> déconnerie

1 Ruiz

> article précédent

Le chant du Partizan

> article précédent

Télé trivialité

Le feuilleton de la L1, épisode huit

Mélodrame au Vélodrome, but foireux de Pauleta, castings improbables, déclarations et commentaires pour l'histoire… C'est l'épisode à la joie de l'incontournable feuilleton.
Partager
La synthèse qui n'oublie personne Avec trois victoires consécutives, le PSG se refait la cerise même si on trouvera à redire à une courte victoire péniblement acquise contre une AJA diminuée par les absences (mais un but de Pauleta vaut toutes les dominations dans le contexte parisien). Avec deux victoires consécutives, dont celle-ci, très large face à un RCL en perdition, l'OL est carrément revenu à une troisième place plus conforme à ses ambitions, cédée par des Niçois refroidis au Vélodrome. Avec une victoire consécutive, les Girondins espèrent revoir le jour et le haut du classement. Leurs adversaires ajacciens ne parviennent plus à renouer avec les bonnes sensations de leurs succès des deux premières journées. Ces regains de forme n'affectent en rien des Monégasques qui ont tranquillement disposé du TFC pour se maintenir en tête et conserver la meilleure attaque avec une moyenne de deux buts par match. Derrière Nice s'étend un arrière-pays d'équipes encore irrégulières, comme Strasbourg et Nantes, ou Bastia et Sochaux qui s'opposaient ce week-end — les équipes recevantes l'ayant emporté. Lille persiste dans la désillusion en concédant le nul à Montpellier dans les dernières minutes. En obtenant un frustrant partage des points à Metz (égalisation des Lorrains dans le temps additionnel), Guingamp dépasse toutefois Toulouse au goal average, histoire de mettre un semblant d'animation dans une zone de relégation où Le Mans persiste à perdre, même contre Rennes.

Alain Perrin a le matériel qu'il faut pour rester glacial en toutes circonstances.
Autogestion à la marseillaise En l'emportant dans les ultimes secondes sur un penalty contesté par des Niçois mal récompensés de leur prestation, les Marseillais se sont évité l'épisode de "crise" sportive que n'auraient pas manqué de diagnostiquer les médias au terme d'une série de trois résultats décevants. L'OM souffre-t-il du syndrome post-euphorique qui atteint parfois les équipes après une large victoire (Le Mans, 5-0)? Sa première mi-temps alarmante contre Nice contribue en tout cas à modérer les espoirs nés d'un bon début de saison — qui a cependant bénéficié d'un calendrier relativement favorable — mais il est aussi permis de voir dans cette victoire rageuse la naissance d'un groupe. Faut-il, comme l'an passé, donner raison à Alain Perrin lorsqu'il minore les qualités de son groupe ou lui reprocher de dévaloriser ses joueurs un peu trop systématiquement? Dans les heures ayant suivi la rencontre, le débat sur la "méthode Perrin" a en tout cas été ouvert et les interprétations se sont multipliées à propos du mutisme de l'entraîneur à la mi-temps dans le vestiaire et son refus de se présenter en salle de presse à l'issue de la rencontre. De L'Équipe TV à L'Équipe, en passant par quelques autres rédactions, les histoires et les spéculations ont couru (passons sur les incidents qui seraient survenus entre l'entraîneur et le président marseillais). Le coach, ulcéré par les déclarations de Vedran Runje dans France Football à la suite de la défaite face au Real (le gardien refusait de voir les joueurs assumer seuls la responsabilité de la défaite et désignait des choix tactiques contestables), aurait laissé ses troupes composer eux-mêmes l'équipe et gérer l'ensemble de la rencontre. Cette expérience d'autogestion forcée, si elle est vraie (au fait, qui a décidé des remplacements?), est plutôt intrigante, car elle pose la question des motivations de Perrin. Cherchait-il le rapport de force, quitte à prouver par l'absurde (une défaite) que ses choix ne devaient pas être remis en cause? Dans ce cas, la victoire doit-elle être interprétée comme un camouflet pour lui? N'en sachant pas plus, nous vous laissons vous démerder avec la polémique.

Paul Le Guen : "On ne va pas faire la fine bouche". A qui le dis-tu?
Les observations en vrac Effet PSG : Pauleta ne marque plus que des buts à la Cardetti. Un mètre de détente verticale : Darcheville ruine des années de certitudes scientifiques sur la pesanteur terrestre. Rigobert Song avant Lyon-Lens : "En gagnant ce match on parlera de nous". En le perdant aussi finalement. On sait maintenant à quoi sert Bruno Rodriguez : tenir le résultat quand Lens est mené 4-0. Personne n'a prévenu Bedenik qu'en L1, il faut plonger pour arrêter les frappes? Première entrée en jeu de Sartre à Lyon. Qu'il fasse gaffe, Coupet n'aime pas trop les intellos de gauche. Les performances de Marlet apportent-elles la preuve que le championnat anglais est complètement nul?

Claude Puel teste son nouveau système défensif.
La rencontre à organiser Une discussion entre Santini (trois mots à la minute) et Adebayor (trois mots à la seconde). La grosse colère de l'introverti Claude Puel met un petit coup de pied dans le banc lillois. Le gros déconneur Jérôme Alonzo (Le Parisien) : "Halilhodzic m'a demandé si j'étais prêt, pour plaisanter je lui ai répondu que non. Après je lui ai dit ok coach, je peux y aller". Le geste technique Le contrôle de la poitrine de dix mètres par Abdoulaye Meïté. L'expression du mois "Il va falloir rebondir".

Frédéric Piquionne est prêt à interpréter la Princesse Leia dans le prochain épisode de Star Wars.
Le plat du jour "Albert Emon (AFP) : "Un match que l'on a arraché avec nos tripes". Didier Drogba (FF): "On a montré qu'on avait des tripes". Antoine Kombouaré (L'Équipe) : "On est allé chercher cette victoire au fond de nos tripes". L'action de but du jour Le coup franc dans la lucarne. La rengaine du jour Le but pendant le temps additionnel. La synthèse du jour Le coup franc de Carotti dans la lucarne marqué avec les tripes pendant le temps additionnel.

Didier Deschamps prépare le casting de "Happy Days, le retour".
La déclaration mathématiquement erronée Lilian Laslandes (C+) : "On a perdu deux points précieux dans les arrêts de jeu". La déclaration moyennement française Guy Lacombe (C+) : "L'équipe bastiaise a toujours été à la limite d'entre l'agressivité et l'au-delà". La déclaration psychosociologique Jérôme Alonzo (Le Parisien) : "Nous devons améliorer notre maîtrise comportementale". La déclaration autocritique (1) Thierry Goudet (L'Équipe) : "Avec quinze buts encaissés et deux points, on paraît idiots". En fait, c'est surtout la faute de ce maillot atroce. La déclaration autocritique (2) Jérôme Alonzo (Le Parisien) : "Ça arrive de passer au travers". Ça arrive aussi à la balle de te passer au travers.

Guy Lacombe pressenti pour la reprise de "Vol au-dessus d'un nid de coucou".
La question métaphorique Stéphane Guy à Edouard Cissé (C+) : "Vous vous sentez bien sur le Rocher". C'est donc pour ça que les supporters parisiens le traitaient de mollusque. Le commentaire incendiaire Stéphane Guy : (C+) : "Un Brésilien a flambé à Gerland". Tant que ce n'est pas un Iranien. Le commentaire pubien Denis Balbir (C+) : "Le centre d'Ocokoljic va friser la barre de Roma". Tant qu'elle ne défrise pas celle d'Adebayor. Le commentaire qui ne respecte pas les consignes de sécurité Philippe Bruet (C+) : "C'est la première fois qu'on dépassait les 40.000 personnes dans les tribunes Boulogne et Auteuil". Le commentaire pas très indulgent David Berger (C+) : "Rennes gagne laborieusement 2 à 0". Le commentaire exagératif Denis Balbir (C+) : "Les Monégasques essaient de contenir les assauts toulousains".

Vahid Halilhodzic a beaucoup travaillé pour porter les aventures de Droopy au petit écran.
Partager

Le championnat de France


Jérôme Latta
2019-09-13

La Ligue 1 a-t-elle sa place dans le "Big 5" ?

Une Balle dans le pied – Que diable fait le championnat de France dans le "Big 5 européen? Examinons la légitimité de cette appellation contestée, qui a pourtant la faveur des économistes du sport.


Richard N
2019-05-31

Platini à Nantes, le rêve de Lagardère

En 1979, le nom de Michel Platini est discrètement évoqué dans les couloirs du Football Club de Nantes. Rien ne s'oppose à un transfert, sinon la frilosité des dirigeants. Le club nantais a-t-il raté un rendez-vous avec son histoire?


Richard N & Christophe Zemmour
2019-05-29

Feindouno 1999, la proie du doute

Un jour, un but – Le 29 mai 1999 au Parc des Princes, les Girondins de Bordeaux conquièrent leur cinquième titre de champion grâce à un but de leur tout jeune espoir, Pascal Feindouno.


>> tous les épisodes du thème "Le championnat de France"

Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)