auteur
Pierre Martini

Du même auteur

> article suivant

Revue de stress #159

> article précédent

Août of Africa

> article précédent

Norvège-France : les gars

Le calendrier des pompiers

Théorie : chez les entraîneurs, le sauveur d'une saison est souvent le viré de la suivante.
Partager
Dans la trajectoire d'un entraîneur débutant au plus haut niveau, il y a un épisode  classique: alors que l'équipe est en grande difficulté, l'entraîneur est limogé et son adjoint (notre héros) nommé pour un intérim indéterminé. L'intérimaire se débrouille pour assurer le maintien et obtient dans la foulée un prolongement de son bail. Le voilà pleinement installé au poste d'entraîneur.
Si ces circonstances servent de tremplin à quelques-uns qui parviennent à s'installer et à confirmer leur statut (Francis Gillot), voire à rebondir quelques années plus tard (Rudi Garcia, Jean-Guy Wallemme, Élie Baup...), beaucoup sont ceux qui expédient leur carrière dans une impasse. Car la suite du scénario est très souvent prévisible, avec une éviction au premier retour des difficultés: nés en automne ou en hiver, ils meurent l'automne suivant, rejoignant les Michel Der Zakarian et autre Laurent Fournier parmi les sauveurs passés par les armes au cours de leur deuxième saison (1).

fournier_m6.jpg
"Paris, c'est fini, et dire que c'était la ville de mon premier amour..."

Mon sauveur
Que le balancier aille dans un sens puis dans l'autre est assez prévisible. Quand un sauveteur de fortune reprend une équipe, c'est parce que celle-ci est en grande difficulté. Il peut donc difficilement faire pire, ce qui lui vaut un bon capital d'indulgence pour commencer. Ensuite, ses objectifs (en général: le sauvetage plus ou moins in extremis) sont infiniment moins élevés que ceux à l'aune desquels son prédécesseur a été jugé inapte. Enfin, il récupère des joueurs inquiets d'une possible perte de statut et d'autres remotivés à l'idée de regagner une place de titulaire. Le groupe est de nouveau à l'écoute, le groupe adhère. Du velours.
Du point de vue des dirigeants, le pompier de service n'a que des avantages: il n'est pas cher, il connaît la maison, est opérationnel de suite et peut être facilement remercié en fin de saison. Ils peuvent ainsi parier sur le fameux "choc psychologique" en évitant le traumatisme qui résulte parfois du débarquement d'un nouveau sergent-chef.


Plus rapide sera la chute
Hélas, quand vient le temps de l'investiture pour une saison entière avec les clés du bureau-dont-la-porte-reste-ouverte-pour-les-joueurs, la donne a radicalement changé. Déjà, le contrat du pompier a été réévalué, et le voilà plus cher à licencier. Cette fois, il endosse pleinement les responsabilités de son poste, son état de grâce est terminé et il n'a plus d'avantage net sur son groupe. Surtout, si des difficultés sportives surviennent, elles vont être automatiquement attribuées à son manque d'expérience et d'envergure. On lui renvoie son CV à la figure et on lui recolle l'étiquette d'ex-entraîneur de Pacy-sur-Eure.
Les dirigeants lui trouvent en effet moins de qualités, avec la pression des médias, le groupe qui se délite et les supporters qui fustigent ce mauvais choix. On a vu en Afrique du Sud ce que ça donne, hein, un entraîneur sans crédit... La corde retenant l'épée de Damoclès est alors bien mince.

Au terme de cette démonstration implacable, une conclusion s'impose: il faut virer le pompier de service une fois le feu éteint, parce qu'il devient dès sa deuxième saison le plus fragile des entraîneurs. Voilà, c'était nos vœux de réussite à Christophe Galtier et Éric Roy.


(1) Adjoint lui aussi (de Jean Fernandez), Albert Émon présente une trajectoire analogue pour son dernier mandat à Marseille, à ceci près qu'il avait été nommé à l'intersaison 2006 (il sera démis de ses fonctions en septembre 2007). Autre variante avec Laurent Roussey à Saint-Étienne: adjoint (mais de Puel à Lille), il est investi à l'été 2007 et, en dépit lui aussi d'une bonne première saison, est évincé en novembre 2008. Philippe Bergeroo avait mieux résisté à Paris, ne cédant son poste qu'au cours de sa troisième saison (cependant, arrivé en mars 1999 pour remplacer Artur Jorge et limogé en décembre 2000, il n'en aura connu qu'une seule pleine).
Le pompier n'est pas forcément l'adjoint de l'entraîneur limogé, il peut aussi faire partie du contingent d'entraîneurs au chômage à l'affût des opportunités en cours de saison. Alain Perrin arrive à Saint-Étienne en novembre 2008, il quitte le club en décembre 2009. Guy Lacombe au PSG: décembre 2005-janvier 2007. Entre bien d'autres exemples.
Partager

> du même auteur

L'heure bleue

Le jeu, les joueurs, les entraîneurs


Christophe & François Zemmour
2019-01-13

Batistuta, à cœur et à cri

Camp d’éloges – Le souvenir de Batigol est vivace. Il est à la hauteur des émotions que cet emblématique attaquant a su offrir tout au long de sa carrière.


Christophe Kuchly
2019-01-08

Bruno Genesio est-il un bon entraîneur ?

Critiqué par une partie des supporters, défendu par l'autre et jamais lâché par son président, l'entraîneur de l'OL continue à résister aux tempêtes mais la qualité de son travail reste difficile à juger.


Christophe Kuchly
2018-12-29

Le bilan tactique de l'année 2018

Des vainqueurs de grandes compétitions au style radicalement différent des équipes qui brillent en championnat, de la polyvalence, du pressing et de la transition. Le point sur l'évolution du jeu après une année très riche.


>> tous les épisodes du thème "Le jeu, les joueurs, les entraîneurs"

Sur le fil

RT @BasileBowie: Quand je t’ai trouvé en passant la porte de chez moi, ce soir, j’ai crié comme Denis Balbir. T’es beau comme un camion, nu…

Les Cahiers sur Twitter

Les brèves

L'hutu sportif

"Le houblon rwandais derrière Arsenal." (lequipe.fr)

Un p'tit jaune, Wayne ?

"Rooney arrêté pour ivresse publique." (lequipe.fr)

L'origine du Mondial féminin

"Ada Hegerberg, Ballon d'Or féminin : 'Il y aura toujours des cons'." (lequipe.fr)

Saint Gland

"La cinglante réponse de Franck Ribéry à ses détracteurs." (lequipe.fr)

Et on baise à 13?

"Neymar et 'ses' 26 femmes : la photo polémique." (elle.fr)