auteur
La chronique démêlée de l'actualité du ballon

> article suivant

Retour vers le footoir [1]

> article précédent

La copie de la FIFA

La Gazette, numéro 16

Plateau de stars pour la Gazette, qui ne tourne pas "people" pour autant: Cantona en éventuel sauveur de l'OM, Chilavert en bulldozer, Djorkaeff en lui-même et Dugarry en peine...
Partager
Cantona que l'amour
Ce n'est pour le moment qu'une rumeur, mais elle est suffisamment évocatrice pour que l'on s'y arrête: Eric Cantona pourrait faire son retour à Marseille, en tant que manager sportif...
Les habitués des Cahiers savent que nous ne portons pas Cantona dans notre cœur. Ni le joueur, star égoïste et surfaite, ni l'homme, faux rebelle de spot publicitaire (voir King Con, l'article de nos archives qui suscite le plus de réactions...).
Il n'y a pas en fait de réelle surprise à entendre cette hypothèse. De son côté, Cantona a manifesté ces derniers temps des velléités de retour au terrain. Avec son arrogance coutumière, il s'est d'abord porté candidat à la succession de Ferguson à Manchester United, et a clamé à plusieurs reprises son mépris des diplômes, qui ne servent qu'à ceux qui n'y connaissent rien en football. Bien qu'assez engagé dans la promotion du beach-fooball, notre vedette doit mesurer la différence d'exposition entre les deux disciplines, et l'on parierait volontiers que l'envie de retrouver la lumière des projecteurs le travaille sérieusement. Aux grands ego les grandes pelouses.
À Marseille, la réforme annoncée doit désormais avancer à marche forcée et produire des résultats, après les attaques internes, les échecs sportifs, la fronde des supporters ou encore la pression de la mairie... La "saison de transition" est si mal engagée que l'urgence est de mise, et Yves Marchand est au pied du mur. Comme il s'y prend très tard, tous les problèmes se sont aggravés et sa campagne se déroule dans une atmosphère très instable. Il lui faut écarter Marcel Dib et Alain Guetchoudian (le cas d'Eric Di Meco restant en suspend), neutraliser les putschistes potentiels côté administration et trouver rapidement des solutions sportives.
Dans ce contexte, c'est d'une solution miracle qu'il a besoin, et l'arrivée de l'ex-roi de Manchester y ressemble. Personnalité charismatique, Marseillais des Caillols, disponible, son arrivée pourrait effectivement marquer une rupture symbolique forte et le commencement d'un nouveau projet.
Comme tous les "coups", celui-ci est particulièrement risqué. Il peut aussi bien réussir au-delà des espérances que précipiter la chute des actuels dirigeants, voire du club lui-même. Le caractère explosif de Cantona (ne rappelons que ce fameux épisode, qui le vit jeter à terre le maillot marseillais en janvier 89), ses compétences techniques incertaines, son inexpérience de dirigeant sont autant de facteurs à risque. Le meilleur "manager sportif" du monde ne serait pas assuré de réussir à Marseille dans les conditions actuelles, et tout nouvel échec, celui de cette reprise en main de la dernière chance, mettrait vraisemblablement fin à l'expérience Louis-Dreyfus à l'OM.

Chilavert: une arrivée remarquée
Les stars internationales sont-elles de bonnes bouées de sauvetage? Après l'OM avec Weah, c'est Strasbourg qui fait le pari de José Luis Chilavert. Ou plutôt Patrick Proisy qui a géré ce transfert en solo et s'est une nouvelle fois signalé par une gestion humaine catastrophique. Les caméras des télés ont eu tout le temps de filmer l'étonnement de Claude Le Roy, la colère de Thierry Debès et les réactions désapprobatrices de ses coéquipiers.
D'autre part, comme le signalait Habib Beye, le problème n'est pas dans les cages et le recrutement d'un joueur de champ aurait été mieux compris. Ceci dit, l'exemple de Mondragon à Metz est assez explicite quant à l'impact d'un grand gardien de but sur les résultats.
Avec une transaction à 50 MF, le pari n'a pas le droit d'échouer, et il faut espérer que la personnalité très contestée du gardien paraguayen, décrit comme machiste, violent voire xénophobe (il trouve qu'en Argentine ses compatriotes sont traités "comme des Boliviens"), ne crée pas de nouveaux problèmes dans le groupe...

Youri, à l'aise dans sa tête
Autre star, youri Djorkaeff nous signale par une interview à L'Equipe (28/10) qu'il est de retour, sans déroger à son style tout en nuances et en modestie. Comme s'il avait peur qu'on l'oublie, il rappelle qu'il entend toujours faire partie du groupe France, qui est "est devenu un club" pour lui. Avec carte de membre à vie?
Interrogé par son grand fan Pierre Ménès, il nous parle de son premier disque. "Je crois qu'on a fait du bon travail. Il y a un morceau avec Carole Fredericks qui s'appelle Vivre dans ta lumière. Je suis content de moi". Content, mais pas aussi hilares que nous en écoutant la chanson en question (sur son site officiel). Aucune maison de disque ne s'est manifestée jusqu'à présent.
Plus lyrique, l'attaquant de Kaiserslautern apprécie son statut de champion du monde et d'Europe: "On représente l'inaccessible. (...) Le sport reste mythique. Nous sommes l'actualité sportive. Nous sommes déjà dans l'histoire"
Et pour coller à son mythe, il assure à propos des Bleus: "J'ai toujours autant envie de jouer, je suis toujours motivé pour être décisif". Mais quant à son statut, il fait ce rappel: "Pour moi, le fait d'avoir été remplaçant contre le Portugal est et restera incompréhensible". Pour Djorkaeff-joker, il faudra encore négocier...

Dugarry au bord de la crise de nerfs
Les déclarations désabusées de Christophe Dugarry à Infosport sur son éventuel exil ont été largement amplifiées, ouvrant un nouvel épisode de la carrière agitée du Bordelais. Nous nous étions quelque peu émus du traitement traditionnellement infligé à l'attaquant, devenu une sorte de bouc émissaire universel (La psychologie du siffleur), alors que quelques semaines plus tôt, durant l'Euro, nous espérions un retour en grâce (Dugarry vers sa rédemption?). Le cas n'est visiblement pas réglé, d'autant que la maladresse légendaire de l'international le plus contesté depuis Didier Six ne fait qu'empirer les situations.
Il est vrai que Dugarry n'avait pas initialement été pris pour cible par le public lors du PSG-Bordeaux qui a déclenché la dernière affaire, mais ses accrochages successifs avec Déhu et El-Karkouri (dont ces derniers semblent largement responsables), et surtout ses protestations voyantes ont fini par lui attirer la vindicte des tribunes et celle d'un arbitre gravement dépourvu de discernement.
En se posant à nouveau en victime, il risque malheureusement de soulever une nouvelle vague à son encontre, alors qu'il semblait que la précédente s'éteignait doucement.
Dugarry devrait aussi chercher à comprendre ce qui dans son attitude et dans son jeu provoque aussi souvent des problèmes d'arbitrage. Il faut lui reconnaître une extraordinaire capacité à aller au combat et au contact, mais son "jeu de coude" dans les airs est dangereux, même si ses intentions ne sont pas coupables. Les répliques des défenseurs déclenchent ensuite un enchaînement fatal, d'autant que les nerfs du champion du monde sont fragiles.

Partager

> sur le même thème

La Gazette, numéro 15

Le championnat de France


Richard N
2019-05-31

Platini à Nantes, le rêve de Lagardère

En 1979, le nom de Michel Platini est discrètement évoqué dans les couloirs du Football Club de Nantes. Rien ne s'oppose à un transfert, sinon la frilosité des dirigeants. Le club nantais a-t-il raté un rendez-vous avec son histoire?


Richard N & Christophe Zemmour
2019-05-29

Feindouno 1999, la proie du doute

Un jour, un but – Le 29 mai 1999 au Parc des Princes, les Girondins de Bordeaux conquièrent leur cinquième titre de champion grâce à un but de leur tout jeune espoir, Pascal Feindouno.


Alex Lagazette
2019-05-23

La Gazette de la L1 : 37e journée

Le classement en relief • Les gestes • Les antigestes • Les observationsLe championnat à l'enversVu de Twitter 


>> tous les épisodes du thème "Le championnat de France"

Le forum

Paris est magique

aujourd'hui à 02h56 - Classico : - Ouais, très bon feeling avec Gueye. - En fonction de la durée des indisponibilités de cavani... >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 02h00 - Run : Au Camp Nou il y a 6 mois, on prenait quel tarif ? >>


Aux Niçois qui manigancent

aujourd'hui à 01h38 - Redalert : Les gains marginaux vous suffisent pour l'instant pour être 2ème et si vous gagnez contre l'OM... >>


Choucroute et bierstub: l'indigeste menu du RCS

aujourd'hui à 01h34 - Redalert : Mendy fait aussi 2 beaux arrêts mais une fois le pénalty arrêté (et un peu mal tiré par... >>


En Vert et contre tout

aujourd'hui à 00h53 - Moravcik dans les prés : Eh ben la stratégie Euro 2012 se poursuit : Cabaye arrive, parait-il.Normalement Ménez et Gameiro... >>


Scapulaire conditionné

aujourd'hui à 00h31 - Nos meilleures Sané : - 4 points en 3 matchs, dont 2 à l'extérieur- 2 buts ce w-e venant de 2 recrues- des recrues qui... >>


Foot et politique

aujourd'hui à 00h27 - Luis Caroll : Trickyaujourd'hui à 00h11Ou alors on s’en fout, tout est dans tout---C'est très précisément... >>


Lost horizons

25/08/2019 à 23h35 - SocRaïtes : Avec un bouquin de S. King ! >>


Observatoire de la violence dans le football

25/08/2019 à 23h34 - Easy Sider : Tricky,Certes pas que le foot. Mais les ultras c'est quand même très pratique quand on appartient... >>


Observatoire du journalisme sportif

25/08/2019 à 23h29 - Mik Mortsllak : Kiplé évoque rapidement le championnat portugais et le choc de la 3ème journée Benfica-Porto,... >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)