auteur
Eugène Santa

Du même auteur

L'action de la 8e journée

Notre infographie vedette continue son travail de dénonciation des défenses laxistes. Cette fois, c'est Guingamp qui a ployé sous l'assaut lillois…
Partager
Lille-Guingamp (2-1), ouverture du score d’Hector Tapia à la 50e minute. Si vous fixez longuement l'image ci-dessous après avoir appris par cœur le commentaire ci-après, vous conviendrez que notre infographie vaut tous les ralentis de la terre.

Légende Les points rouges sont les joueurs lillois, les blancs les joueurs guingampais. Les flèches pleines correspondent au trajet du ballon. Les flèches en pointillé correspondent aux courses des joueurs. Les droites pleines représentent la course d’un joueur qui porte le ballon (ici, Stéphane Pichot).
L’action de jeu Au milieu du terrain, Fernando d’Amico passe à Baciu, qui contrôle le ballon et le transmet à Pichot, lancé sur l’aile droite. Le latéral Lillois poursuit sa course sur quelques mètres, adresse un long centre aérien à Philippe Brunel, à la limite du terrain. L’ex-Lensois reprend le ballon de volée et sa passe latérale millimétrée atterrit sur la tête d’Hector Tapia, qui n’a plus qu’à croiser le ballon au fond des filets. La nalyse Voilà une action de jeu limpide et d’une étonnante simplicité (quoique exécutée avec une grande virtuosité technique), qui doit aussi beaucoup à la passivité assez exceptionnelle de toute la section défensive bretonne. Sur cette phase de jeu, c’est tout d’abord le rôle des joueurs de couloir qui doit être souligné. L’homme clef de cette action est ainsi Stéphane Pichot, qui enclenche sa course sur l’aile droite du terrain alors même que Fernando d’Amico a encore le ballon dans les pieds. Lancé sur son flanc, celui-ci constitue un soutien immédiat pour Baciu, et particulièrement déséquilibrant pour le défenseur adverse, puisqu’il est à pleine vitesse lorsqu’il reçoit le ballon: son vis-à-vis guingampais se voit donc dans l’obligation de suivre sa course sans jamais pouvoir le rattraper ni même l’empêcher de centrer. De l’autre côté, sur l’aile gauche, Philippe Brunel effectue le même trajet, puisqu’il part dans sa chevauchée à peine le ballon parti des pieds de D’Amico et traverse tout le terrain jusqu’à la ligne de sortie de but, ou il reçoit le ballon. C’est cette disponibilité totale des hommes de couloir qui est à l’origine du beau mouvement Lillois. On note également le bon placement des deux attaquants nordistes sur la phase ultime du but. Tapia croise au premier poteau (d'où il exécutera sa tête victorieuse) alors que Manchev pique au second. Un grand classique de l’animation offensive, qui semble pourtant perturber l’arrière-garde bretonne: Tapia est laissé seul dès que Pichot adresse son long centre aérien. Les défenseurs guingampais regardent le ballon leur passer au-dessus de la tête et ne semblent plus rien attendre du cuir, si ce n’est qu’il sorte des limites du terrain (ce qui ne sera jamais le cas). Une naïveté touchante pour des joueurs de ce niveau… Philippe Brunel, quant à lui, n’a jamais la pression d’un défenseur: du milieu du terrain jusqu’à la ligne de touche, il est laissé seul par le latéral guingampais qui marque Manchev. La responsabilité de la solitude du passeur décisif incombe donc au milieu défensif breton qui arrive un peu tard au niveau de son vis-à-vis, qui a déjà centré quand il s’approche à moins de cinq mètres de lui. Ce but est aussi et avant tout une illustration de la parfaite maîtrise technique lilloise sur cette action: le centre de Pichot, haut et précis, empêche l’intervention du gardien; la reprise de Brunel en première intention soudaine et limpide, prend de court tous les défenseurs bretons…
Partager

Le jeu, les joueurs, les entraîneurs


La rédaction
2019-10-21

« Contredire l'idée que le 10 aurait disparu »

Pour la sortie de L'Odyssée du 10, nous avons posé dix questions à ses auteurs. Ils ont distribué les transversales. 


Philippe Rodier
2019-10-10

Real, OL : quel est le bon moment pour arriver sur un banc ?

S'il veut que son banc soit un fauteuil et non un siège éjectable, un entraîneur a intérêt à s'y installer dans le bon timing. Soit, pour le futur coach de l'OL, plutôt celui de Zidane que de Benitez à Madrid.


Les Dé-Managers
2019-10-08

“L’Odyssée du 10”, un livre au cœur du jeu

Troisième ouvrage des Dé-Managers, L’Odyssée du 10 (sortie le 24/10) propose une plongée dans le mythe et l'histoire technico-tactique du numéro 10.


>> tous les épisodes du thème "Le jeu, les joueurs, les entraîneurs"


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)