auteur
Le Feuilleton de la Ligue 1

Du même auteur

> article précédent

France 2 Foot fait du chiffre

> article précédent

Platini joue l'Euro en autruche

La Gazette > 29e journée

Partager

Les résultats de la journée

Lille-Caen : 5-0
Bordeaux-Strasbourg : 3-0
Lens-Marseille : 3-3
Paris SG-Valenciennes : 1-1
Lorient-Auxerre : 1-1
Le Mans-Rennes : 1-1
Sochaux-Nancy : 1-1
Saint-Étienne-Toulouse : 0-0
Metz-Nice : 1-2
Monaco-Lyon : 0-3



Les 5 gestes de la journée

• Les hommages de Souza et Koné à Dennis Bergkamp sur les buts de Pauleta et Bamogo.
• Le contrôle orienté de Kader Keita qui lui permet de se lancer dans une puissante percussion ponctuée par un beau tir dans la lucarne de Ruffier.
• La #@¡ de frappe de Cabaye, après un petit coup d'œil en arrière pour vérifier qu'il pouvait placer sa mine comme à l'entraînement.
• Le petit pont de l’extérieur du pied réussi par Boumsong sur Meriem qui n’a plus qu’à aller s’immoler devant l’autel des ex-jeunes techniciens prometteurs perdus pour le football.
• L’envol de Runje qui s’interpose spectaculairement entre la frappe de Nasri et le 0-3 pleine lucarne.


Les 5 antigestes de la journée

• Le coup de la savonnette de Luzi sur le but de De Melo, et sa façon touchante, ensuite, de vérifier si le ballon est bien gonflé.
• La déviation de la fesse gauche de Tafforeau qui décale Obraniak, dont le centre trouvera Lichtsteiner pour l'ouverture du score lilloise.
• La tête dévissée de Diané seul à six mètres des cages et plein axe, de nature à faire passer Henry pour un monstre de précision dans cet exercice.
• La gourmandise de Benzema qui se prive d'un but exceptionnel en laissant Ruffier lui reprendre la balle dans les pieds.
• Le double contact gant droit-gant gauche de Landreau sur la tête contre son camp de Ceara, qui prouve que quand ça veut pas...


ricardo_perrin2.jpg
"Et là le Prince Albert me dit : Ricardo, vous êtes sûr d'avoir retenu les leçons du match de Bordeaux?"



La bannette

La Berezina à la mode de Caen
Stephan Lichtsteiner (losc.fr) : "Quand on marque deux ou trois buts par rencontre, les résultats sont différents". Ça dépend, tu joues contre le Zenit Saint-Pétersbourg?

L’équipe qui a eu son BEPC
Francis Gillot (L'Équipe): "On a été bien meilleurs en seconde".

Le Pape Diouf style
Christian Gourcuff (RMC) : "Si on joue comme ça et que ça ne se termine pas toujours par des victoires, on sait qu’on n’a pas de marge pour marquer des buts".

La prolongation de contrat qui devenait urgente
Paul Le Guen (L'Équipe): "Je conserve espoir".

La phrase prononcée avec neuf journées d’avance
Antoine Kombouaré (RMC): "Il faut féliciter cette équipe du PSG et ses joueurs qui y ont cru jusqu’au bout".

Le guide du gueulard
Frédéric Antonetti (L'Équipe) : "[La coupe d’Europe] fait incontestablement gagner de l’expérience aux joueurs, car on est confrontés à un autre contexte, à un autre arbitrage". Ah, le bonheur exotique d’aller insulter des arbitres roumains, suisses ou hollandais…

L'éjaculation précoce
Jean Fernandez (RMC): "C’est un petit peu dommage qu’on n’ait pas pu tenir 5 ou 10 minutes de plus".

L'éjaculation faciale
Franck Dumas (losc.fr) : "Nous savions que cela allait être dur avant le championnat. Aujourd’hui, on se le prend en pleine tête".

Les bactéries détruites par Harpic
Loïc Perrin (asse.fr) : "Nous n’avons pas su contourner leur bloc".

La position idéale
Pauleta (L'Équipe): "Quand tu es dix-septième, il te faut parfois cinquante occasions avant de marquer". Djbril Cissé: "Quand tu es quatrième aussi".

L’équipe sur répondeur
Yvon Pouliquen (ogcnice.com) : "Mais même s'ils ne sont pas là ce soir, au niveau de la qualité de jeu, les garçons ont bien répondu".

Le mercato raté sur un malentendu
Eric Gerets (Canal+) : "Par manque de concentration, on a pris trois goals, c’est bête".

Le rédac chef d’olweb.fr
Jean-Michel Aulas, à propos de Keita (L'Équipe): "Sa performance montre à tous ceux qui nous ont critiqués que ce n’était pas fondé. Ça montre qu’une fois de plus, on avait raison".

Le diagnostic du sexologue
Pablo Correa (L'Équipe): "Mentalement, l’équipe tient, alors que c’est difficile de jouer tous les week-ends dans cette position".

L'appel à Clara Morgane
Yvon Pouliquen (ogcnice.com) : "J'ai envie de voir des vestiaires heureux".

Le concours de mots
• Christian Gourcuff (L'Équipe) : "Tout est question d’intensité, de vitesse et de mobilité".
• Laurent Roussey (L'Équipe) : "On a manqué de dynamisme, de créativité".
• Élie Baup (L'Équipe) : "Il fallait faire preuve de combativité, d’abnégation".


cisse_but.jpg
"Nooooooon ! Pitiééééééé ! Je veux pas aller aux scouts de Rennes !"



La minute pathologique de JMA

"On fait pas du… euh… politique… euh… de solidarité si on veut avoir des clubs en quart de finale de la coupe d’Europe. L’un est contraire à l’autre". (Téléfoot)



L’exploit de la semaine

Damien Degorre, qui a réussi à caser pour la 577e fois le salaire de Pauleta dans un article sur les derniers matches du Portugais au PSG. Une démarche touchante quand l'auteur prend exemple sur le footballeur en termes de régularité...

Plaidons à notre tour pour l'inscription des salaires des journalistes de L'Équipe, à côté de leurs signatures, afin de mieux apprécier la valeur de leurs analyses.



Le non-record de l'OL

Jean-Michel Aulas est un récidiviste. Champion d'Europe toutes catégories de transformations de vessies en lanternes, il nous ressert cycliquement sa fausse vérité préférée – généralement au lendemain de l’élimination de l’OL en Ligue des champions. Dimanche dans Téléfoot, il n’a pas raté son rendez-vous annuel pour la troisième année consécutive: "L’objectif, c’est vraiment le titre, un septième titre, parce que ça, jamais personne, aucun club français, mais aussi aucun club européen, ne l’a jamais fait".

Comme le président lyonnais n’a toujours pas trouvé un observateur sur sa route pour le contredire, replaçons la performance de l’OL – tout à fait exceptionnelle, pourquoi donc s’évertuer en rajouter? – à sa juste place dans l’histoire des hégémonies européennes. Un recadrage qui ressemble un peu à un tacle glissé de Gaël Givet: ça ne sert pas à grand-chose, mais ça soulage quand même.

Si les sextuples lyonnais se muaient en septuples à la fin de la saison, ils ne seraient toujours pas les premiers à dominer un championnat national aussi longtemps. Le vénérable Celtic Glasgow a été sacré neuf fois consécutivement entre 1966 et 1974 – tout comme les Rangers entre 1989 et 1997. Avec deux demi-finales (1972 et 1974), une finale (1970) et un titre (1967), le Celtic avait en revanche réussi, lui, à marquer également la Coupe d’Europe des clubs champions de son empreinte. Exploit d'autant plus remarquable qu'à l'époque, le premier du championnat écossais ne recevait pas trois fois plus de droits télé que le dernier.



Les réponses aux SMS de France 2 Foot

 
sms1.jpg

Michael Essien, Mahamadou Diarra, Éric Abidal, Tiago: "Faut le dire vite".


sms4.jpg

Jean-Michel Aulas: "Quand j’ai libéré Gérard de ses obligations, j’ai longuement hésité car tous les plus grands entraîneurs voulaient rejoindre l’Olympique lyonnais. Les candidatures de John Toshack, Abel Braga et Javier Clemente ont impressionné le conseil d’administration, mais au dernier moment, j’ai appelé l’entraîneur du FC Sochaux".


sms2.jpg

Michel Pastor: "Lolo, c’est effectivement tout simple: voilà les clefs, ton écharpe rouge et blanche, et ta place à l’année dans la loge princière. Amuse-toi bien avec Modesto et Muratori, dis-toi bien qu’un jour, Meriem finira par devenir un grand joueur, et ne retiens surtout pas Piquionne trop tard le soir au bureau, il n’aime pas ça".



LOSC, les réapparus

Deux victoires circonstancielles auront suffi au LOSC pour tordre le cou au flot d’inepties déversé sur son compte depuis le début de la saison. On savait pourtant dès la fin du dernier championnat que Claude Puel avait diagnostiqué un groupe en fin de cycle, le remodelant et le rajeunissant considérablement à l’intersaison.
Faisant fi de cette évidence peu propice aux conclusions définitives hebdomadaires, on a longuement glosé sur le bilan comptable d’une équipe qui n’avait pourtant plus grand-chose à voir avec celle qui avait poinçonné à deux reprises son ticket pour la Ligue des champions en 2005 puis 2006. Il n’y avait alors plus grand monde pour souligner qu’avant de jouer les premiers rôles, Claude Puel avait traversé deux exercices de construction préalables, devant se contenter d’une quatorzième puis d’une dixième place en 2003 et 2004 – en reconstruisant de la même façon l’équipe emmenée par Vahid Halilhodzic en Ligue des champions en 2001, puis à la cinquième place en 2002.

Objectif 2010
Les dithyrambes apparaissent après une victoire face aux Lensois privés de leurs recrues hivernales, et un score fleuve face à Caen, privé de gardien de but pendant la dernière demi-heure de jeu. Soit. Ces deux succès ne font pas de Lille une terreur revenue de l’enfer. Ils confirment seulement ce qui était patent depuis le début de la saison: Puel est en train de préparer une équipe compétitive basée sur une solidité jamais démentie – six défaites concédées seulement, comme Nice, Bordeaux et Lyon – sur laquelle il faudra certainement compter la saison prochaine, et probablement plus encore en 2009-2010. Imaginons le pire, faisons peser la menace sur le poste d’entraîneur, enflammons-nous à contretemps pour mieux digresser par la suite, rien n’y fera: le LOSC ne fondera pas sa stratégie 2010 sur une observation de ses performances à la petite semaine. Cela fait trop longtemps qu’il a la folle ambition d'être sage.


sadran_mansare.jpg
"Pleure pas, bonhomme, c'était pour rire que je disais vouloir te renvoyer à Montpellier".


Sondage express

La tribune Auteuil du Parc des princes a arboré la banderole suivante: "Vous nous faites honte, pleurer, vomir". D’après vous, qui en est l’auteur ?
• Un ancien entraîneur du PSG aux cheveux gris.
• Un yougoslave qui a joué au FC Nantes.
• Un coach qui a amené le LOSC des portes du National à la Ligue des champions.
• Un Bosniaque à l’estomac fragile.
• Un ex-meilleur buteur du championnat de France à la syntaxe approximative.
• Un homme qui a sauvé le Stade rennais de la relégation.



classpro_jdf.jpgLe suspens sans rire

Bien sûr, tout le monde ne peut pas avoir notre génie d'inventeurs du classement en relief ou du championnat à l'envers, mais Jour de foot s'alourdit depuis quelque temps d'une trouvaille très dispensable: le classement provisoire après chaque résumé. C'est-à-dire un pur artifice... Certains apprécient certes de regarder l'émission du samedi sans connaître les résultats, afin de déguster les résumés avec un certain suspens (que Philippe Bruet ruine avec une confondante candeur, puisqu'il est généralement possible de prédire le score final après vingt secondes de son commentaire).
Mais montrer le classement d'une équipe "après" le résultat de ses concurrents et "avant" le sien, c'est juste n'importe quoi, les enfants... Le classement d'une journée est édité à la fin de celle-ci ou – si l'on tient vraiment à faire des fantaisies – mis à jour but après but en temps réel. Mais le "temps" d'une émission de résumés est tout sauf réel.



lacombe_pancho.jpgLa série TV de la Ligue 1

On ne sait pas trop ce qui a bien pu passer par la tête de la rédaction de France 2 Foot dimanche midi: sans aucun lien avec les commentaires de Sonia Dauger, deux bandes originales de série TV garnissaient deux des résumés des matches Ligue 1. Ainsi l’oppressant générique de Chips était-il sensé illustrer la rencontre Rennes-Le Mans – Guy Lacombe étant même affublé du surnom "Poncho" lors de son interview – tandis que Lorient-Auxerre avait droit à la musique des Mystères de l’Ouest –  mais sans Rudi "James" Garcia, ni Christian "Gordon" Gourcuff cette fois, allez comprendre…
 
La cellule programmes TV de la rédaction des Cahiers a dressé une liste de surnoms potentiels des entraîneurs de Ligue 1 à l’attention de France Télévisions. Serviteurs.

• Jean "Edgard Stiles" Fernandez
• Laurent "David Palmer" Blanc
• Rudi "Sergent" Garcia
• Jean-Pierre "Starsky" Papin et Daniel "Hutch" Leclercq
• "Cricri d'amour" Gourcuff
• Françis "Arnold" De Taddeo et Yvon "Willy" Pouliquen
• Ricardo "Tubbs"
• Frédéric "Mc Key" Antonetti



Les observations en vrac

• Il suffisait de remplacer le gardien adverse par un joueur de champ pour que les Lillois deviennent une équipe portée sur l’offensive.
• On se languit de voir le regard énamouré de Frédéric Antonetti quand Estrosi va rentrer dans le vestiaire pour fêter la place en coupe à Toto de l’OGCN.
• Les six matches nuls de la journée confirment-ils que notre championnat est nul?
• Une équipe de Monaco aussi pauvre, c’est un pas historique vers une réduction des inégalités sociales sous un gouvernement de droite.
• Combien faut-il marquer de buts contre son camp pour postuler à une place de titulaire dans la défense du Paris Saint-Germain?
• Dans quel état va t-on laisser le monde à nos enfants si Toifilou Maoulida commence à être titularisé pendant qu’Aruna Dindane est envoyé en tribunes?
• Quand Bernard Laporte va-t-il enfin confier à Éric Besson la conduite d’une étude complète sur la compétitivité du football professionnel caennais?
• Des bouderies avec ses coéquipiers, des gestes d'humeur contre l'entraîneur et des ratages prétentieux sur le terrain: il faut déjà penser à dégonfler Benzema.
• À l'autre bout de l'échelle, il y a la noblesse de Pauleta et sa joie douloureuse après son but de raccroc...



L’équipe pauvre type

La déroute caennaise en terre lilloise ne pouvait pas laisser l’équipe pauvre type indifférente. Ils sont six Normands à avoir bu le calva jusqu’à l’hallali. L’amusement de la semaine provient cependant des écarts fantasmagoriques constatés entre les notations de L’Équipe et celles de France Football. Concernant Caen, par exemple, la somme des notes des dix joueurs de champ atteint 42 dans l’hebdo et…25,5 dans le quotidien.

equipe_pauvretype_29.jpg

On trouve pire sur les notes de Lens-OM. Visiblement perturbés par l’avalanche de buts, les deux journalistes du groupe Amaury ont diversement apprécié la prestation du jeune milieu de terrain olympien. Crédité d’un 6,5 flatteur par Hervé Penot – deuxième meilleur note derrière Cheyrou, Charles Kaboré plafonne à 2 dans France Football. S’il fallait une preuve que les notes ne servent à rien.

Rappel : l'équipe pauvre type est composée en agrégeant les notes de L'Équipe et les étoiles de France Football. Cet exercice ne cautionne pas la notation des joueurs par des journalistes omniscients]


L’envers du championnat
Quatre petits points. C’est ce qui sépare encore Caen, l’équipe en forme du championnat, d'une prestigieuse accession au podium que les Normands semblent désormais se donner les moyens d'atteindre. En changeant trois hommes simultanément à la mi-temps, Franck Dumas tenait son coaching gagnant. Il suffisait dès lors à son gardien de but d’obtenir un carton rouge pour que les Lillois, pourtant réputés pour ne pas commettre d’imprudence en terre adverse, sombrent sous un torrent de buts. Franck Dumas peut afficher un large sourire en conférence de presse au terme de l’exploit. Il est le seul bénéficiaire d’une bien morne journée.

dumas_confpresse.jpg
- Faites vos jeux.
- Ok, je mets tout sur le 11 bleu et rouge!
- Les jeux sont faits.
- ...
- Rien ne va plus!


Metz creuse encore un peu son avance en tête, tandis que Sochaux, Toulouse, Paris et Lens se tiennent à distance. Seul Élie Baup fait montre d’un peu d’inventivité et de panache en titularisant Salim Arrache à droite, comme ça, pour le fun. Mais cette trouvaille ne suffit pas à faire la décision. C’est encore la défense du Paris Saint-Germain qui surnage au milieu de cette médiocrité, en se substituant une nouvelle fois aux attaquants adverses. Mais les efforts de Cearà sont anéantis par un Pauleta décidément trop têtu. La course derrière le FC Metz va peu à peu s’emballer à l’approche du sprint final: les passionnés du classement à l’envers se sont ennuyés ferme ce week-end, mais bien des émotions les attendent encore.
Partager

> sur le même thème

Professeurs corons

Le championnat de France


Jérôme Latta
2019-09-13

La Ligue 1 a-t-elle sa place dans le "Big 5" ?

Une Balle dans le pied – Que diable fait le championnat de France dans le "Big 5 européen? Examinons la légitimité de cette appellation contestée, qui a pourtant la faveur des économistes du sport.


Richard N
2019-05-31

Platini à Nantes, le rêve de Lagardère

En 1979, le nom de Michel Platini est discrètement évoqué dans les couloirs du Football Club de Nantes. Rien ne s'oppose à un transfert, sinon la frilosité des dirigeants. Le club nantais a-t-il raté un rendez-vous avec son histoire?


Richard N & Christophe Zemmour
2019-05-29

Feindouno 1999, la proie du doute

Un jour, un but – Le 29 mai 1999 au Parc des Princes, les Girondins de Bordeaux conquièrent leur cinquième titre de champion grâce à un but de leur tout jeune espoir, Pascal Feindouno.


>> tous les épisodes du thème "Le championnat de France"


Le forum

Gerland à la détente

aujourd'hui à 10h49 - Il Capitano : ça peut être du joueur confirmé barré par les effectifs pléthoriques des gros clubs, ou du... >>


Foot et politique

aujourd'hui à 10h47 - OLpeth : Pipeau les gars, pipeau :https://tinyurl.com/swybc3v"Dans son programme "L'Avenir en commun", LFI... >>


Observatoire du journalisme sportif

aujourd'hui à 10h36 - Espinas : Je vous conseille la une de l'équipe du jour, c'est du très haut niveau. >>


Paris est magique

aujourd'hui à 10h33 - beltramaxi : cavaniball corpseaujourd'hui à 10h13Il faudra surtout que Gueye soit prêt à avaler bon nombre de... >>


En Vert et contre tout

aujourd'hui à 10h28 - forezjohn : Ce qui est bien c'est que Haolou m'a fait gagner ma soirée : j'ai pu basculer sur la S4 de The... >>


Les pseudos auxquels vous avez échappé ...

aujourd'hui à 10h16 - MarcoVanPasteque : Adile Haenul#avecunanderetard(comme ses interventions hinhinhin) >>


In barry we trust

aujourd'hui à 10h09 - Metzallica : Les Niners qui passent de seed 1 à seed 5 en 3 semaines c'est chaud pour eux.Et en effet très... >>


Premier League et foot anglais

aujourd'hui à 10h01 - Özil paradisiaque : Effectivement Bale, sans avoir une réussir pareille, City avait effectivement les moyens de faire... >>


Déclarama

aujourd'hui à 09h56 - JauneLierre : Andy Delort, avant le match contre le LOSC:"Sans la VAR, je serais le meilleur buteur du... >>


En rouge et noir !

aujourd'hui à 09h32 - inamoto : Seule ombre au tableau pour nuancer un peu ce tableau très positif : encore un match très moyen... >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)