auteur
La rédaction

Du même auteur

> article suivant

Revanche à Kiev

> article suivant

Revue de stress #148

> article précédent

Ryan Giggs : sa vie, son oeuvre

> article précédent

Falcao : « Je suis un combattant »

Le bilan tactique de l'Euro

Dans un Euro assez pauvre tactiquement, le minimalisme a globalement été la norme. Parmi les faits marquants, le peu de variété des systèmes mais la réussite des défenses à trois, l'importance des créateurs reculés et le retour des attaquants grands et costauds.

Partager

 

Le temps a (plus ou moins) fait son oeuvre et la page se tourne progressivement. Le difficile retour au football de club, son niveau balbutiant à cette période de l'année et son enjeu qui semble dérisoire en comparaison, se fait jour après jour. Mais, paradoxalement, la curiosité est plus grande maintenant qu'elle ne l'était en juin. On se questionne sur le visage qu'aura le PSG d'Unai Emery, qu'on voit déjà énormément utiliser ses latéraux, on étudie les débuts du jeu de position du Manchester City de Pep Guardiola et, comme souvent, on s'interroge sur la compétitivité de clubs français plutôt frileux sur la scène européenne après une première journée sans victoire. Beaucoup de styles de jeu, de transferts, d'idées plus ou moins bonnes. L'émotion a laissé place à l'observation.

 

 

Pas de risques

Avec un vainqueur comme le Portugal, au minimalisme et au pragmatisme assumés, l'Euro qui vient de se finir ne donnera pas le ton des grandes tendances tactiques à venir. On s'y attendait, tant le football de sélection a pris du retard sur celui de club, la faute notamment à des contraintes que seuls des entraîneurs d'exception parviennent à contourner. Le manque de temps de préparation, la longueur (un mois) de la compétition qui incite à la gestion des efforts, le manque d'automatismes sont autant d'excuses toutes faites pour justifier les lacunes affichées et la simplicité du jeu développé.

 

Antonio Conte a pourtant tordu le cou à ces idées reçues, en s'appuyant certes sur la base défensive de la Juventus Turin, mais en réussissant surtout à inculquer en quelques semaines à ses joueurs les principes d'un plan tactique clairement défini dans chaque phase de jeu, animé par l'effort collectif et des mécanismes précis. Le léger CV de la grande majorité des sélectionneurs, une tendance de plus en plus forte et confirmée par les galères du Brésil (qui a fini par mettre fin à l'expérience Dunga) et de l'Argentine (qui prend tellement de refus qu'elle devra bientôt se rabattre sur Luis Fernandez), n'a pas favorisé une grande bataille d'idées.

 

 

De manière générale, peu de formations ont pressé haut, tant cela nécessite des habitudes collectives bien ancrées, préférant se replier dans leur camp à la perte du ballon. Peu de sélections, également, ont affiché une identité de jeu forte avec le ballon. La Hongrie fait figure d'exceptions parmi les “petits”, elle qui, même limitée en talent, avait les intentions louables de toujours repartir court, au sol. La plupart se situaient dans un entre-deux, pas vraiment équipe de possession ni équipe de transition, le tout sans beaucoup de rythme. Celles vraiment orientées jeu de position, l'Allemagne et l'Espagne, ont fini par payer le manque d'intensité de leur circulation du ballon qui les guettait parfois – et des erreurs individuelles forcément plus visibles quand on joue très haut.

 

La Hongrie, si enthousiasmante quand elle emballait le jeu, a fini par payer le prix du manque de discipline défensif qui en découlait en tombant lourdement contre la Belgique. Elle-même a pris la porte contre des Gallois plus patients. Malheureusement pour les spectateurs, ceux qui s'exposaient explosaient et c'est le passage de la construction à la destruction, symbolisé par l'intégration d'un Adrien Silva uniquement là pour embêter le meilleur milieu adverse, qui a permis au Portugal de changer son destin.

 

 

Le retour des pivots

Le côté “tactique molle” s'est retrouvé dans le peu de variété des systèmes. Dix-huit des vingt-quatre engagés ont débuté au moins un match en 4-2-3-1 ou en 4-3-3. Le reste? Les 4-4-2 islandais, polonais et suédois, le 4-4-1-1 irlandais qui s'en rapproche. Restent l'Italie et le Pays de Galles, seules formations à jouer durablement avec une défense à trois (l'Irlande du Nord et l'Allemagne, contre l'Italie justement, y ont aussi eu recours). La première en 3-5-2, la seconde en 3-4-2-1. Pour la Squadra Azzura, cela permettait, on l'a mentionné, de s'appuyer sur sa principale force: la défense turinoise. Pour les Gallois, l'idée était de libérer Gareth Bale offensivement en mettant du nombre défensif derrière lui, compensant du même coup les lacunes individuelles. Et cela a fonctionné, face à des adversaires aux animations offensives trop peu poussées pour faire des réelles différences contre des blocs regroupés.

 

Pour autant, les exemples des Pays-Bas et du Costa Rica en 2014 n'ont conduit qu'à un retour minoritaire des systèmes à trois centraux, et l'impact devrait être le même après cet Euro. Plus que jamais, les compétitions internationales doivent être vues comme des tournois à gagner plutôt que comme des marqueurs de l'évolution du jeu. Et, forcément un peu aussi, comme un rappel que le football appartient aux joueurs.

 

Dans cette configuration, les espaces offensifs ont ainsi été globalement rares. En début de compétition, cela a permis de mettre en valeur les créateurs reculés, au milieu de terrain (Toni Kroos, Luka Modric) comme en défense centrale (Leonardo Bonucci, Jérôme Boateng, Mats Hummels). Les accélérateurs avancés sur le terrain étant en sous-nombre, ces organisateurs plus bas ont été prépondérants. Cela a aussi ressuscité un profil d'avant-centre moins en vue ces dernières années: le pivot, l'attaquant grand, costaud, point d'appui pour ses coéquipiers.

 

Quelques semaines après la défaite de Golden State, apôtre du small ball, en finale NBA, cette réaffirmation des bienfaits du pivot sentait un peu la machine à remonter le temps. L'Italien Graziano Pellè, le Français Olivier Giroud, le Gallois Hal Robson-Kanu, l’Islandais Kolbeinn Sigthorsson et l'Allemand Mario Gomez en sont les symboles, renforcés par le but décisif en finale du Portugais Éder. Face à des blocs regroupés, il fallait quelqu'un pour mettre la pagaille et bonifier des ballons aériens par définition incertains. Mais plus qu'un véritable revival, c'est d'abord le fruit de circonstances tactiques conjoncturelles d'un Euro trop rarement enthousiasmant sur le plan du jeu.

 

Partager

> sur le même thème

La finale vue d'un TGV

> Dossier

L'Euro 2016

L'Euro 2016


Jérôme Latta
2017-10-10

Euro 2016 : un grand coût derrière la tête

Des charges excessives pour les collectivités, un État en position de faiblesse face à l'UEFA, des stades trop grands et trop chers: la Cour des comptes vient de publier un rapport sévère pour l'organisation de l'Euro 2016. 


Richard N
2016-12-27

Eder 2016, comme un papillon de nuit

Un jour, un but – Le 10 juillet 2016 au Stade de France, la frappe de l'attaquant portugais Eder fait mouche et brise le rêve d'un troisième sacre européen pour l'équipe de France.


Glen Wilson
2016-08-12

Le meilleur mois de leur vie

When Saturday Comes – L'Euro raconté par un de ceux qu'il a le plus rendus heureux : un supporter gallois qui a suivi et aimé son équipe tout au long du tournoi, de Bordeaux à Lyon. 


>> tous les épisodes du thème "L'Euro 2016"


Sur le fil

RT @Birdace: La saison des clubs terminée (ou presque), il est temps de préparer la Coupe du Monde : par exemple, en lisant cette traductio…

RT @LiberoLyon: Influenceur des réseaux sociaux, @eddy_fleck a "pesé sur les plus jeunes supporters". Il est venu à la barre avec son avoca…

RT @laol44: Corrélation budget des clubs-classement saison 2017-2018: 0,75. Pas de grosse surprise: Monaco sur-performe en haut, Angers, Am…

Les Cahiers sur Twitter

Le forum

Latitude corsitude

aujourd'hui à 16h00 - fabraf : Répondais-je à Gurney.@ESD.3Les 2 commissions se sont déjà réunies et ont rendu leur verdict.... >>


La L1, saison 2017/2018

aujourd'hui à 15h58 - TVBreizh : Comment c'est possible de faire 192 points?Le maximum possible (sauf si j'ai mal compris le... >>


Le Ballon d'eau fraîche

aujourd'hui à 15h54 - AKK, rends tes sets : syle : je n’ai pas fait un inventaire non plus. Libre à toi d'apprécier ou pas ces joueurs.... >>


Foot et politique

aujourd'hui à 15h47 - Gone with the Greens : ... tandis que celui de la gauche tourne à l'aigre devant ce que lui fait Macron.... >>


CDF sound system

aujourd'hui à 15h26 - Pascal Amateur : Lorsque j'écoute Bach, il me semble que Dieu lui dicte directement les notes. Un silence après... >>


Aux Niçois qui manigancent

aujourd'hui à 15h20 - Hydresec : Citer une défaite en réponse à la question "quel match vous a le plus marqué cette saison ?",... >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 14h38 - Run : L'instauration d'une culture, je ne vois que ca. Mais le probleme majeur sera de faire entrer cette... >>


L'empire d'essence

aujourd'hui à 14h28 - Run : Gros crash de Meeke au Portugal. Je sais pas comment ils s'en sortent. >>


Dans le haut du panier

aujourd'hui à 14h25 - Mevatlav Ekraspeck : OhVertige, je crois que pour ce genre de choses, il faut attendre les matches 5 ou 6... >>


"Descendre au chardon", le fil de l'ASNL

aujourd'hui à 14h19 - Kara Bourré : Retour sur une saison particulièrement compliquée !Cette saison a été éprouvante pour tout le... >>


Les brèves

Sans Pellegrino

"Southampton : Pellegrino limogé." (lequipe.fr)

PAOK-47

"Grèce : un président de club armé sur le terrain." (libé.fr)
Avec des crampons de 9 mm.

Les sept samovars

"Sept supporters à Moscou." (lequipe.fr)

L'Astori continue

"Le contrat de Davide Astori a bien été prolongé par la Fiorentina, malgré son décès." (lequipe.fr)

L'abeille cool

“LOSC : Maia reste confiant.” (madeinfoot.com)