cas de victoire dans le match reporté face à Monaco, mais la marge de manœuvre de ce dernier reste conséquente. La messe est donc dite, et le suspens final de ce championnat risque de se limiter à la lutte pour les deux places restantes en Ligue des champions. Car même en bas de tableau, les jeux semblent faits. Grâce à sa victoire spectaculaire face à Auxerre, Ajaccio compte désormais cinq points d'avance sur Caen. Une écart pas encore définitif, mais les dynamiques des deux groupes semblent bien différentes, entre des Normands en pleine déconfiture et un club corse qui vient de marquer sept buts à deux clubs européens. Les Bastiais, nettement battus à Saint-Étienne et les Istréens, malgré une première victoire dans leur tout nouveau stade, sont quasiment condamnés.

Le retour du Chaudron Vert En signant une nette victoire 3-0 à domicile contre le Sporting club de Bastia, l'AS Saint-Étienne vient de jouer un dixième match consécutif à Geoffroy-Guichard sans encaisser le moindre but. Les Verts n'en ont marqué "que" 15 durant cette même période, mais ils ont quand même régalé leur public de trois victoires par trois buts d'écart et plus, dont un cinglant 5-0 inscrit face aux Caennais. La dernière contre-performance des coéquipiers de Frédéric Piquionne à la maison date de l'automne, avec une cruelle défaite contre le voisin lyonnais. Bref, pour son retour en Ligue 1, Saint-Étienne réussit un très joli parcours de promu, suivi par près de 29.500 spectateurs de moyenne. Le club du Forez est néanmoins pénalisé par un grand nombre de matches nuls, qui ne lui permettent de figurer qu'à la 9e place du classement. Mais à trois points seulement d'une cinquième place potentiellement qualifiable pour la Coupe d'Europe. Celle-là même qui avait fait la légende du Chaudron.

Ça devait arriver : la Ligue 1 invente le junk foot.
Vent de sagesse Nous avions déjà repris, dans la Revue de stress du n°11 des Cahiers, une déclaration d'Érick Mombaerts qui détonait franchement en exprimant une capacité de distanciation plutôt rare dans le milieu — l'entraîneur toulousain avouait notamment son refus des métaphores guerrières pour motiver son équipe. Il a cette fois, dans La Dépêche, posé un regard plutôt aiguisé sur l'intransigeance des supporters (exprimée lors de la défaite contre Rennes): "Le public manifeste son mécontentement comme ça, c'est une des seules fois où nous n'avons pas répondu à son attente, mais ils sont là pour assister à un spectacle. Nous sommes dans une logique de consommateurs, on demande toujours plus, toujours mieux et, quels que soient les joueurs alignés, qu'ils aient dix-neuf ans, pas d'expérience, on les verra toujours comme ceux qui jouent contre Lyon..."

Rouge comme une pivoine, Laurent Fournier vient d'avouer qu'il aimerait bien entraîner le PSG la saison prochaine.
Les observations en vrac > Sept buts marqués en deux matches par Ajaccio. Visiblement, le message de Rolland Courbis ne passe plus. > Qui a dit que le nouveau stade d'Istres, c'était du vent ? > Les coiffeurs lyonnais ramènent le nul de Nantes. Il y a donc bien encore un avenir pour OL Coiffure. > Marouane Chamakh a simulé. C'était juste pour rappeler aux supporters parisiens leur slogan fétiche "Une femme pour la nuit, PSG pour la vie". > Record d'occasions vendangées pour Reinaldo: Dely Valdès, sors de ce corps! > Bakayoko a marqué sur une action de jeu. Préparons-nous à des invasions de sauterelles et autres calamités.

Avec les jeunes à casquette, on trouve des tags injurieux jusque dans les couloirs des stades.
L'ami d'en-face Pierre-Alain Frau (Le Progrès) : "Sur le premier but, je me suis retrouvé sur le côté, mais je n'ai pas bien eu le temps de voir si un partenaire était bien placé dans la surface". Alors qu'en fait, il y avait Landreau. L'importance capitale de l'épouse de footballeur Julien Sablé (Le Progrès) : "Ma femme me rappelait ce matin que la saison n'est pas finie". La technique approximative Julien Sablé (Le Progrès) : "Quand j'ai revu l'action ce matin à la télévision, je me suis rendu compte que j'avais contrôlé le dégagement de Piocelle du pied gauche alors que je croyais avoir fait un contrôle de la poitrine". La déception de l'année Laszlo Bölöni (TF1) : "On était un petit peu les guignols du championnat". Et on vous en veut beaucoup de redevenir une équipe normale.

On a retrouvé Plastic Bertrand : il est désormais défenseur au FC Metz.
La mémoire sélective Philippe Troussier (TF1) : "Je n'ai pas en mémoire un ballon difficile à arrêter pour notre gardien". Cinq mois à Marseille et déjà des dégâts neurologiques irréversibles. Le poker russe Lilian Gatounes (C+) : "Caen abat une de ses dernières cartouches". Et ils tirent une de leurs dernières cartes? Le Fernandez Jean Fernandez (C+) : "C'est le gâteau sur la cerise". Le nouveau produit dérivé lyonnais Anthony Réveillère (Le Progrès) : "On a encore témoigné de cette solidarité qui est vraiment notre marque de fabrique". Le joueur qui veut que les règles lui soient plus favorables Peguy Luyindula (om.net) : "A partir du moment où je prends la balle, que je vais de l’avant et que je suis gêné dans mon action, il y a penalty".

À la suite d'une grossière erreur du maître d'ouvrage, le nouveau stade d'Istres a été construit sur un terrain en forte pente.
Le discours réversible Pape Diouf (om.net) : "De manière inconsciente, les gars ont joué de manière attentiste". Ou encore: "De manière attentiste, les gars ont joué de manière inconsciente". L'entraîneur qui parle en Japonais Philippe Troussier (om.net) : "On a une approche qui nous permet d’avoir l’idée malheureusement, dans les actes, on revient bredouille". L'entraîneur qui parle en Troussier Serge Le Dizet (Ouest-France) : "Le score s'inscrit dans une certaine logique par rapport à ce qui avait été défini dans l'option de jeu". L'unanimité marseillaise Koke (om.net) : "C'est très dur". Ferreira (om.net) : "C'est triste". Samir Nasri (om.net) : "On est malheureux". Peguy Luyindula (om.net) : "On est déçu". La révision à la baisse Laurent Fournier (psg.fr) : "Si on nous avait dit en février que l’on serait sauvé à six journées de la fin, on aurait signé tout de suite". Et si on vous avait dit ça en août?

Jérémie Janot a le costume de Spiderman, mais pas encore sa détente verticale.
Le carnaval à lui tout seul Julien Sablé (Le Progrès) : "Jérémie (Janot) a encore une fois fait les parades qu'il fallait au bon moment". La mention inutile que vous aurez rayée de vous-même Laurent Fournier (psg.fr) : "Nous restons tout de même sur trois matches sans défaite, face à Auxerre, Marseille et Bordeaux : trois équipes de haut de tableau. Le tourbillon de la vie Mickaël Landreau (olweb.fr) : "On est passé par plusieurs sentiments durant la rencontre. On a d'abord été mené, on est revenu puis on a mené à notre tour… Ils ont quand même fini par égaliser". La Bretagne cycliste Olivier Sorlin (Ouest-France) : "On a passé le grand braquet. Pas question maintenant de rester en roue libre". L'élévation du niveau Serge Le Dizet (L'Équipe) : "On avait choisi une équipe pour attaquer, aller de l'avant". C'est vrai que l'OL était un bon choix.

Quand le naturel reprend le dessus, Troussier ne peut réprimer son envie de mettre des baffes à ses joueurs.
Les jambes de bois Francis Gillot, à propos des Niçois (L'Équipe) : "Étaient-ils blessés, pas blessés?". Non, non, c'est vraiment leur style de jeu. L'appel en PCV Laslo Bölöni (Ouest-France) : "C'est un grand plaisir pour les Rennais, pour la Bretagne, les dirigeants et aussi mes patrons. D'ailleurs ils nous ont téléphoné". Les anti-joueurs Nicolas Gillet (L'Équipe) : "[Les Niçois] sont venus pour ne pas jouer, ils l'ont bien fait". La dernière vision du condamné Xavier Gravelaine (L'Équipe) : "Cette victoire nous laisse pendus à un fil avec un petit bout de lumière". L'insistance mal récompensée Demetrius Ferreira (om.net) : "Fabien Barthez a fait des arrêts miraculeux. C’est dommage surtout après tous les efforts fournis en première période".

Kidnapping de joueurs : il faudrait expliquer aux supporters nantais qu'on n'est pas au Brésil, et que de toute façon, personne ne va payer la rançon pour Cetto.
Partager

Le championnat de France


Jérôme Latta
2019-09-13

La Ligue 1 a-t-elle sa place dans le "Big 5" ?

Une Balle dans le pied – Que diable fait le championnat de France dans le "Big 5 européen? Examinons la légitimité de cette appellation contestée, qui a pourtant la faveur des économistes du sport.


Richard N
2019-05-31

Platini à Nantes, le rêve de Lagardère

En 1979, le nom de Michel Platini est discrètement évoqué dans les couloirs du Football Club de Nantes. Rien ne s'oppose à un transfert, sinon la frilosité des dirigeants. Le club nantais a-t-il raté un rendez-vous avec son histoire?


Richard N & Christophe Zemmour
2019-05-29

Feindouno 1999, la proie du doute

Un jour, un but – Le 29 mai 1999 au Parc des Princes, les Girondins de Bordeaux conquièrent leur cinquième titre de champion grâce à un but de leur tout jeune espoir, Pascal Feindouno.


>> tous les épisodes du thème "Le championnat de France"

Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)