auteur
Le Feuilleton de la Ligue 1

Du même auteur

> article suivant

Retour vers le footoir [1]

> article précédent

Les Cahiers, numéro 40

> article précédent

Vous allez aimer les enfiler

La Gazette > 20e journée

Partager
Si en plus du titre, les places pour la Ligue des champions sont distribuées dès le mois prochain, il va falloir se passionner pour la conquête du strapontin de l'UEFA... ou plutôt pour la relégation, qui concerne sensiblement plus de clubs...
Outre la quatrième place de Valenciennes, on contemplera la ligne des 25 points, dont les occupants ne comptabilisent pas moins de sept finales européennes.

classement_0708_20.jpg

Les résultats de la journée

Bordeaux-Auxerre : 4-1
Paris SG-Lens : 3-0
Rennes-Marseille : 3-1
Lyon-Toulouse : 3-2
Valenciennes-Saint-Étienne: 2-0
Monaco-Lorient : 1-0
Lille-Metz : 1-1
Caen-Nancy : 0-0
Strasbourg-Nice : 0-1
Le Mans-Sochaux : 0-2



Les 5 gestes de la journée

• La transversale diabolique de Rothen pour une demi-volée croisée au cordeau de Diané.
• L’ouverture sans contrôle de Laslandes en marchant, qui lance Ederson seul face au but au milieu de trois Strasbourgeois.
• L’enchaînement contrôle aérien-ouverture en ciseau de Savidan, à l’origine du but de Doumeng.
• L’ouverture sans contrôle d’Agouazy qui perfore sept Lillois pour lancer victorieusement Gygax qui ouvre la marque à Villeneuve d’Ascq.
• Les deux feintes de frappe de Pagis face à Mandanda avant de lui infliger un petit piqué une fois couché. L'arbitre assistant a eu du mal à ne pas agiter son drapeau de bonheur.


Les 5 antigestes de la journée

• Le double contact talon droit-talon gauche de Gomis face au but vide, pourtant idéalement trouvé par Dernis après une belle feinte de frappe pour éliminer Penneteau.
• Le cadeau de bienvenue déposé par Réveillère dans le petit filet de Coupet, d’une belle rétro-tête décroisée.
• Le saut en extension de Pauleta avec le pied en porte manteau pour faire plaisir à Jean-Michel Larqué, qui a failli s’étouffer avec son Chipster en voyant le ballon rebondir sur l'arrière de la tête de l’avant-centre parisien plutôt que sur son pied.
• La Goicoechea de Pagis (revendiqué par le GIA, Al Qaida, et les rebelles tchétchènes en même temps) qui est le seul à avoir confondu Krupoviesa avec Maradona.
• La répartie de Krupovisea sur Pagis, moins dangereuse, mais plus efficace: avec un carton rouge pour sa première faute en Ligue 1, l’Argentin relance enfin le challenge Cyril Rool.


coupet_moue.jpg
"C'était juste une tête lobée en pleine lucarne, Anthony, pas de quoi pavoiser".



La Bannette

Le technicien de surface
Mickaël Pagis (staderennais.com) : "On a essayé de jouer le plus possible vers l’avant en évitant les déchets". Dans le pire des cas, un Argentin, ça se nettoie vite fait.
 
Le dépassement perpétuel
Daniel Leclercq (rclens.fr) : "Je crois qu’on a pris les trois buts en même pas dix minutes". Un beau record, déjà que Papin était rentré dans le Guinness Bouc émissaire.
 
L'aveu d'impuissance
Daniel Leclercq (rclens.fr) : "Nous avons été défaillants dans une zone bien précise. Il y a eu un manque criant d’engagement que je ne m’explique pas".
 
Le weak end
Daniel Leclercq (rclens.fr) : "Il y a des forces dans cette équipe… Mais il y a des faiblesses aussi. On va travailler là-dessus". Tu es sûr que tu ne préfèrerais pas travailler sur les forces plutôt?

Les ultraviolets surexposés
Grégory Proment (sport24.com) : "Toulouse est capable du meilleur comme du pire cette année". Alors que d’habitude aussi, mais ça ne se remarque pas.

La cuisine interne
Christian Gourcuff (Le Télégramme) : "Cela ajoute de l’amertume et c’est difficile à digérer". Okay, c’est pas top le gingembre, mais si on recausait football?

L'autoportrait
Robert Herbin (Le Progrès) : "De notre côté, on manifeste une suffisance, inconsciente certainement, mais nuisible".

Le top « Bernadette Soubirous »
1. Rudi Garcia (Ouest France) : "J'ai vu de bonnes intentions en seconde période".
2. Daniel Gygax (losc.fr) : "Nous avons vu une équipe messine différente"
3. Massamba Lô Sambou (sport24.com) : "Le coach nous avait prévenus que Lorient était une belle équipe, bien organisée".


papin_confpresse.jpg
Il se murmure dans les couloirs de la Gaillette que Roger Boli prendrait en charge l'atelier reprises de volée. Gervais Martel souligne qu'il conserve toute sa confiance à Jean-Pierre Papin, qui reste l'entraîneur général des Sang et Or.


Saint-Étienne sent le Roussey

Afin d'assurer très rapidement leur désormais traditionnelle demi-saison complètement ratée et d'ôter tout fallacieux espoir de titre à leurs supporters, les Verts ont sonné la reprise par une élimination en Coupe de France et une nouvelle disparition en cours de rencontre à Valenciennes.
Grand club de collection (bientôt disponible en pièces détachées et 75 fascicules chez Altaya), l'AS Saint-Étienne entretient son goût pour les intrigues et les polémiques locales. Après quelques mois d'existence, le "projet" confié par les dirigeants à Laurent Roussey – consistant à miser sur l'émergence à moyen terme d'une génération de jeunes – semble déjà menacé, et le terme de "confiance" prononcé par Roland Romeyer vaut ce que l'on sait en pareilles circonstances.
Accentuée par le tango trébuchant une nouvelle fois dansé par les co-présidents, la fragilisation de l'entraîneur va bon train et l'on parle de lui accoler un adjoint ou un manager, voire de le limoger sans délai – comme le réclament certains supporters finauds. On voit jusqu'à Luis Fernandez, abandonnant décidément sa dignité, postuler pour l'emploi.

Le classement de l'équipe n'est pourtant pas déshonorant et ne justifie qu'une alarme mesurée. Elle n'a pas réussi à assumer une qualité de jeu face à des formations manifestement inférieures, et la perte de confiance qui s'est ensuivie a fragilisé le groupe au fil de performances plus médiocres. Un scénario normal pour une équipe jeune et dont les individualités (Feindouno, Ilan, Gomis, Janot) n'ont pas donné le meilleur d'elles-mêmes. Mais un scénario qui peut être enrayé si le club évite de s'infliger une crise parfaitement inutile qui imposerait le seul objectif du maintien.

roussey_fach_2.jpg
Les Verts voulaient faire revivre les années 70, ils n'ont fait que rappeler Michel Sardou.


Maritie et Gilbert Carpentier présentent : Top à Fiofio

Dans les Seventies, il en fallait, des guest stars, pour scotcher nos petites bouilles innocentes tout un samedi soir devant la télé. Même le grand Cloclo n’y suffisait pas, et rameutait une cohorte de vedettes américaines. Est-ce l’usure du temps sur notre niveau d’exigence? Toujours est-il que dimanche midi dans Téléfoot, Fiofio n’a eu besoin de personne pour parvenir à nous divertir.

#1
"Je veux bien être critiqué sportivement ou quoi que ce soit, mais je veux pas être menacé à l’extérieur du club ou quoi que ce soit".
#2
"C’est quand même quelque chose de contradictoire: vous avez un coach qui compte sur vous, et qui apprend le lendemain que vous êtes parti alors que lui comptait sur vous".
#3
"Le problème, justement, qu’il a lui [NDLR : Halilhodzic], c’est qu’il voit jamais plus loin que le bout de son nez et qu’il croit toujours que tout ce qu’il dit c’est preuve d’évangile. Malheureusement, je pense que c’est quelqu’un qui va mourir avec ses idées parce qu’il croit que y’a que lui qui a raison dans le monde. Parce que le problème, c’était lui, faut pas se leurrer hein".

pouliquen_telecom.jpg
Yvon Pouliquen constate que la télécommande pour gérer les déplacements d'Éric Cubilier est défectueuse.


Sauvez le PSG !

Les échanges publiés par France Football dans son édition du 8 janvier étaient destinés à la bonne cause: "Sauvez le PSG!" titrait le bi-hedbomadaire. Pour cerner le concept, la une précisait même: "Préoccupés par la crise permanente que traverse 'leur' club, 33 anciens Parisiens interpellent Alain Cayzac pour lui demander de réagir avant qu’il ne soit trop tard". Cinq d’entre eux se sont particulièrement distingués dans l’exercice, en démontrant qu’une chose les préoccupait bien plus que "leur" club: eux-mêmes.

Fabrice Fiorèse :
- Pourquoi ne m’as-tu pas écouté?
Marco Simone :
- Pourquoi est-ce que tu ne m’as pas rappelé pour me faire revenir au club?
Alain Giresse :
- À quelques heures de mon éviction du PSG, nous avions eu une conversation en tête-à-tête. En vous rappelant cet épisode qui appartient au passé, vous comprenez probablement la raison pour laquelle j'aurais tant aimé vous avoir comme président, n'est-ce pas?
Philippe Bergeroo :
- Dans la mesure où vous avez été à l'origine de mon licenciement avec d'autres dirigeants, j'aimerais savoir comment vous vivez la période actuelle de turbulences sportives et extra-sportives. Comment réagissez-vous au fait de vous retrouver à votre tour dans le tambour de la machine à laver?
Vahid Halilhodzic :
- Lors de ma deuxième saison au PSG, saviez-vous ce qui se tramait dans mon dos? Et si oui, pourquoi ne m'en avez-vous rien dit?
Luis Fernandez :
- La gestion d’un club comme le PSG est-elle à ce point usante qu’elle vous fasse perdre votre lucidité? Quand allez-vous parvenir à ouvrir les yeux?


> Quiz
Devinez auquel Alain Cayzac a répondu : "J’ai manqué une fois de lucidité, c’est quand je t’ai fait venir au club une deuxième fois".



France 2 Foot sonde les profondeurs

Pour l’avoir déjà suffisamment vilipendé, on ne revient pas sur le concept boiteux mais lucratif de la question SMS, devenu un pilier éditorial de France 2 Foot. Mais saluons le florilège de questions idiotes livrées chaque dimanche avec un sens du dépassement qui laisse pantois. Dimanche dernier, les téléspectateurs étaient invités à amputer leur forfait d’un SMS afin de trancher cette interrogation: "Lyon a t-il raté son mercato?"
Le 13 janvier, alors que les clubs ne sont même pas à la moitié du mercato, que la compétition recommence à peine et que les matches décisifs de la saison ne sont pas encore disputés, les spécialistes de France 2 ne trouvent que cette question à soulever... Il est regrettable qu'une édition hebdomadaire ne parvienne pas à prendre deux pas de recul au lieu de trois temps d'avance sur "l'actualité".

clopeau_reflexion.jpg
Silence. Thierry Clopeau est en train de réfléchir à la question SMS de la semaine prochaine.


Les observations en vrac

• Quand la presse annonçait dans la semaine une défense Cana-Givet-Krupo, la Fédération internationale d'Ultimate fighting a acheté les droits de Rennes-OM.
• Ecœurée par la titularisation surprise de N’Diaye en défense centrale, ladite fédération a soudoyé Mickaël Pagis pour faire le spectacle.
• 40.000 personnes transies de froid qui payent pour voir une première mi-temps de PSG-Lens de ce niveau, ça frise la métaphysique.
• Ecarté de Strasbourg, mis sous tutelle à Lens, JPP vient de comprendre que les clubs de L1 sont décidés à lui faire payer tous les buts qu’il leur a marqués.
• "Krüpo-vicia" puis Krüpo-visea pour Saccomano, "Kürpoviesa" pour Penot, "Krüproceva" pour Ménès… On a compris pourquoi Krupoviesa a proposé qu’on l’appelle "Krupo" en arrivant à Marseille.



Vu du forum

Aubey your Master / Fil : Paris est magique
=>> doumdoum – mardi 15 janvier 2008 - 15:46
Après sa prestation, Diané fait logiquement l'objet de toutes les attentions (et déjà, plusieurs journalistes pointent du doigt cet incompétent de Le Guen pour ne pas le faire assez jouer). Alors, sans rien enlever à Diané et à son exceptionnelle réussite de dimanche, je crois qu'il faut rendre hommage ici à l'un des grands artisans de notre victoire, un de ces guerriers de l'ombre injustement méconnus, celui dont on dit qu'il mériterait presque d'être messin, je parle bien sûr de l'artiste du flan gauche, Lucien Aubey, auteur d'une prestation absolument pitresque, mal récompensée par L'Équipe qui le crédite d'un 2,5 assez flatteur.

Toute la panoplie y est passée : placement aléatoire, marquage élastique, lenteur traoresque et feintes de tacles. Une prestation à l'envers de très très haut niveau, que n'a d'ailleurs pas manqué de remarquer Birmingham, 6e du classement à l'envers de la Premiership. Bravo Lucien. Et encore merci. À la mi-temps, on était mal.



L'équipe pauvre type

C’est un évènement exceptionnel: une région entière a fait main basse sur l’équipe pauvre type. Avec des représentants aussi dignes que Lille et Lens, le Nord ne place pas moins de huit représentants dans le onze titulaire. La défense centrale est purement estampillée LOSC, alors que les autres postes se répartissent équitablement: un latéral et un milieu défensif chacun, et un côté droit impressionnant, Obraniak se chargeant de pourvoir Kluivert en ballons.

equipe_pauvretype_20.jpg

Seuls Roche (Le Mans), Pino (Monaco) et Alvaro Santos (Strasbourg) privent les Nordistes d’un grand chelem pourtant mérité, en dépassant respectivement Runje, Boukari et Maoulida de quelques dixièmes de points.

Rappel : l'équipe pauvre type est composée en agrégeant les notes de L'Équipe et les étoiles de France Football. Cet exercice ne cautionne pas la notation des joueurs par des journalistes omniscients]


L’envers du championnat

Le FC Metz frise la correctionnelle en fautant lourdement dans la première demi-heure de jeu à Villeneuve-d’Ascq. Au terme d’une action fantasque initiée par Agouazi, qui met le collectif en difficulté en ne contrôlant pas le ballon, la défense lilloise est prise de vitesse. Gygax, débarrassé de tout vis-à-vis, expédie benoîtement le ballon au fond des filets. Un réflexe coupable qui impose à Bassong de se sacrifier pour l’équipe en se faisant expulser grossièrement à quarante minutes du dénouement.
Tout aurait pu basculer sur un bon centre dévissé de Lichtsteiner, qui trouve le poteau de Marichez. Ça sent le mauvais tournant de la saison, d’autant que Bastos touche lui aussi du bois, mais la faille spatio-temporelle prend fin à la 94e minute de jeu. Tout redevient normal: Cabaye frappe un coup franc, Marichez lève les bras au ciel, et c’est toute la Lorraine qui respire. Après avoir craint la mauvaise opération de la journée, le FC Metz fait plus que limiter la casse en confortant son avance.

Sochaux, sous mauvaise influence, a craqué chez les mal classés Manceaux, tandis que dans la deuxième affiche de la journée, le Paris Saint-Germain ratait une approche décisive du podium en subissant sa première contre performance de la saison à domicile. Ce n’est pas un mince exploit que réalisent les hommes de Guy Roux, Jean-Pierre Papin et Daniel Leclercq.
 
papin_otarie.jpg"Bon, les gars, on se concentre! Vous vous mettez en place comme on a dit, et on attaque... dès que Jean-Pierre aura TERMINÉ SON IMITATION D'OTARIE!"
Désormais bien installé à la troisième place du championnat, Papin a du mal à dissimuler sa satisfaction: "Avec Daniel, on a mis en place, pendant les entraînements de la semaine dernière, un jeu vers l’avant. Tout s’est très bien passé! Et pendant le match, nous avons été très surpris de constater qu’ils n’avaient rien appliqué". Toutefois conscient que rien n’est acquis, JPP conserve son groupe sous pression, menaçant: "On n’a jamais été aussi près de la Coupe d’Europe". Une mésaventure en Coupe est certes vite arrivée, mais le calendrier est on ne peut plus favorable: Nancy puis Lyon, rien de tel pour renforcer la confiance d’une équipe ambitieuse...
Partager

> sur le même thème

La Gazette > 19e journée

Le championnat de France


Richard N
2019-05-31

Platini à Nantes, le rêve de Lagardère

En 1979, le nom de Michel Platini est discrètement évoqué dans les couloirs du Football Club de Nantes. Rien ne s'oppose à un transfert, sinon la frilosité des dirigeants. Le club nantais a-t-il raté un rendez-vous avec son histoire?


Richard N & Christophe Zemmour
2019-05-29

Feindouno 1999, la proie du doute

Un jour, un but – Le 29 mai 1999 au Parc des Princes, les Girondins de Bordeaux conquièrent leur cinquième titre de champion grâce à un but de leur tout jeune espoir, Pascal Feindouno.


Alex Lagazette
2019-05-23

La Gazette de la L1 : 37e journée

Le classement en relief • Les gestes • Les antigestes • Les observationsLe championnat à l'enversVu de Twitter 


>> tous les épisodes du thème "Le championnat de France"

Le forum

Observatoire du journalisme sportif

aujourd'hui à 11h39 - Manx Martin : À noter que pour la première fois depuis des semaines, il n'y a rien dans L'Equipe du jour (rien... >>


Qui veut gagner des quignons ?

aujourd'hui à 11h36 - Danishos Dynamitos : - En 1998, je disputais ma seconde Coupe du Monde. Je m'y suis fait remarquer. Et on m'y reverrait... >>


Scapulaire conditionné

aujourd'hui à 11h19 - Mallardeaufraiche : Ouais, ben ça fait pas rêver les faits... Enfin, tant que Joe peut rembourser ses emprunts en... >>


Déclarama

aujourd'hui à 11h16 - footballeurdudimanche : Les bras m'en tombentJérôme Rothen (RMC Sport) : "Mon ambition est d'être la référence des... >>


LdC : La Ligue des Cahiers

aujourd'hui à 11h03 - Yoop2804 : Marius Taujourd'hui à 10h19Dites les demoiselles du Board, les insultes depuis le bord des... >>


CDF sound system

aujourd'hui à 10h51 - Hannibal : Altin gun! Gros kiff de cet été pour moi, le deuxième album. Moins apprécié le premier album.... >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 10h36 - OLpeth : Le gardien c'est quand même un poste bien particulier niveau trading des joueurs. Vu qu'ils... >>


Choucroute et bierstub: l'indigeste menu du RCS

aujourd'hui à 10h31 - Dédie mon Stück : Sacrée usine à gaz que le calcul de ce coefficient, faut avouer. 4 points apportés par... >>


Pognon, salaires, bilan comptable...

aujourd'hui à 10h26 - Daijinho : Vous connaissez statmuse ? >>


Et PAF, dans la lucarne !

aujourd'hui à 10h19 - Danishos Dynamitos : Trickyaujourd'hui à 02h14Je me trompe où ces lieux ne débordent pas de manière trop... >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)