auteur
Jamel Attal

Du même auteur

> article précédent

28 motifs de polémique

La Mercedes-Mannschaft va-t-elle se retourner comme une Classe A?

Suscitant toujours la crainte, la sélection allemande se pare de toutes ses vertus traditionnelles. Mais entre le mythe et réalité, il y a toute une histoire : celle de la Mannschaft elle-même.
Partager
Quelle Allemagne pour le Mondial? La question mérite d'être posée, puisque la sélection allemande nourrit de nombreux commentaires et les éternels pronostics qui postulent que "le foot se joue à onze contre onze et à la fin c'est l'Allemagne qui gagne". Il est vrai qu'elle arrive cette année encore avec toutes ses qualités traditionnelles : force mentale et athlétique, collectif solide, sélectionneur sérieux. D'une compétition à l'autre, la Mannschaft semble offrir toujours le même visage, le même potentiel, la même image, comme s'il n'était pas question de déroger à la ligne. Sportivement, c'est significativement la constance qui semble aussi la caractériser le mieux, la longévité de certains joueurs comme Matthäus ou Klinsmann venant renforcer l'impression. Il faut rappeler que la mythologie de l'équipe nationale est très forte en Allemagne, la victoire de 54 ayant marqué une date importante dans la reconquête d'une image nationale anéantie par la guerre. Comme le sacre de Berne ouvrait une série évidemment régulière (74, 90), une certaine continuité historique du football national a été préservée (là où des nations comme la France ou l'Angleterre ont eu un destin beaucoup plus aléatoire).

Lors du colloque "Football : jeu et société" organisé à l'INSEP, Günther Gebauer (Université Libre de Berlin) a montré qu'en fait les trois équipes victorieuses étaient aussi différentes les unes des autres que les époques qu'elles représentaient. La sélection de 54 était celle de la reconstruction, matérielle et symbolique, elle était composée d'ouvriers un peu obscurs mais capables d'abnégation et de solidarité (Mannschaft désigne aussi dans l'armée la troupe, les sans-grades). Elle devient un mythe fondateur de la "renaissance de l'Allemagne", et le mythe fondateur d'une formation nationale exemplaire. En 1974, tandis que le gouvernement de Willy Brandt opère une ouverture sociale, culturelle et diplomatique sur le monde, la compétition marque la réconciliation des intellectuels et des artistes avec le football, la célébration de la culture populaire. L'équipe est alors le symbole d'un "nouveau début dans l'histoire allemande". Aujourd'hui le tableau est moins plaisant. Pour l'universitaire, "les joueurs allemands se soumettent, plutôt qu'à l'idée du "jeu allemand" particulièrement vertueux, aux exigences du professionnalisme international.

A la fin de l'ère du Chancellier Kohl, il ne s'agit plus de défendre des valeurs traditionnelles, ni en sport ni en politique, mais de produire un spectacle qui prétend les défendre. C'est le simulacre du "jeu allemand" devenu une image publicitaire". Sous contrat avec Mercedes, son principal partenaire, la Mannschaft finit par lui ressembler, monstre industriel lisse et soucieux de sa réputation. Dans un pays où la réunification a produit de nouvelles fractures, où le système social ne contient plus les effets d'un libéralisme très volontaire, une mythologie aussi unanimiste a peu de chances de refléter la réalité.

Reste à savoir si la sélection germanique aura un parcours de Mercedes-Mc Laren ou si quelques contre-braquages vont suffir à la retourner. Alors, qui pour lui faire subir le test de l'élan?

Partager
>> aucune réaction

La Coupe du monde 1998


K14
2003-05-12

Le bûcher des inanités

En écho à notre article sur le procès intenté à Aimé Jacquet par L'Équipe (1998, une plaie encore ouverte), un lecteur monte à la tribune pour plaider la cause du quotidien sportif, injustement victime de nos foudres…


La rédaction
2003-04-28

1998, une plaie encore ouverte

Aimé Jacquet est poursuivi par L'Équipe pour "injures publiques". Cette démarche navrante rouvre un dossier jamais complètement refermé…


La rédaction, canal historique
2002-05-26

La Rétro 1998

Nous avons récemment entré dans la base l'essentiel des articles de la première saison des Cahiers (décembre 97 / juin 98). Voilà l'occasion de les survoler ou de se replonger dans l'ambiance de la Coupe du monde 1998 avec une petite sélection thématique…


>> tous les épisodes du thème "La Coupe du monde 1998"

Sur le fil

RT @jeromelatta: "Neymar n'est pas un trop grand joueur pour le PSG, il est un trop gros problème pour lui" - https://t.co/1DKCj2Scwu

RT @LucarneOpposee: 📰#LOmag n°7 spécial compétitions continentales La #CopaAmerica de sa naissance à nos jours, les épopées 🇹🇳🇧🇯 à la #CAN…

RT @Le_Corner_: Le Corner souffle sa première bougie ! 🕯 Dur de savoir comment vous remercier, mais merci infiniment à tous ceux qui ont l…

Les Cahiers sur Twitter

Le forum

CdF Omnisport

aujourd'hui à 03h17 - Gouffran direct : Quelle vie ça doit être pour ton pote.sinon et sans transition,serge le disait23/07/2019 à... >>


CDF sound system

aujourd'hui à 02h39 - Brian Hainaut : (Et l'Ep de remixes - plus dansants que l'original - qui vient de sortir ne fait que prolonger le... >>


Foot et politique

aujourd'hui à 02h16 - Redalert : Cette citation de l'article de Wikipédia n'était là que pour montrer que l'argument d'Alexandre... >>


Premier League et foot anglais

aujourd'hui à 02h06 - Tricky : (Oui du coup Walker est titulaire ‘à l’expérience’ dans une défense à 4 et titulaire... >>


Paris est magique

aujourd'hui à 01h20 - Gilles et jeune : Classico23/07/2019 à 20h56Le Barça est clairement devenu le nouvel ennemi sacré du PSG. C'est... >>


Ligue Europe, la coupe de l'UEFA

23/07/2019 à 23h35 - Mevatlav Ekraspeck : Et je triple pour prévenir : ce 1-2 c'est deux pénos gaguesques et une gogogadjeto-sortie du goal... >>


Marinette et ses copines

23/07/2019 à 23h24 - CHR$ : LLBB1975 > tu as raison, les grands clubs commencent à s'y mettre et à recruter les grandes... >>


Gerland à la détente

23/07/2019 à 22h57 - Hyoga : Tu as des emformação ? >>


Le fil dont vous êtes le héros

23/07/2019 à 19h45 - axgtd : Donc en finale Maxime se fait dominer par Mamedyarov (censément sa bête noire, donc) dans la... >>


Café : "Au petit Marseillais"

23/07/2019 à 19h10 - djay-Guevara : S’ils se basent sur la gestion des Dodgers de maqueuecourte ils s’attendent peut-être à un... >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)