auteur
Jérôme Latta

 

Chef d'espadrilles.


Du même auteur

> article suivant

Revue de stress #171

> article précédent

La Coupe du monde en animation

La Coupe du monde est belle, mais elle a besoin d'être sauvée

Une Balle dans le pied - Ces dernières semaines ont rappelé tout ce que l'on peut aimer dans une Coupe du monde, mais aussi tout ce qui la menace. 

Partager

 

Un record de buts, des outsiders séduisants, des matches dramatiques, des coups d'éclat et des coups de Trafalgar, la meilleure équipe (ou celle qui le plus "fait équipe") sacrée: la Coupe du monde 2014 se pose comme une édition assez exceptionnelle, plutôt rassurante pour ce football de sélections que l'on jauge avec une attention particulière tous les quatre ans.
 

Elle a cependant moins proposé de grande révolution tactique que sonné la fin de l'ère du football de possession à l'espagnole, et confirmé des traits communs à ses devancières du 21e siècle: une expression rarement très accomplie dans le jeu et un grand nombre de stars – celles des films publicitaires – peu en verve. S'il est intéressant de constater que la Coupe du monde peut se passer d'elles, et si son enjeu sportif et l'intérêt qu'elle suscite restent inchangés, elle reste cependant sous des menaces bien connues.
 

L'HÉGÉMONIE DU FOOTBALL DE CLUBS

La première de ces menaces réside dans la puissance économique et politique du football de clubs, comme en témoignent les combats menés (et remportés) par les lobbies de l'industrie du football européen contre les calendriers des sélections nationales ou en faveur de l'indemnisation de la mise en disposition des internationaux. Une puissance également sportive de la part des clubs les plus riches, qui concentrent à la fois les stars, les ressources, les résultats dans leur Ligue des champions et l'attention médiatique. (...)


Lire l'article :


 

Partager

La Coupe du monde 2014


L'Atelier
2014-07-24

Coupe du monde 2014, le bilan définitif

On ne pouvait pas la quitter comme ça : notre sélection amoureuse des bons moments passés avec elle, des mauvais aussi. Et même des autres. 


Nicolas Che
2014-07-21

Narcisse zéro

Les images de supporters jubilant au moment de s'apercevoir sur les écrans géants des stades ont criblé les retransmissions de matches. Une mécanique narcissique, mais pas dépourvue de sens. 


Toni Turek
2014-07-15

Allemagne, année 2014

Ça y est, la bande à Jogi Löw a enfin atteint la première place d’un podium. Le Mondial brésilien terminé, c’est l’heure d’une revue d'effectif de ces vingt-trois Allemands qui ont offert à leur pays sa quatrième étoile. 


>> tous les épisodes du thème "La Coupe du monde 2014"

Sur le fil

RT @LaurentFavre: André-Pierre Gignac encense Marcelo Bielsa et Didier Deschamps dans la même (excellente) interview à @lemaglequipe https:…

RT @FargeRemi: ⚽️💶 Petit thread sur le scandale du FCSM depuis 5 ans. Pour que les non-initiés comprennent les tenants et aboutissants 👇🏻

Votre exemplaire de la Revue de stress est disponible à l'accueil: https://t.co/NbNn2XhFbS https://t.co/PjWTd2lnl4

Les Cahiers sur Twitter

Les brèves

Bjeurk

"Un maillot collector contre l'Islande." (lequipe.fr)

Décision de Lacour Martial

"La justice refuse le prénom Griezmann Mbappé." (lequipe.fr)

Gastrique Bertrand

"Comment le PSG a digéré ses éliminations." (lequipe.fr)

Flop chef

“L1-Gourvennec : ‘On n’a pas mis les ingrédients’.” (l’équipe.fr)

Ravons plus grand

“De l’ecstasy dans le drapeau du PSG.” (ouest-france.fr)