auteur
Le Feuilleton de la Ligue 1

Du même auteur

> article suivant

Une jeunesse à toute vitesse

> article précédent

Ricardo en short sur Facebook

> article précédent

Nos voeux pour 2009

L1 :: La Gazette :: J21

Partager
classement_0809_21.jpg


Les résultats de la journée
Toulouse-Nancy : 3-0
Nice-Auxerre : 2-0
Marseille-Le Havre : 2-0
Paris SG-Sochaux : 2-1
Lille-Rennes : 1-0
Caen-Monaco : 2-2
Lorient-Valenciennes : 1-1
Saint-Étienne-Le Mans : 1-1
Nantes-Bordeaux : 1-2
Grenoble-Lyon : 0-2



Les 5 gestes de la journée

• La frappe enroulée de Dabo, modèle de tantrisme, qui fait l’amour à la lucarne de Pelé sans la toucher.
• L’inspiration collective de Jussiê, Cavenaghi, Gourcuff, et Wendel qui permet aux Girondins d’ouvrir la marque par l’entremise d’un excellent centre ajusté par Trémoulinas sur la tête de Gourcuff.
• Le tacle glissé de Franquart dans ses six mètres, pour enlever proprement le ballon des pieds de Samassa, qui n’a pas eu le temps de rater l’inratable.
• Le contre taclé à l’ultime seconde par Franquart, venu ponctuer sa grande courbe après avoir contourné son gardien de but, juste pour embêter Samassa qui frappait dans le but vide dans les six mètres. Si ça se trouve, c’était une frappe cadrée et personne ne le saura jamais.
• Le geste sûr et précis de Moussa "l'équarisseur de Bretagne sud" Sow sur la cheville docile de Debuchy, qui repart avec ses ligaments et sa malléole sous le bras, ravi de pouvoir passer trois mois en tête-à-tête avec Govou en rééducation à Saint-Raphaël.



Les 5 antigestes de la journée

• L'hommage de Modeste à nos grandes pralines décochées à la desperado les yeux fermés, l'attaquant niçois, en position idéale pour aligner Sorin, préférant une trajectoire à 45° pour abattre une mouette.
• La tenue de route façon auto-tamponneuse de Koné, que sa feinte envoie emplafonner Revault au mépris du code de la route.
• Le massacre de beaux gestes d’Helstad, qui ne parvient pas à cadrer alors qu’il avait été admirablement décalé par Maïga au terme d’une chevauchée de trente-cinq mètres ornée d’un double contact et d’un extérieur habile pour enrhumer les trois derniers défenseurs stéphanois.
• Le Gillette deux lames vert: Ilan répartit la mousse tout en douceur, la première lame Gomis s’emplafonne sur Pelé, puis la deuxième lame Matsui fait un home-run par delà Geoffroy-Guichard alors que le gardien était encore au sol.
• La demi-volée du tibia d’André Luiz sous la transversale de son propre gardien.



Les 5 montants récalcitrants
 
• L’enchaînement "M. Propre" de Rémy, à la réception d’une ouverture aérienne téléguidée par Hellebuyck: contrôle, ballon nettoyé; crochet intérieur, Grichting effacé; frappe surpuissante, lucarne opposée débarrassée de la toile d’araignée par la vibration des montants.
• Le contrôle d’extraterrestre du grand bonhomme Vert Ilan, qui s’emporte le ballon comme dans un rêve pour le frapper tellement fort que la barre le dévie sur Mars.
• Il avait 99% de chances de casser une fenêtre de la tour FR3, mais Samassa a réussi à faire sonner la transversale pour mettre fin à la contre-attaque que Ziani, Koné et Valbuena avaient initiée depuis leur surface de réparation.
• Le coup franc enroulé de Feghouli, repoussé de justesse par l’angle du but de Lloris, avec le joli concours de ce dernier.
• La frappe croisée à ras de terre de Toulalan, qui s’écrase malencontreusement sur le poteau alors que Benzema avait pris la peine d’effacer les cinq derniers défenseurs avant de lui ouvrir la voie.


 perrin_vestiaire.jpg
"Déjà une heure que j'entraîne Saint-Étienne et personne ne m'a encore traité de psychorigide... Tu progresses mon grand, tu progresses".


La bannette

L'ASSE stigmate
Geoffrey Dernis (L'Équipe) : "Fin février, on y verra plus clair".

Le syndrome de Peter Pan
Francis Gillot (L'Équipe) :."Sur le premier but, on se fait contrer comme des gamins de quinze ans…". Kikoo lol il ma driblé put1 Krim défan ptdr XD.

L'entraîneur qui croit à son maintien
Jean Fernandez (L'Équipe) : "Ça va être difficile de trouver quelqu’un à cette période de la saison".

Le Kant à soi
Jean-Alain Boumsong (L'Équipe) : "Cette transcendance nous élève dans notre jeu et notre progression".

La psychomotricité à temps partiel
Ricardo (L'Équipe) : "La seule chose qui pourrait me poser problème, ce serait de me trouver à la tête d’une équipe qui ne met pas un pied devant l’autre pendant soixante-dix minutes".

Le joueur qui a vu la saison 3 de Prison Break
Nicolas Douchez (L'Équipe) : "On savait que cette série s’arrêterait".

La technique de fin de soirée
Mehmet Bazdarevic (L'Équipe) : "Quand on rencontre un gros, on le respecte trop". T'as qu'à imaginer que c'est une grosse.

La téléphonie immobile
Claude Puel (L'Équipe) : "Ce groupe répond dans la difficulté, quand il est acculé".

Le viandé globe challenge
Benjamin Nivet (L'Équipe) : "Avec une victoire, on prenait le large".
 
L'homme qui se fait écrire ses discours par Frédéric Thiriez
Frédéric Hantz (lfp.fr) : "Nous avons le devoir d'espérer. Le plus grand désespoir c'est la mort. Et nous sommes en vie et en bonne santé".

Le coach qui voit Sessegnon le matin en arrivant au boulot
Paul Le Guen (L'Équipe) : "Mon rôle consiste à entraîner".

Le coach qui voit Bourillon le matin en arrivant au boulot
Paul Le Guen (L'Équipe) : "Mon rôle consiste de toute façon à trancher".

Le remake simultané de "La croisière s'amuse" et de "Titanic"
Mickael Landreau (L'Équipe) : "Aujourd’hui nous sommes tous embarqués dans une belle aventure".
 
L'attaquant qui a beaucoup appris de Karim Benzema
Loïc Rémy (L'Équipe) : "Ça demande moins d’efforts de harcèlement et de replacement pour défendre".

L'homme qui a retrouvé un vieux discours de Jean-Claude Plessis
Francis Gillot (L'Équipe) : "On avait tout gommé contre Saint-Étienne, j’espère que l’on ne va pas revenir en arrière".

Le diet coach
Claude Puel (lfp.fr) : "Nous avons été réguliers sur toute la durée du match sans baisser de régime".

L'Association Semi Masochiste
Fahid Ben Khalfallah (L'Équipe) : "Monaco est une équipe qui souffre un peu, on le savait".

Le sacré projet
Jean-Pierre Foucault (om.net) : "Cela fait des années que je dis que c’est parti mais là on y est. Les travaux vont bientôt commencer et dans dix-huit mois, si tout va bien, le centre de formation sera construit".


Le top sponsoring "Opérateurs de téléphonie, Internet et télévision"
1. Paul Le Guen (L'Équipe) : "Je ne coupe pas mon téléphone bien qu’il ne passe pas bien chez moi".
2. Eric Gerets (OpiOM) : "Avec la neige et le vent mon antenne est dans la mauvaise direction. À 16h aujourd’hui quelqu’un va venir réparer. Je suis monté vingt-cinq fois sur le toit, je suis redescendu pour voir si la position était meilleure. Cup' est venu m’aider avant-hier mais au lieu d’améliorer l’antenne on s’est disputé tous les deux".
3. Jean-Alain Boumsong (L'Équipe) : "On n’a pas de message à envoyer".


 cheikh_kanoute.jpg
De passage en Espagne, le cheikh du Koweit n'a pas pu s'empêcher d'envahir une pelouse.


La minute en boucle de Jean-Michel Aulas


"On avait besoin de montrer qu'on avait la capacité à se redresser et à résister. N'en déplaise à certains, cette équipe a la capacité à faire des résultats. C'est un match qui fait plaisir car tout le monde attend que l'Olympique lyonnais se fasse battre. […] Si nous recrutons c'est pour nous renforcer et non pour faire plaisir à certains médias".
(olweb.fr)



La minute en looping de Jean-Michel Aulas

 
"Oui, je m’attendais à la remarque sur la qualité parce que c’est vrai que tout le monde regarde les prestations de l’Olympique lyonnais avec un œil extrêmement sévère, ou tout au moins avec une qualité et un élitisme qu’on ne connaît pas pour les autres (…) Ce groupe est assez formidable, vous l’avez vu ce soir, dans l’adversité, alors que tout le monde attend de manière un peu malsaine qu’il tombe, on est très remontés, on va faire en sorte de se défendre becs et ongles".
(Jour de Foot)



La minute picador d’Eric Gerets (1)

"Il y a trois jours, ce truc (NDLR: les déclarations tapageuses de RLD) était déjà complètement oublié, donc n'essayez même pas durant le reste de la saison de revenir là-dessus parce que c'est quelque chose qui est tellement ''inimportant'' pour moi personnellement et pour les joueurs que cela ne sert à rien d'essayer d'insister".
(AFP)



La minute picador d’Eric Gerets (2)

— M’Bami pourrait jouer ?
— Ça, ça ne me fait pas rire. Normalement je devrais me lever et quitter la table. Je vais vous expliquer pourquoi. En principe on parle de l’équipe qui était sur le terrain. Vous cherchez toujours quelque chose, un sujet pour avoir du sensationnel à Marseille. Moi je ne joue pas le jeu avec toi. Tu peux l’essayer encore vingt-cinq fois, je ne le joue pas avec toi. J’espère que tu vas être un peu plus… Je ne trouve pas le mot. Je crois qu’il y a eu des acteurs sur le terrain aujourd’hui qui méritaient que l’on parle d’eux. La confrontation que tu cherches je ne te la donne pas. C’est raté.
Vous voulez que je me déshabille devant vous. Il y a toujours de plus en plus de questions comme ça. Vous trouvez normal, correct qu’on me pose une question sur Modeste M’Bami vis-à-vis des autres joueurs qui n’ont peut-être pas joué le meilleur match de leur vie ? Il y a peut-être un petit air de sensationnel dans une question comme ça".
(OpiOM)


 
lizarazu_crispe.jpgNon, tu ne rêves pas, c'est bien à toi qu'on le compare, Trémoulinas.


Bordeaux roi du mercato

Le grand gagnant du mercato pourrait bien être l’effectif qui a paradoxalement le moins bougé depuis la trêve. Tandis que l’OM perpétuait la tradition des investissements importants en cette période de l’année, et que Jean-Michel Aulas faisait des moulinets sur le marché hivernal, Jean-Louis Triaud fumait une bonne pipe devant un feu de cheminée.

Pour des raisons différentes, deux Brésiliens de Gironde ont traversé la première partie de saison avec une grande discrétion. En ce début d’année, si l’impatience crée des tumultes dans les jacuzzis du Parc des Princes, la patience offre à Chaban-Delmas le retour du précieux Jussié, dont le renfort vient opportunément combler la déception momentanée de Gouffran. Elle semble également avoir permis à Wendel de régler enfin sa patte gauche, qui n’avait plus l'acuité de la saison dernière.

Les progrès constatés depuis le début de la saison dans l’animation offensive de Laurent Blanc peuvent s'accélérer avec le concours de ces deux gâchettes, comme en attestent leurs implications sur le but de Gourcuff, et les deux offrandes de Wendel à destination d’Henrique puis de Chamakh à La Beaujoire. Les concurrents au titre ont tout intérêt à avoir le nez creux pour concurrencer le mercato interne dont Bordeaux se satisfait.



Les observations en vrac

• Le Margotton-néologisme de la semaine: "la provocation dans le bon sens du terme".
• Il ne faut pas en vouloir à Jérémy Gavanon de sortir de manière un peu désordonnée de sa surface de réparation. Il n'est plus tout à fait le même depuis qu'il a entamé sa finale de Coupe de l'UEFA en encaissant un penalty après avoir assisté à la sortie dans les pieds la plus incongrue de l'histoire du football.
• 461 buts cette année contre 462 l'an passé à la même époque. Et personne pour faire remarquer que décidemment, on s'ennuie de plus en plus dans ce championnat de seconde zone.
• Au moins, Govou aura six mois pour travailler ses pansements de jambe.


 gaz21_sacco_riolo.jpg
"Je vous jure qu'en 2009, j'essayerai d'être de meilleure foi que... que... que Daniel Riolo, tiens!"


Les nouvelles papinades
 
Après les courts passages d’Alain Perrin et Frédéric Hantz, et ceux qui pourraient être plus longs de Luc Sonor et Laurent Roussey (qui débutait ce week-end), la chaîne cryptée lance un nouveau consultant prestigieux: Ballon d’Or, gloire nationale des années 90, Jean-Pierre Papin est pourtant relégué aux canaux intimistes de Foot+. Il faut bien reconnaître que le grand public est privé d’assez peu d’analyses pertinentes, mais il aura toutefois une séance de rattrapage lors de Jour de Foot. Florilège, quelque part entre "A Partir de là", "Oui, je crois que bon" et le troisième volume de la collection. Top 3.
 
"Derrière ça pardonne pas: les joueurs de classe font la différence, c’est pratiquement une occasion un but".
"C’est dedans, c’est pareil hein! C’est dedans, c’est pareil! Ah, si c’est dedans, c’est pareil… il n’y a pas cru Nicolas Dieuze".
"Une petite euh… un petit coup franc, qui euh… petite poussette et voilà, c’est payé cash. C’est un deuxième but, et c’est l’OM qui se met à l’abri je pense pour la fin de ce match".
 
Seuls les abonnés de Foot+ auront toutefois bénéficié d’une réplique culte, à David Berger qui rappelait le deuil connu par les supporters marseillais à l’occasion du math aller: ils savent que de nos jours, "sur les routes, la moindre erreur se paye cash"…



gaz16_dictionnaireOL.jpgL’OL de A à Z

Partageons la passion du septuple champion de France en parcourant une définition extraite de son dictionnaire officiel (1). Cette semaine, la lettre D, comme Dubaï.

"Dans la foulée de la victoire en Coupe de France face au PSG, le 24 mai 2008, l’OL s’est envolé pour Dubaï pour passer une petite semaine, sans les internationaux réquisitionnés pour le futur Euro, afin de représenter le club mais aussi la ville de Lyon. Une semaine d’avant vacances avec un match amical en fin de séjour remporté 2 à 0. Ce séjour à Dubaï était une première pour l’OL".
 
La prochaine fois: F comme Marino Faccioli, juste parce qu’il a fait l’effort de sourire pour la première fois de sa vie pour la photo d’illustration.
 
(1) Le dictionnaire officiel de l’Olympique lyonnais, éditions Hugo&Cie.


Pelotage dans le peloton

Championnat relancé, suspense haletant, Big 3 qui n'a eu de cesse de vouloir devenir plus gros que les rosbifs, au point de devenir aujourd'hui un Big 8, grand huit qui fait tourner la tête de tous les supporters.
La L1 vit-elle une année particulièrement disputée? Comptons le nombre de clubs se situant dans une fourchette de neuf points suivant le leader à ce stade de la saison. Ils sont donc huit cette année (Lyon, Bordeaux, Marseille, Rennes, Toulouse, Paris, Lille et Nice). Si le chiffre est élevé au regard de l'histoire récente, le championnat de France a déjà fait bien mieux.

gaz21_classement9.jpg

Avant les cauchemardesques saisons 2005/06 et 2006/07 – Bordeaux puis Marseille avaient successivement couru 14 points derrière Lyon au bout de 21 journées –, la saison 2002/03 a été le théâtre d'une singulière lutte à 13.

gaz21_classement9b.jpg

Neuf points séparaient en effet le leader, Nice, du treizième, Strasbourg. Autres temps, autres mœurs: Sochaux était troisième, Auxerre quatrième, Guingamp septième et Bordeaux neuvième. L'écart entre le premier et le dernier était à l'époque de 21 points, pour près du double (38) en 2005/06. Qu'advint-il de ces treize prétendants? La plupart terminèrent la saison à moins de deux places de leur position au bout de 21 journées du championnat. Seuls Bordeaux (+5) et Monaco (+4) firent des bonds significatifs. Et si l'on veut calmer les ardeurs des équipes qui pourraient s'enflammer, on se souviendra que Nice avait perdu neuf places pour terminer en dixième position.



Le classement à la gueule du client

 gaz21_cartons_lfp.jpg

Puisque sur le site de la LFP, les noms des joueurs expulsés ne sont manifestement classés ni par les prénoms, ni par les noms, ni par les noms des clubs, pourquoi, pourquoi placer Cyril Rool en tête des 27 joueurs à avoir reçu un seul carton rouge cette saison?



La stat futile
 
Ce week-end, seule une équipe a battu un club mieux classé qu'elle. Bravo à Lille. Si on creuse ces dernières années de Ligue 1 (de 2002 à aujourd'hui), voici comment se répartissent les résultats en fonction des écarts de classement entre adversaires :
 
Cas 1 : l'équipe qui reçoit a au moins 10 places d'avance sur son visiteur
• 308 victoires à domicile (77%)
• 71 matchs nuls (18%)
• 20 victoires à l'extérieur (5%)
 
Cas 2 : l'équipe qui reçoit a entre 1 à 9 places d'avance sur son visiteur
• 483 victoires à domicile (55%)
• 269 matchs nuls (31%)
• 118 victoires à l'extérieur (14%)
 
Cas 3 : l'équipe qui reçoit a entre 1 à 9 places de retard sur son visiteur
• 287 victoires à domicile (36%)
• 280 matchs nuls (35%)
• 237 victoires à l'extérieur (29%)
 
Cas 4 : l'équipe qui reçoit a au moins 10 places de retard sur son visiteur
• 49 victoires à domicile (14%)
• 110 matchs nuls (32%)
• 185 victoires à l'extérieur (54%)
 
En résumé, lors d'un affrontement entre deux équipes, on obtient :
- une victoire du mieux classé dans 50% des cas,
- un match nul dans 30% des cas,
- une surprise pour les 20% restants.
 
Si, forts des ces données, vous n'arrivez pas à déclencher une banqueroute chez deux ou trois bookmakers, il n'y aura pas de prochaine fois.
 
> Épépiné par Poteau rentrant, le site des stats inédites et décalées sur la Ligue 1.




Les questions

• Après avoir obtenu en un mois et demi les interviews confessions / pieds dans le plat de Florent Malouda, Robert Louis-Dreyfus, Zinédine Zidane, David Trezeguet et Robert Louis-Dreyfus, L'Équipe rate celle de Charles Villeneuve. Qu'est ce que vous foutez les gars?
• Quoi? Gazza est envoyé aux Houston Rockets??
• À quand une pétition pour interdire d'utiliser les chansons mielleuses de Coldplay dans un reportage de foot sur deux?
• Puisqu’il suffisait de sortir Elmander de l’équipe pour que Gignac explose, pourquoi l’OM ne s’est pas séparé de Niang, Koné et Ben Arfa au mercato pour laiss
er le champ libre à Samassa?
• Qui de Michel Moulin ou de Luis Fernandez a explosé le premier son forfait depuis l'annonce de l'éviction de Charles Villeneuve?
• Le comité de visionnage va-t-il se passer en boucle le snuff movie de Moussa Sow starring Mathieu Debuchy?


 gaz21_affiche_sawV2.jpg



La chanson de la semaine

Prouve que le football n'a pas fait que du bien à la musique.






L'envers du championnat


Malgré un Christophe Revault à côté de ses gants, le leader havrais s'impose en patron au Vélodrome, où il n'est pourtant jamais facile de laisser des points.
Derrière, on s'accroche tant bien que mal. Sochaux, malgré une bonne entame, ne s'est pas rassuré sur son niveau de jeu au Parc des Princes, et reste à portée de ses poursuivants. Darcheville rate complètements ses débuts et oblige Valenciennes à concéder le point du match nul à Lorient. "J’aurais pu finir tranquillement au Qatar", expliquait le héros malheureux de la soirée.

Saint-Étienne, malmené par de très bons Manceaux, aurait pu se laisser distancer mais reste en course sur un exploit exceptionnel de Daisuke Matsui, dropant un ballon en tribune, seul face au but vide. Attention cependant au retour en boulet de canon de Monégasques – qui après s'être remonter trois buts face à Bordeaux, s'en sont fait reprendre deux face à Caen, démontrant des qualités morales hors normes – et surtout d'Auxerrois irrésistibles depuis l'automne, avec un seul point en sept matchs.
Comme en queue de classement, la lutte pour le podium est plus ouverte que jamais.


 gaz21_sernin_soleil.jpg
"Aaaaaahhhhh.... Le soleil.... Noooooonnnn, pas le soleil..."
> Le Diaporama se ressource dans le diapo des lecteurs
Partager

> sur le même thème

L1 :: La Gazette :: J20

Le championnat de France


Jérôme Latta
2019-09-13

La Ligue 1 a-t-elle sa place dans le "Big 5" ?

Une Balle dans le pied – Que diable fait le championnat de France dans le "Big 5 européen? Examinons la légitimité de cette appellation contestée, qui a pourtant la faveur des économistes du sport.


Richard N
2019-05-31

Platini à Nantes, le rêve de Lagardère

En 1979, le nom de Michel Platini est discrètement évoqué dans les couloirs du Football Club de Nantes. Rien ne s'oppose à un transfert, sinon la frilosité des dirigeants. Le club nantais a-t-il raté un rendez-vous avec son histoire?


Richard N & Christophe Zemmour
2019-05-29

Feindouno 1999, la proie du doute

Un jour, un but – Le 29 mai 1999 au Parc des Princes, les Girondins de Bordeaux conquièrent leur cinquième titre de champion grâce à un but de leur tout jeune espoir, Pascal Feindouno.


>> tous les épisodes du thème "Le championnat de France"

Le forum

Paris est magique

aujourd'hui à 09h44 - gurney : C'est la que la comparaison marche pas je pense. Mais je pointais pas ça pour critiquer le va et... >>


Changer l'arbitrage

aujourd'hui à 09h22 - Kireg : Je n’ai aucune attente de la part de la LFP.Ce qu’il s’est passé hier, c’est le... >>


Dans le haut du panier

aujourd'hui à 05h05 - Lucho Gonzealaise : Oui pareil, ça m'a presque soulagé de les entendre pendant le match, ça a un peu adoucit la... >>


Etoiles et toiles

aujourd'hui à 02h17 - Tricky : A part ça, la version longue de Loro (le Sorrentino sur Berlusconi) est dispo sur OCS et c’est... >>


Le fil prono

aujourd'hui à 01h57 - Westham : Coty Week 2Cardinals@Ravens 13-24Chargers@Lions 17-20Colts@Titans 13-1749ers@Bengals... >>


L2, National, CFA... le championnat des petits

aujourd'hui à 01h38 - Maniche Nails : Cool, à bientôt le retour des derbys Seat - Rica Lewis >>


Scapulaire conditionné

aujourd'hui à 00h15 - Yul rit cramé : C'est ton avis SOS, je pense qu'avant d'être proche du 3-0 en fin de match, on est passé tout... >>


Observatoire du journalisme sportif

14/09/2019 à 23h31 - Schizo retourné : Si c'était le cas, heureusement qu'il ne fut pas latéral. Parce qu'avoir FR2 ou FR3 sur les... >>


Au tour du ballon ovale

14/09/2019 à 23h15 - SocRaïtes : Qu'attendre d'un peuple qui met de la laque sur les immatriculations ... Serait-ce pour écarter... >>


Parties de campagne, bières, et football...

14/09/2019 à 22h25 - balashov22 : J'irai faire quelques frappes tout seul, mon kiné m'a conseillé de reprendre progressivement,... >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)