auteur
Alex Lagazette

Du même auteur

> article précédent

Bale, la main sur le cœur

La Gazette de la L1 : 11e journée

Partager

 

Les résultats de la journée

FC Lorient 2 - 1 FC Sochaux
AS Monaco 2 - 1 Olympique Lyonnais
EA Guingamp 2 - 1 Ajaccio AC
Girondins Bordeaux FC 2 - 0 Montpellier HSC
SC Bastia 1 - 0 OGC Nice
AS Saint-Etienne 2 - 2 Paris SG
Olympique Marseille 2 - 3 Stade de Reims
Toulouse FC 0 - 5 Stade Rennais
FC Nantes 0 - 1 Lille OSC
Valenciennes FC 0 - 1 Evian Thonon Gaillard FC


 

 

Les gestes


Le premier but stéphanois : feinte de frappe de Hamouma qui fixe le défenseur et passe à Corgnet qui, dans un fauteuil, reproduit l'enchaînement de la semaine dernière face à Lorient – contrôle et reprise de demi-volée qui paralyse Sirigu pour un émouvant hommage à Letizi.
 

Le ciseau de Beauvue, apparemment incapable de marquer autre chose que des buts superbes, pour l'égalisation guingampaise.
 

L'ouverture lumineuse de Rodelin pour Roux, qui suffit à transpercer toute la défense nantaise, mais que l’attaquant gâche en croisant trop sa frappe.
 

Le cachou monumental de Mounir "Z" Obbadi, le Hobbit du milieu monégasque, ce mister "nobody" qui colle une demi-volée de vingt-cinq mètres pleine lulu à la manière des grands attaquants qui payent la taxe à 75%.
 

La course folle d'Obraniak, carbonisé deux minutes avant selon les commentateurs, qui se conclut d'un beau piqué du gauche.
 

La passe décisive de Maurice-Belay. Nous répétons: la passe décisive de Maurice-Belay.


La déviation de la nuque de Moutinho, qui transforme un missile sol-sol de Kurzawa en une ouverture au petits oignons pour Falcao, qui n'a plus qu'à tromper Antony Lopes d'une petite pichenette pleine de saveur.


L'enchaînement petit pont, accélération, râteau de Toulalan qui élimine trois défenseurs lyonnais, avant que sa passe un poil tardive ne mette Carrasco en position de hors-jeu.

 

 

 


"Ecoutez Hervé il y a beaucoup d'émotion ici pour l'enterrement de l'Olympique Lyonnais. Je lis 'Crève charogne' sur un bouquet envoyé par Jean-Louis Campora. Un très beau 'C'est pas trop tôt' signé Christophe Bouchet, ainsi qu'un énigmatique 'Ça c'est pour Ribéry, enculé' signé Pape D.

 

 

 


Les antigestes


Le plat du pied-insécurité de Cheikh Diabaté, seul devant le but vide, mais mollement à côté. Bakayoko aurait eu le panache de propulser la balle trois mètres au-dessus.
 

Les centres de Chalmé en fin de match, offerts par le Comité de promotion des latéraux au palmarès du Ballon de Plomb.
 

Le bond hors de la civière de Junior Tallo, ressuscité et furieux, en constatant que Ravanelli en a profité pour le remplacer.
 

La soirée “Dans la peau de Pierre Richard” d’Ali Ahamada.
 

L’éloge du vide par la savonnette de Guy Roland Ndy Assembé sur la tête de Benjamin André, par la Nakata en pleine course de Benjamin Mendy et par l’air-contrôle de la semelle de Subasic.
 

Les deux relances gaguesques de Marquinhos, les yeux probablement encore embués par son interview pour Téléfoot, à l'origine des deux buts stéphanois.
 

La faute de Jebbour quasiment identique à celle qui lui avait valu une expulsion à Ajaccio, pour le même résultat, et qui tétanise tous les Bordelais pendant cinquante minutes.
 

Le marquage écartelé de la charnière N'Koulou-Diawara sur Oniangue, précédé du pressing inexistant des milieux marseillais sur Krychowiach qui a au moins dix minutes pour ajuster parfaitement son centre.

 

 

 
 

 

Le rébus officiel



[Réponse de la dernière fois : Olivier Monterrubio / Olivier monté - RU bio]

 

 

 

 

Les observations en vrac


Le problème des gestes façon arts martiaux de Zlatan Ibrahimovic, c’est qu’il y en a beaucoup plus sur ses adversaires que sur le ballon.
 

Formé dans l'Ouest, tempes grisonnantes, frappes de trente mètres sur la barre : Fabien Lemoine s'impose de plus en plus comme le nouveau Jérémy Toulalan.
 

Souhaitant se repentir d'avoir embarrassé le Stade Rennais un an plus tôt au Stadium, Ali Ahamada a fait preuve d'une grande générosité en lui permettant de remporter sa plus large victoire à l'extérieur depuis le 17 mars 2001.


Les journées de l'arbitrage, c'était ce week-end. La nuit de l'arbitrage, c'est tout le reste de l'année.
 

Défaites à l'extérieur, matches nuls à domicile: l'OL aurait des vues sur le titre de champion d'automne du classement à l'envers.
 

Arrivé au MHSC à la 4e journée, expulsé à la 8e, suspendu à la 9e, et expulsé à la 11e. Yassine Jebbour, une autre idée du temps partiel.
 

Auteur de la moitié des tirs cadrés de son équipe, dont un but de la tête, Rémi Garde a pris peur devant l'apport de son joueur, et a donc fait sortir Bafé Gomis pour faire entrer un joueur qui se distinguera par un contrôle de la motte de terre en fin de match, déjà plus dans les standards lyonnais de la saison.
 

Il a l'air pas mauvais du tout, le petit Hatem Ben Thauvin.


Les trois promus sont dans les cinq premiers. Devant cette nouvelle théorie du chemin le plus court vers le haut du classement, le plan machiavélique de Jean-Michel Aulas est en marche.
 

Entre le corner parisien à Geoffroy-Guichard et la victoire du Stade au Vélodrome, ce fut un week-end sympa pour le jeu à la rémoise.
 

Avant le match contre Reims, Vincent Labrune a indiqué qu'il ne virerait pas Élie Baup en cas de défaite. Il aurait dû ajouter qu’en cas de victoire et de match nul non plus.
 

Il y a des matches où tout réussit. Il y a des matches où rien ne veut sourire. Et puis il y a le match de Toulouse contre Rennes.

 

 

 


"Comment ça, on est à labour ?"

 

 

 

 

Les ravages du provisoire


Vendredi soir sur beIN Sport, Anne-Laure Bonnet interrogeait un joueur à la mi-temps du premier match de cette 11e journée en soulignant: "Avec ce but, Lille est 2e du championnat". Le lendemain, à la 57e minute du multiplex Ligue 1, Smaïl Bouabdellah lançait: "Et cette information, Évian est à nouveau relégable à cause d'une moins bonne différence de buts. Grâce à ce deuxième but inscrit par les Lorientais, les Lorientais sortent de la zone rouge. C'est donc un match entre le 18e et le 19e, un match qui n'a toujours pas livré son verdict."
 

La notion largement fictive de "classement provisoire" est devenue une sorte de réflexe sur les antennes, parmi celles qui permettent d’avoir toujours quelque chose à dire sans jamais réfléchir à la pertinence de ce que l’on dit. Présenté avant la fin de tous les matches d’une journée qui n’est pas la dernière, le "classement provisoire" est en réalité un classement provisoire provisoire. Au beau milieu des matches, il devient un classement provisoire provisoire provisoire. On attend désormais que le concept soit poussé un peu plus loin, avec un classement provisoire prévisionnel réalisé avant même le premier match, à partir des cotes des opérateurs de paris sportifs.

 

 

 
 

 

Le rébus à peu près


 

 

 

 

Les images de la semaine


Histoire : les débuts difficiles de Damien Grégorini dans le football.


Le non-but de la semaine, avec un ramasseur de balle parfait (via @saintmtex).


La joie de Nicolas de Tavernost, la déprime de Jean-Louis Triaud (via @saintmtex aussi).


"Aime qui tu veux", la banderole anti-homophobie des supporters de Sankt-Pauli (via @BundesligaFR).


Barça-Real en "timelapse". (via @PaulCometto)

 

 

 

 

Sur les blogs des Cahiers

De Arteta à Distin, en passant par Fellaïni ou Cahill, le Top 10 100% subjectif des recrues de David Moyes à Everton vous est offert par Teenage Kicks.


Quand on est mené au score, la logique (celle des supporters, souvent) semble être de faire entrer des attaquants... Mais l'empilement a-t-il un sens? Élément de réponse chez les Dé-Managers. Plus hardcore, Philippe Gargov a réservé pour son blog une réflexion mêlant ville et football: "Optimiser la défensibilité des espaces footballistiques: l’urbanisme sécuritaire comme modèle".

 

 

 


"Voilà, maintenant démerdez-vous, je vais mater le match à la télé!"
 
 

 

 

Le 4-2-3-1 de Just de La Fontaine


L'état d'esprit


Au terme des nombreux et rigolos "classements provisoires"
De cette onzième et pleine de suspense journée de ligue 1
On peut se permettre de répéter qu'il n'est pas illusoire
(Pour tout budget, tout effectif) d'assumer qu'on ne craint dégun.


N'ayant pas peur d'être confiants, les Verts y sont allés franco.
Plus tôt, Des Rémois insouciants ont cru aux contres radicaux.


Notre championnat aime voir les meilleurs en difficulté.
Ce que doit amener à méditer la place des Nantais
C'est que dans les affaires humaines (telles que les sports co')


Les logiques n'existent que pour être toujours contestées.
 

 

 

 

 

L'équipe-type du correcteur orthographique


Entièrement réalisé avec un célèbre logiciel de traitement de texte, ce onze fait évoluer tous les joueurs à leur poste. Les identifierez-vous?



Réponse de la dernière fois :
Corgnet
Ongenda – Gourcuff – Valbuena
Toulalan – Mavuba
Ghoulam – Aurier – Bisevac – Cioni
Ruffier
 

 

 

 

Le coin fraîcheur


Tiémoué Bakayoko
pour sa joie sur son premier but en pro avec le Stade rennais. Bonheur qui contraste avec le visage fermé de Romain Alessandrini, buteur quelques minutes auparavant qui ne rate pas non plus les occasions de se rendre antipathique.
 

Fabien Lemoine pour son mea culpa à retardement, comme son intervention sur Lavezzi: “Avec du recul et après avoir revu les images, je pense qu'il y a contact avec Lavezzi. L'arbitre m’a averti pour une accumulation de fautes. Il avait déjà sorti le carton jaune avant de voir mon état, donc ça ne changeait rien.” (Canal+ Sport)
 

René Girard pour son éclat de rire ponctuant sa déclaration: "Il y a eu des blessés, Thauvin est parti – il est pas arrivé plutôt." (beIN Sport)


Jordan Veretout pour sa vision d'une défaite: "Ils sont au-dessus de nous aujourd'hui. Il faut continuer à se bagarrer. (…) C'était quand même un beau match."


Le Kop Rouge guingampais pour son tifo en l'honneur d'un joueur de l'équipe adverse du soir. Eduardo, certes, le buteur de la finale de la Coupe de France 2009, blessé certes. Mais le fait doit être peu commun.
 

 

 

 


"Et là tu vois, l'alien sort de son bide, comme ça !"

 

 

 

 

Les immanquables de la semaine

 

Grève contre la taxe à 75%: les cinq mensonges des clubs de foot” (Rue89).

 

Taxe à 75% : que valent les arguments des présidents de clubs?” par Pierre Godon.

 

La Boucherie Ovalie a quatre ans, et plus toutes ses dents.

 

24h de grève avec… Frédéric Thiriez” (La Madjer).

 

Suspensions automatiques : “Le Conseil d’Etat met un pavé dans la mare des fédérations sportives” (20 Minutes)


Hail Hail Marinette! Belle interview de Marinette Pichon sur France Info.

 

 

 

 

 

La bonne enseigne


C'est à Gangtok dans le Sikkim, petit état indien, que l'on dégote cette gargote au nom et aux couleurs de l'OM. Un OM, en ce moment, qui a peut-être le cum mais pas trop les shots. (merci à Olivier pour cette BE)

 


Merci à A la gloire de Coco Michel, Beau6, Belmondo Bizarro, Cebrik Jecluse, Corben Gallas, forezjohn, Fugazi, Gouffran direct, Hydresec, JauneLière, Kireg, le Bleu, Lucho Gonzealaise, Mama, Rama & Papa Yade, Marf, mathias, Matu-Verratti-Vieira-Touré-Clément-Cearà, Moravcik dans les prés, Parkduprince, Rolfes Reus, sansai, timath, Van Der Wiel Age People, Vasy Mollo pour leurs contributions. Le rébus officiel est de Jean-Manuel Tétris(te), le 4-3-2-1 de Just de La Fontaine de Gilles Juan. Les lucarnes sont issues de l'Alterdiaporama et leurs auteurs sont thibs, Rolfes Reus, Save Our Sport et Jean-Manuel Tétris(te).

 

Partager

> sur le même thème

La Gazette de la L1 : 10e journée

Le championnat de France


Jérôme Latta
2019-09-13

La Ligue 1 a-t-elle sa place dans le "Big 5" ?

Une Balle dans le pied – Que diable fait le championnat de France dans le "Big 5 européen? Examinons la légitimité de cette appellation contestée, qui a pourtant la faveur des économistes du sport.


Richard N
2019-05-31

Platini à Nantes, le rêve de Lagardère

En 1979, le nom de Michel Platini est discrètement évoqué dans les couloirs du Football Club de Nantes. Rien ne s'oppose à un transfert, sinon la frilosité des dirigeants. Le club nantais a-t-il raté un rendez-vous avec son histoire?


Richard N & Christophe Zemmour
2019-05-29

Feindouno 1999, la proie du doute

Un jour, un but – Le 29 mai 1999 au Parc des Princes, les Girondins de Bordeaux conquièrent leur cinquième titre de champion grâce à un but de leur tout jeune espoir, Pascal Feindouno.


>> tous les épisodes du thème "Le championnat de France"

Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)