auteur
Alex Lagazette

Du même auteur

> article suivant

Trente-cinq

> article précédent

Animation : "Le 12e homme"

La Gazette de la Ligue 1 : 35e journée

Partager

 

Les résultats de la journée
Toulouse FC 4 - 2 Lille OSC
Olympique Marseille 2 - 1 SC Bastia
Montpellier HSC 2 - 1 Stade Brestois
ES Troyes AC 1 - 0 Evian Thonon Gaillard FC
FC Sochaux 1 - 0 FC Lorient
AS Saint-Etienne 0 - 0 Girondins Bordeaux FC
Stade de Reims 1 - 1 Ajaccio AC
Paris SG 1 - 1 Valenciennes FC
AS Nancy Lorraine 0 - 3 Olympique Lyonnais
Stade Rennais 0 - 3 OGC Nice

 

 

Le Classement en relief

Rappel : le CER tient compte des deux points de pénalité infligés à Ajaccio après un coup de pied reçu par un arbitre assistant dans le contexte du match contre Lyon la saison dernière.
 

 

 

Retrouvez tous les classements en relief et le générateur de classement.

 

 

 

 

Les gestes


Le réflexe de survie de Pierre-Emerick Aubameyang qui a bien senti la tronçonneuse Henrique arriver en vol horizontal à l’altitude de ses genoux.

 

La passe "Attends Bafé, t'es hors jeu, je temporise, c'est bon je te la mets" décisive de Gourcuff à destination de Gomis pour son contrôle orienté 360° qui élimine Puygrenier et sa balle piquée tout en finesse pour inscrire un doublé.
 

La minasse à mi-hauteur de vingt-huit mètres de Thauvin, au ras du poteau de Mandanda, pour l'égalisation bastiaise.
 

L’extérieur douceur de Valbuena qui contourne trois défenseurs bastiais pour se déposer sur le plat du pied de Dédé Gignac avant d'aller se fracasser sur la barre de Mickaël Landreau.
 

Le sang-froid de Ben Yeder, pour ajuster Elana malgré le retour de deux défenseurs, et pour délivrer une merveille de passe en profondeur dans l'appel de Daniel Braaten.
 

Le missile spectaculaire de Baca sur un corner mal dégagé, sauvé par une jolie horizontale de Simon Pouplin.
 

Le bijou du collectif troyen, ou comment six joueurs – en sept passes, deux touches de balle maximum, en mouvement – montrent comment marquer un but facilement, sans contact, et sans opposition.

 

 

 

 

Les antigestes


La poussette de Mavinga sur Cvitanich consécutive à une petite provocation de l'Argentin, le Rennais tenant fermement à contredire les quelques supporters qui pensaient qu'il avait mûri cette saison. À laquelle on doit ajouter, pour faire bonne mesure, le numéro de Cvitanich qui mime un décès imminent.

 

L'entrée d'Alou Diarra: air-marquage sur le premier but, main pour le penalty qui amène le deuxième et petit pont sur l'avant-dernière passe du troisième but.
 

La faute inutile de Pejcinovic sur Pitroipa qui va prendre un rouge alors que son équipe mène 3-0 à 11 contre 10.

 

 

 

 


Apparemment les Power Rangers avaient eux aussi des doutes sur la qualité de la série.

 

 

 

 

 

Les minutes

 

La minute d’invitation de Bernard Mendy
“Alors ça, franchement, j’aimerais bien rencontrer les personnes qui s’occupent de ça (le ballon de plomb) et discuter avec eux. Les mecs, ils ont décidé après une cuite qu’ils allaient élire le plus mauvais joueur de L1, mais sur quels critères ? C’est n’importe quoi leur truc… Je me rappelle que le jour où je l’ai appris, j’étais avec Yannick Noah, et il m’avait dit : «ne fais même pas attention, ils ont rien à faire…» Ça me passe au-dessus.” (blog Footloose / lequipe.fr)

 

La minute fraîche de Cédric Carrasso
[Quand on lui demande s’il pense pouvoir remporter la Coupe de France] “Oui, ça reste une compétition qu'on peut gagner sans marquer de buts." (beIN Sport)

 

 

 

 

 

La stat futile

 

Le classement des VERY CLEAN SHEET
Saint-Étienne, Marseille : 7
Troyes, Sochaux, Rennes, Valenciennes : 6
Lorient, Lille, Lyon, Reims, Toulouse : 5
Bordeaux, Montpellier : 4
Nancy, Paris, Bastia : 3
Ajaccio, Brest, Nice : 2
ETG : 1

Oh, et c'est quoi ? Le nombre de match sans carton pour chaque équipe.
Remarques :
- les trois villes avec un L comptent chacune 5 matches sans cartons, sans doute un hommage aux L5.
- l'ETG, c'est pas vraiment de l'eau fraîche.
- les deux points extrêmes de la France ont du mal aussi avec les cartons.
- pas les clubs les plus titrés par contre (mais ça doit être parce qu'ils sont surprotégés).
 

Six clubs ont tenu deux matches sans prendre de cartons : Rennes, Paris, Marseille, Bordeaux, Lille et Sochaux. Sochaux y est parvenu deux fois tandis que la série de Lille est en cours.

 

 

 

 


"Bah alors, vous étiez où coach? Et pourquoi vous remettez votre pantalon?
-"Nan c'est rien, je viens juste de trouver notre prochain attaquant de dans dix ans.
-"Ah ouais, c'est qui?
-"Rangée F, siège 48, la blonde avec des grandes jambes. Bordel, faut tout faire soi-même ici".

 

 

 

 

L'équipe-type mystère


Nous sommes au regret de vous faire part du décès de l'ETM.
[Réponse de la dernière fois: tous les joueurs ont remporté un titre continental de club].

 

 

 

 

 

Les observations en vrac


Pour la première fois depuis 2009, Yoann Gourcuff marque lors de deux journées consécutives en L1.

 

Nous ne saurons jamais quelle brillante surprise Jérôme Rothen avait préparée pour chambrer le Vélodrome en cas de victoire.
 

Le LOSC fait des efforts pour ne plus fâcher Michel Platini.
 

Les polémiques autour de PSG-Valenciennes auront permis une expérience originale: l’application de l’arbitrage vidéo pour juger d’une obstruction entre un joueur et un arbitre, puis d’un choc épaule contre épaule entre un directeur sportif et un arbitre. Les interprétations ont divergé.
 

Le Luis Fernandez qui dit “Tu ne peux pas t’en prendre à l’arbitrage. Tu peux le contester, ne pas être d’accord, tu peux le faire savoir par médias. Mais pas comme ça. (...) Si tu as cette attitude, c’est une attitude de mauvais perdant” (BFMTV), c’est le même qui bloquait la voiture de l’arbitre avec la sienne, à la sortie du parking du Parc?
 

Il y a eu plus d'ambiance à Geoffroy-Guichard en grève qu'au Parc des Princes à guichets fermés.
 

Face à Bastia, Gignac a encore été énorme. Mais au sens figuré, cette fois.
 

La déclaration d’après-match de Bafetimbi Gomis était beaucoup plus subtile que les Communiqués officiels de l’OL (COOL), mais on est sûrs que les auteurs des COOL ont parfaitement compris le message.
 

Ochoa, Landreau, Carasso, Mandanda... Ce n'est pas la short-liste des gardiens "surcotés" selon L’Équipe Mag, mais bien les auteurs d’arrêts déterminants durant cette 35e journée (qui permettent, pour trois d'entre eux, à leurs équipes respectives de préserver un résultat important).
 

Rennes est l'équipe qui a pris le moins de jaunes (43) et le plus de rouges (8, à égalité avec Paris). Une équipe de gentils bourrins, en fait.
 

Au moins, à présent, on pourra arrêter de coller "Leonardo" et "classe" dans la même phrase.

 

 

 

 


"Mais si, là-bas, regarde, il y a un ovule! Mais pourquoi on est bloqué comme ça, dans ce foutu réservoir?"

 

 

 

 

 

La stat utile (?)


L'utilité de Javier Pastore au sein du PSG n'a jamais cessé d'être discutée depuis son transfert-à-42-millions. Il compte ses fans et ses détracteurs, le débat portant souvent sur le ratio entre sa capacité à faire la différence d'une seule passe ou d'une seule action (comme au Camp Nou), et son déchet technique qui atteint régulièrement des pics statistiques. Pour alimenter le dossier, petite photographie de sa contribution contre Valenciennes.
N. : le tableau compare le volume et le taux de réussite des passes parmi les six milieux et attaquants parisiens alignés au coup d'envoi. Il faut tenir compte des remplacements de Ménez (46e) et Chantôme (69e).

 


Si Pastore est le joueur qui distribue le plus de ballons (on peut toutefois penser que Chantôme aurait présenté un volume comparable s'il était resté en jeu), son taux de réussite est faible: seul Ibrahimovic fait moins bien.


En constatant la grande sûreté des transmissions assurées par les deux milieux défensifs, on peut estimer que la "hauteur sur le terrain" détermine le déchet dans les passes, avec une plus grande prise de risque s'agissant de faire la décision dans les derniers mètres. Mais Ménez (alter ego de Pastore côté droit) et Lavezzi en position d'attaquant affichent un bien moindre taux de pertes de balle – la participation de Ménez ayant cependant été minimale. Cette image illustre la médiocre réussite du Flaco dans le "dernier tiers" du terrain, avec 15 passes ratées sur 35.


La paradoxe est que, sur ce match, Pastore reste... le joueur qui aura réussi le plus de passes au sein de son équipe. Pour alimenter la réflexion, on peut se pencher sur d'autres données:
- 62 passes courtes pour 8 passes longues.
- 42 passes vers l'avant, 18 vers l'arrière, 10 "perpendiculaires".
Et aussi : 2 centres réussis sur 5, 2 interceptions, 1 tacle réussi, aucun duel aérien, aucune faute commise, trois fautes subies.


Démerdez-vous avec ça.

 

 

 

 

 

Le rébus officiel 

 
 

[Réponse de la dernière fois : Mateja Kezman / Matez Jacquet's Men].

 

 

 

 

 

 

Les immanquables de la semaine

 

L’hommage en vignettes de Old School Panini à Alex Ferguson, une histoire visuelle de la raie de côté.

 

L’analyse en vidéo de Brésil-Pays-Bas 1974. Attention, malgré la qualité médiocre des images, cette séquence peut provoquer de l'excitation.
 

La série de Sharkfoot sur le FC Metz : cinq articles et un webdocumentaire.
 

L’interview (anonyme) d’un joueur de Ligue 1 homosexuel, sur contreattaque.fr.

 

 

 

 

Le coin fraîcheur


Le gros câlin du groupe lyonnais à un Yoann Gourcuff tout sourire après son but à Nancy.


La course de Marco Estrada vers le bord du terrain, après son but, pour déplier un maillot floqué du numéro 2 en l'honneur de Garry Bocaly, blessé à la hanche pendant presque toute la saison et dont on ne sait toujours pas quand (et si ...) il pourra rejouer.

 

 

 



"Une guitare, c'est six cordes à sauter !"

 

 

 

 

 

Le championnat à l'envers


Impressionnant sprint brestois, avec huit succès de suite qui permet aux Finistériens de virer en tête du classement. C’est la preuve qu’il vaut mieux arrivé placé dans le dernier virage, à l’orée du printemps, plutôt que faire la course en pointe pour la perdre à la fin. Avec six points d’avance sur Nancy et trois journées restantes, la montée en L2 est presque assurée.


D’autant que Troyes s’est incliné pour la sixième fois de la saison, offrant à l’ETG l’opportunité de rester sur le podium. Les qualités individuelles de l’équipe sont décidément handicapées par sa faiblesse technique collective. L'ASNL, elle, s’est redressée contre un OL en perte de vitesse, mais reste 4e.

 

 

 

 



"Le secret, c'est de bien malaxer la boule, comme ça, avec les mains. Et seulement après, vous appliquez le gel sur les cheveux."

 

 

 

 

La rétrogazette de la 35e journée


1987/88
(13/05/1988) : Pour sa première saison à la tête de l’ASM, le jeune entraîneur Arsène Wenger fait des miracles. Marcel Dib marque le seul but du match dans le derby face à l’OGC Nice et permet à Monaco de faire le trou dans la course au titre. Un titre mérité pour une belle équipe, emmenée notamment par l’élégant Glenn Hoddle.

 

1992/93 (14/05/1993) : Bordeaux reçoit le Paris Saint-Germain, qui a besoin de gagner tous ses matches pour avoir une chance de jouer le titre à Marseille, où il se rendra pour l’avant-dernière journée du championnat. Mais les Parisiens vont tomber sur une équipe bordelaise revancharde, après avoir été humilée 5 buts à 0 au Parc des Princes. Courbis aligne une équipe ultra défensive, Paris n’obtient qu’un match nul (1-1) et perd un point précieux dans la course au titre.
 

2008/09 (17/05/2009) : Marseille, leader au classement, est battu à domicile par l’Olympique Lyonnais. Mais la situation profite aux Girondins de Bordeaux qui se positionnent en tête après leur victoire (3-2) contre le Mans, vingt-quatre heures plus tôt. Les Lyonnais sont désormais trop distancés. Ils ne seront pas champions de France, eux qui détenaient le titre depuis sept saisons.

 

 

 

 

 

 

La bonne enseigne


Le plan était pourtant limpide: tu pars à Venise avec ton aimée, bien déterminé à vivre un séjour 100% sentimental. Et puis te voilà sortant ton appareil tous les vingt mètres pour prendre des échoppes en photo. "Non mais chérie, tu comprends, c'est pour la Bonne enseigne des Cahiers du foot". (cette histoire est arrivée à Maxence, qu'on remercie)

 



Merci à Cebrick Jécluse, Christ en Gourcuff, Gold Digard, Marius T, Pascal Amateur, Rock n Santa Cruz, Rolfes Reus, Sens de la Dérision, syle, T’as Caluire le Cuire, Van der Wiel Age People pour leurs contributions. Le rébus est de Nadine Zmorano. Les lucarnes sont issues de l'Alterdiaporama. Leurs auteurs sont matthias, nikoselstokos et Pascal Amateur.

 

Partager

Le championnat de France


Jérôme Latta
2019-09-13

La Ligue 1 a-t-elle sa place dans le "Big 5" ?

Une Balle dans le pied – Que diable fait le championnat de France dans le "Big 5 européen? Examinons la légitimité de cette appellation contestée, qui a pourtant la faveur des économistes du sport.


Richard N
2019-05-31

Platini à Nantes, le rêve de Lagardère

En 1979, le nom de Michel Platini est discrètement évoqué dans les couloirs du Football Club de Nantes. Rien ne s'oppose à un transfert, sinon la frilosité des dirigeants. Le club nantais a-t-il raté un rendez-vous avec son histoire?


Richard N & Christophe Zemmour
2019-05-29

Feindouno 1999, la proie du doute

Un jour, un but – Le 29 mai 1999 au Parc des Princes, les Girondins de Bordeaux conquièrent leur cinquième titre de champion grâce à un but de leur tout jeune espoir, Pascal Feindouno.


>> tous les épisodes du thème "Le championnat de France"


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)