> article précédent

Legends never die

> article précédent

Ribéry, champion d'automne

La revanche est un plat qui se mange froid (sauf si t'as un micro-onde)

Partager
Toute cette préparation d’avant le match a porté ses fruits puisqu’on a enfin réussi à vaincre le signe de l’été indien en tombant le péesseugé. À ce niveau, c’est plus un exploit, c’est un miracle. Dans le même genre, t’as Aulasse qui multiplie les points en championnat et nous qu’on gagne une fois sur dix contre paris. J’ai compté pour voir. Notre prochaine victoire c’est pour 2008. Hé, on s’en fout. On n’est pas pressés.

Ce match-là était un peu spécial à cause du grand retour de Barthez dans les buts. Mine de rien, il avait une pression terrible à cause de sa concurrence avec Coupet en équipe de France. Mais Barthez a haussé les épaules «La concurrence, c’est de bonne glaire», il a dit. Et puis comme il aime à le répéter, entre lui et Coupet y a pas photo. Peut-être mais d’ici à ce qu’il y ait Landrau, c’est pas loin.

Barthez, ces matches-là, ça le connaît. Dans les vestiaires (les nôtres, ceux qui sentaient normal) il a demandé «C’est qui leur meilleur joueur?» Sa théorie, c’est qu’il faut toujours faire un exemple, ça marche à tous les coups sauf des fois. Y a eu un long silence, à peine perturbé par Ribéry qui se griffait les cuisses et se balançait d’avant en arrière en répétant «Y a Clara Morgane! Y a Clara Morgane!» Barthez a reformulé sa question: «Bon alors, c’est qui?» Nasri a levé la main pour savoir c’était qui Clara Morgane. Ni une ni deux, Acariesse lui a collé une mornifle en criant «Dis, c’est quoi ce langage!» Finalement comme Barthez avait pas de réponse et qu’il avait encore moins de patience, il a dit «Bon, je vous préviens, le premier qui s’approche de ma surface, je vais lui montrer comment je m’appelle». En même temps, c’est écrit sur son maillot. «Et moi je pourrais m’approcher un peu?», a demandé Xana. Barthez a longtemps hésité avant de répondre oui mais un peu.

Face à Fabien, on s’attendait tous à avoir Létizi dans les cages. Létizi on le surnomme zébulon parce qu’il est monté sur ressorts et qu’il attrape jamais aucun ballon, à croire que c’est pas de son ressort. Au lieu de lui, on s’est retrouvé avec Alonzo, un ancien goal de hand, même pas un vrai goal. Même qu’à ses débuts, Alonzo faisait des histoires parce que les joueurs rentraient dans sa surface. Il a fallu qu’on lui explique et encore avec des mots simples. N’empêche, il demande toujours à avoir ses poteaux peints en rouge et blanc.

C’est Kalou qui s’est porté volontaire pour s’approcher le premier. En fait, c’est surtout les autres joueurs du péesseugé qui l’ont porté volontaire. Il a dit «Même pas peur!» Barthez l’a mis illico au parfum en réalisant une sortie à la façon de ce joueur belge qui a eu beaucoup de succès dans les années 90: Jean-Claude Vandamme! Même que l’arbitre a sifflé faute contre Kalou en disant «Monsieur Kalou, je vous ai vu, vous avez mis un coup de tête dans la hanche de Barthez». Et Kalou de prétexter une fracture de la mâchoire pour pas avoir à répondre. Le fourbe.

De notre côté, Niang a eu beaucoup de mal. Tu me diras, Niang a toujours du mal mais c’est normal aussi. Niang c’est un diesel. Il est long à l’allumage et puis c’est tout. Il lui faut 90 minutes pour démarrer. Du coup, quand il est en super forme, tous les autres sont sous la douche. Forcément ça aide pas.
N’empêche à un moment, il a failli mettre une reprise de volée. D’ailleurs il a tapé de bon cœur, il était à deux mètres des cages et le ballon est parti en chandelle, c'est-à-dire dans le sens perpendiculaire au terrain. Il est redescendu deux minutes plus tard avec des éclats d’aluminium. Sûr qu’il a fracassé un satellite ou je sais pas. Tu vas voir que ça va être encore pour notre pomme.

Niang a dit que c’était pas sa faute. Celui-là c’est jamais sa faute. Moi je lui ai dit «Niang, quand même un peu non?» Il a dit que non, c’était la faute à yépesse, le fils de Garcimore. À chaque fois que Niang s’approchait du camp parisien, c'est-à-dire au moins une fois, Yépesse lu faisait «Hi hi, yé vé vou faire oun piti tour dé maji!» Et hop, le ballon disparaissait. Un truc de fou!

À la mi-temps, comme le péesseugé menait toujours pas, Laurent Fournier a refait son numéro de soi-disant intoxiqué. Celui-là, je te jure. Il a vérifié que les caméras étaient bien sur lui et il a demandé au docteur. «Allez-y prenez-moi la tension». Fournier il est pas trop malin. C’est la tête à Tom Crouse avec le cerveau de Rain man. Même qu'il fait toujours " Qui va jouer en milieu droit ? Qui va jouer en milieu droit ? Oh-oh ! " Le docteur lui a demandé «Je vous prends aussi la température?» Mais comme y avait toujours les caméras, Fournier a préféré éviter.

Sur notre banc, Fernandèze était tellement crispé qu’on aurait dit un hamster piqué au botox. On sentait bien à son regard pétrifié et son absence de respiration cardiaque, qu’il tenait à la victoire. Faut dire qu’avant le match, Acariesse avait reçu comme de par hasard, un coup de fil de Tigana et il avait parlé bien bien fort en reluquant Fernandèze du coin de l’œil. «Mon ami Tigana, je te rappelle après le match, il se pourrait que j’ai quelque chose à te proposer». Puis comme si ça suffisait pas, il en a rajouté une louche en disant «Mon ami Fernandèze, ou c’est trois points de victoire ou c’est trois points de suture, tu choises». Acariesse il appelle ça une QCR. Une question à choix réduit.

Heureusement, les latéraux du péesseugé ont été bien contenus. Coup de pot pour Fernandèze qui avait changé de défense pour la 102e fois. Fernandèze il a cru que c’était du mastermind la défense ou quoi? En plus, on a du mérite. Mendy avait le vent en poulpe, il venait juste de sortir son DVD perso retraçant l’essentiel de sa carrière, soit un film de huit secondes avec son débordement sur Robert Tocarlos. À un moment, il a fait un tacle qui a rappelé à tout le monde pourquoi il était plus en équipe de France. À gauche, rien à signaler. On a rarement vu Armand. A croire qu’il était attaché à son poteau de corner.

Dorasso a pas été à son avantage. Fournier lui demandait de trouver l’attaquant le plus vite possible. Mais c’était une consigne piège puisque l’attaquant du péesseugé était resté chez lui, devant sa télé. Alors pour le trouver, bonjour. Sur le terrain, y avait que Semak et la seule chose que Semak attaque, c’est la crédibilité du péesseugé. En plus, c’est pas pour lui chercher des excuses mais Dorasso était déprimé depuis son exclusion de la Danone Cup. Les organisateurs s’étaient aperçus qu’il avait plus de douze ans. C’est la barbe qui l’aurait trahie. Dommage quoi.

Et puis le moment fatidique est arrivé avec Xana qui marque de la tête sur un corner tiré par Nasri. Le vélodrome a explosé de joie depuis le temps qu’il se retenait. Dans la tribune, moi j’ai pas pu m’empêcher, c’était plus fort que moi. J’ai crié à Moutier «Oh tiémou! Puisque t’as le bras long, va chercher le ballon; il est au fond!» Tout le monde a bien rigolé. Lui moins. Il a juste ronchonné «Rigolera bien qui rigolera bien le dernier». Le péesseugé ils sont aussi mauvais perdants qu’on est mauvais gagnants.

Robert Louis-Dreyfus s’esclaffait autour de lui que ce but lui rappelait comme deux gouttes, le fameux but de Di Meco en finale de la ligue des champions en 96. Puis il était tellement jouasse, qu’il a dit «Allez, je double les primes de match!» Diouf a dit que les primes de match étaient de zéro euro à l’OM. Robert Louis-Dreyfus a réfléchi. Il a fait «Ah bon? Alors dans ce cas-là, je les triple!»

Le point un peu négatif de la soirée, c’est que vers la fin du match, Rotten s’est fait bombarder en allant tirer un corner. En voyant ça, j’ai été scandalisé. D’ailleurs j’ai gueulé après les supporters, je leur ai dit «Oh les gars, vous êtes même pas à dix mètres et y en a pas un qui est fichu de l’empéguer». Ils se sont excusés, y a pas moyen.

À ce qu’on m’a raconté, Rotten ça serait une sous-marque de Beckam, importé de la Chine et vendu sous le menton dans le 13e arrondissement. À bien y regarder, on voit bien que c’est pas de la qualité non plus. Il a des os en cristal et des muscles en pain de mie. Hé, ça va qu’on est en France et que ça se remarque pas trop. Rotten y serait en Italie ou en Espagne, ça serait un coup à finir sous le rouleur des douaniers.

Nous à l’OM, on a un autre problème de taille. Faut qu’on fait gaffe, si Ribéry continue de jouer des matchs de fadas comme il fait, c’est obligé qu’on va finir par se le faire chiper. C’est pas compliqué, il a qu’à faire comme Orouma. Ni vu ni connu je t’embrouille, il joue un match sur trois. Nous ça nous suffit pour atteindre nos objectifs qui sont de gagner un match sur trois et lui, ça lui permet de pas attirer l’attention sur lui. Mais tu parles, il est têtu comme un mollet. L’équipe de France, l’équipe de France, il a que ses mots à la bouche avec Clara Morgane aussi mais c’est sans rapport. Maintenant à cause de ses âneries, on murmure que Ribéry frapperait à la porte des tricolores. Hé, il a plutôt intérêt à coller son doigt sur le judas, sinon on lui ouvrira jamais.

Cette belle soirée de triomphe magnifique s’est quand même terminée par une fausse note. Un malentendu, trois fois rien. Crois-le ou pas mais Moutier et Fournier m’ont accusé de les avoir insultés. Franchement comme si c’était dans mes habitudes. Tout ça parce que je leur ai proposé un échange: notre condor de Chincha contre leur aigle des Açores. Moutier m’a bien regardé en face et il a dit «Et là, y a marqué pigeon de St-Germain peut-être?» De là à dire qu’on s’est échangé des noms d’oiseaux.

Partager

Le Blog du Petit José, 2005-2006


2006-12-24

Ça va être encore de ma faute


2006-12-24

Des souris et de l'OM


2006-12-24

Qui c'est qui veut gagner des millions? (Plein!)


>> tous les épisodes du thème "Le Blog du Petit José, 2005-2006"

Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)