auteur
Alex Lagazette

Du même auteur

> article suivant

Touré 1985, buteur céleste

> article suivant

Drôle de fair-play

> article précédent

Dernier carré

La Gazette de la L1 : 2e journée

Partager

  

Les résultats de la journée


Stade de Reims 1 - 0 Olympique Lyonnais
EA Guingamp 1 - 3 Paris Saint-Germain
Amiens SC 1 - 2 Montpellier Hérault SC
SM Caen 1 - 1 OGC Nice
Dijon FCO 2 - 0 FC Nantes
AS Monaco 0 - 0 LOSC
Stade Rennais FC 1 - 0 Angers SCO
RC Strasbourg Alsace 1 - 1 AS Saint-Étienne
Toulouse FC 2 - 1 Girondins de Bordeaux
Nîmes Olympique 3 - 1 Olympique de Marseille 

 

 
   

 

Les gestes

Florent Mollet, je n’sais pas si vous connaissez, il plante à Amiens, une frappe de forain, la Ligue 1 a Florent Mollet! La la lalala la laaaaaa!

 

Elyes Skhiri, qui s’essaie joliment au une-deux avec le gardien adverse, dans la plus pure "PogTradition".

 

Le ballon piqué de Florian Thauvin, comme un arc-en-ciel dans la sinistre météo marseillaise pour conclure une contre-attaque menée à la perfection par Morgan Sanson et Dimitri Payet.

 

Le lob instantané et en finesse d'Aaron Leya Iseka, certes aidé par un Benoît Costil avancé qui n'a pas retenu la leçon donnée par Nabil Fekir la saison dernière.

 

À la suite d'un joli mouvement collectif rendu possible par une déviation derrière la jambe aussi inattendue que subtile de Lukas Lerager, la frappe enroulée de François Kamano qui trompe enfin (mais en vain) Baptiste Reynet.

 

Autre frappe enveloppée imparable, celle d'Ismaila Sarr, le Rennais, contre Angers.

 

L'enchaînement accélération-balle piquée tout en relâchement de Kylian Mbappé pour conclure un retour en Ligue 1 par la grande porte.

 

Gianluigi Buffon, allongé au sol, qui parvient à se redresser juste ce qu'il faut pour détourner d'un réflexe de l'épaule la frappe à bout portant de Nolan Roux sur sa barre transversale.

 

La feinte décisive de Kévin Monnet-Paquet, qui laisse passer le ballon pour Makthar Gueye, mieux placé derrière lui pour égaliser.

 

Les centres parfaitement brossés et décisifs des latéraux gauches rémois et niçois, Ghislain Konan et Olivier Boscagli.

 

Dix secondes après son entrée en jeu, le duel gagné en haute altitude par Cheikh Ndoye qui signifie "je n'ai pas changé".

 

La reprise de volée en pleine course de Rémi Oudin, de peu au-dessus.

 

Mike Maignan comme d'habitude infranchissable sur penalty.

 

L'arrêt miracle de Ludovic Butelle, d'une partie du corps indéterminée.

 

Les redoublements de passes parisiens dans de tout petits espaces, que la conclusion parfaite de Mbappé ne devrait pas faire oublier.

 

L'ouverture en première intention de Moustapha Diallo dans la course de Denis Bouanga, permettant à ce dernier de prendre de la vitesse sur son contrôle, de crocheter Hiroki Sakai puis de marquer d'une belle frappe dans le petit filet.

 

Le rush de Valentin Rosier et son service sur un plateau pour Julio Tavares, comme un condensé en une action de la générosité et du sens du collectif dijonnais. Et donc l'enchaînement but-clavicule sur le poteau de Julio Tavares pour Dijon, qui sait donner de sa personne pour marquer.

 

 

 

 


Les antigestes

L'enchaînement poteau-genou sur le poteau de Matthieu Dossevi pour Toulouse, qui sait donner de sa personne pour rater une occasion, seul au deuxième.

 

Avis aux amateurs de vin de Bourgogne: les vendanges ont commencé en avance à Dijon. Après le "raté de la semaine pour Wesley Saïd" (dixit la LFP) la semaine dernière, celui de Naïm Sliti seul face au but vide de Nantes.

 

Le maillot du LOSC, certes toujours sans sponsor, mais fluo. Dans la collection des maillots fluos, celui d'Angers est très utile quand on est en panne sur l'autoroute.

 

La mauvaise anticipation de Neven Subotic, permettant à Nuno Da Costa de filer vers le but, avant de l'accrocher et de récolter un carton rouge au bout de dix-sept minutes.

 

Colin Dagba, sans doute trop habitué à n'être que spectateur des matches du PSG, qui regarde Marcus Coco lui prendre le ballon.

 

La tentative de dégagement d'Hiroki Sakai, très fort et droit sur Morgan Sanson, ce qui envoie le ballon parfaitement dans la course de Sada Thioub pour le 2-1 nîmois.

 

 

 

"C'est bon, on a supprimé les maillots orange DDE,
tu peux arrêter de te reposer en t'appuyant sur la pelle.
"

 

 

 

 

 

 

Les observations en vrac

Nîmes, Dijon et Reims à égalité en tête avec le PSG: on ne peut définitivement rien contre les costièro-moutardo et champagno-dollars.

 

Le 22 décembre 1996, Gianluigi Buffon est titularisé aux côtés de Lilian Thuram par le jeune (trente-sept ans) entraîneur de Parme Carlo Ancelotti et s'impose 0-1 à San Siro en championnat face au Milan d'Arrigo Sacchi et George Weah. Le 18 août 2018, Gianluigi Buffon est titularisé par le PSG en Ligue 1 aux cotés de Timothy Weah et affronte l'En Avant de Guingamp de Marcus Thuram au Roudourou. À voir si Gianluigi Buffon tiendra jusqu'en 2040 pour affronter les fils de Marcus Thuram et Timothy Weah.

 

Avant le match Nimes-Marseille, les ultras marseillais affichent une banderole en soutien aux victimes de Gênes. Pendant le match, c'est carrément l'équipe de Marseille qui s'effondre. Ça fait pas un peu trop?

 

Julio Tavares a mis une tête sur le poteau. Littéralement.

 

Kevin Monnet-Paquet a superbement laissé passer le ballon sur le but de l'égalisation stéphanoise face à Strasbourg. Nombreux sont ceux qui pensent qu'on a enfin trouvé le geste pour lequel il est le plus doué.

 

On la lance quand, cette pétition auprès des diffuseurs pour qu'ils montrent les matches du DFCO toutes les semaines?

 

 

 

 

Le coin fraîcheur

La réaction très mesurée des Guingampais après leur défaite contre Paris, malgré deux décisions défavorables et discutables. Thomas Tuchel allant, lui, jusqu'à dire à Antoine Kombouaré que son équipe méritaient la victoire, et que c'était simplement le talent individuel qui avait fait la différence. Classe.

 

 

 

 

 

"Et là, tu la ramènes moins, Kylian!"

 

 

 

 

 

Le championnat à l'envers

Thierry Adam, dont les analyses ont fait la légende du Tour de France sur la chaîne publique, se serait sans doute écrié: "C'est le club des cinq!" Et oui, après deux journées, on retrouve un quintet en tête, cinq équipes à ne pas avoir fauté. Les costauds de ce début de saison: Angers, Guingamp, Bordeaux, Nantes et Amiens. Coincés au milieu de clubs de l'Ouest, les Amiénois, qu'on imaginait lutter pour les premières places, pourront toujours tempérer les ardeurs en rappelant qu'ils ont affronté Lyon et Montpellier, deux adversaires abordables. Mais leur entraîneur, Christophe Pelissier, n'hésite pas à afficher ses ambitions: "Je clame depuis un moment qu’il nous manque des joueurs offensifs. Il faut absolument des joueurs capables de nous amener un plus offensivement. C’est vital."

 

Les autres tauliers de cette entame ont chacun leurs forces. Pour Angers, c'est bien sûr la gestion des fins de rencontres, le but du Rennais Sarr à neuf minutes du terme suivant les deux de Nîmes dans les cinq dernières minutes de la journée précédente. Idéal pour faire le plein de confiance et montrer sa force aux concurrents! Mais ceux-ci ont également des atouts. Un gardien de haut niveau côté bordelais, capable de se mettre à la hauteur de sa direction et de son entraîneur (?) Gustavo Poyet. De la réussite pour Guingamp, qui est nécessaire à haut niveau mais permet de terminer bredouille un match mal entamé contre un PSG qui s'était certes renforcé pour l'occasion. Et puis, évidemment, il y a le jeu à la nantaise!

 

L'utilisation du ballon au service d'un objectif commun: la stérilité. José Arribas se doutait-il qu'après l'intermède Ranieri, le retour à un jeu plus expansif qu'il fut le premier à lancer dans la Loire se traduirait immédiatement par deux résultats étincelants et une place de leader? Bien sûr, certaines séquences sont intéressantes et pourraient, exécutées par d'autres, avoir une conclusion bien différente. Mais n'est-ce pas le propre des grands entraîneurs de s'adapter à leurs hommes et d'en tirer le maximum?

 

 

 

 

Le championnat vu par Twitter

 

 

 

 

Merci à et alors, forezjohn, KL, L'amour Durix, Mama, Rama & Papa Yade, Mik Mortsllak, Moravcik dans les prés, poiuyt, revlog, Tonton Danijel, Yul rit cramé pour leurs contributions. La compilation de AKK rends tes sets et les lucarnes sont de McManaman et Tonton Danijel.

  

Partager

> sur le même thème

La Gazette de la L1 : 1ère journée

Le championnat de France


Alex Lagazette
2018-11-14

La Gazette de la L1 : 13e journée

Le classement en relief • Les gestes • Les antigestes • Les minutes • Les observations • Le championnat à l'enversVu de Twitter 


Alex Lagazette
2018-11-07

La Gazette de la L1 : 12e journée

Le classement en relief • Les gestes • Les antigestes • Les minutes • Les observations • Le championnat à l'enversVu de Twitter 


Alex Lagazette
2018-10-31

La Gazette de la L1 : 11e journée

Le classement en relief • Les gestes • Les antigestes • Les minutes • Les observations • Le championnat à l'enversVu de Twitter 


>> tous les épisodes du thème "Le championnat de France"

Sur le fil

RT @BackoTheDoc: Deuxième épisode sur le football au Qatar à 4 ans de "son" Mondial. Après un état des lieux "global" avec la fin des natur…

Football Leaks : à Monaco, le football est accessoire. Par @JeuneGuillou - https://t.co/lYQ5PHAvZg

RT @footballophilie: Suite de ma série OM Champion Project avec un premier bilan de la saison ! https://t.co/LBjRX76FM8 #teamOM #MercatOM

Les Cahiers sur Twitter

Les brèves

Chapecoense 2

"Foot - L1 : Inattendu sommet." (lequipe.fr)

Futur taulier

"Neymar risque jusqu'à 6 ans de prison." (ouest-france.fr)

Ruddy Bukkake

"Arbitrage : ‘J'en ai pris plein la tronche’." (lequipe.fr)

Droit au mur

“OM : Une attaque sans tête.” (lequipe.fr)

Mou Walk

"Le car de MU encore bloqué, Mourinho finit à pied." (lequipe.fr)