auteur
Pierre Martini

Du même auteur

> article suivant

La chaîne de football idéale

> article suivant

Le FC Néant de Waldemar Kita

> article précédent

Août of Africa

> article précédent

Norvège-France : les gars

Le calendrier des pompiers

Théorie : chez les entraîneurs, le sauveur d'une saison est souvent le viré de la suivante.
Partager
Dans la trajectoire d'un entraîneur débutant au plus haut niveau, il y a un épisode  classique: alors que l'équipe est en grande difficulté, l'entraîneur est limogé et son adjoint (notre héros) nommé pour un intérim indéterminé. L'intérimaire se débrouille pour assurer le maintien et obtient dans la foulée un prolongement de son bail. Le voilà pleinement installé au poste d'entraîneur.
Si ces circonstances servent de tremplin à quelques-uns qui parviennent à s'installer et à confirmer leur statut (Francis Gillot), voire à rebondir quelques années plus tard (Rudi Garcia, Jean-Guy Wallemme, Élie Baup...), beaucoup sont ceux qui expédient leur carrière dans une impasse. Car la suite du scénario est très souvent prévisible, avec une éviction au premier retour des difficultés: nés en automne ou en hiver, ils meurent l'automne suivant, rejoignant les Michel Der Zakarian et autre Laurent Fournier parmi les sauveurs passés par les armes au cours de leur deuxième saison (1).

fournier_m6.jpg
"Paris, c'est fini, et dire que c'était la ville de mon premier amour..."

Mon sauveur
Que le balancier aille dans un sens puis dans l'autre est assez prévisible. Quand un sauveteur de fortune reprend une équipe, c'est parce que celle-ci est en grande difficulté. Il peut donc difficilement faire pire, ce qui lui vaut un bon capital d'indulgence pour commencer. Ensuite, ses objectifs (en général: le sauvetage plus ou moins in extremis) sont infiniment moins élevés que ceux à l'aune desquels son prédécesseur a été jugé inapte. Enfin, il récupère des joueurs inquiets d'une possible perte de statut et d'autres remotivés à l'idée de regagner une place de titulaire. Le groupe est de nouveau à l'écoute, le groupe adhère. Du velours.
Du point de vue des dirigeants, le pompier de service n'a que des avantages: il n'est pas cher, il connaît la maison, est opérationnel de suite et peut être facilement remercié en fin de saison. Ils peuvent ainsi parier sur le fameux "choc psychologique" en évitant le traumatisme qui résulte parfois du débarquement d'un nouveau sergent-chef.


Plus rapide sera la chute
Hélas, quand vient le temps de l'investiture pour une saison entière avec les clés du bureau-dont-la-porte-reste-ouverte-pour-les-joueurs, la donne a radicalement changé. Déjà, le contrat du pompier a été réévalué, et le voilà plus cher à licencier. Cette fois, il endosse pleinement les responsabilités de son poste, son état de grâce est terminé et il n'a plus d'avantage net sur son groupe. Surtout, si des difficultés sportives surviennent, elles vont être automatiquement attribuées à son manque d'expérience et d'envergure. On lui renvoie son CV à la figure et on lui recolle l'étiquette d'ex-entraîneur de Pacy-sur-Eure.
Les dirigeants lui trouvent en effet moins de qualités, avec la pression des médias, le groupe qui se délite et les supporters qui fustigent ce mauvais choix. On a vu en Afrique du Sud ce que ça donne, hein, un entraîneur sans crédit... La corde retenant l'épée de Damoclès est alors bien mince.

Au terme de cette démonstration implacable, une conclusion s'impose: il faut virer le pompier de service une fois le feu éteint, parce qu'il devient dès sa deuxième saison le plus fragile des entraîneurs. Voilà, c'était nos vœux de réussite à Christophe Galtier et Éric Roy.


(1) Adjoint lui aussi (de Jean Fernandez), Albert Émon présente une trajectoire analogue pour son dernier mandat à Marseille, à ceci près qu'il avait été nommé à l'intersaison 2006 (il sera démis de ses fonctions en septembre 2007). Autre variante avec Laurent Roussey à Saint-Étienne: adjoint (mais de Puel à Lille), il est investi à l'été 2007 et, en dépit lui aussi d'une bonne première saison, est évincé en novembre 2008. Philippe Bergeroo avait mieux résisté à Paris, ne cédant son poste qu'au cours de sa troisième saison (cependant, arrivé en mars 1999 pour remplacer Artur Jorge et limogé en décembre 2000, il n'en aura connu qu'une seule pleine).
Le pompier n'est pas forcément l'adjoint de l'entraîneur limogé, il peut aussi faire partie du contingent d'entraîneurs au chômage à l'affût des opportunités en cours de saison. Alain Perrin arrive à Saint-Étienne en novembre 2008, il quitte le club en décembre 2009. Guy Lacombe au PSG: décembre 2005-janvier 2007. Entre bien d'autres exemples.
Partager

> du même auteur

Le retour des zombies

Le jeu, les joueurs, les entraîneurs


Christophe Kuchly
2021-01-28

Du pétrole, mais pas assez d'idées

[Le procès du football français] Bénéficiant d'exceptionnels gisements de jeunes joueurs, la formation française doit se réinventer pour se remettre à niveau, sans négliger ses points forts. 


Christophe Kuchly
2021-01-28

Les clubs ont perdu la vision

[Le procès du football français] Le modèle économique des clubs français les oblige à vendre leurs joueurs, au détriment de leurs performances. Mais il ne justifie pas leur manque de projet sportif. 


Christophe Kuchly
2021-01-26

Entraîneurs français : un ministère sans identité

[Le procès du football français] Le procès de la médiocrité du football français commence par celui des entraîneurs: largués techniquement, dépourvus de philosophie, enfermés dans des modèles périmés? 


>> tous les épisodes du thème "Le jeu, les joueurs, les entraîneurs"

Le forum

Dans le haut du panier

aujourd'hui à 20h50 - Jah fête et aime dorer Anne : lyesaujourd'hui à 20h14--------------------Drafté en même temps que Durant n'empêche. Ca fait... >>


Le fil dont vous êtes le héros

aujourd'hui à 20h45 - De Gaulle Volant : [Ligue des branquignols, Ronde 4]Mardi, 13h (potentiellement 12h50) : Ichnemon-Pascal Amateur... >>


Foot et politique

aujourd'hui à 20h44 - Moravcik dans les prés : *Bygmalion >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 20h35 - shev2 : Mais c'est tout à fait vrai que nous sommes des enfants gâtés. La saison dernière n'a pas suffi... >>


Changer l'arbitrage

aujourd'hui à 20h08 - Jah fête et aime dorer Anne : Danishos Dynamitosaujourd'hui à 16h57--------------------Nan mais le concept de main volontaire ou... >>


En rouge et noir !

aujourd'hui à 19h58 - Dan Lédan : Ils ont essayé de le convaincre et même Pinault s y est collé...faut respecter sa décision.. >>


Scapulaire conditionné

aujourd'hui à 19h48 - Gouffran direct : Bordeaux.Saleté de clavier. >>


Manger (autre chose que) la feuille

aujourd'hui à 19h36 - Delio Onnisoitquimalypense : A l'occasion d'une discussion sur les fèves de cacao lancée par Gouffran direct, j'avais évoqué... >>


Etoiles et toiles

aujourd'hui à 19h19 - leo : J'ai remis tout l'allantaujourd'hui à 14h41Je me demandais en le regardant dans quels autres films... >>


Café : "Au petit Marseillais"

aujourd'hui à 18h31 - zorrobabbel : Je viens de lire l'interview de Mariano qui parle de Sampaoli qu'il a connu à Séville et au... >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)