> article suivant

Club ou "institution" ?

> article précédent

La Gazette du Mondial, numéro 4

> article précédent

Zinédine Zidane

La Gazette du Mondial, numéro 5

Thierry Roland prend de l'avance dans la compétition du commentateur le plus bas du front, qu'il devrait une nouvelle fois remporter haut la main.... Les Américains débarquent en Corée… Les Espoirs seront-ils la deuxième équipe de France à remporter un trophée cette saison, après celle des moins de 18 ans?
Partager
Chronique de la bêtise ordinaire
Corée-France était un tour de chauffe pour notre couple vedette Roland-Larqué, et nous n'avons pas eu besoin d'attendre très longtemps les manifestations de beauferie annoncées (voir Chicorée du Sud, il y a un an). Un splendide "Le Coréen est extrêmement pointilleux et propre", suivi d'un inévitable "Il n'y a rien qui ressemble plus à un Coréen qu'un autre Coréen" sont en effet très vite venus confirmer ces craintes.

Puisque ce genre de travers ethnocentrique est très courant, signalons à toutes fins utiles que les Asiatiques, pour être tous bruns, ne se ressemblent toutefois pas plus entre eux que les Européens. Faute de familiarité, nous n'avons pas, pour la plupart, "appris" à reconnaître un visage asiatique entre des millions. Mais ce n'est pas parce qu'on ne parvient pas à les distinguer qu'ils sont objectivement semblables. Tout cela est d'ailleurs tellement symétrique que les Thierry Roland coréens, sans "apprentissage", auront la même difficulté à distinguer deux visages de Blancs. Mais peut-être qu'eux auront l'intelligence de s'en rendre compte, et de ne pas projeter leur propres limites intellectuelles sur ceux qui ne leur ressemblent pas.

Le racisme prend ses racines dans ce genre de représentations banales et se répand avec elles. Allez expliquer ça à un commentateur de foot qui s'adresse à des millions de téléspectateurs, mais dont la mentalité n'a pas évolué d'un iota depuis quarante ans... Chez Thierry Roland, aucun apprentissage n'est possible: il confond encore Vieira, Wiltord et Thuram. Mais c'est bien connu, tous les Noirs se ressemblent.


The eagle has landed
Alors que George W. Bush parcourt l'Europe, la sélection américaine a débarqué en Corée. Pacifiquement, quoique les mesures de sécurité surpassent celles qui entourent l'équipe de France et impliquent un énorme déploiement de forces de police. En 1998, le match contre l'Iran avait focalisé l'attention avec un affrontement diplomatico-sportif qui avait plutôt bien tourné (voir Coupe du monde et diplomatie, juin 1998). Faute de confrontation avec un pays évocateur de la géopolitique actuelle (à moins d'une demi-finale contre la Chine), c'est surtout la crainte d'actions terroristes qui va donner un tour particulier à la présence des Etats-Unis.
Sur le terrain, le groupe D propose trois adversaires difficiles, avec le pays organisateur, le Portugal et la Pologne. La qualification se jouera au couteau, et il n'est pas certain que l'équipe de Bruce Arena ait toutes les qualités requises pour s'en extirper. Bien que lestée d'internationaux évoluant en Europe, dans une brochette de clubs de seconde catégorie hollandais, allemands et surtout anglais — plus le Messin David Regis — elle manquera probablement d'expérience autant que de qualité pure. A moins que la stéréotypique culture de la victoire des Américains les portent plus haut que prévu…

Les espoirs sont permis
Ce n'est pas la Coupe du monde, et pour reconnaître ses Bleus-là, il faut se rendre compte qu'il n'ont pas été dotés du nouveau maillot des A. Les Espoirs sont en finale de leur Euro, après un parcours sans faute dans leur poule et une demi-finale ardue contre la Suisse, qui jouait à domicile. Le public de Bâle s'est enflammé après l'expulsion pourtant méritée de Keller (deux fautes ridicules lui valant autant de cartons jaunes), de même que la sélection helvétique, très rugueuse mais pliant logiquement sur deux buts de Sorlin et Malbranque, remarquable.
C'est surtout la maîtrise constante des Bleuets qui a frappé les esprits tout au long de leur parcours, malgré une intense rotation de l'effectif orchestrée par Domenech. Jamais son équipe n'a paru en réelle difficulté, surclassant même des adversaires qu'on imaginait difficiles (dont la Grèce et la Belgique). Une étonnante maturité tactique qui s'explique peut-être par les places laissées aux jeunes dans les clubs français, qui leur permettent d'évoluer rapidement à haut niveau.
Domenech a également privilégié l'état d'esprit de son groupe, écartant des individualités comme Luccin et Dalmat au profit de joueurs parfois aussi anonymes que le Stéphanois Sablé. Quant à Frau, Luyindula, Bréchet ou Mexès, on connaît leur valeur.
De quoi être optimiste en vue de la finale de mardi soir contre la République tchèque, battue 2-0 en poule. Et pour les Coupes du monde à venir…

Partager

> sur le même thème

Entre deux eaux

La Coupe du monde 2002


2010-06-11

10 raisons de ne pas gagner la Coupe du monde

Soyons lucides: il va falloir se préparer à cette éventualité. Alors autant voir déjà le bon côté de la chose.


Etienne Melvec
2002-10-21

Une inquiétante Coupe du monde

Le volet technique et tactique du rapport de la FIFA produit beaucoup de banalités, dont émergent pourtant des indices très significatifs de l'évolution du jeu: sens des buts, tendances tactiques, évolutions des rôles.... Et à l'arrivée, difficile de nier que la qualité du jeu a été très décevante.


Julie Grémillon
2002-10-21

L'organisation était presque parfaite

La FIFA a publié son rapport sur le Mondial 2002, sécuritaire et parfaitement organisé, complète réussite pour les pays hôtes et les acteurs économiques. Le tableau presque idyllique d'un sport sans dopage, qui ravit les sponsors, mais dans lequel les journalistes sèchent les matches et les joueurs sont en pièces détachées…


>> tous les épisodes du thème "La Coupe du monde 2002"

Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)