auteur
Xavier Monnier

Du même auteur

> article suivant

Retour vers le footoir [1]

> article précédent

LOSC in translation

Kachkar à SEC

Invité : Bakchich. Où l'on reparle de Jack Kachkar, victime de nouvelles avanies financières internationales.
Partager
Depuis bientôt un an, bakchich.info existe, irradie la Toile de bonheur et d’informations, et ravit chaque jour des lecteurs de plus en plus nombreux. Auréolés de gloire et accablés par un travail ingrat, les jeunes gratte-papier (assisté de fort moins jeunes conseillers occultes) à l’origine de cette magie sans cesse renouvelée s’attellent à rendre hégémonique le jeune site. À raison d’un hebdomadaire papier téléchargeable en ligne chaque vendredi et de la mise sur le Net d’une trentaine d’articles par semaine, leur conquête avance. Avec une recette expérimentale. Jeux de mots vieillots ou vaseux, plongée dans les cuisines de la diplomatie, du foot, du pouvoir ou de tout ce qui les attirent, les bakchich boys s’en donnent à cœur joie. Bienvenue dans un monde où tout n’est qu’enquête, infos et mauvais esprits.

gg_backchich.jpg


Finie la gaudriole pour le bon docteur Jack Kachkar. En début d’année, l’inimitable Jack, sorti du chapeau de Robert-Louis Dreyfus, s’est évertué à animer les coulisses de l’Olympique de Marseille. Avec un sujet en or, racheter le club pour 110 millions de dollars. Une galéjade comme seule la plus belle ville – et le plus grand club de foot du monde – peuvent en créer et en supporter. Visite des installations du club, rencontre avec tous les dirigeants, libre accès aux médias et aux loges du stade Vélodrome, interview à répétitions, discussion avec les joueurs, grands discours sur le futur. Tout ça gratis. Bref du grand art parachevé par un hommage appuyé à Guignol : danse sur les tables du vestiaire et champagne bu au goulot avec les joueurs marseillais après la victoire sur l’équipe de Guignol, Lyon, en coupe de France.

Un exploit qui a relégué dans la mémoire des supporters au rang de simple boutade le danse en tongs de Louis-Dreyfus. En ces temps béni, seuls quelques pisse-froids ont osé douter. Tout cela parce que Jack le farceur est un homme d’affaires d’origine libano-syro-arménien, à épouse russe, qui a fait fortune aux États-Unis et a été naturalisé canadien. Certains ne savent pas s’amuser, Jack si. Un merveilleux poète qui a du, comme tout un chacun, revenir à la dure réalité. D’abord quand Louis-Dreyfus a voulu voir le grisbi. Pourtant habile joueur de poker, RLD n’a vu le bluff qu’après plusieurs mois de farce et plusieurs mènes. Pour finalement, après divers reports, rompre les négociations en vue de la vente du club. Et les appels du pied de Kachkar, prêt à remettre le couvert pour une nouvelle représentation, n’y ont rien fait. Le spectacle fini, il a fallu repartir au turbin. Et là pas de chance, Jack a de menus soucis avec sa société phare Inyx.

Embrouille à Puerto Rico
La SEC (Security Exchange commission, le gendarme de la bourse américaine) s’intéresse même de fort près à sa boîte pharmaceutique Inyx Inc, et ses filiales en Grande-Bretagne, Inyx Pharma Limited, Inyx Europe Limited et Ashton Pharmaceutical Limited. À en croire un rapport de la SEC daté du 3 juillet et tombé sous les yeux de Bakchich (et consultable sur le net), un sale coup venu de Porto Rico a même plombé la tranquille vie des filiales. La Western Puerto Rico Bank, principale établissement prêteur de la société a coupé les robinets le 28 juin. Et de méchante manière, en arguant que "que les sociétés britanniques étaient défaillantes sur les accords de prêt et de sécurité" (traduit approximativement de l’anglais). Pire, un "administrateur nommé par une cour britannique a pris le contrôle des compagnies".
Une sale embrouille contre laquelle Kachkar se défend avec sa fougue habituelle. Une procédure initiée dès le 29 juin contre la Western devant la cour suprême de New York, avec une demande de dédommagement de 500 millions de dollars. De quoi largement racheter l’OM, on sait jamais… dans le même temps, vicieuse, la banque exige que soient honorées toutes les créances dues, aux États-Unis comme en perfide Albion. Prudent, le 2 juillet, Kach’ et sa femme placent les filiales américaines d’Inyx Inc, sous protection de la loi Yankee sur la faillite…

Eh oui, si Jack n’est pas sur la paille, ses sociétés n’arborent pas une forme olympique. Et Inyx a initié une procédure au tribunal des faillites (Bankruptcy court), histoire d’essayer de sauver la mise. "Le docteur Kachkar cherche actuellement à apporter des financements (...) afin de leur permettre de continuer leurs opérations et leurs activités de développement". En attendant, c’est la valse dans les comités directeurs desdites sociétés, avec des démissions en série.

Autant de termes compliqués qui recouvrent une réalité toute simple. L’incorrigible Jack a réengagé une partie de son jeu préféré, le Kach-cash.
Partager

> déconnerie

Dopé au cannabis !

> sur le même thème

L'OL chante l'international

> du même auteur

OM, LA VICTOIRE EN NÉGOCIANT

> Dossier

Le bizness

Le bizness


2018-12-08

Les bénéfices de la Coupe du monde ruissellent (sur les gros clubs)

Une Balle dans le pied – La FIFA va distribuer 209 millions de dollars aux clubs ayant mis leurs joueurs à disposition des sélections, suivant l'éternel principe de l'enrichissement des plus riches.


Jérôme Latta
2018-11-05

Super Ligue, la fin du super bluff ?

Le chantage des clubs riches auprès de l'UEFA repose depuis vingt ans sur la menace d'une ligue privée. Le projet d'une "European Super League", révélé par les Football Leaks, semble plus concret que jamais. 


Jérôme Latta
2018-10-10

Cartons et course en tête, le grand "spectacle" des grosses équipes

Une Balle dans le pied – Entre porno SM et corrida, le grand show des 5-0, est-ce encore du sport? Et quand les clubs riches survolent de plus en plus leur championnat, quel spectacle reste-t-il?


>> tous les épisodes du thème "Le bizness"