auteur
Romain Partial

Du même auteur

La marque jaune

L'école nantaise fait-elle école chez ses anciens élèves? Revue de classe des six entraîneurs "jaunes" de la L1 et interrogations sur l'avenir des coaches en général...
Partager
Les journalistes aiment bien faire leur beurre avec des filiations diverses et variées. Cette année, ils s’asseiront souvent sous le marronnier des anciens Nantais convertis au coaching. On a déjà relevé des portraits plus ou moins croisés sur Amisse et Kombouaré ou Halilhodzic (1). On se doute aussi qu’à l’occasion d’une confrontation au sommet, les comparaisons de style entre Le Guen et Deschamps ne manqueront pas. Mais, au-delà des figures imposées, y a-t-il vraiment des points communs dans ce petit tiers d’entraîneurs de Ligue 1 que sont Amisse, Deschamps, Halilhodzic, Kombouaré, Lacombe ou Le Guen? Le rapprochement de ces six profils apparaît pourtant sujet à caution, surtout au regard des situations sportives de leurs clubs respectifs à l’orée de la saison. Les trois nouveaux arrivants sont confrontés à des équipes au mieux en recherche d’identité (Nantes, voire Strasbourg), au pire en éternelle crise de décroissance (Paris, voire Strasbourg). À l'inverse, les trois confirmés de la saison passée poursuivent un parcours ascendant vers le toit de l’Europe. Par ailleurs, les coaches parisien et lyonnais n'ont été historiquement que des intermittents au FCN. D’ailleurs, cet ensemble de joueurs renvoie à des périodes nantaises assez disparates (2). Coco channel Le seul point commun qui les relie vraiment à Nantes, tout comme Paille à Maradona, se nomme Coco. Sa fréquentation assidue les a-t-elle rendu toxico-dépendants au football? Pourtant, en termes de jeu, les bilans sont mitigés, notamment si l’on prend les expériences antérieures de Le Guen et Halilhodzic, en particulier à Rennes, où ils se sont surtout faits les descendants d’Ivic ou Jorge (voir Faux jumeaux, vrais gâchis). À l'inverse, Deschamps ou Kombouaré développent actuellement un programme plus proche des préceptes du maître Jedi de la râlerie. Sur le plan du caractère, c’est incontestablement le Bosniaque qui se rapproche le plus de Suaudeau: coups de gueule, mécanismes de culpabilisation/ déculpabilisation, rapports nébuleux avec les médias (voir Passeport Vahid)... Deschamps a aussi eu une expérience très suaudesque en se fâchant avec la moitié de son effectif dans le but de bonifier l’autre. Sur le fond de jeu cette saison, c’est aussi Deschamps qui est le plus proche de la brillance nantaise, l’efficacité en plus. Concernant le volet tactique, il en est de même puisque l'ancien capitaine des Bleus module largement son 4-4-2 avec des placements/ déplacements de joueurs plus pertinents que ceux de Fernandez. Coach Jean-Claude privilégiait les joueurs susceptibles de pratiquer sa philosophie du jeu, et sa géométrie à base de 4-4-2 pouvait varier très sensiblement d’un match à l’autre, en fonction des besoins. Chez ses successeurs, on constate de vraies oppositions de style: 4-2-4 de la maison Paul, 4-5-1 chez Vahid, 3-5-2 dans la case de l’oncle Loïc. Il n’y a pas de parenté manifeste... Enfin, sur le plan offensif, seul Nantes reste confronté à ses démons récurrents. Les autres coaches bénéficient d'avoir à leur disposition de vrais buteurs dans leurs rangs, ce qui leur permet de squatter les places des meilleures attaques. L’admiration supposée pour Suaudeau n’a donc pas forcément laissé tant de traces. L’objectif du jeu demeure dans les mots d’Amisse et Kombouaré, et dans les actes de Le Guen et Deschamps. Mais dans le contexte précaire de la carrière d’entraîneur, le modèle peut évoluer: "Guy Roux est une référence dans le football français, a déclaré Halilhodzic. De par son discours, sa philosophie et sa longévité, il est unique. Il a fait grandir son club au fil des années au point d'en faire aujourd'hui l'un des plus stables de L1". Nantes, centre déformation ? La valorisation de la formation semble le point commun le plus marquant entre les six entraîneurs. Ainsi, Halilhodzic s’appuie sur la formation parisienne, en particulier avec Cana et dans une moindre mesure Benachour, Rocchi et Djadjedje. De même, Amisse a jeté quelques bébés dans l’eau de la L1: Guillon, Drouin, Faé, Hadjadj, Glombard. Contre Paris-SG, la feuille de match comptait seize joueurs sur seize issus de La Jonelière — même s'il y en avait de différentes générations. Deschamps a composé une défense aussi solide que surprenante avec Squillaci (qui n'avait jamais joué en L1 avant l'arrivée du Basque à Monaco), Rodriguez et Givet. Cette année, c’est peut-être au tour de Plasil et Camara de s’imposer. Le management Deschamps se caractérise également par la place accordée aux novices sur le banc (six ont débuté en championnat cette année). Il a donné une autre illustration de cette politique lors du match de Coupe de la Ligue contre Marseille. Lacombe a quant a lui repris une génération sochalienne dorée et n’a guère eu de travail à faire de ce côté-là, sinon d'exploiter un potentiel remarquable. Tout au plus, en deux saisons, le moustachu aura-t-il lancé Mathieu. Exception notable à cette belle règle, Kombouaré compose pour le moment avec son effectif de départ. Le cas de l'OL est paradoxal à l’heure où le club envisage de se délester de son centre de formation. Alors qu’il claironne vouloir bâtir sur le long terme, Jean-Michel Aulas va priver l’OL de cet outil qui a produit des joueurs à la carrière estimable, de Laurent Fournier à Florian Maurice en passant Ludovic Giuly ou plus récemment Sidney Govou. C’est d’autant plus surprenant que Le Guen y puise à nouveau. Le nouvel exemple, c’est le jeune défenseur Berthod, sept fois titulaire en dix-sept matches, toutes compétitions confondues. Viale, Gomez et Sartre ont également fait leurs premiers pas cette année en L1. Cela dit, les effectifs des ex-Nantais sont loin d’être les plus juvéniles de la L1. En dehors de Nantes (25 ans de moyenne, la troisième de L1), les autres se situent entre 26,4 pour Lyon et 26,9 pour Monaco. Alors, ce goût pour les fruits de la formation serait-elle une fiction? Pas forcément, car Kombouaré, Amisse et Lacombe ont usé leur survêt’ en exerçant dans les centres et ces expériences ont forcément eu un effet sur leur conception de la gestion d'une équipe. À l'opposé, Le Guen et Deschamps suivent des parcours d’exception qui rappellent plus celui de Wenger. Reste une question : cette prédilection pour la formation résulte-t-elle d'un choix délibéré ou de la nécessité pour les clubs de L1 de lancer sans cesse de nouveaux talents pour sortir quelques étoiles? Entraîneurs de formation et formation des entraîneurs Avant de donner un sens général à la sur-représentation des ex-Nantais sur les bancs de L1, il conviendrait de se demander si cette curiosité statistique est durable. L'éviction d'Elie Baup dont on imaginait que la longévité permettrait de donner un second titre aux Girondins, ou la fragilisation d'un Alain Perrin qu'on aurait cru à l'abri pour quelque temps, rappellent la précarité du statut des entraîneurs. L'année prochaine, où en seront ces six-là? Et si l'on veut étudier les évolutions du management des clubs de l'élite, il convient plutôt de remarquer que des techniciens inattendus entrent en fonction chaque année, comme Bernardet ou Marchand la saison dernière. Ce phénomène est aussi à rapprocher de la nette recrudescence du nombre d’entraîneurs ayant exercé des fonctions dans les centres de formation: à peine une dizaine il y a dix ans, ils sont quinze aujourd’hui. Peut-être cette tendance est-elle aussi liée à un exode dont on parle moins que celui des joueurs. Pendant dix ans, on s'est scandalisé du départ des internationaux sous d’autres cieux, mais cette décennie, marquée par de nombreuses vagues de licenciements chez les entraîneurs, a aussi vu partir quelques-uns de ceux-ci sous d’autres cieux, pour la plupart talentueux. L’Espagne a accueilli Denoueix, l’Angleterre s’est chargée d’Houllier, Tigana ou Wenger. Et derrière ces notables, de nombreux techniciens moins connus mais tout aussi valeureux, dont quelques anciens de la DTN ou de l'INF (comme Christian Damiano à Fulham ou Francisco Filho à Manchester United), ont su valoriser leurs compétences à l'étranger. Bref, s’il se généralisait, l'abandon des centres de formation dans les clubs de l'élite aurait lui aussi des conséquences désastreuses en impliquant la perte d'un véritable savoir-faire dans la corporation des entraîneurs. Dans l’hypothèse où cet autre mouvement d’exode s’aggraverait, où ira-t-on pêcher des entraîneurs ? (1) sport24.com pour Kombouaré / Amisse et L’Équipe qui a voulu croiser les points de vue lors d’un Nantes-PSG. Finalement, c’est Amisse qui s’est croisé tout seul, l’entraîneur parisien préférant peut-être les gros plans au champ / contrechamp. (2) Amisse, Halilhodzic, Kombouaré et Lacombe ont connu des moments fastes de l’histoire nantaise alors que Deschamps ou encore Le Guen reste attachés à des périodes plus troublées.
Partager

> sur le même thème

Bleus : une charnière à coulisse

Le jeu, les joueurs, les entraîneurs


Hugo Hélin
2020-02-17

OL : sans colonne vertébrale, c'est dur de marcher

Visualisation – Onzième de Ligue 1, l'OL a peu de certitudes dans le jeu. Et cela se voit dans les temps de jeu de sa première partie de saison. 


Stéphane Pinguet
2020-02-05

Mandzukic off

Seul buteur contre son camp dans l'histoire des finales de Coupe du monde, Mario Mandzukic a illustré, ce jour-là, l'art de se relever. 


Richard N
2020-01-25

Rensenbrink, le football presque total

Le Néerlandais Robby Rensenbrink était presque l’égal de Johan Cruyff. Presque champion du monde, il emmena presque son club d’Anderlecht sur le toit de l’Europe. 


>> tous les épisodes du thème "Le jeu, les joueurs, les entraîneurs"

Le forum

Gerland à la détente

aujourd'hui à 09h09 - Pier Feuil Scifo : Rah pardon pour les fautes à foison. J'ai plus arrosé que Tousart et Mendes réunis. >>


Foot et politique

aujourd'hui à 09h04 - Classico : Les choses devraient quand même évoluer en France je pense. Un jour les français d’origine... >>


Au tour du ballon ovale

aujourd'hui à 08h57 - M.Meuble : Ca et Bamba qui pousse en travers sur la melée a 5m! Bouh! >>


Premier League et foot anglais

aujourd'hui à 08h55 - khwezi : @Redalert: non mais Je respecte énormément Arteta dont je pense qu’il fera un excellent coach.... >>


Paris est magique

aujourd'hui à 08h33 - Tetsuo Shima : Pour une fois, je suis parfaitement d'accord avec Yul. Les joueurs parisiens, et en particulier les... >>


La L1, saison 2019/2020

aujourd'hui à 06h51 - Espinas : Oui, dernier match de Blanc le 21 juin 2012 contre l'Espagne en 1/4 de l'euro.Réveillère et... >>


Le Peuple de Malherbe

aujourd'hui à 04h44 - Redalert : Alain Delon? Non Alain Deroin.23/02/2020 à 20h48Keskispasse avec PD ? Il s'est pris un avion en... >>


En rouge et noir !

aujourd'hui à 03h35 - Redalert : Trompache >>


Observatoire du journalisme sportif

aujourd'hui à 00h27 - De Gaulle Volant : A la façon dont Dacourt prononce le patronyme de Tuchel, on s'attend à voir un nouveau personnage... >>


Scapulaire conditionné

23/02/2020 à 23h58 - Sos muy Grosa, Adli bitum : Et la demie-volee de Adli! Il a une p...de frappe de balle le gars.Quand meme. Voir sur le terrain... >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)