auteur
Steven Rousseau (avec Sylvain Dupont)

Du même auteur

> déconnerie

Verbatimochtchouk

> article suivant

Anelka, trop bien compris

> article suivant

Revoir Guadalajara

> article précédent

La Gazette du Mondial #4

> article précédent

La Gazette du Mondial #4,5

La voie albiceleste

Matchbox - Argentine-Mexique: 3-1. Quatrième match, quatrième victoire sans sourciller pour les hommes de Maradona. Presque trop facile.
Partager
Soccer City Stadium, Johannesburg
Buts : Tévez (25e, 52e), Higuaín (32e) pour l'Argentine ; Hernández (71e) pour le Mexique.

Argentine : Romero; Otamendi, Demichelis, Burdisso, Heinze; Mascherano; Maxi Rodríguez (Pastore, 85e), Di María (Gutierréz, 79e); Messi, Higuaín, Tévez (Verón, 69e).
Mexique : Pérez; Juárez, Osorio, Rodríguez, Salcido; Márquez, Torrado, Guardado (Franco, 62e); Giovani, Hernández, Bautista (Barrera, 46e).

Arbitre: Roberto Rosetti (Italie)

matchbox_arg_mex_1.jpg


La nalyse

D'entrée de jeu, Mascherano se sent bien seul au milieu de terrain face à l'organisation des Mexicains, et ceux-ci sont rapidement à deux doigts d'ouvrir le score sur une frappe pure de Salcido qui s'écrase sur la transversale. Le contre argentin échoue, les Tricolores remontent immédiatement le ballon mais Guardado croise son tir quelques degrés de trop (9e). Quadrillant bien le terrain, obligeant l'Argentine à faire tourner dans sa moitié de terrain, attentifs aux déboulés des Albiceleste, les Mexicains ont même une bonne présence sur les coups de pied arrêtés, leur talon d’Achille depuis le début de la préparation.

Ils tremblent à peine quand Messi ou Tévez tentent individuellement de percer plein axe, opposant un bloc compact mais trop lent. Jusqu'à cette fatidique action de la 25e. Messi remet ça dans l'axe, Tévez bute sur le gardien, le ballon revient sur Messi qui remet instantanément à Tévez, hors jeu d'un bon mètre au départ du ballon. Sa déviation de la tête évite deux défenseurs redescendus en catastrophe, l'arbitre de touche ne bronche pas et M. Rosetti, après hésitation et palabres, accorde le but. Les Mexicains sortent alors de leur match et pratiquement sur la remise en jeu, Osorio fait n'importe quoi, et se fait chiper le ballon par Higuaín qui se joue de Pérez.

matchbox_arg_mex_3.jpg

Un peu démobilisée avant le repos, où ses attaques désordonnées ne donnent rien, puis dynamisée par l'entrée en jeu de Barrera, l'équipe mexicaine tente de mettre la pression sur la défense des Argentins qui tuent définitivement le match sur un nouvel exploit personnel de Tévez (52e). Il faut à l'attaque mexicaine plusieurs situations pour finalement trouver la brèche, par Javier Hernández (71e), alors que sa défense se met toute seule en difficulté. Les occasions manquées, ainsi que les coups de pied arrêtés mal tirés, s'accumulent et le Mexique s'incline devant une Argentine brouillonne qui jouit de la chance d'un futur champion potentiel.



Les gars

Homme du match : Carlos Tévez. Une demi-occasion, deux buts. Pas le même ratio pour Gonzalo Higuaín, mais quatre buts déjà dans la compétition. Verón, une fois entré en jeu, a stabilisé le milieu argentin et soulagé Mascherano, son acolyte Di María ayant été moins en vue. Heinze s’est quant à lui frotté à dos Santos, Hernández, Márquez et à une caméra. Le joueur de l’Alkmaar Sergio Romero commence à prendre de l’assurance dans ses cages et à en donner à ses partenaires.

matchbox_arg_mex_2.jpg

Son homologue mexicain Oscar Pérez n’a pas fait d’erreurs particulières, mais en a pris trois, ne rassurant pas à ses sorties spectaculaires. Le latéral mexicain Carlos Salcido a été un danger constant pour les Argentins, notamment par ses frappes de loin, grand match. A l'inverse, Osorio a craqué complètement après l'ouverture du score et l'attaque argentine n'en a profité qu'une fois.
Andrés Guardado a bien commencé le match, avant de disparaître comme la plupart de ses camarades: leur léger mental ne leur permet pas encore de prendre les choses en main. Rentrée plus qu’intéressante de Pablo Barrera, son prédécesseur sur le terrain Adolfo Bautista ayant couru moins que son gardien (statistiques FIFA).



matchbox_arg_mex_4.jpgLes joueurs à suivre

Ils sont probablement une des plus grandes attractions de cette Coupe du monde: les jeunes attaquants mexicains. Javier Hernández donne raison à Alex Ferguson, et Giovani dos Santos semble s'être remis de son échec anglais. Avec Vela, ils forment une triplette prometteuse, surtout si elle gagne en précision.



Les joueurs qu'on ne pourra plus suivre

Rafael Márquez, Cuauhtémoc Blanco, Oscar Pérez, Guillermo Franco annonceront sûrement dans les prochains jours qu’ils ne joueront plus en sélection mexicaine, eux qui ont joué deux ou trois Coupes du monde. Liste à laquelle on peut sans doute ajouter Adolfo Bautista, Carlos Salcido, Ricardo Osorio, voire Gerardo Torrado qui ne verront pas non plus le Brésil en 2014: le prochain sélectionneur va devoir reconstruire l’arrière-garde mexicaine, juste au moment où une génération d’attaquants prometteurs éclôt.



Les observations en vrac

Messi a beaucoup couru, beaucoup dribblé, tiré de loin, mais n'a toujours pas marqué. Il doit sérieusement s'agacer.
• Semaine de la mode : après l'horrible costard de Maradona (ou l'inverse, en tout cas il y a quelque chose qui cloche), le très havrais assemblage de bleus dans la tunique argentine nous fait relativiser le charme du tango.
• 10 buts, 12 remplacements pour son équipe = 22 gros bisous, 92 tapes dans le dos. Maradona n'est qu'amour, mais ses joueurs ne vont-ils pas commencer à appréhender de marquer ou de sortir?
• C'est parce qu'il est myope que Gutierrez court penché en avant?
• Au début du match, on a cru que Barcelone avait échangé ses deux joueurs: Rafael Márquez jouait en numéro 10 et Lionel Messi récupérait ses ballons dans le rond central.
• Gabriel Heinze vous a envoyé une carte postale numérique. Il promet de revenir en forme, il travaille ses frappes et le moins qu'on puisse dire c'est qu'il ne manque pas le cadre.
• Christian Jeanpierre a passé tout son match à appeler les Mexicains les "Aztèques". Après l'élimination des Etrusques et des Gaulois au premier tour, c'est encore une grande civilisation qui disparait prématurément.
• Maximiliano Rubén Rodríguez et Francisco Javier Rodríguez Pinedo qui se font respectivement appeler Maxi et Maza Rodríguez, c'est pour égarer Christian Jeanpierre?



Le match de la télé argentine

• Dire qu’Adolfo Bautista est un "honnête joueur de la Liga mexicana, pas plus", c’est oublier un peu vite qu’il a toujours éliminé les clubs argentins avec son club Chivas, avec en bonus un 4-0 face à Boca en 2005 (ce qui lui a valu des agressions physiques et des déboires judiciaires là-bas).
"Si on était optimistes avant le match, ce n’était pas par pure fanfaronnade, c’était juste de l’analyse. L’analyse c’est que l’équipe [argentine] a beaucoup d’arguments à faire valoir". Une des multiples preuves de la retenue argentine.
• En revanche, appeler le gardien Sergio Romero (1 mètre 92) "Chiquito" et Rafael Márquez "le Kaiser de Michoacán", c’était de l’ironie?
Partager

> sur le même thème

Truth Hurst

La Coupe du monde 2010


Jérôme Latta
2020-08-06

Anelka, trop bien compris

Une Balle dans le pied - Le documentaire de Netflix Anelka, l’incompris est un autoportrait trop complaisant pour ne pas passer à côté de son sujet. 


Christophe Kuchly
2014-03-31

Coupe du monde 2010, refaisons l'histoire

Uchronie – Imaginons ce qui se serait passé si le cours du Mondial sud-africain n'avait pas été infléchi par… le clash Anelka-Domenech, la main de Suarez et le penalty de Cardozo. 


Jérôme Latta
2010-09-27

Feuilles mortes

Samedi, L'Équipe Mag a livré des extraits d'un livre des éditions L'Équipe sur la une à scandale de L'Équipe. Ou quand l'autopromo rejoint l'autojustification.


>> tous les épisodes du thème "La Coupe du monde 2010"

Le forum

Qui veut gagner des quignons ?

aujourd'hui à 14h25 - FPZ : Je dois malheureusement vous laisser une petite 1/2 heure (je ne pouvais décemment pas partir au... >>


Aimons la Science

aujourd'hui à 14h25 - gurney : Ca serait intéressant de savoir qu'est-ce qui a vraiment permis la baisse en Mayenne. Quelle... >>


CdF Omnisport

aujourd'hui à 14h23 - Mevatlav Ekraspeck : Surtout si ça frotte sur la tête. >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 14h15 - Milan de solitude : Heureusement que vous y croyez. Que ne faudrait-il pas ? Victoire sans but encaissé à l'aller, la... >>


O TéFéCé

aujourd'hui à 14h07 - Pascal Amateur : Un seul président envisageable : Christophe Boucher. >>


L'empire d'essence

aujourd'hui à 13h59 - El Mata Mord : 15 points de pénalité au championnat pour Racing Point suite à la recevabilité de la... >>


Tout en haut du Nou Camp

aujourd'hui à 13h58 - Christ en Gourcuff : Cette liste est quand même à prendre avec des pincettes...Sergi Roberto par exemple je ne vois... >>


Observatoire du journalisme sportif

aujourd'hui à 13h49 - casartelli : J'ai écouté ED face à PC, j'au surtout rien comprisElle veut de toute évidence ne se fâcher... >>


Et PAF, dans la lucarne !

aujourd'hui à 13h47 - Danishos Dynamitos : « Très client, j'espère que les promesses tiennent sur la suite de la série »Oui c’est le... >>


Changer l'arbitrage

aujourd'hui à 13h43 - leo : suppdebastilleaujourd'hui à 12h43Mais les 5 changements, ce n'est pas une décision du Board? Les... >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)