> article suivant

Une Coupe du monde sous VAR

> article précédent

Teenage Kicks, Day 33

> article précédent

C1 beau roman : quarts retour

La tactique à l'envers du PSG

Paris Sonne le Glas – Pour les inconscients qui rateraient certaines productions d'un blog désormais couru par le tout-Paris, voici la Chronique tactique à l'envers de Paris Sonne le Glas.

Partager

Avec des Parisiens menacés de relégation à quelques journées de la fin malgré un effectif peu susceptible de jouer le haut du classement à l’envers, les résultats du PSG 2007/2008 impressionnent les spécialistes. Récemment, les matches à Lille, Bordeaux ou Rennes ont atteint des sommets de maîtrise. Décryptage avec Paris Sonne le Glas.


Le Paris de l’attaque : que personne ne bouge, c’est un hold-up

Sur le plan offensif, le PSG affiche clairement ses ambitions à l’envers avec l’une des plus fortes attaques de L1 qui réussit à maintenir une moyenne inférieure à un but par match. Cette qualité offensive est d’autant plus remarquable que le PSG possède dans ses rangs le pire buteur du championnat de ces 10 dernières années et l’un de ses passeurs les plus maladroits. Paul Le Guen a donc dû établir tout un plan de jeu pour pallier ces défaillances individuelles.

En phase offensive on joue statique et on joue dans les pieds, pour être certain de ne pas déséquilibrer l’adversaire. On fait gentiment tourner le ballon, latéralement ou en retrait. Les rares mouvements ne sont autorisés que sur les phases de contre. Le bloc éclate alors et les joueurs glissent côté opposé au jeu, coulissant individuellement de manière aléatoire comme à la gamelle (Fig. 1). Chaque joueur évolue dans une zone aussi éloignée que possible du ballon, de préférence caché derrière son vis-à-vis. Sage précaution: on n’est en effet jamais à l’abri d’une passe, d’une déviation involontaire dans la profondeur ou d’un contrôle raté dans l’intervalle qui créerait l’irréparable décalage et vous forcerait à une course vers l’avant.


Fig 1. Le sauve-qui-peut

glas_tactpsg1.jpg


On notera que le système laisse une grande liberté aux joueurs qui peuvent laisser cours à leur talent créatif, à condition toutefois de ne jamais trop directement solliciter le ballon. Au PSG, le ballet des feintes d’appels est souvent un spectacle à ne pas rater, tout en esquives et en pas de crabe. Schématiquement, il s’agit de faire en sorte que le porteur n’ait d’autres solutions que de jouer long sur la défense adverse ou de partir dans une série de dribbles improbables (Fig. 2). Face à un bloc équipe solide comme le sont la quasi-totalité des équipes de L1-L2-CFA, reste comme seule solution l’exploit individuel. Or le PSG ne dispose pratiquement d’aucun joueur qui en soit capable, l’habile mise sous pression psychologique des quelques fortes têtes ayant suffi dans un passé récent à éteindre les rares prises d’initiatives.


Fig 2. Quand l’Aigle est hors-jeu, l’attaque est mouette
glas_tactpsg2.jpg



Le Paris de la défense : l’imagination au pouvoir

Mal attaquer ne suffit pas toujours en L1 où l’on ne peut plus guère compter sur l’audace adverse. Le risque de match nul reste élevé et une défense à l’envers digne de ce nom doit être capable de se substituer aux attaquants adverses. Aussi le 4-4-2 parisien n’est pas seulement inoffensif, il est aussi perméable. Il permet de subir le jeu très bas (Fig. 3), dans une zone où, à l’instar du mercato, chaque erreur se paie cash. Les défenseurs parisiens se situent dans leur camp, rarement au-delà des vingt-cinq mètres. Le bloc défensif est centré et compact, les joueurs gardant toujours une faible distance entre eux, inférieure au mètre, pour faciliter une relance sans risque et sans espoir. L’occupation de tout le reste du terrain est laissée à l’adversaire. Conforté en sus par l’absence de pressing, celui-ci a tout le temps nécessaire pour construire ses quelques attaques placées.



Fig. 3 A Paris, c’est la zone

glas_tactpsg3.jpg


Le PSG utilise également tout la panoplie du football défensif à l’envers: le pressing solo qui libère d’un seul déplacement désespéré un ou plusieurs joueurs adverses, la feinte de faute tactique, la course "tektonik", le latéral brésilien, le marquage à 3 bons mètres de son attaquant -si possible à reculons et mains dans le dos -, le tacle dans le vide et le boulevard défensif, devenu signature maison, aussi bien au niveau de la ligne arrière que du milieu de terrain: très complexes, les alignements nécessitent une coordination parfaite et doivent astucieusement permettre de libérer des espaces pour l’adversaire, notamment en cas d’interception (Fig. 4). Enfin, Paris n’hésite pas à recourir à un joker en cas de situation bloquée : la bourde monumentale. Et à ce jeu, Landreau a beaucoup progressé cette saison, peut-être sous l’influence de Ceara, assurément l’une des meilleures recrues en la matière.


Fig. 4 Le groupe est soudé et vit bien ensemble

glas_tactpsg4.jpg


Aujourd’hui, Paris est aux portes de la relégation. Le mérite de Paul Le Guen aura avant tout été d’avoir su faire fructifier le travail de ses prédécesseurs pour aboutir à une véritable synthèse à l’envers qui fait aujourd’hui du PSG un club résolument arrière-gardiste: application à la lettre du coaching PSGzee (Luis for ever), identification d’un fond de jeu propre à faire de chaque match un spectacle sans cesse renouvelé (merci Vahid), réactivité et motivation du groupe (bisous Laurent), mise à l’écart des meilleurs éléments (ne reviens jamais Guy). Un splendide "worst of" qui augure dans un futur proche de formidables derbies avec Créteil ou le Paris FC.


Retrouvez l'intégralité des chroniques de Paris Sonne le Glas, le blog qui justifie l'existence du PSG.

parissonne.jpg

Partager

> sur le même thème

Star wars : l'attaque des Gones

> Dossier

Déconneries

Déconneries


Christophe Kuchly
2018-06-26

Le match dont vous êtes le héros

L'Espagne et le Portugal, qualifiés dans le groupe B, seront au rendez-vous des huitièmes de finale du Mondial. À moins que…? Bienvenue dans un monde imaginaire dans lequel vous êtes l'arbitre et où chaque décision peut changer le cours de l'histoire.


Christophe Zemmour
2018-06-25

Messi, tel Son Goku

Un prodige que l’on attend sur le toit du monde mais qui peine à décrocher le titre suprême, tout en vivant dans l’ombre d’un prédécesseur génial et farceur: voilà une histoire que l’on a déjà entendue quelque part...


2018-06-17

[JDD #7] Irrésistibles

Le Journal de Didier – Conspiration tactique, incident avec Clément d'Antibes, start-up de Rami… Récit des derniers jours des Bleus à Clairefontaine. 


>> tous les épisodes du thème "Déconneries"

Sur le fil

Un série d’affiches pour les Bleus par l’excellent @zoranlucic. https://t.co/O8xMxqk8do

Une série d’illustrations inspirées par la Coupe du monde - https://t.co/hiph72uwbt https://t.co/hAQyjcSVDE

Les Cahiers sur Twitter

Le forum

Foot et politique

aujourd'hui à 02h45 - Tricky : ('à part ça') >>


In barry we trust

aujourd'hui à 02h20 - Westham : Depuis 2005, seuls Jamarcus Russell, Christian Ponder, Tim Tebow et Jack Locker (fin de carrière... >>


World Cup, the road to Doha

aujourd'hui à 02h07 - Tricky : CHR$aujourd'hui à 00h09Le problème de 2002 (outre la blessure de Zidane) n'était pas les joueurs... >>


Noir, Jaune, Foot

aujourd'hui à 02h02 - Tricky : Ah mais parce que tu penses que la Fédération renierait son essence chaotique en définissant des... >>


CdF Omnisport

aujourd'hui à 01h59 - Tricky : C. Moa22/07/2018 à 23h56----------(Non, non, mais c'est un plaisir, mais je te le fais à grands... >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 01h46 - LYon Indomptable : le Bleu22/07/2018 à 12h37_____________________«Mais bon, en face, c'était l'Argentine face à la... >>


L'empire d'essence

aujourd'hui à 01h44 - Run : Faudra que tu m'expliques les trajectoires de Hamilton, Coach. Il a des trajectoires tres... >>


Fussball chez nos cousins germains

aujourd'hui à 00h39 - I want my Mionnet back : Sachant qu'Erdogan est plébiscité et réélu en grande partie (l'autre partie ce sont les... >>


Rumeurs de transferts...

22/07/2018 à 23h39 - Hydresec : Formé (en partie) au Gym, révélé à Strasbourg et engagé la saison prochaine avec le SCO :... >>


Toujours Bleus

22/07/2018 à 23h37 - Joey Tribbiani : En 2010 l’Espagne devait remporter cette finale pour plein de raison :Parce que David VillaParce... >>


Les brèves

Pepe honni

"Reina, gardien de Naples, dénoncé pour ses liens avec la mafia italienne." (20minutes.fr)

Mendycité

"Mendy : ‘J’ai la dalle’.” (lequipe.fr)

Pas Metz que un club

"Metz : Un groupe amoindri." (lequipe.fr)

DSKudetto

“Maurizio Sarri : ‘On a perdu le titre dans un hôtel’.” (lequipe.fr)

Mousse à mazout

"Sarr : ‘Il ne faut pas nous enflammer’." (sofoot.com)