auteur
Le Feuilleton de la Ligue 1

Du même auteur

> article précédent

Canards boîteux

> article précédent

LE REPLAY, SÉANCE 14

L1 :: LA GAZETTE :: J29

Partager
classement_0809_29.jpg

Les résultats de la journée

Toulouse-Paris SG : 4-1
Lorient-Saint-Étienne : 3-1
Marseille-Nantes : 2-0
Auxerre-Le Mans : 2-0
Lyon-Sochaux : 2-0
Lille-Grenoble : 2-1
Nice-Caen : 2-2
Rennes-Valenciennes : 0-0
Nancy-Monaco : 0-1
Le Havre-Bordeaux : 0-3



Les 5 gestes de la journée


• Le slalom géant de Ben Saada, trois-quarts aile, un quart Messi, qui gratte un ballon devant sa surface et remonte quatre-vingt mètres pour servir Loïc Rémy face au but caennais.
• La Gourcuff de Gourcuff, qui a décidément beaucoup de mal à marquer un but normal, du tibia en pivot sur un ballon qui traîne. L’anti-Fargeon, en quelque sorte.
• Les frappes brossées de "Roberto" Seube à l’intérieur du poteau d’Ospina, et de "Magic Chris" Wendel sur son coup franc excentré au pied de celui de Revault.
• La passe piquée par Gourcuff juste au-dessus du cheveu le plus haut du dernier défenseur havrais qui retombe pile dans les pieds de Chamakh, et le retour de Tixier qui tacle l’attaquant bordelais dans sa surface avec une grande maîtrise.
• Le smurf de Braaten après son but, comme un hommage au palmarès très eighties du club qui l'a accueilli.



Les 5 antigestes de la journée


• La mue inversée de Ramé après la rencontre de ses testicules avec le genou d’Henrique lancé à pleine vitesse.
• Les trois gifles appuyées par Cheyrou dans la nuque de Civelli. qui les avait bien cherchées en claquant tous ses buteurs de coéquipiers depuis sa résurrection dans le onze olympien. Et le rictus de joie de l'Argentin qui lui donne des faux airs de Jaws.
• L’opération de scierie de Mangane sur le tibia péroné de Lacourt, qu’on sera désormais prié d’appeler Lacourte.
• La bonne blague des défenseurs lillois, qui laissent Malicki à un contre cinq dans le temps additionnel, comme ça, pour voir.
• Deux zubrelances dans une même rencontre: la première de Bayal, la seconde de Varrault. Qui c’est les plus forts?



La bannette

L'équipe qui a fait ceinture
Daniel Jeandupeux (lfp.fr) : "En seconde période, Auxerre nous a bouclés complètement".

Le décompte est bon
Pablo Correa (lfp.fr) : "Avant ce match, j'avais dit à mes joueurs qu'il restait dix finales, il en reste neuf".

La théorie du complot de Météo France
Jacques Rousselot (L'Équipe) : "Je reste persuadé que le vent va tourner et le soleil briller à Marcel-Picot".

Le joueur qui a aimé le dernier Marc Lévy
Adil Rami (losc.fr) : "Le final est heureux, c’est le principal".

Le début de campagne du MoDem
Ricardo (lfp.fr): "Nancy l'a très bien démarré en nous embêtant à droite et à gauche".

Le coup du gars à Rennes
Antoine Kombouaré (L'Équipe) : "On a vu ensuite Mbia courir comme un lapin".

Le ballonnement de plomb
Frédéric Antonetti (L'Équipe) : "La situation du ventre mou est très difficile à gérer".

La découverte de la notion d’équilibre
Olivier Echouafni (sport24.com) : "Il ne faut pas se reposer sur un but".

Le podium Olympique
Boudewijn Zenden (sport24.com) : "J'espère qu'on est assez matures pour savoir que les médailles se donnent à la fin".

L’entraîneur à 12°5 du bonheur
Eric Gerets (sport24.com) : "Ca me fait rigoler si nos concurrents là où il y a du bon vin disent qu’ils ne pensent pas au titre".

L’entraîneur qui en a bu d’autres
Eric Gerets (sport24.com) : "Laurent Blanc se plait dans cette situation, il est comme un poisson dans l’eau et nous autres, on a toute la pression avec Lyon, mais c’est bien".

Le pré en bulles
Jérôme Alonzo (L'Équipe) : "Je verrais des chèvres à l’entraînement, je ne m’arrêterais même pas pour vous parler".

Le défenseur qui rappelle qu'il est en fin de contrat
Renato Civelli (L'Équipe) : "Pour le moment, je fais du bien à l’équipe".

Le matelas de points disparu
Alain Perrin (sport.fr) : "On a manqué de ressort."

La technique de séduction
Yoann Gourcuff (L'Équipe) : "Je bosse beaucoup à l’entraînement pour les aborder le plus frais possible".

Le MUC des lamentations
Frédéric Thomas (L'Équipe) : "Il nous a laissés regarder notre bafouille. On a été nuls, très mauvais et on est tous coupables".

La victoire dans un fauteuil
Jérôme Alonzo (L'Équipe) : "Je vois beaucoup de matches à la télé et je peux vous assurer qu’il y a beaucoup d’équipes qui ont plus de chance que nous".

Le Variété Club
Alain Perrin (L'Équipe) : "On fait des erreurs, mais pas toujours les mêmes".




Les tops


Le top centrale vapeur
1. Adil Rami (losc.fr) : "Après, nous savions que rester à ce rythme pendant 90 minutes serait difficile, et que nous plierions probablement dans les derniers instants".
2. Frédéric Antonetti (lfp.fr): "On doit plier ce match dans la première demi-heure".
3. Sammy Traoré (football365.fr) : "À 3-0 à la pause, le score était plié".
4. Christian Gourcuff (sport.fr) : "On dominait de la tête et des épaules avec de l'intensité dans le pressing et dans la remontée du ballon".

Le top near death experience
1. Franck Dumas (lfp.fr): "Ce résultat et plus encore le comportement de mon équipe prouvent que nous ne sommes pas morts".
2. Eric Gerets (fifa.com) : "Mais on se rend compte que, malgré les critiques, parfois justifiées, que nous avons connues il y a encore dix jours, nous ne sommes pas morts".
3. Sammy Traoré (football365.fr) : "On n'est pas morts, il va falloir batailler davantage".



Les minutes


La minute Jacques Mellick de Yoann Gourcuff
Jean-Louis Triaud: "Je suis un peu sceptique [NDLR: face aux rumeurs de rendez-vous de Yoann Gourcuff à Lorient dimanche soir avec son père, Migliaccio et Bernès], mais de toute façon, on n'a pas fini d'entendre des rumeurs. Gourcuff, il est rentré du Havre à Bordeaux hier soir avec nous, je le vois pas très bien repartir aujourd'hui à Lorient". (Larqué Foot – RMC)


gaz29_gourcuff.jpg
— Tain Yoann, comment tu va te faire choper par Triaud avec leur incrust, là!
— FCL… Je lui dirais que j’étais à Libourne parce que je veux m’investir sur la durée dans la région.



La minute tapamal de Renato Civelli
"Il y avait un peu de Mistral, et je suis tombé à la mer depuis les rochers sans pouvoir m’en sortir. Heureusement, tout s’est bien fini, mais j’ai eu de la chance, parce que je saignais partout, mais j’avais rien".
(Larqué Foot – RMC)


La minute lapsus d’Eric Gerets
"C’est quelqu’un [Renato Civelli] qui n’a jamais lâché. Qui a eu pas mal de problèmes de pubalgies, notamment après son opération. Puis il est allé à la pêche. Avec un peu de chance, il serait plus là. On rigole mais c’était sérieux".
(Larqué Foot – RMC)


La minute toi-même de Mehmet Bazdarevic
"On a eu du mal, surtout après le penalty qui n’existait pas.  Lille n’avait pas besoin de l’aide de l’arbitre. Garcia n’avait pas besoin de pleurer, de prétendre que le championnat est faussé. Je suis désolé, mais ce n’est pas facile de lire ça tous les jours précédant le match. II faut que Rudi Garcia arrête de délirer. Là, il va être content. Il est allé trop loin. Quand tu vois le penalty que nous avons pris, ce n’est pas le championnat qui est faussé, mais le match. Cette décision nous a coupé les jambes. Après, on n’avançait plus".
(L'Équipe)



gaz29_tibia.jpgFractures entre amis


C'est vrai que les commentateurs et les consultants doivent meubler, selon la règle de la télévision française qui interdit les silences de plus de trois secondes à l'antenne. En guise d'hommage au tibia et au péroné de Jonathan Lacourt, ils devraient pourtant s'abstenir de livrer sans cesse leur appréciation de la justesse ou non de tel carton infligé (ou non) par l'arbitre. La semaine dernière, Christophe Dugarry estima lors de PSG-OM qu'un tacle aux tendons de Civelli sur Hoarau ne méritait pas de sanction, alors que Stéphane Guivarc'h lors de ce Rennes-Valenciennes, jugea qu'une agression ultérieure de Sanchez sur Mbia ne valait pas le rouge... Deux exemples parmi bien d'autres: tous minaudent pour des fautes un peu sévèrement sanctionnées selon eux, ou trop tôt sanctionnées dans le match – comme si la gravité d'une brutalité devait varier selon le moment où elle est commise (1).

En tout cas, s'ils se veulent libéraux et entendent prôner ce laxisme, qu'ils aillent au bout de leur idée et ne se scandalisent pas quand un joueur en arrive à fracturer accidentellement la jambe d'un adversaire qui se trouve être un pote – preuve, s'il en fallait, que ce n'est pas le vice qui pose problème, mais le niveau d'engagement que l'on tolère sur un terrain, avec ce qu'il implique de risques orthopédiques (2).
"Ah oui Grégoire, c'est pas de chance parce qu'à cinq centimètres près, il n'avait rien, mais les accidents font partie du métier.
— Oui Christophe, j'ajouterais même que les tacles font partie du spectacle. Ah regardez à la superloupe, on voit nettement le tibia céder juste avant le péroné, merci à François-Charles Bideaux pour cette image qui va faire le tour de la planète football. Mais la civière est sortie et ce match superbe, très engagé, peut reprendre".


(1) Marama Vahirua en a témoigné après Lorient-Saint-Étienne : "J'ai demandé à l'arbitre pourquoi il ne mettait pas de carton. Il m'a répondu que ce n'était que la première faute. Et si je vais à l'hôpital? Ce règlement, c'est de la merde! C'est nul. À chaque fois, c'est ça pour moi. Je suis dos au but. Je conserve le ballon. Je ne vois pas le défenseur. Il me met un tampon. Je me fais éclater" (L'Équipe).
(2) Lire "Faut-il interdire les blessures?" sur l'affaire Coridon-Le Guen ou, à propos de l'agression de Réveillère sur Wendel il y a un an, "Pas de sommet sans casser des joueurs".




Nancy-Monaco : le top 5

Les cinq trucs qu’on préfèrerait faire plutôt que de suivre un Nancy-Monaco.

1. Se pendre. Sans toutefois oublier de mettre la marmite de potion magique qui te transforme en Christian Jeanpierre sous la corde, au cas où elle cèderait.
2. Une épilation des bourses à la cire à peine tiède, juste avant de servir de support humain à un concours de tequila paf-citron-sel entre Sidney Govou et Paul Gascoigne.
3. Porter le maillot de Nancy floqué Biancalani lors d'un speed dating. Même avec la coiffure de Biancalani.
4. Enlever, puis vendre aux enchères sur mistergoodeal.com, la sœur de Renato Civelli.
5. Oindre le corps soyeux de Jean-Michel Aulas d’huiles essentielles, et lui faire un massage intégral.



gaz29_lequipe.jpgTête de neuneus

C'était LA grande information du week-end: Marseille a pris la première place à moins de dix journées de la fin, ce qui "n'était plus arrivé depuis dix ans". Du moins, d'après le quotidien de référence. Et si le quotidien de référence le dit, tout le monde le dit.
Cette information 100% garantie sensation artificielle omettait de souligner son caractère de vérité provisoire du samedi soir.

Mais s'il faut considérer qu'il s'agit là d'une information capitale, alors autant s'assurer de sa justesse. Car en réalité, à ce compte, cela ne fait que six ans que Marseille n'a pas occupé la première place de la compétition. En 2002/03 lors de la 31e journée, en gagnant 2-1 à Montpellier à 17h15, l'OM a été en tête de la L1. Monaco a repris son bien trois heures plus tard en gagnant 3-0 au Havre. Difficile à retrouver dans une base de données, puisqu'elles enregistrent à raison les classements quand toutes les rencontres ont été disputées.


gaz29_tavlaridis.jpg
Bienvenue chez les Stéphanois, darla dirladada
Y a pas de soleil ni de nana, darla dirladada
On est dans la mouise jusque-là, darla dirladada,
Merci Roro merci Cazza, darla dirladada



Les observations en vrac

• Lyon peut jouer avec un milieu à cinq (Makoun, Källström, Juninho, Keita, Benzema), avec un milieu avant-centre (Ederson), deux milieux en défense centrale (Bodmer, Toulalan), il reste tout de même deux milieux sur le banc (Mounier, Pjanic) et un milieu blessé (Fabio Santos). Le déséquilibre de l'effectif de Lyon, c'est la faute du football français qui a beaucoup trop de milieux talentueux à recruter.
• L'anglicisme affreux: "l'assistance" pour une passe décisive, signé Xavier Giraudon.
• Le geste qui a failli passer inaperçu : Souleymane Diawara sifflotant discrètement sur le plateau de Canal Football Club pendant la tirade de Guy Roux qui demande à ce que les tacles comme celui de Mangane soient mieux sanctionnés.
• Bien vu Alain, c'était une bonne idée de ne pas jouer la Coupe d'Europe à fond.
• Au classement des buteurs, Grenoble (19 buts), devance Gignac (18 buts) et Bordeaux sur coups de pieds arrêtés (17 buts).
• Le scoop de la journée dont on n’est pas prêt de se remettre: "Je suis droitier". (Renato Civelli – RMC).
• Ce ne sont pas les observations qui sont en vrac, c’est la jambe de Jonathan Lacourt.
• Pour se divertir, les adversaires du HAC s’imposent désormais un handicap. Aujourd’hui, Bordeaux vous présente l’auto-percussion défensive avec deux blessés.
• En cumulant les différences de but des trois premiers de la L1 (17+19+18), on n'arrive pas à celle de Barcelone (+60). En ajoutant celles des deux suivants (16+12), on n'arrive pas à celle du Real Madrid (+35).



gaz29_brandao.jpgTendance Brandao

En ce printemps 2009, la veste Evaeverson Brandão se porte retournée. Après avoir subi les pires sarcasmes lors de son arrivée, les opinions sur le Brésilien sont l'objet d'un brusque virage. Eugène Saccomano avait ânonné "Brandão n'a pas sa place à Marseille". Repris par ses fidèles acolytes, qui n'imaginaient pas qu'un joueur revenant de vacances, ne parlant pas la langue, et arrivant en plein milieu de saison pourrait avoir besoin d'un temps d'adaptation. Les exemples de joueurs ayant montré des difficultés à leurs débuts sont pourtant légion.

Défi d'à côté
Deux buts et une multitude d'actions décisives plus tard, les sarcasmes ont disparu. Après avoir ricané un peu vite, les "experts" iraient jusqu'à reprocher à Jean-Michel Aulas de ne pas l'avoir recruté.
Pas le dernier à changer d'avis, Pierre Ménès déclare d'ailleurs cette semaine "À propos du Brésilien, j'ai lu ici ou là que je l'avais taillé. Je m'inscris totalement en faux et je vous mets au défi de trouver trace de tels propos. […] je trouve que c'est une bonne trouvaille et un profil qui manquait à l'équipe de Gerets".
On rappellera cependant cette petite pique datant du match Bayern-Lisbonne, il y a quelques semaines: "Au passage, l'OM doit regretter de ne pas avoir pu prendre Podolski, qui est à mon avis meilleur que Brandão". Il semble utile de rappeler que Podolski n'a pas du tout le même profil (ce fameux "profil qui manquait à l'équipe de Gerets"), pas du tout le même salaire, pas du tout la même indemnité de transfert, et surtout, n'était pas du tout libre avant le mois de juin.


gaz29_dugarry.jpg
D'après Daniel Lauclair, Christophe Dugarry est favori à 3 contre 1, devant Général du Pommeau.



Les questions


• D’accord, le Président Fortin t’a maintenu, mais sérieusement, Franck, mettre Nivet au marquage d’Echouafni aux seize mètres dans le temps additionnel, c’est pas juste pour pouvoir râler contre l’arbitre après?
• Si on réduit à dix-huit le nombre de clubs de L1, qu’est-ce que Canal+ va faire de William Ayache, Stéphane Guivarch et Laurent Roussey?
• Qu’est-ce qui se passe avec Mollo Zenden? Faites-le sortir du corps de Mamatoumou Niang!
• Est-ce qu’on a bien vérifié qu’Alain Perrin n’était plus un salarié de l’OL?
• Alerte enlèvement : quelqu'un a-t-il revu l’équipe de l’AJ Auxerre 2008, un groupe de gars patauds à l’allure fruste, brusquement disparus début 2009? Récompense promise par MM. Fortin, Lacombe et
Caïazzo.



gaz16_dictionnaireOL.jpgL’OL de A à Z

Partageons la passion du septuple champion de France en parcourant une définition extraite de son dictionnaire officiel (1). Cette semaine, la lettre M comme Maillots.

"Au fil du temps, l’OL a changé de sponsors maillots, de formes et de couleurs. Les marques? Coq sportif, Pony, Puma, Adidas, Duarig, Nike et Umbro, le dernier sponsor en date. Des maillots lyonnais qui sont de plus en plus achetés par les supporters et que l’on voit désormais un peu partout dans le monde".

La semaine prochaine, la lettre N comme "Nous, enthousiastes souvenirs de l’histoire sportive lyonnaise et glorieux faits d’armes désintéressés, bâillonnés, lapidés, et jetés dans le Rhône par les rédacteurs du dictionnaire officiel de l’OL que les supporters s’arrachent un peu partout dans le monde".

(1) Le dictionnaire officiel de l’Olympique lyonnais, éditions Hugo&Cie.


Tout et son contraire (2)

gaz29_hoarau.jpg

Après Wendel la semaine dernière, c'est Hoarau qui ne va plus savoir à quel saint se vouer à la lecture de L'Équipe.



Vu du forum

=>> Yoop2804 / Observatoire du journalisme sportif
Guy Roux à l'instant, aux commentaires de Le Havre - Bordeaux : "Triaud et Laurent Blanc ne sont pas des coqs qui chantent avant d'avoir pondu". Pour un gars de la campagne, parler de coqs qui pondent, c'est inquiétant...


=>> Verchain / Scapulaire conditionné
Je sais pas vous, les gars, mais j'ai une pensée pour Florian Marange, qui ne joue même pas dans l'équipe de D2 à laquelle on l'a prêté. Un jour, on aura un L'Équipe Mag spécial Marange, joueur enlevé par les extraterrestres.

=>> Roger Cénisse / Paris est magique
Je sais pas si quelqu'un l'a déjà dit, mais moi il me semble que sur les deux buts que vous encaissez sur CPA, Sessegnon est fautif (pas de marquage sur Bergougnoux sur le premier, et il regarde tranquillou Sissoko frapper sur le second).
=>> lemon
Et depuis quand c'est obligatoire de marquer Bergougnoux ?


=>> Alexis  / La L1, Saison 2008/09
Mouais bof... Passionnante, la L1... Je veux bien sur les tablettes, mais sur le terrain, elle reste d'une médiocrité lassante. Et puisque la lecture d'un classement n'est pas exactement une passion en soi, il m'apparaît audacieux de trouver cette L1 "passionnante".
=>> doumdoum
Une bonne histoire, c'est déjà pas mal Alex'. Après c'est joué par des acteurs de série B, le réalisateur est médiocre et les producteurs sont des affreux. Mais c'est le meilleur opus de la saga depuis longtemps. J'espère juste qu'ils ont pensé à changer la fin.
=>> Le_footix
C'est marrant, c'est toujours des acteurs de série B, mais chaque année y en a toujours une bonne dizaine qui signent de gros contrats à Hollywood.

> L'indispensable forum des Cahiers



L’envers du championnat

Quelle étrange journée! Claude Puel, sentant le vent enfin dans son dos depuis quelques semaines, veut frapper un grand coup face à un cador. Compétiteur dans l’âme, il monte une équipe à l’envers, mais tombe à Gerland, pour la première fois depuis février et la réception du leader havrais.

Le SM Caen pouvait prendre ses distances avec la meute dans la course à la place de dauphin, mais chute inexplicablement à Nice, après une entame de match pourtant fort bien maîtrisée. Les hommes de Franck Dumas sauvent l’essentiel sur le fil, après le but inscrit comme à la parade par Hognon dans son propre but sans qu’aucun Caennais ne parvienne à intervenir, et une frappe malheureuse de Seube.

Le Mans, Nancy, Nantes et Sochaux ne lâchent rien, mais ce sont tout de même les Verts qui réalisent la meilleure opération de la soirée, en conservant leur place sur le podium avec une autorité déconcertante, Bayal et Varrault imposant leur supériorité technique sur deux actions imparables. Le culte de la victoire insufflé par Alain Perrin pour aborder au mieux l’échéance européenne aurait-il magnifié un groupe qui sent  désormais l’exploit à sa portée?


gaz29_rex.jpg
Nouveauté sur Canal: le Super-masturbateur. Dix minutes d'exercice suffisent pour que Grégoire Margotton ait la patate pendant tout un match.
> Les lucarnes sont relookées dans le Diaporama des lecteurs
Partager


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)