> article suivant

Double jeu à la française

> article précédent

Revue de Stress, numéro 4

> article précédent

Le feuilleton de la L1, épisode un

Le feuilleton de la L1, épisode deux

Après deux petits rounds, on compte déjà les points, et pour certaines équipes c'est vite fait. Marseille en marque dans les cœurs et quelques autres clubs, dans les esprits… Un épisode livré avec ses compléments d'objet indirect et ses icônes cathodiques.
Partager
Impressions soleil levant L'OM version 2.1 ne pouvait rêver meilleur début de championnat… Si ses six points déjà engrangés et le jeu affiché jusqu'à présent ne constituent pas encore un viatique suffisant pour en faire le futur champion de France, le voilà au moins revenu en tête de gondole. Ce retour redonne une saveur oubliée à la L1 et crée une excitation non moins réjouissante, même s'il faut forcer le trait de cette entame en oubliant un peu la bonne prestation des Auxerrois et leurs nombreuses occasions au Vélodrome…

"J'ai des trop petits nichons pour un maillot aussi moulant?"
Dans le même ordre d'idée, mais en sens inverse, on dramatise tout aussi facilement les mauvais départs, comme les zéros pointés de l'AJA, des Girondins et de l'En Avant de Guingamp, ou la continence du Sporting, du RC Lens ou du PSG. Les commentateurs les voient déjà "le couteau sous la gorge", "le dos au mur" et autre métaphore définitive. Pourtant, par exemple, les supporters parisiens devraient se réjouir franchement que leur équipe ait un système de jeu compréhensible après deux saisons et demie de néant tactique. Évidemment, un démarrage réussi peut offrir des garanties pour l'avenir. Six points, c'est déjà 1/7e de maintien pour — sans lui manquer de respect — un club comme Ajaccio, et pourquoi pas, un ticket pour faire un outsider inattendu, à la manière de Niçois récidivistes. On peut aussi voir dans quelques victoires les signes d'une renaissance, à la mode strasbourgeoise ou lilloise, ou bien un raccourci vers Lourdes pour le staff montpelliérain. Mais les impressions auront le retournement facile, à l'instar de celui déjà opéré par des Lyonnais qui ont démenti aussi bien leur première journée que celle de l'AS Monaco…

Le ridicule ne tue pas, mais on peut d'asseoir dessus.
Les observations en vrac Le Stade rennais, satisfait de ses spectateurs en carton, a décidé de leur offrir un abonnement pour une saison supplémentaire. Costa met une claque à Hiroyama. Fais gaffe, on commence comme ça et on finit dans une prison en Lituanie. Ajaccio a joué en noir pour garder la chaleur? Bonne nouvelle : Lucas a placé une frappe. Mauvaise nouvelle : elle est passée à trois mètres de la cage. Bonne nouvelle : Bakari cadre ses tirs. Mauvaise nouvelle : ils sont mous et sur le gardien. Avec sa tentative de csc, Heinze a voulu prouver par l'absurde qu'il aurait mieux valu le transférer à Barcelone? Bordeaux et Paris solidaires : leur problème, c'est Pauleta. Si ça marche trop bien pour Montpellier, Nicollin va vouloir vendre des joueurs sans attendre le mercato d'hiver. Si Edmilson joue à son niveau, il faut s'attendre à tout cette saison.

Olivier Rouyer et Philippe Genin, c'est "good cop-bad cop".
Les expressions clés de la journée "L'équipe est encore en chantier" et "la route est encore longue". Le sursis à exécution (suite) Vahid Halilhodzic (L'Équipe) : "Je ne peux encore rien dire aux joueurs. Il ne faut pas que je leur attaque le moral. Pas encore". L'impasse sur le programme Éric Cubilier (Le Parisien) : "Nous avons voulu jouer le hors-jeu mais nous ne l'avions pas travaillé". L'épître de Saint-Antoine Antoine Kombouaré (L'Équipe) : "L'équipe a montré la voie avec son esprit. À l'arrivée il y a eu communion avec les spectateurs".

Notez la technique de Guy Roux, inspirée des cyclistes et des skieurs, pour présenter le produit du sponsor avec le logo face à la caméra.
Le commentaire moyennement arithmétique Claude Leroy lors de Lille-PSG (C+) : "Le 3-5-1 de Claude Puel se mue en 5-3-1-1". La déclaration contrite Guy Lacombe (L'Équipe) : "Je suis désolé de le dire, mais Sochaux a été médiocre". La déclaration assez largement erronée William Prunier (L'Équipe) : "On a tenu tête à Rennes". Ben non, vous avez perdu. La déclaration herbicide Gérard Gili (L'Équipe) : "On vaut mieux que ça". "Ça", c'est la pelouse?

Une cigogne indélicate s'est oubliée sur Ljuboja.
Partager

> sur le même thème

Le feuilleton de la L1, épisode un

Le championnat de France


Jérôme Latta
2019-09-13

La Ligue 1 a-t-elle sa place dans le "Big 5" ?

Une Balle dans le pied – Que diable fait le championnat de France dans le "Big 5 européen? Examinons la légitimité de cette appellation contestée, qui a pourtant la faveur des économistes du sport.


Richard Coudrais
2019-05-31

Platini à Nantes, le rêve de Lagardère

En 1979, le nom de Michel Platini est discrètement évoqué dans les couloirs du Football Club de Nantes. Rien ne s'oppose à un transfert, sinon la frilosité des dirigeants. Le club nantais a-t-il raté un rendez-vous avec son histoire?


Richard N & Christophe Zemmour
2019-05-29

Feindouno 1999, la proie du doute

Un jour, un but – Le 29 mai 1999 au Parc des Princes, les Girondins de Bordeaux conquièrent leur cinquième titre de champion grâce à un but de leur tout jeune espoir, Pascal Feindouno.


>> tous les épisodes du thème "Le championnat de France"

Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)