auteur
Hamlet

Du même auteur

> article suivant

Problème d'ambulance

> article précédent

Copa América : le guide / 4

> article précédent

Copa América : le guide / 3

La rupture - un récit de Claude Puel

Claude Puel attaque (comme quoi, il pouvait) l'Olympique lyonnais pour réclamer des indemnités. Livrons sa version – ou presque.
Partager
NDLR. Posté initialement par Hamlet sur le fil Gerland à la détente, dans le contexte d'un débat sur le caractère justifié ou non du recours Claude Puel devant les prud'hommes et en référé. Nous, on est du côté des salariés, mais ça nous a fait marrer quand même.

puel_rupture.jpg

« Il y a un mec, Aulas, c'est le plus grand président de club de foot de tous les temps, non seulement il m'a fait venir pour devenir le nouveau Wenger – ce que j'ai accepté avec une joie on feinte – mais en plus il m'a donné un contrat en or de quatre ans, le truc qui n'existe plus dans le foot post Bosman ou dans notre société mondialisée où les valeurs se perdent (rayer la mention inutile, merci). Alors je commence mon truc et en plus, le Aulas il me dit: "T'inquiète, mon nouveau Wenger, je te libère des contraintes budgétaires et je t'achète des joueurs à plus de 35 milliards de dollars. Ouais je sais, j'ai pas laissé Houllier acheter une poubelle, mais toi, c'est différent."

Là-dessus, je me dis c'est cool, j'ai jamais eu autant de moyens, à Monaco j'avais récupéré les fruits du centre de formation et à Lille j'ai fait avec les moyens du bord de mer, Matthieu, qu'il s'appelait.

puel_rigole_bras.jpg
"Calmez-vous les gars. Cris, range cette bouteille, Jérémy, remets ton short. C'était une blague, je démissionne pas et on va aller se faire un petit footing de 15 kilomètres dans le sable."

Bon alors je continue mon truc et tout, ça se passe pas si mal que ça mais y a des moments où c'est la cata. Bon. Et là-dessus, je me fais, mais alors, allumer par tout le monde: presse, supporters, tout ça, ils disent que chuis rien qu'un nazi. Moi je fais style rien ne m'atteint et je dis que ce qui compte pour moi, c'est le club. Surtout que le salaire il continue à tomber, t'as qu'à demander à mon conseiller Crédit Agricole. Mais surprise, le président, le mec Aulas-là, purée, il me défend contre vents et sans se marrer.

Du coup, je continue, tout va bien d'autant que j'éclate le Real en Ligue des champions, je fais le meilleur résultat de tous les temps du club. C'est sûr, derrière, je perds dramatiquement contre le Bayern mais là encore le mec Aulas il sort que c'est parce que les mecs en face ils courent anormalement vite, du coup ils prennent les intervaux de façon inimaginaux. Il est pas douillet, le président, hein.

consignes_puel.jpg
"Comment ça 'pas possible de perdre'? Attends, je laisse Diakhaté, je sors Gomis et Lisandro, je fais rentrer deux milieux à la cave, on va reculer de trente mètres et tu vas voir si c'est pas possible".

Après ça se gâte un peu. C'est même carrément le bordel, les pseudo-supporters z'en peuvent plus. Là je pensais: punaise ça y est ils vont me virer. Et ben, tu me crois ou pas, il m'a pas viré le père Aulas, punaise, il m'a même défendu et tout, hein.

Bon à la fin, ça allait vraiment mal, j'avais fini troisième, deuxième et troisième, une cata, on aurait dit un candidat du PS aux présidentielles, pas un titre depuis Léon Blum, c'est vous dire. La totale, quoi. Et là, y a le président qui vient me voir et "J'ai tout fait mais là c'est plus possible, je suis obligé de te virer", qu'il me dit. Bon moi, je lui dis, écoute Jean-Mimi, je comprends bien, tu viens de me payer chais même pas combien pendant trois ans, mais je te trouve pas très correct, tu pourrais quand même me filer quelques millions histoire que le compte soit rond.

gomis_vagal.jpg
Et là, Claude Puel vient d'annoncer à Gomis qu'il allait tester un 4-3-3.

Vous savez ce qu'il me dit là? Incroyable, il me dit: "Ouais mais tu sais on a beaucoup dépensé depuis ton arrivée et on est un peu dans la merde financièrement...on va te payer, y a pas de souci c'est le droit du travail... mais tu peux pas juste attendre un peu?"

Gonflé, le mec. Après tout ce que j'ai fait pour lui et surtout pour rehausser l'image de son copain Lacombe, à la base franchement en perdition. Du coup, je me suis dit, je vais me le faire en référé. Ben ouais, comme ça, moi je récupère au plus vite mon pèze et le mec Aulas il paie (c'est le cas de le dire, ha ha ha) pour m'avoir maltraité pendant trois ans. »


Le Diaporama de Claude Puel
diaporama_puel.jpg
Partager

> Dossier

Déconneries

Déconneries


Christophe Kuchly
2018-06-26

Le match dont vous êtes le héros

L'Espagne et le Portugal, qualifiés dans le groupe B, seront au rendez-vous des huitièmes de finale du Mondial. À moins que…? Bienvenue dans un monde imaginaire dans lequel vous êtes l'arbitre et où chaque décision peut changer le cours de l'histoire.


Christophe Zemmour
2018-06-25

Messi, tel Son Goku

Un prodige que l’on attend sur le toit du monde mais qui peine à décrocher le titre suprême, tout en vivant dans l’ombre d’un prédécesseur génial et farceur: voilà une histoire que l’on a déjà entendue quelque part...


2018-06-17

[JDD #7] Irrésistibles

Le Journal de Didier – Conspiration tactique, incident avec Clément d'Antibes, start-up de Rami… Récit des derniers jours des Bleus à Clairefontaine. 


>> tous les épisodes du thème "Déconneries"

Sur le fil

RT @FansEurope: "Lancement saison UEFA 2018-19: FSE réitère son appel pour des prix raisonnables en secteur visiteur" ➡️ Modification du r…

Comment le PSG résistera-t-il au pressing agressif de Liverpool? La nalyse de @rcosmidis (abonnés) - https://t.co/ZY4cBlhuSa

RT @StanTouchot: La VAR n'a quasiment pas été utilisée depuis le début de saison en Serie A. Du coup, deux réactions comme ici dans la Gazz…

Les Cahiers sur Twitter

Les brèves

Onanapa

“L'Ajax refuse de laisser partir Onana à l'OM.” (foot01.com)

Monaco 2004

“Ils ont failli rejoindre l'OM.” (lequipe.fr)

Sans-Gênes

"Le PSG offrirait un pont d'or à Ivan Rakitic !" (madeinfoot.com)

José fourrait

"Mourinho, l'amour dure trois ans." (lequipe.fr)

Alcolo décanté

"Wenger en 'cure de désintoxication'." (lequipe.fr)