auteur
Richard N

 

Pionnier du foot sur le Web avec Kick'n'Rush, historien pour les Cahiers et Footichiste pour son compte.


Du même auteur

> déconnerie

Cher Fabrice

> article suivant

Retour vers le footoir [1]

> article précédent

Pelé 1969, en plein dans le mille

> article précédent

Morgan Schneiderlin, le Saint patron

Landreau 1996, premier péno

Un jour, une parade – Le 2 octobre 1996 à Furiani, la France du foot découvre un jeune gardien de dix-sept ans, Mickaël Landreau, qui dépose sa marque d’entrée en arrêtant un penalty.

Partager


La présence de Mickaël Landreau le 2 octobre 1996 à Bastia dans les buts du FC Nantes n’est pas à proprement parler une bonne nouvelle. Elle résulte d’un début de saison calamiteux de l’équipe de Jean-Claude Suaudeau, qui n’a toujours pas gagné un match après neuf journées de championnat. Et souligne un problème au poste de gardien de but: Le coach nantais, qui n’arrive pas à se décider entre Dominique Casagrande et Eric Loussouarn, a établi une rude concurrence qui va miner les deux hommes au lieu de les stimuler. Lorsque le premier se blesse, le second rate ses sorties.

 

Débuter quelque part...

Pour le déplacement à Bastia, Suaudeau se tourne donc vers son troisième gardien. Mickaël Landreau, dix-sept ans, n’a joué en tout et pour tout qu’un seul match avec les pros: une rencontre de Coupe Intertoto face au Standard de Liège durant l’été. Un match à Bastia n’est jamais vraiment une partie de plaisir, encore moins l’endroit indiqué pour y débuter sa carrière. Mais Mickaël Landreau fait preuve d’un sang-froid devant les caméras qui l’interrogent, et esquisse un sourire de grognard: "Faut bien débuter quelque part…"


À la 36e minute, Piotr Swierczewski est lancé plein champ dans la surface de réparation nantaise. Le jeune gardien sort avec autorité mais il percute l’attaquant et provoque un penalty. Tandis que ses coéquipiers font le métier en discutant avec l’arbitre, Landreau regagne sa cage. C’est le Slovaque Lubomir Moravcik, une pointure, qui se charge de la sentence. Le Slovaque tire sur la droite du gardien dont il connaît tout juste le nom. Landreau se détend du bon côté et repousse des deux poings. Eddy Capron a bien suivi et envoie en tribunes.
 

 


 

Invincibilité

Landreau brandit un poing vainqueur, congratulé par ses coéquipiers. La rencontre se terminera par un score nul (0-0), plutôt positif pour les Nantais. Surtout, la prestation de leur gardien, au-delà du penalty arrêté, a rendu leur confiance aux défenseurs. L’entraîneur ne cache pas sa satisfaction et aligne l'inattendue vedette de Furiani lors du match suivant à la Beaujoire, face à Nice. Un match qui va voir les Canaris remporter leur première victoire de la saison sur le score de… 7-0.
 

Mickaël Landreau est désormais le gardien numéro un du FC Nantes. En novembre, à Montpellier, il détourne un penalty de Franck Sauzée, et une réputation commence à se forger. Le FC Nantes et son jeune gardien sont partis pour une impressionnante série d’invincibilité: ils ne connaitront la défaite qu’à la dernière journée chez le champion Monaco, terminant le championnat à la troisième place.
 

La carrière de Mickaël Landreau est désormais lancée. Le jeune gardien deviendra une figure emblématique du FC Nantes. Il portera le brassard de capitaine dès l’âge de dix-neuf ans, emmenant une génération à la conquête de deux Coupes de France et d'un huitième titre de champion. Il arrêtera encore de nombreux penalties. Puis lorsque son club amorcera son déclin, il restera dans les buts et retardera par de multiples arrêts l’inéluctable descente à laquelle son club est promis. Mickaël Landreau quitte le club en 2006. Le FC Nantes descend en 2007.
 

 

Bonus : un sujet de France 3 Nantes avant la finale de la Coupe Gambardella 1996

 

Partager

> sur le même thème

Morgan Schneiderlin, le Saint patron

Un jour, une parade


Christophe Zemmour & Richard N
2019-02-14

Banks 1970, l'arrêt du siècle

Un jour, une parade – Le 7 juin 1970, à Guadalajara, le roi Pelé marque un but que le gardien anglais Gordon Banks annule d'un réflexe extraordinaire. L'histoire a retenu qu'il s'agit du plus bel arrêt de tous les temps.


Christophe Zemmour
2015-05-25

Dudek 2005, double détente

Un jour, une parade — Parmi tous les faits qui ont participé au "Miracle d’Istanbul", il y a dix ans jour pour jour, il y a l’invraisemblable double arrêt de Jerzy Dudek face à Andryi Shevchenko en toute fin de prolongation. Aussi décisif qu’inattendu.


Christophe Zemmour
2014-10-24

Zamora 1936, la poussière divine

Un jour, une parade – Le 21 juin 1936, en finale de la Copa del Rey, Ricardo Zamora effectue un arrêt aussi confus que décisif en faveur du Real Madrid face au FC Barcelone. Ancienne gloire catalane, il signe là une dernière parade légendaire, à la veille de la Guerre d’Espagne. 


>> tous les épisodes de la série "Un jour, une parade"

Le forum

Café : "Au petit Marseillais"

aujourd'hui à 13h24 - Mevatlav Ekraspeck : Ceux du PSV qui récupèrent glouglou doivent aussi carburer à un truc pas homologué... >>


Observatoire du journalisme sportif

aujourd'hui à 13h24 - Portnaouac : Je me réponds à moi-même : il n'y a pas erreur sur la personne.Des explications ? Fil "Fussball... >>


Qui veut gagner des quignons ?

aujourd'hui à 13h23 - Mevatlav Ekraspeck : C’est lié à leur action sur le terrain (buts, blessure, fonction...)? >>


Scapulaire conditionné

aujourd'hui à 13h22 - Yul rit cramé : Pendant ce temps, sud ouest, cruel, nous délivre une statistique rude pour notre jeune... >>


Pognon, salaires, bilan comptable...

aujourd'hui à 13h10 - Lucho Gonzealaise : En NBA, c'est monnaie courante de voir des joueurs faire des choses aberrantes pour avoir une... >>


Choucroute et bierstub: l'indigeste menu du RCS

aujourd'hui à 13h08 - Croco : Bien débile de la part du club, une fois un délai réservé aux abonnés, de ne pas ouvrir la... >>


Paris est magique

aujourd'hui à 12h28 - kelly : Je vois que Dembele en a encore fait une belle en disparaissant alors que le Barça lui avait... >>


EAG, les paysans sont de retour

aujourd'hui à 12h14 - A la gloire de Coco Michel : Niveau timing on fait vraiment notre pire mercato. >>


Go Mouest !

aujourd'hui à 11h55 - Luck à tort : On aimerait lui demander, mais pourquoi as-tu pris ce coach ?Il peut préférer et vouloir un jeu... >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 11h46 - Il Capitano : L'exemple de Tousart est parlant à mon avis de ce qui change. On ne rend pas les joueurs nettement... >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)