auteur
Le Feuilleton de la Ligue 1

Du même auteur

> déconnerie

Fahrenheit 4-5-1

La Gazette de la Ligue 1 // épisode 34

Partager
Le Classement en relief

gazette34_cer.jpg

• Pas de nouveaux décrochés pour le titre, les six premiers sont toujours en course.
• Paris vient de dire adieu à la Ligue Europe via le championnat.
• Toulouse et Nancy viennent d’acquérir le maintien. Lens ou Nice peuvent encore descendre, mais pas Lens et Nice.
• Le Mans ne terminera dernier que si Grenoble reprend 13 unités aux Manceaux à la différence de but.
• Monaco, Rennes et Lorient peuvent toujours espérer jouer le tour préliminaire de la Ligue des champions. Monaco devra remonter une différence de 32 buts sur Lille pour y parvenir.
• Il ne reste plus que 4 matches à Cyril Rool pour prendre son premier carton rouge.
• Il ne reste plus que 5 matches à Franck Jurietti pour prendre son premier carton… tout court. 511 minutes de jeu cette saison et pas un avertissement, rien. Pas même une petite admonestation d'un quatrième arbitre. Cyril, lui, n'a eu besoin que de 135 minutes sur une pelouse pour prendre un jaune.

>> Retrouvez le vrai classement en relief et jouez avec le générateur de classements.


gourcuff_mollo.jpg
"C'est quoi cette barrière invisible? C'est tout caoutchouteux... Hé, les gars, je crois qu'on s'approche du ventre mou!"


Les résultats de la 33e journée
Nice-Grenoble : 2-1
Lorient-Bordeaux : 1-0
Marseille-Saint-Etienne : 1-0
Paris SG-Rennes : 1-1
Lens-Valenciennes : 1-1
Nancy-Montpellier : 0-0
Le Mans-Lille : 1-2
Sochaux-Boulogne : 0-3
Toulouse-Auxerre : 0-3
Lyon-Monaco : reporté au 12 mai



Les 5 gestes de la journée

• L'ouverture de soixante-dix mètres ajustée par Ben Khalfallah, tellement belle que même Pujol se sent obligé de la mettre au fond.
• La Van Basten 88 version polonaise expédiée petit filet opposé par Jelen, de plus loin que le beau Marco, mais en moins excentré, faut pas déconner.
• Le retour de MBia dans sa surface de réparation, beaucoup trop propre pour être apprécié par Carlos Mozer.
• Le retour de Diawara dans sa surface de réparation, après lequel Carlos Mozer a quitté le stade, scandalisé par la correction du football des années 2010.
• Le sauvetage de Janot, dont les fulguro-poings semblent enfin dégelés après un hiver rigoureux.


Les 3 antigestes de la journée
• La passe de Paisley dont on ne sait s'il offre le premier aux Grenoblois, ou s'il constitue un sympathique Zubclin d'oeil à Civelli, qui n'a pas eu sa dose de Ronaldise depuis fort longtemps.
• Le plat du pied de Rivière, qui invalide le but promis aux stéphanois, et rappelle à bon escient qu'on avait pas vu une réussite aussi monstrueuse depuis... pfiou!... au moins Bordeaux la saison dernière.
• La touche lamentablement foirée par Heinze, très rafraîchissante après 13.248 touches réalisées en professionnels.


coupet_jaune.jpgErding inflige un jaune plutôt logique à Coupet, coupable d'une vilaine béquille.


La bannette

L'entraîneur qui a pris le temps pour chambrer son Bordeaux
Christian Gourcuff (L'Équipe) : "On a su peu à peu desserrer l'étreinte du pressing des Girondins qui se sont liquéfiés en seconde période".

Le président qui file des conseils gratos à la Grèce
Loïc Féry (L'Équipe) : "L'Europe, c'est comme le Loto, il faut y jouer et y croire".

Le président en viager
Henri Legarda (L'Équipe) : "On ne cèdera rien jusqu'au bout".

L'entraîneur qui prépare ses troupes au cas où Nicollin descendrait vraiment les Champs Elysées à poil
René Girard (L'Équipe) : "On fait venir un psychologue du lundi au vendredi…"

Le joueur qui rêve d'être Lidl de Marseille
Fabrice Abriel (L'Équipe) : "Quand on va faire les courses, quand on sort pour manger, tout le monde nous dit que nous sommes déjà champions".

L'entraîneur qui nage dans le pessimisme béat
Éric Roy (L'Équipe) : "Dans la semaine, j'avais dressé un scénario catastrophe : une défaite face à Grenoble combinée à une victoire du Mans contre Lille. Les Manceaux seraient ensuite allés mardi à Monaco et une victoire face aux Monégasques les aurait ramenés à trois points".

Le joueur qui fait un ego bad trip
Hatem Ben Arfa (So Foot) : "Quand les gens parlaient de moi comme ‘le petit Maradona’, je trouvais ça flattant".  Et "le nouveau Dalmat", c'est vexeur?

Le joueur qui se réjouit d'avoir bientôt l'âge pour aller au Café Zaman
Benoît Pedretti (L'Équipe) : "Il faudra prendre du plaisir et la jouer pour s’éclater".

L'entraîneur qui a bien profité de ses cinq minutes de tranquillité
Christophe Galtier (L'Équipe) : "En première mi-temps tout allait bien, mais le jeu s’est déréglé dès qu’on a encaissé un but".

L'entraîneur qui a tout appris de Francis Heaulme
Jean-Guy Wallemme (L'Équipe) : "On aurait dû profiter de la léthargie de notre adversaire".

L'équipe découvrant le plaisir solitaire
Benoît Pedretti (L'Équipe) : "Nous avons confiance en nous, en notre organisation qui est magnifique.  Notre défense est également magnifique et notre gardien extraordinaire".

Le joueur qui a pris l'apéro avec son président
Sébastien Roudet (L'Équipe) : "Je ne sais pas si c’est l’impact de la chaleur, mais on s’est tous endormis".

Le président qui n'a pas mesuré l'impact du départ de Jemmali
Jean-Louis Triaud (L'Équipe) : "Je ne comprends pas comment une équipe aussi bonne peut devenir aussi nulle".

Le coach qui en a marre du tourisme vert
Christophe Galtier (AFP) : "On n’ira pas au Vélodrome avec un appareil photo ou une caméra pour enregistrer les chants des supporters".


Le top "Chacun sa merde"
1. Laurent Blanc (L'Équipe) : "À l'heure où je vous parle, l'objectif, c'est de gagner un match".
2. Gennaro Bracigliano (L'Équipe) : "Le coach nous avait dit de ne surtout pas perdre si on ne pouvait pas gagner".
3. Jean-Guy Wallemme (L'Équipe) : "Le public a été bon, mais je n’ai pas vu un derby".


puel_cri_ederson.jpg
L'Exorciste 3 : "Ta mère joue en 3-4-3 en enfer".


Les minutes

La minute qui date de janvier et revient comme un boomerang
Laurent Blanc (19/01/10): "Auxerre a réussi la même chose. Je ne veux pas minimiser ce que fait Lille. Ils ont des joueurs de talent, ils ont eu un début de saison un peu chaotique à l'intersaison et en début de saison. On a perdu chez eux, ils méritaient la victoire. Maintenant, ils sont dans le haut du tableau, il va y avoir de la pression. Les matches vont se succéder - ils sont qualifiés en Europa League -. Il faut jouer au plus haut niveau. S'ils continuent comme cela, c'est très bien, mais attendons de voir. Sur la durée on va voir s'ils sont capables de maintenir leur niveau qui est très élevé. A un moment donné on parlait d'Auxerre. Et après, on a vu". (La Voix des sports)

La minute cétropinjuste de Yoann Gourcuff
"La presse, la saison passée, vous étiez plus sur le dos de Lyon. Cette année, c'est Bordeaux qui en prend pour son grade. Tout cela crée une atmosphère, un climat. On a perdu de l'enthousiasme à cause de vous. Ce que vous pouvez écrire dans les journaux, ce que vous pouvez dire, vous êtes sur la peau de Bordeaux, vous voulez trouver des petites bêtes pour essayer de déstabiliser Bordeaux et du coup, tout autour du centre d'entraînement, on sent un climat, une atmosphère, différents de la saison passée et ça, c'est en partie lié à ce que vous pouvez dire ou écrire". (AFP)

La minute cévraimentropinjuste de Rudi Garcia
"Je sais juste que le premier (Marseille) et le deuxième (Auxerre) du Championnat ont vu leur match avancé. Cela leur laisse deux jours de repos supplémentaires dans une semaine à trois matches. Je ne trouve pas ça très équitable". (L’Equipe)

La minute cépamafaute de Laurent Blanc
"Sa blessure est intervenue au bout de dix-douze minutes de jeu. Je pense que le staff médical doit prendre ses responsabilités, et pas toujours l'entraîneur". (AFP)

La minute surprenante d’olweb.fr
"L’Olympique Lyonnais s’insurge contre la planification du match Auxerre-Marseille le vendredi 30 avril".

coupet_jaune.jpg
"Bon les gars je vous laisse, je dois partir maintenant pour arriver à Tignes avant les autres."


Bourgogne à être connu

4-1 contre Lorient, 3-0 contre Toulouse, des doublés pour Jelen, Pedretti Xaviesque, quels sont les prochains défis de la jeunesse auxerroise pour le match au sommet de vendredi prochain?
1. Faire un petit pont à Valbuena.
2. Assommer Taiwo et Diawara d'un seul coup de Jelen.
3. Faire en sorte que l'Abbé-Deschamps soit le premier public provincial à soutenir son équipe lors d'un match face à Marseille.
4. Faire un grand pont à Brandao.
5. Battre Edouard Cissé à 1, 2, 3 soleil.
6. Protéger les stocks de Maalox de toute la Bourgogne un soir de match au sommet de Jean Fernandez.
7. Que Benoît Pedretti roule un patin à Margarita Louis-Dreyfus et lui déclare dans la foulée: "Tu embrasses moins bien que Clio Zenden".


supporter_lens.jpg
Il s'est un peu laissé aller à Gueugnon, mais Tony Vairelles garde toujours intacte sa passion pour le Racing.


Les observations en vrac

Loïc Rémy annonce qu'il a donné le préavis de son appartement à Nice. Espérons que son propriétaire ne lui demandera pas s'il laisse son club dans l'état où il l'a trouvé.
• L'image sympa du week-end : l'air de gamin malicieux de Jean Fernandez, qui sait très bien que personne ne le croit quand il dit penser que son club terminera à deuxième à dix points du premier.
• L'image hilarante du week-end : l'impayable tête de Jean-Michel Aulas quand Élie Baup loue le jeu des Auxerrois qui viennent de mettre trois buts à Toulouse.
• Nos micros ultra-haute définition ont enregistré ce que Carlos Mozer a glissé à l'oreille de Niang juste avant le coup d'envoi: "Souviens-toi bien de mes mots, Mamade. L'important, ce n'est pas la force, c'est la souplesse et la délicatesse. Et surtout, SURTOUT, le toucher de balle... ou rectal, je me souviens plus, mais ça revient au même, tu m'as compris".
• Bravo à Jérôme Leroy pour son récital à destination des petits jeunes du PSG, sous forme de conseil: "Tu verras quand tu partiras de ce club, à quel point tu deviendras bon".
• Avant un coup franc, les gardiens croient placer un mur devant eux. Que nenni, s'ils demandaient à Grégoire Margotton, ils sauraient que leurs coéquipiers forment une muraille.
• Finalement, RLD gère beaucoup mieux le destin de l'OM depuis là-haut.
63 buts marqués par Lille, c'est pas mal. Mais c'est la différence de buts du FC Barcelone. À peine plus que celle de Chelsea, qui s'élève à +61.


blanc_orange.jpg
Problème métaphysique : comment peut-on continuer à dire "à partir de là" quand on stagne à ce point?


La polémique vraiment crétine de la semaine

"Simple bourde ou acte manqué? La Fédération française de football vient de désigner Hervé Piccirillo, natif des Bouches-du-Rhône, pour arbitrer, vendredi (21h00), le choc Auxerre-OM, dont le résultat pourrait virtuellement donner le titre de Ligue 1 au club marseillais! (...) C'est là qu'on peut se demander s'il ne s'agit pas d'un acte manqué: la Fédé a toujours opposé une fin de non recevoir aux demandes exprimées par l'OM ou ses joueurs de l'époque de se voir restituer ce fameux titre de 1993. De manière un peu freudienne, elle aurait ainsi pu chercher à se faire un peu pardonner sa sanction d'il y a dix-sept ans..."
(francefootball.fr)



Vu du forum

Fil "Paris est magique"
=>> kerne - samedi 24 avril
Ça a dû sûrement être dit mais je pense que Leroy (même quand il aura arrêté sa carrière, même quand il sera mort) viendra mettre son but annuel au Parc.
=>> Jallet au g'Schnouf - dimanche 25 avril
Quelqu'un peut me rappeler comment et pourquoi est parti Leroy? Pas moyen de me souvenir.
=>> antigone - dimanche 25 avril
La première fois, il est prêté à Laval pour s'aguerrir. Il finira titulaire dans le 11 du siècle là-bas, voire même du millinaire.
La deuxième, on l'échange avec Kaba Diawara. Les Marseillais n'avaient plus le droit d'avoir des joueurs avec des noms/prénoms dans lesquels on peut planquer du pognon, alors ils recherchaient des échanges win/ouine. Comme on est débiles, on s'est proposés. Bye bye Jéjé.
Là-bas, Leroy refuse d'être balancé en Turquerie comme un vulgaire Sébastien Pérez. Tapie II s'énerve. Il nous le repropose à pas cher. Comme on est débiles, on le reprend, mais en prêt. Il est évidemment bon, on veut exercer l'option un an après. L'OM en veut alors 1M€. On en propose 1.5M€. On l'aura à 1.2M€.
La dernière fois, il part parce que son contrat arrive à expiration et qu'on ne lui a rien proposé. À Guingamp.


Fil "Scapulaire conditionné"
=>> Gouffran_du_collier - dimanche 25 avril
Bah y a eu la période "On joue mal mais on gagne". Puis en début d'année y a eu la période "On joue mal et on gagne moins, mais c'est normal, y a eu du foncier". Puis la période "Le championnat n'a pas de saveur par rapport à la LdC donc on se sort pas les doigts, on joue mal et on perd" (Nancy, Auxerre...). Et là c'est la période "Bon on se sort les doigts parce qu'il reste que ça, du coup on joue plutôt bien mais on perd de manière complètement irrationnelle"...

aulas_hilare7.jpg
"Et là, Claude me sort: «On manque de solutions devant. On aurait peut-être dû garder Piquionne»".


Les questions

• Les tribunes du Vélodrome entonnent "Les Verts, les Verts on t'encule". Et parler correctement français, c'est pour les pédés?
• Au vu de la qualité des retours de Richert et Ramé dans leurs buts, qui peut reprocher à Kombouaré d’hésiter à remettre Coupet dans les buts du PSG?
• Amoros, Boli et Mozer assis en présidentielle à côté des huiles. Dassier avait une carcasse à désosser pour son barbecue du week-end?
• Message à l’attention de Messaoud Benterki : c’est horriblement frustrant de n’avoir aucune raison de se moquer. Pourquoi tant de sobriété, bordel?
• Défait ce week-end, Joël Müller ne remontera probablement pas en L1. Et si Bazda était content d’avoir un partenaire de bringue pour l'an prochain ?

bazdarevic_stop2.jpg
Dans l'Arène des Alpes, l'Empereur Bazdarevicus le Sadique, contredisant la plèbe, s'apprête à lever le pouce vers le haut pour épargner les onze vaincus grenoblois. Leur supplice continue.
> Le Diapo des lecteurs retourne les lucarnes.



L'envers du championnat
Bien évidemment, les Girondins de Bordeaux ne font pas partie des grands noms de l'envers du championnat. Le sex appeal du bon dernier de l'édition 2008-09 du championnat ne se mesure pas à celui des Bazdaboys, et le scapulaire n'est pas près de prendre la place de la croix de Lorraine dans la grande histoire du classement à l'envers. Mais ce n'est pas une raison pour taire les performances d'un sans grade de la compétition, qui est en train de réaliser une deuxième moitié de championnat de très haut niveau.

blanc_consigne.jpg
"Oh les gars, les Grenoblois ne se satisferaient pas d'un score pareil, alors bougez-vous un peu le derche!"
Il aura fallu six mois de longue mise en route pour voir les couleurs Marine et Blanc flotter sur le podium du championnat. Si la phase retour des Girondins est en tout point remarquable, avec seulement deux points d'écart avec des cylindrées comme Le Mans et Sochaux, on attendra qu'ils aient joué leur match en retard pour se pâmer. Mais on est en proie à l'optimisme, car entre la 31e et la 34e journée, Bordeaux a autant joué que ses concurrents. Avec un seul point dans la besace en quatre matches, Les Bordelais sont tout simplement sur la première marche du podium, qu'ils partagent avec les Grenoblois, que l'on pensait inégalables. Sur leur forme du moment, les Girondins sont capables de tous les exploits. Reste à savoir s'ils sauront une fois encore tenir la distance en gardant le rythme dès l'entame du prochain championnat. Auquel cas, un "petit" pourrait bien se mêler à la lutte pour le titre.

Devenez actionnaires de la Gazette : soutenez les Cahiers
> Pourquoi nous aider
Partager

Le championnat de France


Jérôme Latta
2019-09-13

La Ligue 1 a-t-elle sa place dans le "Big 5" ?

Une Balle dans le pied – Que diable fait le championnat de France dans le "Big 5 européen? Examinons la légitimité de cette appellation contestée, qui a pourtant la faveur des économistes du sport.


Richard N
2019-05-31

Platini à Nantes, le rêve de Lagardère

En 1979, le nom de Michel Platini est discrètement évoqué dans les couloirs du Football Club de Nantes. Rien ne s'oppose à un transfert, sinon la frilosité des dirigeants. Le club nantais a-t-il raté un rendez-vous avec son histoire?


Richard N & Christophe Zemmour
2019-05-29

Feindouno 1999, la proie du doute

Un jour, un but – Le 29 mai 1999 au Parc des Princes, les Girondins de Bordeaux conquièrent leur cinquième titre de champion grâce à un but de leur tout jeune espoir, Pascal Feindouno.


>> tous les épisodes du thème "Le championnat de France"

Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)