auteur
Richard N

 

Pionnier du foot sur le Web avec Kick'n'Rush, historien pour les Cahiers et Footichiste pour son compte.


Du même auteur

> article suivant

Une jeunesse à toute vitesse

> article précédent

Retour vers le No Future

La douleur des premières fois

Il n'est de sentiment plus troublant que de retrouver un jour celle qui vous a déniaisé. Cinq équipes de l'édition 2010 vont retrouver le premier adversaire de leur histoire en Coupe du monde...
Partager
Le programme de la Coupe du monde 2010 nous offre comme toujours un grand choix de rencontres inédites, mais curieusement, ce sont les matches-retrouvailles qui excitent notre curiosité. Parmi ceux-ci, il y a bien sûr des USA-Angleterre et des Brésil-Portugal qui figurent en bonne place dans nos souvenirs, ou du moins dans notre imaginaire. Mais il est quatre autres rencontres qui ont une délicieuse particularité, celle de confronter une équipe à celle qui fut le premier adversaire de son histoire en Coupe du monde.


Le doublé d'Issa
Prenons l'Afrique du Sud. Ce n'est pas sans émotion que l'hôte de l'épreuve retrouvera la France le 22 juin à Bloemfontein. Douze ans plus tôt, les Bafana-Bafana avaient découvert la Coupe du monde à Marseille un soir venteux de juin 1998 et s'étaient fait manger tout cru (3-0) par des Bleus pas encore sûrs de leur destin. Un Dugarry revanchard toute langue dehors avait ouvert le score d'une tête magnifique avant qu'en deuxième mi-temps, le malheureux Pierre Issa n'inscrive deux buts contre son camp. Oui, deux! L'Afrique du Sud avait été sortie dès le premier tour de l'épreuve, alors que son adversaire d'un soir marchait vers son destin étoilé. Sans doute la nation arc-en-ciel rêve-t-elle aujourd'hui d'inverser les rôles.

1erefois_issa.jpg


Un minou pour Diego
Grèce-Argentine, qui se jouera également le 22 juin, présente la même particularité. Seize ans plus tôt à Boston, la Grèce avait découvert la Coupe du monde face aux Argentins et Maradona. Le score suffit à exprimer la douleur: 4-0 pour l'Argentine, trois coups de boutoir de Batistuta et une petite douceur du Roi Diego qui avaient mis au supplice un gardien, ça ne s'invente pas, qui s'appelait Minou. Deux matches plus tard, et toujours aucun but inscrit, les Grecs furent priés d'aller se faire voir à la maison. Maigre consolation, leur bourreau n'avait pas été beaucoup plus loin, une éprouvette ayant trahi le secret de la forme du vieillissant Maradona. De retour cette année en World Cup, les Grecs retrouvent quasiment le même groupe qu'en 1994 avec l'Argentine et le Nigeria. Mais le jeune éphèbe a désormais du poil au menton: n'a-t-il pas remporté le championnat d'Europe en 2004?

1erefois_maradona.jpg


Un souvenir d'Espagne
Toutes les premières fois ne sont pas qu'un mauvais souvenir. Par exemple le Honduras. Le 21 juin à Johannesburg, le rescapé de la zone Concacaf retrouve l'Espagne, vingt-huit ans après un match épique à Valence. À l'époque, on ne donnait pas cher du petit pays inconnu livré en pâture à l'hôte du Mundial. Mais à la surprise générale, les Honduriens n'avaient mis que huit minutes à se décoincer, grâce à un but surprise du dénommé Hector Zelaya. Décontenancée par tant de toupet, la vieille Espagne mit un temps fou à retrouver ses esprits. Elle évita le pire grâce à un penalty accordé par un arbitre apitoyé par sa détresse. Après ces débuts convaincants, le Honduras pouvait rouler des mécaniques et donner le change à l'Irlande du Nord (1-1). Il s'essoufflera en toute fin de partie face à la Yougoslavie (0-1) et devra rentrer à la maison. La chronique n'oubliera pas que c'est au Honduras de 1982, mais aussi à l'Algérie, au Cameroun et à quelques autres, que l'on doit l'adage selon lequel "il n'y a plus de petites équipes".

1erefois_honduras.jpg


La toute première fois
Mais la plus belle des premières fois sera celle que l'on évoquera le 17 juin à Polokwane au moment où la France affrontera le Mexique. Les deux équipes ont découvert la Coupe du monde ensemble et pour cause: le France-Mexique du 13 juillet 1930 fut le tout premier match de l'histoire de la compétition. Sous les quelques flocons de neige qui tourbillonnaient au dessus du petit stade de Pocitos, à Montevideo, la France infligeait au Mexique une victoire nette (4-1). Lucien Laurent, l'ailier de Sochaux, avait ouvert le score d'une reprise de volée dont on n'a conservé aucune image. Et c'est bien dommage car il s'agit quand même du premier but de l'histoire de la Coupe du monde... Les deux autres rencontres seront un peu plus compliquées pour les Tricolores, qui s'inclineront contre l'Argentine et le Chili. Tout comme les Mexicains, d'ailleurs. Par la suite, la France et le Mexique se retrouveront plusieurs fois en phase finale. En 1954 à Genève, la bande à Kopa s'impose 3-2. En 1966 à Londres, les deux équipes se séparent sur un score nul, 1-1.
Bonne nouvelle: la France n'a jamais perdu contre les Mexicains. Mauvaise nouvelle: chaque fois qu'elle les a croisés, elle n'a pas passé le premier tour...

1erefois_1930.jpg
Partager

> sur le même thème

No One Knows...

Cultures football


Richard N
2019-09-03

Netto, retour de bâton

Après les fameux bâtons de Nasazzi et de Bourbotte, voici… le bâton de Netto, qui démarre lors de la première finale du Championnat d’Europe en 1960. Making of. 


Antoine Zéo
2019-06-03

Footballeurs en liberté

Festival La Lucarne – À l'occasion de la projection du documentaire Démocratie en noir et blanc, on reparle de l'expérience politique et citoyenne des Corinthians de Socrates entre 1981 et 1984. 


Kireg
2019-05-09

Le désert des Tard-Tard

Quand Dino Buzzati rencontre Julien Stéphan, tout peut arriver, et qu'importe l'attente qui a précédé.


>> tous les épisodes du thème "Cultures football"

Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)