auteur
Sam Gayton

> déconnerie

Monts et Marvel / 1

> article précédent

José "Bakayoko" Callejon

> article précédent

Classe Ingesson

La tentation du taquet

When Saturday Comes – Quand un joueur beaucoup trop bon s'invite, nos petits matches entre copains deviennent tout à coup moins amicaux. Et l'envie de punir peut prendre le dessus sur toutes nos valeurs. 

Partager


Extrait du numéro 333 de
When Saturday Comes. Titre original : "Competitive Spirit". Traduction: Toto le zéro.

* * *

 Il vient juste de réussir le but du 5-2, et je le déteste. Avec son maillot de Barcelone, comme si c'était une preuve de sa supériorité, Jack, notre souple et agile tourmenteur, est trop bon. Il est arrivé en septembre comme l'ami d'un ami. Deux autres des gars le connaissaient déjà et avaient entendu dire qu'il était "assez doué". Dans nos matches du jeudi soir, on ne fait pas vraiment dans les joueurs d'exception. Il y a les mecs plus âgés bien rusés, pas rapides mais intelligents, la vitesse affinée dans l'esprit par les années d'expérience. Il y a les jeunes d'une vingtaine d'années, qui pensent un peu plus à eux-mêmes et tentent de jolis gestes ou des expéditions de vingt mètres. Enfin, il y a les joueurs moyens, simplement contents de pouvoir se détendre après la corvée du travail.

 

Jack a tout changé. Depuis son arrivée, tout les autres ont subitement eu l'air du même niveau. Lorsqu'il est présent, ceux qui forment les équipes espèrent pouvoir choisir en premier. Je ressens chaque but qu'il marque comme une offense personnelle. Chacune de ses flamboyantes chevauchées finissant par faire trembler les filets est une insulte à ma mère. Que vient-il faire là? Il est beaucoup trop bon pour venir gâcher ses jeudis soirs à tourner en ridicule une bande de footeux visiblement amateurs.

 

 


Un mal qui fait du bien

Je ne me considère pas comme "ce genre de joueurs". J'ai toujours été enclin à serrer la main ou a m'excuser après une faute, à calmer les coéquipiers lorsque les esprits s'échauffent. Mais comme tout ceux qui ont joué au football et prennent le jeu au sérieux, une part de moi déteste l'humiliation. Et Jack, avec son maillot bleu et grenat, la déconcertante facilité avec laquelle il défie quatre joueurs et marque sans jamais craindre de perdre le ballon, est le type de personne qui répand l'humiliation avec désinvolture. Pourquoi s'en priver, d'ailleurs, avec un talent comme le sien? Nous rêvons tous de dribbler cinq joueurs pour finir par marquer d'une lucarne.

 

Chaque fois que je prends mon élan pour tacler Jack, j'y vais un peu plus fort que pour les autres. Neuf fois sur dix, il parvient à m'échapper, ayant pitié de ma pathétique tentative pour le stopper, lui, le roi de l'arène, dans sa quête des cages adverses. De temps en temps, je parviens à lui arracher le ballon, en emportant un bout de sa jambe au passage. Je fais une passe à un coéquipier avant de glisser à Jack, toujours au sol: "Ça va, vieux?"

 

Difficile de décrire le bien que cela me fait. C'est même parfois plus fort que de marquer un but. Un soir, Ian, l'un de nos défenseurs, un cinquantenaire de plus de quatre-vingt dix kilos, lui inflige une béquille en essayant de lui prendre le ballon. Jack se relève en boitillant et se plaint qu'aucun coup franc n'ait été donné. Il n'a plus fait grand chose durant le reste du match, et notre équipe l'a emporté. Ce soir-là, je suis rentré en voiture à la maison, un sourire accroché aux lèvres.

 


Tacle de consolation

Depuis que je joue contre Jack, j'ai remarqué une certaine hypocrisie dans le milieu du football. Nous sommes tous prompts à condamner les tacles violents et les joueurs frustrés qui donnent des coups, ou encore à descendre les entraîneurs qui prétendent que leur pitbull, qui vient juste de blesser gravement un adversaire, n'est pas "ce genre de joueurs". Mais lorsque quelqu'un est manifestement, indéniablement meilleur que vous, et qu'il fait passer de manière quasi-rituelle toute votre équipe pour des arriérés poursuivant des poulets, difficile de faire la part des choses en pleine bataille.

 

Tout ce qui peut faire de soi une personne honorable s'amenuise au fil des Johan Cruyff qui vous étourdissent ainsi que des petits ponts qui vous laissent sur les fesses. Certains matches du jeudi soir où nous étions menés de cinq buts à cinq minutes de la fin, je cherchais non pas à marquer un but de consolation, mais à pourchasser Jack pour pouvoir le tacler une dernière fois en guise de châtiment. Si je le rattrape, même avec les mollets et feu et des crampes au bout de 80 minutes, ce sera toujours mon tacle le plus dur de tout le match et le souvenir le plus satisfaisant que j'emporterai chez moi.

 

La raison en est que, parfois, pour ceux d'entre nous qui ne sont pas assez doués pour éblouir une rencontre de notre talent, nous voulons simplement qu'un grand joueur nous remarque. Nous avons besoin que notre existence soit reconnue dans cet instant, durant ce match, et de savoir que nous ne serons pas condamnés aux rôles de figurants par un quelconque parvenu aux pieds magiques. Parfois, le seul moyen pour nous d'y parvenir est le physique. Nous ne deviendrons pas tous Maradona. Il faudra souvent se contenter d'être Goikoetxea, le boucher.

 

Soignez votre anglais et votre culture foot : abonnez-vous à When Saturday Comes.

 

 

Partager

> déconnerie

Tabloïd, numéro 5

> sur le même thème

Mythologie de la glacière

Cultures football


Kireg
2019-11-03

Trente-cinq

Dure limite que la limite d'âge quand on joue au football. D'autant qu'on ne la franchit que progressivement, symptôme après symptôme.


La parole à la défense
2019-10-25

Les postes du rugby expliqués aux footballeurs

Crossover œcuménique – Poste par poste (en incluant celui de Christian Jeanpierre), mettons en parallèle les onze et les quinze. 


Nicolas Tessier
2019-10-09

Fautes ! (de langage)

Exercice – Les footballeurs sont accusés de maltraiter la langue, mais avec quoi peut-on mesurer cette maltraitance? Exploration des "(sic)" qui marquent leurs fautes. 


>> tous les épisodes du thème "Cultures football"

Le forum

Aimons la Science

aujourd'hui à 00h21 - Portnaouac : Lors d'un précédent essai, il y a quelques mois, la re descente avait déjà été un peu brutale... >>


Bréviaire

aujourd'hui à 00h01 - De Gaulle Volant : Jean Daniel Alves"Lenglet :"Je suis très observateur"" (lequipe.fr) >>


Observatoire du journalisme sportif

24/02/2020 à 23h49 - dugamaniac : Aujourd'hui dans l'Equipe papier, 5 pages sur le PSG-Bordeaux. Enfin sur le PSG puisqu'à part un... >>


Au tour du ballon ovale

24/02/2020 à 23h22 - L'amour Durix : Et Jordan Joseph, il devient quoi ?Je me souviens qu'il avait pas mal impressionné lors du premier... >>


Gerland à la détente

24/02/2020 à 23h13 - Gazier : Sinon, j'espère qu'ils ont Canal au club.Je viens de voir Liverpool, ça fait bizarre quand on est... >>


Foot et politique

24/02/2020 à 23h10 - Gazier : Ça fait 10 ans que j'habite dans mon village, mais mon grand père y a été élu après guerre,... >>


Scapulaire conditionné

24/02/2020 à 23h08 - serge le disait : Sos muy Grosa, Adli bitumaujourd'hui à 22h02Dans une optique de cooperation territoriale, nos... >>


Paris est magique

24/02/2020 à 22h55 - balashov22 : kellyaujourd'hui à 22h09Tu veux dire "jusqu'au retour contre Dortmund inclus" ? Parce qu'on vous... >>


CDF sound system

24/02/2020 à 22h24 - Hydresec : Elle est passée à Strasbourg avec Alcest et Klone il y a quelques semaines mais je ne sais pas ce... >>


Les jaunes, héros zen

24/02/2020 à 21h52 - serge le disait : Merci !D'abord je dois me faire la 2ème mt de om nantes (no joke) mais je vais mater avec plaisir. >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)