auteur
Alexandre Lagazette

Du même auteur

> article suivant

Revue de stress #127

> article précédent

Chroniques bielsiennes : Clap de fin

La Gazette de la L1 : 16e journée

Partager

  

Les résultats de la journée


Dijon FCO 3 - 2 Girondins de Bordeaux
RC Strasbourg Alsace 2 - 1 Paris Saint-Germain
LOSC 1 - 0 Toulouse FC
AS Monaco 1 - 0 Angers SCO
OGC Nice 3 - 1 FC Metz
Stade Rennais FC 2 - 0 Amiens SC
ESTAC Troyes 0 - 1 EA Guingamp
AS Saint-Étienne 1 - 1 FC Nantes
SM Caen 1 - 2 Olympique Lyonnais
Montpellier Hérault SC 1 - 1 Olympique de Marseille

 

 

 

Le Classement en relief

Il est toujours là, disponible pour sept championnats. Et ses bouts ne se rapprochent pas.

  

 

 

 

 

 

Les gestes

La frappe Pajostrale de Vincent pour l'ASSE!

 

L'amour de coup franc déposé par Dimitri Lienard sur la tête de Nuno Da Costa qui ajuste tranquillement Alphonse Aréola de la tête.

 

La subtile déviation de la tête de Nuno Da Costa toujours, dans la course de Stéphane Bahoken qui met ce dernier sur orbite pour nettoyer la cage d'Alphonse Areola, encore.

 

Le contrôle soyeux puis la frappe en pivot gracieuse de Javier Pastore, qui échoue sur le poteau.

 

La frappe imparable de Nicolas Pépé, pour rattraper son contrôle de balle raté.

 

Le réflexe de Régis Gurtner pour détourner une frappe pourtant déviée de Wahbi Khazri.

 

L'envol de Mamadou Samassa, qui lui permet d'attraper à deux mains le tir de Lebogang Phiri.

 

Les centres parfaitement tendus au premier poteau de Djibril Sidibé et Benjamin Bourigeaud pour les têtes parfaitement coupées de Falcao et Benjamin André.

 

Le centre déposé de Renaud Cohade sur la tête puissante en pleine lucarne de Nolan Roux.

 

Le petit slalom à l'angle de la surface suivi d'une frappe croisée petit filet d'Allan Saint-Maximin.

 

L'arrêt réflexe d'Alexandre Oukidja sur une tête déviée à bout portant par Edinson Cavani, permettant à Strasbourg de résister au dernier coup de boutoir parisien.

 

Après un bon appel dans le dos de la défense lyonnaise, le crochet derrière la jambe d'appui d’Ivan Santini pour se séparer de Mouctar Diakhaby, suivi d'un grand pont sur Lucas Tousart puis d'une frappe précise côté fermé qui prend Anthony Lopes à contre-pied.

 

 

 

 

"Cette saison? Je l'espère grande. Et avec des gros seins."

 

 

 

 


Les antigestes

Andy 'Hulk' Delort qui déchire en deux son maillot de frustration après une faute imaginaire sifflée contre lui.

 

Le match d’Angel Di Maria face à Strasbourg.

 

La faute grossière de Khaled Adenon qui donne le coup-franc du 2-0 à Rennes sur une action totalement anodine.

 

La complicité Kamil Glik - Jemerson pour réaliser un numéro de clown remarquablement chorégraphié, dont Angelo Fulgini ne parvient pas à profiter.

 

Ezequiel Ponce qui rate le cadre seul face au but, et enchaîne peu après en oubliant de servir Nicolas Pépé à son tour esseulé.

 

La rigueur du marquage parisien sur Nuno Da Costa, aucun des cinq défenseurs autour de lui ne songeant à le prendre.

 

La déviation du coude du Messin Moussa Niakaté sur le coup franc de Mario Balotelli, qui met le ballon hors de portée de son gardien.

 

L’enchaînement contrôle du bas ventre (voire plus bas) - dégagement pleine poire de Léo Lacroix – but du visage qui permet à Emiliano Sala de marquer un but que n'aurait pas renié son compatriote Lucas Ocampos.

 

Le festival d'actions loupées par les attaquants nantais, malgré toute la bienveillance des défenseurs stéphanois pour leur offrir sur un plateau.

 

Quelques jours après l'OL, Saint-Étienne montre qu'eux aussi peuvent jouer à domicile dans un maillot noir qui semble sortir de nulle part.

 

La tête carrée de Nordi Mukiele qui aurait pu nous épargner un fastidieux débat sur l’arbitrage de MHSC-OM s’il avait marqué sur le dernier coup franc du match.

 

Le premier but lyonnais, à l’inverse du premier, marqué par Mariano "tout en finesse".

 

La "goal-célébration" de Giovanni Sio.

 

 


 

 

Le match qu'il ne fallait pas rater

Encore et toujours Dijon à l’honneur. Encore et toujours une frappe pleine lucarne de Malcom, mais toujours plus lointaine. Encore et toujours un dénouement plein de suspense. Il y avait (encore et toujours) un match à ne pas manquer ce week-end! Petit florilège pour faire parler l’imaginaire avant un résumé vidéo:

 

Le jaillissement de Romain Amalfitano depuis le fond du but dijonnais pour repousser sur sa ligne la frappe d’Alexandre Mendy. Pour rien, puisque Cafu marque dans la foulée.

 

Le nettoyage de la lucarne dijonnaise par Malcom, avec force et précision.

 

La prise de balle de Wesley Saïd en forme de dribble pour éliminer Milan Gajic, avant de servir Benjamin Jeannot pour la seconde égalisation dijonnaise.

 

À la réception d'une longue transversale, la remise de Chang-Hoon Kwon dans la course de Valentin Rosier, action finalement conclue par une frappe enroulée imparable de Wesley Saïd.

 

 

 

  

 

 

 

Les minutes

La minute "On joue le classement à l'envers" de Frédéric Hantz:
"Garder ce cap" (lequipe.fr)

 

La minute "Oktoberfest" de Thierry Laurey aux journalistes:
"C'est terminé, allez prendre une bière!" (Canal +)

 

La minute "Fifty Shades of Grey" de Thierry Laurey:
"Celui qui va se griser, il va vite dégriser" (lequipe.fr)

 

La minute mémoire qui flanche de Jacques Vendroux:
"C'est un drame de ne pas voir l'Italie à la Coupe du monde, ils ont toujours fait de grandes choses en Coupe du monde... Au moins une sur deux..." (Franceinfo)

 

La minute "Soderlund" d’Emiliano Sala qui réussit à peu près bien un contrôle de la poitrine à la faveur des largesses de Léo Lacroix au marquage avant de “croisécraser” une frappe que Stéphane Ruffier regarde s'en aller loin sur la gauche de sa cage.

 

Les trente-quatre minutes sans défense de l'ASSE. Entre la sortie de Perrin et la fin du match. De quoi faire briller son gardien et laisser égaliser son adversaire.

 

 

 

 

"Mais qui t'a raconté que si tu bougeais, toute la tribune risquait de s'écrouler?
- C'est Thomas, pourquoi?"

 

 

 

 

Les observations en vrac

Il a neigé sur la Côte d'Azur. Nolan Roux a marqué à Nice.

 

Depuis le départ de Marcelo Bielsa, la poisse semble avoir quitté le LOSC, par contre, quelqu'un connaît sa localisation? On dirait qu'il s'est installé dans le sud-ouest depuis...

 

La défense parisienne sur coup franc: on leur a dit qu'une fois le ballon parti, ça ne sert à rien de rester aligné haut mais qu'il faut suivre les joueurs adverses?

 

Metz est maintenant accompagné dans la zone rouge par les deux équipes n'ayant pas réussi à les battre.

 

Le pourcentage de chances que Toulouse transforme un penalty contre Mike Maignan était logiquement très bas. Très très bas.

 

On savait que Benoît Assou-Ekotto défendait en marchant depuis un moment, mais là il faudrait songer à lui apporter un cocktail, il risque peu de le renverser.

 

Au moins les kops stéphanois auront échappé à la vision de leur équipe ne jouant même pas en vert à domicile.

 

On découvre tous depuis lundi que ce collègue alsacien s'intéresse au foot.

 

Guy Roux interdisait les célébrations de but à base de sauts périlleux de crainte que ses joueurs ne se blessent. Der Zakarian va les interdire de crainte du ridicule.

 

Nantes a inventé le combo "passe décisive involontaire - but involontaire"

 

 

 

 

Les stats

Joli but de François-Charles Metz qui lui permet de revenir dans le top dix des buteurs à hauteur de Karl Toko Ekambi avec six réalisations.

 

Caen a trouvé les montants adverses cinq fois au cours des trois derniers matches, série en cours.

 

La onzième journée de championnat a vu plusieurs belles promesses s’ébrouer sur nos stades (suite des Gazettes 7 et 10):

 

- Garande a fait un beau cadeau à Yoel Armougom, latéral gauche né en 1998: entré en jeu quatre minutes contre Troyes, il en jouera vingt de plus contre Strasbourg.

 

- Annoncé depuis longtemps par certains suiveurs marseillais, Boubacar Kamara n’avait encore jamais joué un match de Ligue 1. C’est chose faite depuis la partie à Lille, où il remplaça Patrice Evra à onze minutes du terme.

 

- Tellement précoce qu’on l’avait un peu oublié, Vincent Thill, une entrée en jeu en septembre 2016 à seulement seize ans, a refait son apparition contre Lyon. Il reste cantonné au banc de touche pour l’instant, malgré ses onze sélections en équipe nationale luxembourgeoise.

 

Deux autres jeunes Messins ont débuté récemment: 

 

- Nicolas Basin avait lui aussi joué un bout de match l’an passé lors de la... première journée, avant de disparaître. Il a joué quarante-cinq minutes contre Lille (défaite 3-0) puis était titulaire contre Marseille (défaite 3-0).

 

- Ibrahima Niane (1999) joue aussi à Metz, et compte déjà dix matches de Ligue 1 dont deux titularisations. Il est issu de Génération Foot, le centre de formation messin délocalisé au Sénégal (dont on se demande s’il ne forme pas plus de joueurs que le "vrai" centre de formation du FC Metz)

 

En vrac:

 

- Sacré baptême du feu pour Jessy Deminguet (1998), milieu caennais: Patrice Garande le propulse titulaire face à l’OM, au Vélodrome, pour une défaite 5-0. Personne ne l’a revu depuis. Merci de prévenir si vous avez des nouvelles, sa famille est inquiète.

 

- Jocelyn Gourvenec a lui profité de la dérouillée infligée aux Stéphanois pour faire entrer Ervin Taha (1999, attaquant) et Zaydou Youssouf (1999, milieu) en fin de match. Youssouf avait déjà joué deux matches l’an passé.

 

- Boubakary Soumaré (1999, milieu de terrain) a été recruté au PSG l’été dernier par le LOSC. Il est récemment entré en jeu contre Metz et Saint-Étienne.

 

- Nicolas Cozza (1999, défenseur de Montpellier) a fait son apparition contre Lyon et Lille. Lors de la signature de son contrat pro l’été dernier, il expliquait prendre la suite de son grand-père Jean-Louis Besson, capitaine de La Paillade dans les années 1970.

 

- Première en Ligue 1 également pour Amine Gouiri, star des Bleuets et très attendu par les supporters lyonnais. Douze minutes contre Nice, dix-huit contre Montpellier pour l’attaquant né en 2000.

 

 

 

 

Le lol-révélateur

Nouvelle prouesse du révélateur de Canal +: un petit pont.

 

 

 

 

 

Le championnat à l'envers

Deux anciens et un nouveau, c'est le podium du championnat à l'envers au lendemain de cette seizième journée. Examinons-le de plus près.

 

En commençant bien entendu par le leader des leaders, celui que personne, à l'époque contemporaine n'a jamais égalé, pas même le fabuleux Grenoble 2009/10: Metz. Metz immobile, qui avance à reculons mais à tombeau ouvert vers le titre de champion à l'envers 20107/18. L'enseignement de cette journée, c'est que les Lorrains sont d'ores et déjà assurés du titre de champion d'automne, leur avance sur leur dauphin leur permettant d'envisager sereinement les trois journées restantes avant la mi-championnat, même dans le cas (improbable) d'un effondrement complet de leur part.

 

En janvier dernier, on a fêté le dixième anniversaire de l'annonce par Carlo Molinari, emblématique président du FC Metz, du plan "Grenat 2010" qui visait, sous dix ans, à installer le club parmi les dix meilleurs du championnat. Alors, certes, le calendrier n'a pas été tout à fait respecté. Mais qui aurait pu imaginer en fin de saison dernière que le club était si proche de pouvoir remplir, et de quelle manière, les objectifs de ce fameux plan? En tout cas, au club, la volonté de faire de cette saison quelque chose d'exceptionnel est là. Frédéric Hantz le sait et c'est certainement pourquoi, après le match samedi soir, il a invité ses joueurs à "garder ce cap".

 

Derrière le leader, Angers poursuit sur la lancée de ses excellents résultats de novembre (un seul point concédé en quatre matches dont trois contre des adversaires directs) et consolide la place de dauphin conquise à l'issue de la dernière journée. Son premier poursuivant pointe désormais seul et à deux longueurs derrière, alors qu'ils étaient deux et à un point seulement avant cette journée. Mais pas d'enthousiasme prématuré: le championnat est encore long et les écarts avec les poursuivants ne sont pas faits.

 

Auteur au mois de novembre, du même genre de parcours qu'Angers, et poursuivant lui aussi sur sa lancée pour son premier match de décembre, Toulouse complète le podium sans qu'on l'ait vraiment vu venir. Et pourtant… En y regardant de plus près, on se dit que la présence du Téfécé en si bonne place ne doit rien au hasard vu les performances réalisées ces dernières semaines contre toutes les équipes en forme du championnat. 

 

Qui, en dehors de son actuel dauphin, est le seul depuis le début de la saison à avoir poussé l'ogre messin à la faute? Qui, en trois journées, est parvenu à ne pas concéder le moindre point contre les grands noms qui ont animé ce début de championnat à l'envers (Dijon, Nice et Lille)? Il faut l'admettre: Toulouse mérite amplement sa place sur le podium. Du coup, on a donc Metz, qui n'a concédé que quatre points cette saison, immédiatement suivi des deux équipes contre qui ces points ont été concédés… Au final, il est quand même plutôt cohérent ce podium.

 

 

 

 

Les mots croisés

 

Horizontalement:
1. Ex-Sochalien pas corporate.
2. Les deux frangins supporters historiques de City (à l’envers) / Au milieu du match.
3. Encore un Scandinave à Toulouse.
4. Deux titres de Liga 2 pour cette ville espagnole.
5. Mamadou sans n.
6. Abréviation pour les sélectionnés / Prénom d’un Scandinave.
7. Entente Foot ou Espérance Foot / Teemu sans son o (à l’envers).
8. Unique gardien brésilien au palmarès des trophées UNFP.

 

Verticalement:
1. Paré pour faire le tour du monde en sélection.
2. Buteur le plus rapide depuis 1992 / Souvent accompagné de rumeurs pendant les transferts.
3. Entre Nicolas et Mirin.
4. 104 Buts en D1, trois podiums au classement des meilleurs buteurs, aucune sélection.
5. Défenseur rugueux (à l’envers) / Suit Messi en Italie.
6. Concurrent de l’Héraultais.
7. Le suspense en L1 (à l’envers) / Moitié de Kenny.
8. Club lombard (à l'envers).

 

La réponse est ici.

 

 

 

Le championnat vu par Twitter

 

 

 

 

 

Merci à Alain Delon? Non Alain Deroin., De Gaulle Volant, El Mata Mord, Fugazi, Lucho Gonzealaise, Mama, Rama & Papa Yade, Mik Mortsllak, Moravcik dans les prés, revlog, tes fessées, Tonton Danijel, Yul rit cramé pour leurs contributions. Le championnat à l'envers est de Portnaouac, les mots croisés de Parkduprince, la compilation de AKK rends tes sets et les lucarnes sont de Di Meco et de Mama, Rama & Papa Yade.

  

Partager

> sur le même thème

Chroniques bielsiennes : Clap de fin

Le championnat de France


Alex Lagazette
2017-12-13

La Gazette de la L1 : 17e journée

Le classement en relief • Les gestes • Les antigestes • Le match qu'il ne fallait pas raterLes minutes • Les observations • Le championnat à l'enversVu de Twitter 


Christophe Kuchly
2017-12-04

Chroniques bielsiennes : Clap de fin

La direction du LOSC a tranché. Après la barrière lors du premier affrontement entre Amiens et Lille, c'est la tête de l'entraîneur argentin qui est tombée. Dans le Nord, même si le volet judiciaire reste à régler, la page est déjà tournée.


Alex Lagazette
2017-12-02

La Gazette de la L1 : 15e journée

Le classement en relief • Les gestes • Les antigestes • Le match qu'il ne fallait pas raterLes minutes • Les observations • Les mots croisés • Le championnat à l'enversVu de Twitter 


>> tous les épisodes du thème "Le championnat de France"

Sur le fil

"Le système n'étant pas infaillible, les arbitres ont décidé de se passer de la GLT pour la reprise de la rencontre… https://t.co/DS85DfgidH

RT @corcostegui: RT @lequipe Disneyland et les sportifs, histoire d’un conte de fées https://t.co/CkCmKc1BLY

La Revue de stress, c’est vraiment très intéressant - https://t.co/u3QiHkhSBn https://t.co/yLbc0t8Q48

Les Cahiers sur Twitter

Le forum

CdF Omnisport

aujourd'hui à 12h36 - La Metz Est Dite : La Metz Est Dite16/12/2017 à 19h22"Pour finir, Justine confirme son bon début de saison, ça fait... >>


Maman les p'tits bateaux

aujourd'hui à 12h34 - Dan Lédan : Lis l interview de Coville..les réponses sont dedans.. >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 12h27 - syle : Non mais en devenant un gros club, vous avez eu besoin de vous construire en vous opposant à... >>


Observatoire du journalisme sportif

aujourd'hui à 12h26 - Annyong : Dnairbaujourd'hui à 10h22Kimpembé aurait PU être exclu plus tôt, avant André, c'était un... >>


In barry we trust

aujourd'hui à 12h24 - Run : DIMANCHE 17 DECEMBREEagles@Giants 21-17Bengals@Vikings 14-28Ravens@Browns 21-13Cardinals@Redskins... >>


Scapulaire conditionné

aujourd'hui à 12h15 - Nos meilleures Sané : dugamaniacaujourd'hui à 12h05Finalement il semblerait qu'on avait faux et que ce soit bien Prior... >>


Changer l'arbitrage

aujourd'hui à 11h18 - Coach Potato : newuser16/12/2017 à 23h11Pas seulement. Au-delà de la possibilité de refaire une évaluation à... >>


Tu sais ce qu'il te dit Casimir ?!

aujourd'hui à 11h08 - Schpatz : Tricky16/12/2017 à 23h47Je...Trois buts, de la maîtrise, de l'espoir.La vache, ça fait... >>


Dans le haut du panier

aujourd'hui à 10h38 - lyes : Paul George m'a semblé perdu sur le terrain plusieurs fois depuis le début de saison, peu de... >>


Etoiles et toiles

aujourd'hui à 10h28 - ravio : leo16/12/2017 à 14h59Anglachelaujourd'hui à 14h32Le titre francais est vraiment “Les Derniers... >>


Les brèves

Adolphe un mec

"Un scandaleux tifo à la gloire d'Hitler." (football.fr)

Fanchone week

"Dupraz : 'Dix mannequins toulousains sur la pelouse'." (lequipe.fr)


Lâche investigation

"Pierre Ménès tacle Elise Lucet." (20 minutes)

Gerrard Majax

"L'excuse magique de Steven Gerrard." (lequipe.fr)

Retour au lycée

"Messi : une première en quatre ans." (sports.fr)