auteur
Richard Coudrais

 

Pionnier du foot sur le Web avec Kick'n'Rush, historien pour les Cahiers et Footichiste pour son compte.


Du même auteur

> article suivant

La boîte à chants

La double vie du Bohemka

Il y a dix ans, nous avions raconté la genèse du derby le plus kafkaïen de l’histoire du foot… Bohemians Prague-Bohemians Prague. L'histoire méritait une suite. 

Partager

 

Tout avait commencé lors de la saison 2004/05. Le club des Bohemians Prague, l’un des plus populaire de l’ancienne Tchécoslovaquie, avait disparu corps et biens, sans même pouvoir terminer sa saison.

 

Pour régler les dettes les plus urgentes, les dirigeants du club trouvèrent comme ultime ressource la vente du nom du club. Un petit club de Prague, le FC Strížkov, se porta acquéreur et devint le FK Bohemians Praha.

 

Mais, au même moment, des supporters firent une campagne de dons dont le succès leur permit d’investir un club amateur de Vršovice et de l’inscrire en troisième division tchèque sous le nom de "Bohemians 1905". Curieusement, la Fédération tchèque de football ne se préoccupa guère de cette incongruité.

 

Lire "There’s only one Bohemka" (1er octobre 2009) 

 

 

 

Homonyme honni

Inévitablement, quelques années plus tard, le FK Bohemians Prague et le Bohemians 1905 se retrouvent en Gambrinus Liga, première division du football tchèque. Le derby a lieu en octobre 2009 et se termine sur un score aussi vierge que diplomatique. Le match retour en avril 2010 est en revanche beaucoup plus houleux. Le FK refuse de se rendre sur le terrain de son adversaire homonyme. Il récoltera une amende de six millions de couronnes.

 

Mais, depuis quelques semaines déjà, le club du bouillonnant président Karel Kapr est dans l’œil du cyclone. En mars, il a fait la une des journaux en accusant un autre club, le Sigma Olomouc, de tentative de corruption. Le match concerné a eu lieu huit mois plus tôt, lors de la dernière journée du championnat 2008/09.

 

Certains joueurs du FK auraient reçu une enveloppe de la part du club morave, qui avait besoin d’une victoire pour s’assurer une place européenne. Les Bohemians pouvaient bien s’incliner, ils avaient déjà sauvé leur place. Faute de preuves tangibles, l’affaire restera sans suite, mais le FK sera sanctionné de... vingt points.

 

Dernier du classement avec un seul point, le FK refuse par ailleurs de payer l’amende de son non-match face au rival homonyme. Une relégation administrative accompagne ainsi la relégation sportive et le club se retrouve en Ligue de Bohême, équivalent à la troisième division tchèque.

 

 

Le Dukla aussi

Quelques saisons plus tard, en 2011, la Gambrinus Liga voit arriver une absurdité similaire avec l’accession du… Dukla Prague, glorieux club de l’ex-Tchécoslovaquie, que l’on croyait définitivement englouti par la Révolution de velours.

 

Le club de l’armée tchécoslovaque (onze titres de champions et neuf coupes entre 1956 et 1990) avait perdu tous ses soutiens et en 1994, il subit une double relégation, tant sportive qu’administrative.

 

 

Deux ans plus tard, le club fusionne avec le FK Príbram, club d’une ville située à soixante kilomètres de Prague. Le Dukla Príbram accède à la première division dès 1997, mais décide de changer de nom trois ans plus tard et devient le Marila Príbram. Le Dukla Prague, absorbé, avalé, digéré, n’existe définitivement plus.

 

Mais un club amateur de Dejvice, un quartier de Prague, s’installe alors au Na Julisce Stadium, l’enceinte historique du club de l’armée. Il en profite pour adopter les couleurs du club mythique et, comme rien ne l’en empêche, reprend aussi le nom et le blason à son compte.

 

 

Un héritier unique

Le nouveau Dukla Prague s’inscrit en quatrième division tchèque, conquiert un public et, crânement, son accession à l’élite en 2011. Une situation qu’accepte difficilement le FK Príbram, qui se considère toujours comme l’héritier légitime du grand Dukla. Même s’il n’en porte plus le nom, ni les couleurs. Les entités restent toutefois bien distinctes et ne provoquent pas la schizophrénie des Bohemians.

 

Du côté des Bohemians, justement, l’affaire se poursuit désormais devant la justice. En septembre 2012, les tribunaux somment le FK de ne plus utiliser le nom historique à partir de janvier 2013. Le club fait appel et peut jouir du nom quelques années encore. En 2016, le club perd définitivement la bataille.

 

Son équipe joue alors quelque part en cinquième division après divers soucis d’ordre financier. Elle sera dissoute sur décision d’un Karel Kapr en colère, lequel préserve toutefois l’équipe féminine et les équipes de jeunes.

 

Le Bohemians 1905, quant à lui, retrouve une vie de club un peu normale. Il reste solidement accroché en première division tchèque – à l’exception d’un bref passage en deuxième division lors de la saison 2012/13. Mais sa plus grande victoire reste d’être enfin redevenu l’unique héritier du Bohemka.
 

 

Partager

> sur le même thème

L'USMA, le chant de l'Algérie

Le football d'ailleurs


Jérôme Duval
2020-03-04

Le football chilien, entre répression et rébellion

Supporters et joueurs se sont engagés dans le soulèvement insurrectionnel chilien, soutenant la contestation, et faisant face à la répression dans les stades et les rues. 


Matthieu Richard
2020-02-21

Une semaine de foot en Israël et Palestine

Trois stades, deux villes, plusieurs atmosphères. De Tel-Aviv à Jérusalem-Est, récit d'un visiteur en tribune. 


Guy Pichard
2020-02-08

Retour de flamme

Il y a un an, l'incendie du centre d'entraînement de Flamengo provoquait la mort de dix jeunes. Depuis, le club a connu une année sportive exceptionnelle… et laissé les familles des victimes à l'abandon. 


>> tous les épisodes du thème "Le football d'ailleurs"

Le forum

Marinette et ses copines

aujourd'hui à 03h26 - Toto le Zéro : Pour revenir rapidement sur le 12-0, le but de Emeline Laurent du 9-0 est Matuidesque au possible... >>


Dans le haut du panier

aujourd'hui à 03h11 - Jah fête et aime dorer Anne : Et Houston ne récupère qu'un premier tour de pick de seconde moitié. Alors que John Wall avait... >>


Foot et politique

aujourd'hui à 02h48 - PCarnehan : L'Austerlitz attendu qui s'est transformé en un Waterloo personnel. >>


Paris est magique

aujourd'hui à 02h37 - cocobeloeil : @la menace ChantomeT'as quel âge pour parler de trolls à répétition ? 15 ans? A peu près... >>


La Ligue des champions

aujourd'hui à 01h41 - Moravcik dans les prés : Situation étonnante dans le groupe B où les quatre équipes peuvent toutes encore se... >>


L'empire d'essence

aujourd'hui à 00h35 - Run : Le premier impératif, au-dessus de n'importe quel autre, pour un pompier sur incendie d'une... >>


Le fil éclectique

aujourd'hui à 00h20 - ULF : [Windows 10]Le triplé ?J'en profite pour rebondir sur un des sujets récent.Ma chère et tendre... >>


En rouge et noir !

aujourd'hui à 00h05 - Oh Mamm Billig : Oui c'est ce que j'espère aussi : avec la fin des matchs tous les 3 jours => moins de blessés et... >>


Le fil de butte avec ses potes en croco

02/12/2020 à 23h51 - arnaldo01 : Il faudra faire attention à Di Maria samedi, il risque de passer ses nerfs sur les... >>


Aimons la Science

02/12/2020 à 23h39 - Tricky : Tiens, à propos, j'écoutais un type de UCSF qui expliquait que si tu vaccinait 10M de gens (aux... >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)