auteur
Alex Lagazette

Du même auteur

> article suivant

Les demoiselles de Reims

La Gazette de la L1 : 22e journée

Partager

  

Les résultats de la journée


Olympique de Marseille 1 - 2 LOSC
Dijon FCO 2
- 0 AS Monaco
EA Guingamp 0 - 1 Stade de Reims
OGC Nice 2
- 0 Nîmes Olympique
RC Strasbourg Alsace 1 - 0 Girondins de Bordeaux
Montpellier Hérault SC 2 - 0 SM Caen
Amiens SC 0 - 1 Olympique Lyonnais
Toulouse FC 0 - 0 Angers SCO
Paris Saint-Germain 4 - 1 Stade Rennais FC
FC Nantes - AS Saint-Etienne 1-1

 

 

 

Le Classement en relief

 

 

  

 

Les gestes

Le but de Kwon Chang-hoon, de retour après six mois de blessure, qui emploie le premier ballon dijonnais exploitable du match grâce à la percussion de Fouad Chafik et son service piqué dans le dos de la défense, pour crucifier un Monaco encore en déveine.

 

Les parades de Matz Sels face à Bordeaux, qui confirment que Strasbourg compte un vrai grand gardien dans ses rangs.

 

Le quart d'heure renversant joué par Mario Balotelli contre Lille. Porteur d'espoir pour l'OM, mais frustrant pour les Niçois qui ne l'ont jamais vu à ce niveau cette saison.

 

Les arrêts sur penalties de Baptiste Reynet et Ludovic Butelle, pour conserver le 0-0 entre Toulouse et Angers. Penalties pourtant pas si mal tirés, puisqu'en plus de partir du bon côté il leur a fallu de jolis gestes réflexes.

 

Le coup franc de Flavien Tait dont la belle trajectoire finit sur l'arête du but toulousain, comme un symbole de la réussite qui fuit actuellement le SCO.

 

Le but "à la Pavard" de Kenny Lala. Avec un contrôle et à ras de terre quand même, histoire de faire passer la probabilité de marquer de 0,001 à 0,01.

 

La frappe fouettée de vingt mètres d'Allan Saint-Maximin directement dans le petit filet des buts nîmois.

 

 

 

 

 

 

Les antigestes

La mort simulée "à la Marion Cotillard", par Nicolas Pépé, pour gagner du temps en fin de rencontre. Si mal interprétée par son auteur que même ses partenaires ne daigneront pas sortir le ballon en touche.

 

Le but contre son camp de Paul Baysse, sur une passe décisive d’Alexander Djiku, son binôme en défense centrale. Pour ceux qui en doutaient, Caen joue bien le classement à l'envers.

 

Le tacle de film d'horreur de M'Baye Niang sur Thilo Kehrer à la trente-cinquième minute de PSG-Rennes, qui concurrence l’antigeste de Papy Djilobodji dans l'épouvante, mais qui fait se demander à Florian Thauvin pourquoi il s'est pris un carton rouge contre Lille.

 

Le tacle en roulant sur le ballon du néo-Monégasque Naldo qui embarque le Dijonnais Julio Tavares et laisse ses partenaires à dix pour la deuxième fois en... trois matches de L1 seulement. Un record.

 

Le tacle crampons en avant de Luiz Gustavo, ceux-ci finissant par atterrir sur le tibia de Zeki Celik, coûtant un penalty à l'OM (mais étonnamment pas de carton rouge). La journée de championnat aura été (beaucoup trop) dure…

 

 

 

 

Duckface pour les hommes: on n'insistera
jamais assez sur l'échauffement.   

 

 

 

 

 

La minute

La minute « eau fraîche » de Christophe Kerbrat, remplacé à la mi-temps:
"Je suis sorti parce que le coach a fait ses choix, c'est tout à fait normal, voilà, j'handicapais l'équipe."

 

 

 

 

Les observations

Coup de Cafaro au Roudourou. Un de plus.

 

Les deux titans du classement à l'envers se plaisent à faire bouger les lignes. Pour ceux qui suivent tout cela d'un peu loin, sachez que désormais "le football est un jeu qui se joue à onze contre dix et à la fin, ce sont les rouges qui perdent".

 

Le but contre son camp du Caennais Paul Baysse, comme un message qui résonne aux oreilles de la concurrence: "Guingampais, Monégasques, nous ne sommes pas morts."

 

Dans la course au meilleur ratio point/but marqué, le duel à distance continue entre Nice et Reims, avec un léger avantage aux Azuréens après cette vingt-deuxième étape: 1,89 point/but contre 1,72 aux Rémois.

 

 

 

 

Le championnat à l'envers

Les Monégasques auraient-ils peur de la réussite? Avec son climat pourri, sa fiscalité qui empêche d'investir et ses résultats en berne, le club du Rocher ne trouvait que dans la ferveur de ses supporters un relatif motif de satisfaction. La page a été tournée avec fracas depuis le début de saison, mais les dirigeants semblent avoir du mal à se faire à l'idée. Et, après avoir remplacé Leonardo Jardim par Thierry Henry, ont remplacé Thierry Henry par Leonardo Jardim.

 

On peut saluer la créativité de ce choix qui rendrait fier Maurizio Zamparini, habitué de ce genre de manœuvres du temps où il présidait Palerme, et imité par Villarreal mardi. Mais on peut aussi s'interroger: pourquoi changer à nouveau une équipe qui gagne? Vu l'apport des recrues, à commencer par Naldo et Fodé Ballo-Touré, la réponse semble évidente: pour encore l'améliorer. Mais l'ambition ne risque-t-elle pas de casser le projet?

 

Voilà pourquoi se pose la question de la peur de la réussite, ce sentiment d'incompréhension renvoyé par un club qui réussit au-delà de ses espérances, seul au sommet alors qu'il est habitué à être en fond de cale. Et qui donne un nouveau relief aux mots de Chris Esquerre: "L'ascenseur social est insuffisant, je veux lui substituer la notion de fusée sociale, qui emmène la personne dans des zones stratosphériques où elle ne peut quasiment plus respirer et n'attend qu'une chose: retomber lourdement au ras des pâquerettes."

 

Alors, l'ASM manque-t-elle tellement d'oxygène en haut du classement à l'envers qu'elle en perd sa lucidité? Guingamp, Amiens et Caen ayant encore impressionné ce week-end, l'écart est loin d'être creusé. Même si, le temps d'une courte transition, Franck Passi a rempli la mission qui lui était fixée.

 

 

 

 

 

Le championnat vu par Twitter

 

 

 

Merci à De Gaulle Volant, et alors, Françoise Jallet-Maurice, Mik Mortsllak, PCarnehan, Roy compte tout et Alain paie rien pour leurs contributions. La compilation est de AKK rends tes sets et les lucarnes est de Rolfes Reus.

  

 

Il est sorti, faites-le entrer chez vous

 

Présentation.
Pour le commander ou savoir où le trouver, cliquez.

Partager
>> aucune réaction

> sur le même thème

La Gazette de la L1 : 21e journée

Le championnat de France


Richard N
2019-05-31

Platini à Nantes, le rêve de Lagardère

En 1979, le nom de Michel Platini est discrètement évoqué dans les couloirs du Football Club de Nantes. Rien ne s'oppose à un transfert, sinon la frilosité des dirigeants. Le club nantais a-t-il raté un rendez-vous avec son histoire?


Richard N & Christophe Zemmour
2019-05-29

Feindouno 1999, la proie du doute

Un jour, un but – Le 29 mai 1999 au Parc des Princes, les Girondins de Bordeaux conquièrent leur cinquième titre de champion grâce à un but de leur tout jeune espoir, Pascal Feindouno.


Alex Lagazette
2019-05-23

La Gazette de la L1 : 37e journée

Le classement en relief • Les gestes • Les antigestes • Les observationsLe championnat à l'enversVu de Twitter 


>> tous les épisodes du thème "Le championnat de France"

Sur le fil

RT @A_N_Supporters: La revue de presse de la semaine est en ligne ! - Retour sur le lancement d'une mission d'information à l'Assemblée N…

RT @streetpress: Des féministes sont allées supporter l’Argentine à Paris pour la Coupe du monde féminine de foot. Pour l’occasion, elles s…

RT @JeuneGuillou: En 1986, une femme a pris la parole à un congrès de la Fifa et c'était la première fois. Ellen Wille n'a pas parlé pour n…

Les Cahiers sur Twitter

Les brèves

Alliance Arena

"Quand un arbitre assistant demande sa collègue en mariage." (lequipe.fr)

Prendre les shots les uns après les autres

"Hugo Lloris, le mister penalties de Tottenham." (lequipe.fr)

Milieu de tableau

"Rembrandt s'invite sur le ballon du Championnat des Pays-Bas." (lequipe.fr)

Trafic de coquines

“Football : la Colombie rattrapée par le mouvement ‘Me too’.” (ouest-france.fr)

Veuvage

"Pepe cherche à trouver la solution en solitaire." (lequipe.fr)